Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 21 mars 2019 à 23h30min
Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants

L’Organisation démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso a dénoncé des cas d’abus d’autorités administratives et d’éléments de forces de sécurité sur ses militants. Pour Gabin Korbéogo et ses camarades, il s’agit de velléités de remise en cause des libertés d’expression et de manifestation qui n’ont pour but que d’étouffer l’organisation de la société civile que beaucoup assimilent à un parti politique. C’était au cours d’une conférence de presse animée, ce jeudi 21 mars 2019 à Ouagadougou.

« Harcèlement policier et judiciaire, interrogatoires et détentions arbitraires, menaces de mort ». L’Organisation démocratique de la Jeunesse du Burkina Faso, par la voix de son président, Gabin Korbéogo, n’est pas passée par quatre chemins pour dénoncer la situation que vivent les siens. Les militants de l’ODJ pointent du doigt « certaines autorités administratives et des éléments de forces de défense et de sécurité ». « L’état d’urgence et la lutte contre la sécurité apportent de l’eau au moulin à tous ceux qui avaient l’ODJ en ligne de mire », a lancé Gabin Korbéogo face aux journalistes, ce jeudi matin.

La collaboration à l’épreuve ?

Des exemples, les conférenciers en ont cité à profusion. Comme le cas d’un responsable de la section ODJ du Yagha accusé d’avoir visité un site après une attaque terroriste. « Pourtant, il a pris le soin d’appeler la gendarmerie pour dire qu’il a appris qu’il y a une attaque. Les gendarmes lui ont dit d’aller et qu’ils enverront des éléments après. Après cela, il y a eu une rencontre et le haut-commissaire a dit que le camarade a été aperçu sur les lieux de l’attaque terroriste. C’est malsain. Car cela a été dit en présence des gendarmes qui ont dit à notre camarade d’y aller et de rapporter ce qu’il aurait vu comme élément d’information », a relaté le président de l’ODJ avant de s’interroger : « La collaboration peut-elle être saine lorsqu’il y a une suspicion ou qu’il y a une sorte de guet-apens qu’on tend à certains responsables » ?

Trois heures au cachot

La deuxième illustration présentée par les conférenciers vient de la commune de Solhan. Toujours dans le Yagha. « Il y a eu des rixes entre des jeunes qui pourchassaient des chiens et qui ont traversé la cour du commissariat. Les policiers ont appréhendé les jeunes. L’un d’eux avait porté un tee-shirt ODJ. Ils ont fait appel au responsable de la sous-section et lui ont demandé s’il reconnaissait le jeune en question. Il a répondu par la négative. Sur place, les policiers ont dit que le camarade n’est pas sincère et ils lui ont demandé d’avouer. Le camarade a dit qu’on ne peut pas le forcer à reconnaitre quelqu’un qu’il n’a jamais vu. Ils l’ont gardé en détention pendant trois heures ».

Une conférence interrompue

L’autre incident, qualifié de tracasseries policières par l’ODJ, a eu lieu le 11 août 2018, lors de la tenue d’une conférence publique à Sogpelcé (Province du Boulkiemdé), au cours de laquelle les militants ont dénoncé l’accaparement des terres par certaines autorités lors des opérations de lotissement. « Sous prétexte que les camarades n’ont pas eu l’autorisation d’occuper la salle, ils ont reçu la visite d’un cargo de la CRS qui leur a demandé de surseoir à l’activité. Ils avaient pourtant l’autorisation accordée par le directeur. Et lorsque les camarades se sont rendus à la police, on leur a dit qu’ils auraient proféré des fausses accusations contre des autorités municipales », explique de nouveau Gabin Korbéogo.

Gabin Korbéogo président de l’ODJ

« Un débat creux »

Si l’ODJ se sent persécutée, n’est-pas parce que certains l’assimilent à un parti politique ? Pour le président de l’organisation, Gabin Korbéogo, « c’est un débat creux qui n’a pas sa raison d’être ». Il a expliqué que la structure a été reconnue en 2000 comme organisation de la société civile. « Nous présenter comme un parti politique, c’est montrer que nos actions s’inscrivent en dehors des attributions d’une association. Combien d’élections se sont tenues depuis 2000 ? Avez-vous déjà appris que l’ODJ a présenté un candidat ou a battu campagne ?

On se réserve le droit de nous prononcer sur toutes les questions politiques parce que les questions d’accès à l’éducation, à l’emploi, à la santé sont éminemment politiques », a clarifié le principal conférencier. Et de préciser que sur la question du terrorisme, une organisation révolutionnaire par essence est par nature anti-terroriste « puisque le terrorisme est une forme d’obscurantisme ».

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 mars à 20:55, par Mogo En réponse à : Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants

    Cette organisation fantoche est de mèche avec les forces du mal et il faut combattre les apatrides. On sait comment ils sont financés. Dans tous les cas, les burkinabé restent vigilants et combattront avec la dernière énergie les forces du mal et leurs alliés

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 21:06, par Roger En réponse à : Liberté d’expression : L’ODJ dénonce des abus contre ses militants

    Bravo les gars ! A partir du moment où la cause que vous défendez est juste, ne baisser surtout pas les bras et ne vous laissez pas intimider. L’avenir appartient à la jeunesse combattante, celle qui se bat pour les causes justes. Par vos actions continuez de troubler le sommeil des détourneurs des biens publics et de ceux qui abusent de la force publique. Quand on voit dans le procès du coup d’état manqué du CND, le comportement honteux de ceux qui ont abusé de la force publique hier, disons leur « Demain n’est pas loin ».

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tirs au Camp Guillaume Ouédraogo : Retour au calme et à la sérénité, selon le gouvernement
Infrastructures du 11-Décembre 2017 à Gaoua : Les travaux de finition et de correction toujours attendus
Attaques terroristes au Burkina : Le M21 demande le « renforcement des capacités opérationnelles de l’armée "
Protection des données à caractère personnel : La CIL demande l’accompagnement du Mogho Naba
Dori : Les syndicats préparent les manifestations à venir
Projet « Femmes-jeunes entreprenants et citoyenneté » : 50 entrepreneurs développent leur esprit d’équipe et leur leadership
Région du Nord : Le FPDCT fait le bilan de ses interventions
Les fermetures d’écoles en Afrique de l’Ouest et centrale ont triplé depuis 2017 alors que l’éducation est prise pour cible dans toute la région
Commune de Guibaré : Les élèves et étudiants à l’unisson pour le développement
S.O.S pour le petit Abdoul Fatao : L’intervention chirurgicale s’est bien passée
Fermeture des établissements non en règle : Les promoteurs demandent la clémence du ministre de l’Education nationale
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés