Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 20 mars 2019 à 23h30min
Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

Ce 20 mars, le procès du coup d’Etat de septembre est véritablement entré dans une nouvelle phase avec l’écoute des appels téléphoniques. Notamment les interactions entre Djibril Bassolé et certains de ses interlocuteurs comme Guillaume Soro, ont été diffusées dans la salle d’audience. Ce, en l’absence de l’avocat de l’accusé qui, après avoir plaidé en vain pour que ces écoutes soient écartées du dossier, a préféré quitter la salle.

A chaque étape de l’instruction du dossier du coup d’Etat de septembre 2015, des débats interminables. Ce 20 mars 2019, alors que toutes les parties étaient informées la veille de ce que les écoutes téléphoniques seront enfin diffusées ce jour, la journée a encore débuté avec le sempiternel débat sur l’opportunité de cette pièce.

C’est l’avocat de Djibril Bassolé, Me Dieudonné Bonkoungou, qui engage les hostilités en demandant une fois de plus que les écoutes soient écartées du dossier parce qu’elles sont sans père, ni mère. Pour lui, le ministère public doit dire d’où viennent ces écoutes « sérieuses et graves », qui violent la vie privée et qui leur sont opposées. En tout cas, a-t-il prévenu, si le président décide de diffuser ces éléments, il quittera la salle.

« Qu’est-ce qui fait trembler Me Bonkoungou », répondra le parquet qui demande au président du tribunal d’avancer, parce que cette demande n’a plus lieu d’être, à ce niveau de la procédure. Pour le ministère public, c’est un abus que de remettre sur la table cette question pourtant déjà tranchée par le président Seidou Ouédraogo.

Pour les avocats de la partie civile, c’est la deuxième heure de vérité, d’où les inquiétudes de l’avocat de la défense. Me Prosper Farama note que cette heure de vérité est fatale pour certaines personnes, par conséquent, il n’est pas étonné de la décision du conseil du Gal Bassolé de quitter la salle.

Le feu, l’enfer et Kossyam

Finalement, le président autorise l’écoute des différents fichiers audio. Comme prévu, Me Dieudonné Bonkoungou quitte la salle. Le premier concerne une communication entre AKT présenté comme le Colonel Abdoul Karim Traoré et un interlocuteur étranger (malien). Il demande à son interlocuteur de dire à ses hommes de ne pas intervenir pour l’instant.

« C’est nous qui avons pris le pouvoir (…) Le pouvoir est entre nos mains (…) Si nous sommes attaqués, là ils peuvent intervenir », entend-on en substance dans la conversation. Selon le parquet, il s’agit de l’interlocuteur du Colonel Abdoul Karim Traoré était un membre de MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad).

Invité à se prononcer sur cet élément audio impliquant leur client, les avocats Dieudonné Willy et Timothée Zongo regretteront le fait de n’avoir pas eu connaissance de cet élément auparavant. Ils n’ont donc aucune observation. Leur client, lui, également s’en tient aux déclarations de ses avocats.
L’un des interlocuteurs de AKT était Sidi Lamine Omar, un Malien inculpé dans le cadre du coup d’Etat. Il dira ne pas reconnaitre sa voix dans l’élément sonore.

Après cette étape, vinrent les écoutes téléphoniques du Gal Djibril Bassolé. Elles concernent les interactions entre l’accusé et Guillaume Soro, Bénédicte Jean Bila, Adama Ouédraogo dit Damiss, Thérèse Diawara, un Malien aux ‘’oreilles blanches’’ et bien d’autres personnes.

Dans une des conversations, l’on entend Djibril Bassolé promettre de mettre le feu sur la tête de certaines personnes pour leur donner l’envie de fuir le pays. « Le mois qu’il leur reste là, ce sera l’enfer », dit-il en référence aux autorités de la transition et au leader du MPP (Roch Kaboré et Salifou Diallo). « Ils n’ont pas du tout la situation en main. D’ici là, les choses vont aller de mal en pis (…) S’il y a une compétition sans exclusion, je t’assure qu’on est déjà à Kosyam (…) Malgré les apparences, la situation est plutôt favorable », déclare le premier général de gendarmerie du Burkina Faso à son interlocuteur.

Selon les observations du parquet, Djibril Bassolé incitait les éléments du RSP à ne pas désarmer, à se battre, parce que la situation lui était favorable. Une crise militaro-politique le propulserait en pôle position, ce d’autant plus que le CDP, selon lui était décapité.

Invité à se prononcer, Adama Ouédraogo dit Damiss lui, également, dira ne pas reconnaitre sa voix. Il révèle, et ce pour la première fois, que ces écoutes qui l’impliquent ont été montées de toutes pièces dans une villa à ‘’Petit Paris’’, dans un quartier de Gounghin.

Après ces écoutes, les avocats de la partie civile disent comprendre pourquoi le Gal et ses avocats se sont battus avec la dernière énergie pour que ces éléments sonores soient écartés. « Ça fait froid au dos », note Me Prosper Farama qui rappelle que Djibril Bassolé avait pourtant dit qu’il n’était mêlé ni de près, ni de loin au coup d’Etat.

L’audience se poursuivra le vendredi 22 mars 2019.

Cliquez ici pour lire aussi Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

Lire aussi Procès du putsch du CND : Une conversation entre le colonel Abdoul Karim Traoré et le président du MLNA

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 mars à 23:24, par Le penseur En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Honnêtement le pouvoir rend mouton à plusieurs titres.On oublie toujours l’Éternel Dieu dans nos programmes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 06:41, par Hassan En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Ca fait vraiment froid au dos de noter que des burkinabé veuillent mettre le feu dans leur propre pays pour accéder à Kossyam. C’est surprenant de Bassole, triste et révoltant , on comprend alors que les attaques terroristes à répétition sur notre pays ne sont pas anodines.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 07:07, par ACHILLE De TAPSOBA En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Hommage aux MARTYRS du 30,31 Octobre 2014 et du 16,17 Septembre 2015

    Merci aux chers juges pour leur professionnalisme et félicitations. C’est très épatant car les relevés téléphoniques des différents opérateurs corroborent avec l’expertise de Mr Sanfo. Le travail des juges est sagement limpide.

    Comment peut-on s’ asseoir pour fabriquer ou falsifier des enregistrements
    Soro le rebelle/"ange" Djibril ?
    Rebecca la togolaise/"ange"Djibril ?
    "ange" Djibril/Fatoumata Diawara ?
    "ange" Djibril/Damiss ?
    "ange" Djibril/commandant Damiba ?
    "ange"Djibril/Jean Bénédicte Bila ?
    "ange"Djibril/Malien aux "oreilles" rouges

    Soyons un peu sérieux "ange" Djibril.
    La vie privée de "ange" Djibril est-elle plus importante que la sécurité nationale du BURKINA ?

    Les juges ont fait sortir le grand jeu qui a surpris les putschistes et leurs cconseils avec les relevés téléphoniques et les contenus des appels d’où la fuite des avocats des putschistes de la salle.Cela note visiblement un aveu d’échec car ils ne s’attendaient pas à cette tournure du procès avec les pièces à conviction. Tout naturellement les braqueurs institutionnels(putschistes) ne vont pas se reconnaître dans ces faits potentiellement explosifs comme d’habitude ils sont prêts à nier leurs propres familles et leurs propres existences pour sauver leurs peaux. Manifestement les mensonges des 2 généraux félons et manipulateurs n’ont pas vivement prospéré. Champions dans la ruse, ils souffrent énormément devant les juges. Durant leurs ascensions sous l’ère des frères Compaoré, ils nous ont ingénieusement fabriqué des orphelins, des veuves, des mères endeuillées parce qu’ils avaient le pouvoir, l’argent, les honneurs et évidemment les armes.
    "Ange" Djibril se voyait pleinement président après la fuite de son "dieu" Blaise Kouassi Compaoré l’indispensable en enjambant des milliers de cadavres pour entrer royalement dans les salons feutrés de Kossyam au putsch du 15 Septembre. Dieu étant Juste et Bon a décidé autrement que ces 2 faux généraux chroniquement abonnés aux mensonges et à la roublardise avec leurs complices répondent des crimes de sang qu’ils ont commis impunément sur certains de nos frères BURKINABÈS. Le bien fait aux autres te sera rendu logiquement le mal fait aux autres te sera retourné(procès). Le match est logiquement plié pour les putschistes on croise sagement les bras pour attendre la sentence finale. Se cacher derrière la réconciliation pour absoudre des crimes de sang sera une porte ouverte à l’impunité. Les familles des MARTYRS ont droit à une réponse de la part des criminels. On ne construit pas un pays dans l’impunité. Aucun BURKINABÈ ne doit tuer un autre parce qu’il est plus "fort", "craint", "intouchable", "dieu" sur terre. La boulimie du pouvoir ne doit à aucun cas conduire frontalement aux extrêmes( tueries). Que la loi s’applique toute sa dimension.
    Nous combattrons l’impunité n’importe quel prix.

    Ensemble, nous contruirons un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE.

    Un jour là vérité triomphera sur le mensonge ou l’impunité

    Justice pour Thomas SANKARA
    Justice pour Norbert ZONGO
    Justice pour David OUEDRAOGO
    Justice pour Boukary DABO
    Justice pour Salifou NEBIE

    Que le SEIGNEUR bénisse abondamment le BURKINA que nous aimons tant. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais (pur produit de Thom SANKARA et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 07:13, par Ka En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Hier, on n’a constaté pour la fin de ce procès que les juges militaires ont fait preuves de bonne volonté pour que la vérité éclate et que le droit soit dit. Et on n’a compris qu’après toute cette pluie torrentielle de passage des témoins imminents comme les sages JBO ou les hommes de Dieu, c’était dans le but de faire laver le vernis des mensonges des deux généraux manipulateurs qui ne veulent pas assumer leurs actes. Hier avec la fuite de l’avocat Bonkougou de la salle, on n’a compris aussi pourquoi son client qui la coule en Tunisie avec une maladie imaginaire, c’était uniquement de ne pas entendre les bandes sonores qui lave le vernis de leurs mensonges. Oui avec les bandes sonores, le vernis des mensonges de Djibril Bassolé le meneur de ce coup d’état dans un coup d’état à la maternel est tombé hier à la salle des banquets, et on n’a découvert vraiment la face hideuse de ce que les avocats de Djibril Bassolé et des personnes comme caca défendaient.

    Et toutes celles ou tous ceux qui étaient dans la salle hier, ont compris que s’il y a une vraie justice au Burkina, Djibril Bassolé, ou Gilbert Diendéré, deux protagonistes de baigneurs du torrent de sang, qui partage le même destin, seront condamnés à la hauteurs de leurs crimes dans les mensonges. A présent c’est certain que toutes, ou tous, celles ou ceux, qui soutiennent ces deux généraux de pacotille comme un certain caca, en lisant cette article, se sentiront piquée au vif, car toutes les supercheries de ces deux meneurs du coup d’état à la maternelle sont mises à nu.

    Oui, Sans la liberté de blâmer il n’est point d’éloge flatteur : A présent les avocats de Djibril Bassolé ou ceux de Diendéré Gilbert, doivent Commencer par dire franchement à leurs clients de plaider coupables, au lieu de les caresser dans le sens du poil pour les enfoncer de plus. Avec ces bandes sonores qui disent tout, je dis au deux généraux d’arrêter leur comédie et penser aux parents des victimes de vos atrocités et de votre mauvaise gestion de ce pays. Ayez un peu de sympathie pour ceux qui encore souffrent le martyr, en bonifiant vos mensonges pour sauver votre peau. Oui vous êtes encore en vie, mais pensez à ceux dont vous n’aviez pas donner l’occasion de vivre.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 10:09, par Mafoi En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      @Ka,nous savions depuis longtemps que yépini djibril bassolé était fortement impliqué dans ce putsch dit de la maternelle mais étant maintenant en Tunisie pour des soins imaginaires comme l’a bien souligné @ACHILLE De TAPSOBA,je crains qu’il ne revient plus au Faso

      Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 11:22, par Sapience En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      Monsieur Ka pour vous la maladie de Djibril est imaginaire, les bandes sonores qui disent tout. pathétique......etc. Mettez un point d’honneur à écrire des choses vraies et justes. N’ayez de haine ni d’amour pour rien ni personne. Il faut savoir vaincre nos illusions. La pratique réflexive permet de faire certaines critiques objectives. Mieux, méfiez-vous du caractère éphémère et trompeur des plaisirs des sens. La conduite éthique, la discipline mentale et la sagesse ne permettent aux juges d’user de preuves illégalement constituées ou obtenues. Quelle justice les burkinabè recherchent de tout cœur ? Finalement, savez vous que le déroulement du procès (le déroulé) constitue en soit une stratégie pour forcer les accusés à se conformer à leurs conclusions.

      Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 15:20, par Nabiiga En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

        Merci Sapience, j’aime ta philosophie et la manière structurée par laquelle tu as présenté ton argumentaire. Désormais, je te lirai. Ce qui me fait grincer les dents cependant est l’incompatibilité de ta philosophie et la position prise vis-à-vis ces écoutes sonores. J’ai toujours cru que tout philosophe (tu en es un) appui sur des faits indéniables pour avancer des arguments philosophiques. Je vois combien je me trompais. Comment oses-tu dire que les écoutes sonores ont été construites illégalement ? Convaincu de ton argument, fasse nous savoir comment ces écoutes aurait pu bien être construites légalement. Pour être légalement construites, aurait-il fallu qu’on leur dise qu’on allait les mettre sous écoutes ? Aurait-il fallu qu’on les avertisse bien avant de sorte qu’ils ne disent plus rien et à ce moment-là, on n’allait enregistrer que les battements de leurs cœurs ? Est-ce bien cela dont tu parles ? Je ne comprends pas les Burkinabè.

        Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 22:24, par Mafoi En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

        @Sapience,nous savons que le droit n’est pas une science exacte sinon La Fontaine n’aurait pas dit,"selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir".Tout de même pour ce qui nous concerne,les faits sont là et bien têtus à commencer par ce coup d’état indigne d’un élève de CP que tu ne peux nier sinon alors,on arrête tout de suite de discuter.Si tu es d’accord qu’il y a bien eu putsch,il faudra maintenant connaitre les différents instigateurs et quoi de plus normal que de mener une investigation approfondie en faisant appel à des méthodes classique et moderne.C’est ce qui fut fait avec brio et malheureusement pour toi,ton yépini djibril bassolé qui fait partie de l’ancien monde avec ses rasages de têtes en toute impunité de respectables Burkinabè ne se doutait pas que le monde avait bien changé.Alors il s’est mis à parler,parler,parler à travers les 4 coins du monde montrant clairement et de manière irréfutable qu’il est l’un des cerveaux de ce putsch abracadabrantesque.Coincé,trop coincé ton yépini bassolé et pour que l’un de ses majordomes comme toi vient parler de "preuves illégalement constituées ou obtenues" n’a rien de surprenant et comme vous aimez nier ce qui est évident, pourquoi voulez-vous que nous vous croyons sur parole qu’il est vraiment malade ?C’est un malade imaginaire parce que si son putsch débile avait réussi,il serait à l’heure actuelle dans une forme olympique

        Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 11:32, par SOME En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      non mon ami ka djibril ne doit pas plaider coupable sinon nous serons amenés a etre trop clement. Qu’il s’entete et nous insulte comme ils l’ont toujours fait depuis le debut, et nous en tiendrons compte : au point ou on en est il y a plus rien a perdre
      comme je disais le laisser partir pour des soins imaginaires juste au moment critique du jugement ou ces ecoutes scelleraient son sort, cela m’inquiete : mais j’ose esperer que le juge a pris des garanties sinon roch lui meme est foutu
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 12:38, par Ka En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

        Mon ami SOME tu as raison : Mais on voit avec tout ce qui se passe a la salle des banquets, il n’y a pas de doute, l’ombre et la mort des âmes tués hantent ces deux généraux de pacotille jusqu’à les clouer dans des maladies imaginaires et ils ne savent plus quoi mentir pour sauver leur peau ? Retenons qu’il n’y a jamais de meurtre parfait, et qui l’aurait cru que ces deux seront devant un juge Burkinabé ? C’est pourquoi je conclu en les demandant de s’ouvrir au peuple Burkinabé en plaidant coupable pour une clémence, car, d’une manière ou d’une autre le fou ou le menteur a toujours une vérité a dire. Porte toi bien mon ami.

        Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 12:29, par caca En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      Internaute Ka, je devais réagir quand même. Quelqu’un qui aime son pays ne peut lire les écoutes téléphoniques et garder son souffle. Sur le plan judiciaire je ne crois pas à l’implication de Gal Bassolé au putsch. Il peut avoir tenir ses propos maladroit en privé parce qu’il a été déçu de la gestion de la transition à cause de la loi d’exclusion. Je ne suis pas le Gal Bassolé pour affirmer ou infirmer, mais il me semble qu’il infirme ses écoutes téléphoniques. La présomption d’innocence m’oblige la retenue et je ne partage pas votre conviction de justice concernant la loi de talion. Dent pour dent et l’œil pour l’œil. Sur cet angle, le Gal Bassolé peut être innocent.
      Cependant, du coté éthique, je suis très déçu du Gal Bassolé, car je ne crois pas à la théorie complot. Dans ce contexte de l’éthique l’attitude du Gal Bassolé me cause de sérieux problèmes et la question que je me pose est la suivante : est-ce qu’un homme comme Mr Bassolé qui a occupé des hautes fonction peut avoir tenir de tels propos pour la simple raison qu’il a été recalé d’une élection ? On peut n’est pas être d’accord avec la transition, mais à vouloir mettre le feu pour arriver à Kosiam ne reflète pas l’homme avec les recherches de solutions. Même dans la mesure où le tribunal lui relâchait, il devait avoir honte de lui même. Je pense que quelqu’un qui veut diriger ce pays doit avoir une certaine moralité personnelle. Son côté immoral me cause de sérieux problèmes. Cependant, je connais ce qu’est un homme. Freud parlait la parcimonie qui serait un malaise profond en soi. C’est ç dire en tout être humain il y a ce sentiment de vouloir tout possédé et dominé. En français facile on parle l’égocentrisme et ou la passion personnelle d’avoir et rien que d’avoir.
      Qu’il adopte une posture pour se défendre, c’est tout à fait égal, mais manqué d’éthique ou moralité je ne cautionne pas. En plus, je ne suis pas comme vous, Ka, Achille de Tapsoba, Mafoi et Some pour l’expédier à l’enfer parce qu’il a trahi la mère patrie. Je laisse le libre choix de punir les traitres.

      Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 14:04, par Ka En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

        Tu vois caca le constat est amer en analysant le contenu de cette bande sonore, mais personne ne sait ce qu’aurait été ce constat si ce coup d’état avait réussi, nous nous retrouverons avec les Salif Diallo, Zida et autres les pieds sur terre comme ce qui s’est passé avec ceux qui disaient non à SORO pendant la crise Ivoirienne de 2011.

        En te lisant, je trouve que tu arrives en retard dans le club de ceux qui en veulent a Djibril Bassolé, un Bassolé Djibril qui a voulu vendre le Burkina a un rebelle qui se prend pour un ange appeler SORO, et qui a sauver sa tête grâce a la diplomatie buissonnière entre ADO et Roch Kaboré, mais pour combien de temps avec le fils de GBAGBO qui l’attend fermement avec sa plainte de torture ?

        Caca, dénoncer les choses qui ne vont pas n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection qui, quoi qu’il en soit, n’est plus de ce monde. Les crimes de Hitler étaient bien établis, alors que ce que voulaient faire Djibril Bassolé et SORO dans leur conversation téléphonique même si c’était privée comme tu le pense, nous serons en présence si le coup d’état avait été réussi, devant un massacre d’innocents sans précèdent. A écouter cette conversation, nous sommes en présence des Diables qui voulaient se faire passer pour des anges, pourtant derrière c’était d’éliminer les responsables de la transition, et ceux comme Salif Diallo et consorts qui voulaient planter la racine de l’alternance politique voulu par le peuple. Nous dire à SOME, Ka et d’autres de vouloir envoyer tes mentors Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré a l’enfer, c’est que tu te trompes, car, depuis la nuit des temps, l’impunité se paie d’une façon ou d’une autre. Djibril Bassolé, Diendéré Gilbert, François Compaoré, Blaise Compaoré, pour leurs crimes du passé, comme l’assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, Henri Zongo, Lingani, David Ouedraogo, et la liste est longue, leurs méfaits seront tôt ou tard sanctionnés par le seul juge suprême qui utilise des voies détournées pour frapper les abominables criminels qui veulent se faire passer pour des innocents, en réclamant aux autres de demander pardon pour les crimes qu’ils ont eux-mêmes commis.

        Répondre à ce message

      • Le 21 mars à 15:50, par SOME En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

        Mon ami caca, que tu ne crois pas a l’implication de bassole dans ces conversations avec soro, cela n’etonnera personne ; le contraire aurait paru plutôt plus que surprenant, sinon suspect. Que bassole infirme ces conversations, nul ne s’attendait au contraire. Et meme s’il le faisait (comme le souhaite mon ami Ka), on le comprendrait. Malheureusement nous savons avec qui nous avons affaire ! Il ne le fera pas !

        cet argument de conversation privé ne tient pas du tout la route : l’invoquer n’est que cette tactique éculée de s’accrocher desesperemment a quelque chose tel un ivrogne à un reverbere ! Bassolé s’obstine, meme devant l’évidence evidente ! et prend la fuite sous le pretexte d’une maladie imaginaire ! reconnaissons la bienveillance du tribunal de lui avoir evité la honte publique de re-entendre sa voix.

        Nous ne sommes pas dans la loi du talion, mais dans ce qu’on appelle la vraie justice, celle qui dit que quand on a commis un acte reprehensible, on peut etre puni (ce n’est pas automatique, c’est pourquoi on juge). A l’accusé de demontrer qu’on l’accuse à tort pour des actes qu’il n’a pas commis. Cette presomption d’innocence c’est pour faire preuve d’objectivité et éviter les subjectivites personnelles qui n’ont rien a voir avec la justice.

        Effectivement (et nous l’esperons) bassole peut etre innocent : c’est a lui de nous le montrer : c’est tout ce qu’on lui demande. Cette notion du l’inversion des preuves, c’est ce que nous appelions sous la revolution, le droit bourgeois : c’est pourquoi on avait créé les TPR : il appartient a l’accusé de prouver qu’on l’accuse à tort ; c’est lui qui a agi et est responsable et sait ce qu’il a fait ou n’a pas fait, et pourquoi. Lui au moins on lui a donné l’occasion de s’expliquer : eux ils ne l’ont jamais fait avec les Lengani, zongo et autres. Si tu fais on te fais et puis y a rien, rien et rien ! quand c’est leur de rendre des comptes sur leurs actes, on crie a la loi du talion.

        Tout compte fait le droit meme est une forme de la loi du talion : tu fais le mal tu es puni a l a hauteur de ton méfait. Sinon ce serait une injustice crasse pour la justice que de dire tu fais le mal, on te pardonne sans qu’il ne reconnaisse que là oui j’ai été un peu mechant, j’ai mal fait, etc ca arrive à tout etre humain : « Errare humanus est », mais « persevare diabolicum ».

        Or là, Bassole persevere ; c’est alors que d’ange il devient demon. Il nous a montré qu’il n’a aucune moralité, il n’a aucun sentiment, pas meme humain. Tu parles d’avoir occupé des hautes fonctions ; c’est bien cela notre malheur que nous lui reprochons : d’etre un dirigeant du pays et ne pas avoir ce minimum de moralité qui fait d’un chef un chef. Les grands hommes ne le sont pas du fait de leur fonction, mais du fait de leur stature morale. Il me plait de te lire que tu ne cautionnes pas le comportement immoral, ou plutôt amoral de bassolé. Tu as su faire ton autocritique. Mais je doute que meme relaché il nourrisse en lui toute forme de regret ou de honte.

        Oui l’egocentrisme n’est pas loin de l’egoisme ou de l’egotisme : y a-t-il d’ailleurs une difference. C’est de l’ego, cet ego qui nous pousse a vouloir posseder et posseder et posseder . C’est ce meme ego, cet gout excessif de pouvoir qui causa la chute de Lucifer, Iblis, meme adam et eve, etc selon certaines religions.

        Non Ka, Achille de Tapsoba, Mafoi et Some, nous ne voulons pas l’expedier en enfer, nous n’avons pas ce pouvoir là : il s’est expedié tout seul en enfer. Tout homme est l’artisan de son malheur ou de son bonheur. C’est là sa liberté que dieu lui a donnée. L’enfer c’est pas les autres, c’est nous-mêmes. Qu’il ait le courage d’assumer ! c’est le premier pas vers la justice.
        SOME

        Répondre à ce message

        • Le 21 mars à 18:53, par caca En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

          Dans ce cas nous prions Dieu qu’il soit guéri de sa ma maladie que vous manquez l’humanisme en parlant de ’maladie imaginaire’. Laissons aussi la justice suivre son cour légitimement avec des preuves irréfutables. Je pense que pour les écoutes téléphonique, il peut avoir une raison s’il avait bien compris l’enjeu d’éthique au départ. Mais l’aveuglement ou l’égocentrisme comme source de perversion l’empêchait de rationaliser son comportement. Je pense que si le bon Dieu lui faisait sortir dans cette situation, il fera son mea culpa.
          Il faut comprendre que Caca n’est pas celui que vous pensez, mais a son point de vue personnel qui ne suit pas celui des autres. Les intéressés poursuivis je ne les connais même pas et je n’a jamais profité du système Compaoré. C’est mon humanisme qui m’amène à tempérer mes propos. En plus, ce procès n’est pas mauvais non plus, car désormais tout responsable conscient d’une moralité personnelle ferait beaucoup attention même en privé. Au départ, du procès le directeur de la justice militaire qui voulait muscler son autorité à la burkinabé a vite compris qu’il faut être discret.
          Je pense qu’on a tous l’intérêt de vouloir un justice équitable et non celle de la loi de talion. Ce n’est pas parce que le Gal Diendéré est poursuivi pour un putsch qu’il est démon ou Diable lui-même. Sa position actuelle devait nous inspirés la compassion. Je sais que c’est dur mais nous devons dépasser le tort subi.

          Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:02, par Wadal En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Moi, une fois de plus, félicite le tribunal. Que la vérité éclate, n’en déplaise aux avocats de mauvais augure. Hé, le Burkina vient de loin et est réellement béni. La vérité est là, mais des prétendus responsables refusent de s’assumer. Le pouvoir, rien que le pouvoir et la fin justifie les moyens selon eux. Sincèrement, le pouvoir pendant 27 ans de Blaise a transformé négativement des supposés "grands" tout en oubliant qu’il y a un Etre Suprême nommé Dieu qui détermine tout. Mais qu’est-ce qu’ils pensent ? Que les faibles n’ont pas de soutien ? Voilà qu’ils (supposés grands) sont condamnés à jamais ! Burkinabè, faites le discernement entre le bon grain et l’ivraie. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 08:07, par Ca rougit l’oeil En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Je me demande pourquoi un élément aussi important soit manipulé. Mme FARAMA a-t-il une explication aux modifications diverses apportées au dossier des résultats des analyses sur ces audios ?
    Nous faisons une Justice sur mesure.
    BASSOLE est certes bien condamnable à l’écoute de ces audios ; toutefois nous brillons en matière de manipulations judiciaires et c’est TROP VISIBLE hélas (parce que ce dossier devait être intact du début à la fin) !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 09:43, par Dedegueba Sanon En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Je vais faire dans la "fiction"dans ce post, pour essayer de rendre cohérente toute cette histoire de putsch.
    Tout part de la volonté de Blaise de " passer" la main à un successeur. Le pouvoir est militarocivil, ceux qui dans son entourage qui pourront faire l’affaire, c’est Golf ou Djybi. Mais Moukila s’en mêle, à cause de ses mains souillées de sang. Si Golf prend ce n’est pas sûr qu’il ne le " livre" pas, et Djibril encore pire car personne ne peut faire confiance à un gendarme. Donc on tente de déverrouiller l’article 37 pour une prolongation, car Moukila sait qu’on ne l’aime pas lui et sa belle-mère,et ça ne passe pas. Le peuple se révolte et tout est " gâté ". Golf propose à son chef un replis tactique, le temps de contrôler la situation. Mais son pion envoyé pour contrer le CEMGA, se retourne contre eux faussant son plan. Mais lors de l’insurrection on découvre que Djiby est un traître ambitieux.
    La transition décide des élections où ceux qui étaient pour le pouvoir à vie de Blaise sont exclus. La NAFA de Djiby se retrouve épinglé du coup, Djibril voit ses ambitions compromises. Donc lui aussi ne veut pas des élections sans lui. Et voilà donc nos deux généraux entrain de comploter chacun de son côté contre la transition.
    Golf l’a joué " finement ", en se présentant comme celui qui se battait pour le chef( pas sûr que sa femme soit d’accord une fois au trône de céder sa place), Djibril lui a fait le gendarme en opérant en " souterrain ".
    Le plan de Dieu n’est jamais celui des hommes, telle est la morale de ma fiction. Aucun plan n’a réussi c’est pourquoi notre pays est vraiment un pays béni. Bonne lecture à tous et à toutes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 09:55, par SARKO En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Il faut que le tribunal demande à la CI de nous livrer SORO le rebelle . Il n’ est plus possible de régler ce problème par la voix diplomatique parce que son implication est vraiment avérée.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 10:09, par Alexio En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Djibril Bassole et son acolyte le petit Guillaume Soro sont animes par les reseaux maconiques du Grannd Orient de France.

    Des faux macons malefiques et luciferiennes par un musulman et un catholique qui ne meritent pas leur religion. Car il servent Satan par le sang verse dans les deux sols des deux pays freres et voisin.

    La Cote d Ivoire ou la Franconnerie boit le sang de ses victimes pour dominer l Afrique. Prenez une referanse a la France ou tout l admistration est sous leur control. La democratie est menacee par cette bande de maltrats qui ont embobinees nos elites par le lavage de leur cerveau par leur adhesion a cette mafia.

    Des africains qui vendent leur ames pour le pouvoir d ici bas.

    L autencite des fils telephoniques sont tres pertinents. Regardez aujourdhui le parcours politique de Guillaume Soro. Il est pour le moment le dernier rescape.

    Mais son tour arrivera avec le fil du temps. Un opportunist qui se retrouvera dans son propre filet comme un gros Poisson.

    Car on peut pas toujours tromper un peuple. Des gens qui roulent pour des forces lugubres d exterieures pour assoir un regime de la terreur et de l exploitation des maigres ressources de leur pays. Un temps pour le voleur et un temps pour le proprietaire.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 16:02, par SOME En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      mon ami alexio comme tu as raison a propos de ces gens qui gatent le nom de la franc maconnerie : vu les info et la documentation que j’ai eue sur la franc maconnerie tu as raison ; ce sont vraiment de vrais faux francs macons

      "Hamed a mis la pression sur le président pour qu’ il reçoive les Rock, mais le président a refusé.
      BASSOLE : ahhhh par rapport à la solidarité fraternelle, il n’est pas un exemple reluisant."
      oui cette fameuse solution diplomatique de roch ne me satisfait pas du tout car roch s’est soumis aux diktats de ses freres macons Et je le repeteraai toujours Oui alin coeffe peut etre fier : il a fait du beau boulot en faisant fuir bassolé. La solidarite fraternelle , il est un exempel. Blaise est entendu et peut rester tranquille
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 10:11, par De Zoodomail.com En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Voici le contenu de la supposée, écoute téléphonique (Bassolé-Soro), présenté, par le parquet militaire.

    SORO : Allô
    BASSOLE :Oui Allô
    SORO : (...)
    " Oui je vous ai dit que ça peut pas marcher, Diendéré c’est un vaurien il y a personne la-bas et qu’ il fallait avoir de la retenue, ta ta ta.... Tu as voulu envoyer le président dans le coup."
    J ai dit Amed , écoute, le président m’a dit de ne pas me mêler de cette affaire. Il m’a retiré le dossier. C’est toi qui gère maintenant, donc moi je
    suis au carreau, je ne dis plus rien.
    BASSOLE : oui oui
    SORO : il dit " bon c’est bouclé, il ne faut pas que vous allez vous tromper. C’est Bouclé, c’est Rock. Maintenant je vais te protéger. Parce que Salif dit que c’est toi qui a fait ça. Toi, BASSOLE et mayaki....c’est vous vous avez fait ça".
    J’ai dit : " Hamed, mayaki est au Quatar, Moi je suis à Abidjan ici. J’ai trop de problèmes pour faire quelque chose.
    Mais ton salif là, faut lui dire moi Guillaume soro, je dis : quand il était dans le désert de Compaore là, quand il venait à Abidjan moi je lui donnais l’argent pour manger. Maintenant qu’il croit que je suis dans désert là c’est là il veut tirer sur l’ambulance ! Ok y a pas de problème !!!
    Il dit non non il va arranger ça.
    BASSOLE : mais Hamed a eu cette posture ?
    SORO : mon cher je peux même t envoyer des mails où il est allé chercher Dr Focan du Cameroun qui devrait financer Rock. Il a connecté Rock avec Pierre Fakhoury, ils ont monté les dossiers financiers pour financer la campagne de Rock.
    Et tous ça, c’est dans le dos d’ALLASSANE et lui il ne sait pas.
    C est moi je sais. Je n’ai pas voulu dire à ALLASSANE parce qu’il va croire que je m’acharne. Mais j ai dis ça à Ibrahim.
    Hamed a mis la pression sur le président pour qu’ il reçoive les Rock, mais le président a refusé.
    BASSOLE : ahhhh par rapport à la solidarité fraternelle, il n’est pas un exemple reluisant.
    SORO : alors maintenant j’ai laissé respirer Diendere. Je suis moi même rentré dans la danse. Tu sais que quand j’étais là-bas, tous les soldats qui étaient de ma sécurité. Ils se relayaient, ils se relayaient.
    Donc je les ai pris en groupe de 10 20, 10, 20 pour leur parler et leur donner un peu l’argent.
    BASSOLE : Ça c’est bien
    SORO : Je vais continuer encore. Lá j’ai demandé à certains de leurs chefs de travailler sur leur salaire.....
    Je vais voir certains chefs, on va cotiser pour assurer ça.
    Je veux que toi aussi tu vois. Parce que quand on donne l’argent aux grands chefs souvent ca descend pas.
    BASSOLE : ça descend pas, c’est ça. Hummm
    SORO : ce que je te propose, d’ici 48heures , j’aurai un peu de fond, je peux déjà t’envoyer quelque chose pour que toi aussi tu puisse rentrer dans la base même si tu te fais connaitre par 6 ou 10.
    BASSOLE : tout à fait
    SORO :maintenant on travaille comme ça d’abord.
    1 - ça va remonter le moral du Général s’il voit que ses enfants sont chose..........
    2 - que les enfants refusent de desarmer catégoriquement et bien au contraire si on voit qu’ il y a une possibilité pour frapper, on frappe.
    BASSOLE : Hun huntout à fait
    SORO : mais cette fois là il ne faut pas qu’on frappe de façon isolée !
    BASSOLE : voilà !! Et puis...et puis. surtout il faut frapper de sorte que les dégâts qu’on va causés feront que les choses ne puisse plus redevenir à la situation antérieure. Que cette transition soit obligée de s’en aller.
    SORO : tout à fait. Moi ce que je voyais, comme je connais pas bien le rapport de force. On me fais des rapports mais toi tu es sur le terrain tu connais mieux.
    Je te propose qu’on frappe en haut quelque part là-bas, on récupère un commissariat, une gendarmerie, eux ils vont fuir........
    On me dit que l’armée est autour de Ouagadougou .
    Puis on frappe à un autre bout là-bas ; l’armée va vouloir se réorganiser pour aller vers là-bas parce que si un centimètre carré est occupé, elle est obligée d aller se battre.
    Et au moment ils décollent, on frappe dans un autre coin. Ça va les paniquer.
    Et le RSP sort maintenant en deux temps.
    Ceux de PÔ avancent sur 50 km. L’autre attaque des cibles fortes dans la ville. Cela va les désorganiser. Et puis on fait la communication à outrance.
    " Ooh la situation se dégrade au nord du Burkina, au sud, à l’Est...le Kafondo va fuir...
    BASSOLE :
    SORO : Ceux qui sont dans la ville, ils frappent les cibles c’est à dire qu’on a l information que X ou Y est là on va là-bas et on frappe brutalement.
    Une fois que c’est fait on prend le truc, on t’installe.
    On va nous menacer quelques jours Mais après on est déjà assis. On va faire comment ? Ils sont obligés de discuter avec nous.
    BASSOLE : oui oui ils sont obligés de faire avec.
    Soro : Est ce que tu as quelqu’un a qui je peux faire passer les moyens pour que toi tu puisse......?
    BASSOLE : Absolument. Je vais t’envoyé par SMS deux contacts téléphoniques. Que ça soit l’un ou l’autre, il suffit de leur indiquer comment ça marche ils vont suivre.
    SORO : très bien
    Ah mais je suis plutôt rassuré. C’est dur mais on va y arriver
    BASSOLE : oui oui c’est dur mais on va y arriver. J’ai bien travaillé avec l’équipe rapprochée ce matin, ils ont même demandé des piqûres pour la base. Au moins qu’ ils tiennent bon.
    Qu’ils invoquent le fait qu’ils pensent qu’ils ont été trahi, qu’ on leur avait promis qu’aucun militaire ne serait plus dans l affaire c’est pas fait ; ensuite qu’ ils auraient quelques gages, quelques garanties, y a rien de bon...... Donc ils ne veulent pas coopérer.
    SORO : Et puis il faut leur dire qu’ il y avait ECOMOG et puis ils ont pris Samuel Doe on l’a découpé
    BASSOLE :
    SORO : AAH on a beaucoup travaillé. Je commence à sentir les gens là. Au départ les éléments étaient dans la posture de régalienne mais maintenant ils commencent à sortir et savent qu’ils sont au bord de la rébellion.....
    BASSOLE : je leur ai dis ce matin que ce qu’on veut vous faire c’est un DDR. J’ai dit si c’est un DDR allons-y carrément vers un accord global et auquel le DDR n’est qu’une partie. Là vous pouvez avoir quelques compensations politiques. Mais si c’est un DDR genre capitulation c’est comme si l’armée venait à vous battre, donc vous êtes obligés de capituler. Or on vous a pas battu et on vous demande de désarmer de remettre les flings...
    personne n’a vu ça ailleurs
    SORO. : Mais il y a deux personnes là-bas en tous cas quand on va finir cette affaire j’espère que tu vas accepter que moi je règle ça. Salif Diallo et un certain sherif.
    BASSOLE : ahhnnn
    SORO : Non non BASSOLE, ces gens là ne peuvent pas vivre et vous allez rester tranquille.
    C’est à dire que quelque soit ta bonne volonté, ceux-là ils vont pas être vivants et le Burkina sera tranquille.
    Est ce que tu crois que nous pourrons arriver à faire ce que nous sommes entrain de faire si Tagro et IB vivaient ?
    C’est que tous les deux jours, ils allaient faire un coup d’Etat
    BASSOLE :
    SORO : Tu m’envoie les contacts et au plutard mardi je vais t’envoyer les fonds......
    BASSOLE : rire..Ok. Et merci hien pour la précision de la position du Grand chef
    Vraiment on m’avait dit qu’ il avait des compensants mais je savais pas que.........
    SORO : est ce que tu as un mail sécurisé ?
    BASSOLE : non
    SORO : Quand on va se voir je vais te montrer des documents.
    Tu sais BASSOLE. Je l’ai infiltré. (Ndlr Ahmed Bakayogo).
    Il a envoyé son petit frère, d’ailleurs le coup l’a suppris là-bas.
    Son petit frère est parti avec un émissaire chez Rock pour voir les modalités du financement de sa campagne, mais comme il est intelligent il dit qu’ il va donner un peu un peu à chacun (les deux candidats ) parce qu’il a vu aussi zephirin Diabre
    Moi comme je croyais pas que les élections allaient se tenir donc je suis resté tranquille.
    Et puis BASSOLE la crise qui a commencé là faut pas croire que c’est pas une affaire de 2 ou 3 mois Hein ! Toi même tu as fait l’accord politique de Ouagadougou, tu sais au moins.
    BASSOLE : moi j ai dit que aussi longtemps qu’on a pas vidé le contentieux, les élections ne pouvaient pas avoir lieu.
    Moi j ai dit ça aux Blancs là, ce n’est pas parce que moi je suis exclu.
    Il suffit que la date du 11 saute et plus personne ne pourra dire quand est-ce qu’on pourra avoir des élections. (...)
    Ça va aller dans tous les sens.
    SORO : Non. Bassole, si on saute le 11, eux même seront dans l’illégalité. La Transition était là pour 10 mois afin d’organiser les élections. Mais si les 10 mois arrivent et il n’y a pas d’élection, mais eux-même, ils tombent dans l’illégalité au-delà même de l’ illégitimité.
    BASSOLE : ahnnn
    SORO : Tu vois.
    BASSOLE : Moi même je vais voir mes gens là pour qu’ils commencent à parler de ça.
    (...)
    SORO : Voilà...
    BASSOLE : OK. Merci Président
    SORO : Allez, porte toi bien
    BASSOLE : Merci

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 11:39, par caca En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      Internaute De Zoodomail.com, où avez vous récupérer cet échange téléphonique ? Il y a une évidence étonnement des échanges. Mais, il s’agit évidement un échange privé où une certaine sympathie semble partager avec les putschistes. Je sais que pour les juges d’opinion la culpabilité est très bien prononcée et le Gal Bassolé est un complice. Personnellement, je me garde d’une conclusion facile car la maladresse des propos n’explique pas forcement une complicité et une intention. La question que je me demande est d’ordre éthique. Est-ce normal qu’un homme comme le Gal Bassolé puisse tenir de telle conversation en privée avec les inconnus sur une situation qui devait nécessiter une retenue.? Surtout quand on a occupé des fonctions comme celle de Mr Bassolé. Il est vrai que la loi d’exclusion de la transition a créé un certain malaise et une frustration au milieu de la classe politique. Mais je pense également quand on je veux aussi devenir le premier magistrat de ce pays, on doit aussi avoir une haute moralité et une maitrise de soi. Je ne suis pas les internautes comme les Ka, Achille de Tapsoba, Mafoi et Some pour une expédition à l’enfer avant la sentence du juge Seidou. La présomption innocence oblige une retenue de vouloir se faire sa propre justice. Je ne crois pas à la théorie du complot et je peux comprendre aussi les circonstances de la transition avec ses règlements de comptes que des gens veulent se venger. Mais le Burkina appartient à nous tous, et les frustrations ne sont pas nées chez nous seulement. Le monde est faite d’injustice et certains ont toujours été victimes.

      Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 11:42, par SOME En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      merci mon frere de nous raffraichir la memoire Mais au moins ca permet a certains qui ne l’avaient pas de voir par eux memes
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 12:10, par Ka En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      Je confirme : C’est ce qui a été fait entendre par toutes et tous : Et celles ou ceux qui connaissent Djibril Bassolé ou SORO, phonétiquement les voies correspondent sans hésitation à leur voie. Merci à ZOODMAIL.COM de reproduire l’intégralité de l’écoute pour ceux qui n’ont pas pu assisté hier a la salle des banquets ou l’avocat Bonkougou a fui comme un voleur pris la main dans le sac a ce procès. Mon ami Mafoi, Djibril reviendra, car, a ce que je pense, des accords pour son retour ont été signés entre les autorités Tunisienne et celles du Burkina avant son évacuation, car c’était repris de justice.

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:02, par HAD En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Aider moi à éclairer ma lanterne pour le cas Djibi qui remet en cause l’authenticité de la pièce sonore et en même temps se plains de violation de vie privée.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 11:49, par Sapience En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Chers Internautes,les hommes politiques sont tous pareils. Rappelez vous ces phrases : c’est nous qui avons brûlé l’hémicycle, ...s’ils brûlent une maison brûlons dix ; si nous acceptons un gouvernement d’union, nous sommes tous morts ; achat de carburant, de machettes ; de bâtons de pelles ; etc. Tous ces comportements pour accéder au pouvoir ou le conserver. Les burkinabé doivent prendre conscience des dérives d’où qu’elles viennent et les combattre.
    Chaque crise représente non seulement un danger mais également une occasion de transformation. Le pays ne trouvera son salut que lorsque chaque citoyen aura compris qu’il doit cesser de jouir des avantages éphémères de ce monde et que toute peur de perdre quoi que ce soit aura quitté les uns et les autres. Agir selon l’Idéal.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 14:00, par HORUDIAOM En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Avec ces éléments sonores, tout est plié pour les putschistes. Leurs soutiens doivent revenir pied sur terre car on ne peut plus cacher le soleil avec la main. Quand je dis que la génération des politiciens actuels ont failli à leur mission, nul besoin de gesticuler encore. Pour le pouvoir, ils sont prêts à tout. Pour être réaliste, Bassolé et Diendéré doivent de rendre à l’évidence et demander pardon au peuple Burkinabè et aux familles des victimes car leurs arguments ne peuvent plus prospérer. Que Dieu nous aide.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 15:07, par Doudou En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Mon Dieu ! les faits sont gravissimes.Le premier général de Gendarmerie du pays qui conspire avec un truand pour conquérir le pouvoir quitte à verser le sang de ses compatriotes pour arriver à ses fins.
    Le Burkina l’ a échappé bel. Quand je pense que ce mec a occupé de hautes fonctions dans ce pays... chef d’état major de la Gendarmerie nationale..Ministre de la Sécurité, Ministre des Affaires Étrangères.. Ministre d’Etat...il aurait vendu ce pays et tous ces habitants pour deux balles pour peu que l’occasion se prête. La retranscription fait froid au dos.
    Quelle justice !!! et on permet à un mec comme ça d’aller se soigner à l’extérieur alors que le voleur de peccadille à la MACO ne peut même pas bénéficier d’une permission le week end. c’est grave si Bassolet ne revient pas vivant dans ce pays, le tribunal à commencer par son président doit se retrouver au gnouf.

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 17:41, par SOME En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

      oui mon frere tu vois que quand on disait ca certains insultaient Maintenant la verite est là Chacun de nous dans ce pays voit qui est vraiment qui.
      cette fameuse jsutice sous blaise ne donanit meme pas l’occasion d’etre jugé. Cette justice en general au burkina qui "...permet à un mec comme ça d’aller se soigner à l’extérieur alors que le voleur de peccadille à la MACO ne peut même pas bénéficier d’une permission le week end" Et c’est eux dont on parle de droits de l’homme, d’iclusion, etc Et comme tu dis si bassole ne revient pas on va voir ce qu’on va voir dans ce pays C’est la faute au president roch
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 17:03, par Bigbalè En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    A mon avis, les Conseils (Avocats) de ces deux pauvres généraux ont plus tôt fait plus tord que de biens à leurs clients. Je pense qu’ils auraient dû se reconnaître coupables dès les premiers instants du procès et aussitôt, demander pardon aux familles touchées par leurs actes. Cette démarche aurait pu préparer les Burkinabè pour une vraie réconciliation loin de celle qui nous a été servie par Blaise Compaoré lors de ces lugubres journées nationales du Pardon. Si ces généraux ne sont pas condamnés pour une raison ou pour une autre, que l’on sache que le Burkina n’est pas encore sorti de l’auberge.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 17:24, par Bougoum Masga En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    J’etais dubitatif quant à la culpabilité réelle de certains fils de ce pays au cours de ce procès, mais j’avoue que la lumière des faits récents me fait revoir mon jugement. Ces enregistrements font véritablement froid dans le dos... Quel cynisme !

    Comme on le dit chez nous, on ne peut pas cacher le soleil avec une main ; et la culpabilité de Bassolé est criarde voir même aveuglante quand on écoute ces enregistrements malgré les subterfuges des avocats de la défense. Des gens qui planifiaient des assassinats et de faire venir des terroristes dans le pays à partir du Mali pour prendre le pouvoir ? Et nous sommes toujours entrain de nous interroger sur les auteurs des attaques terroristes non revendiquées dans notre pays depuis lors ? Si vous ne voulez pas voir la réalité en face c’est que vous êtes vous-mêmes de mauvaise foi.

    D’ailleurs, cette évacuation supposée « sanitaire » à l’approche de la diffusion des écoutes est tout simplement un aveu. Connaissant Bassolé, si ces enregistrements étaient réellement fabriqués, étant innocent il aurait tout fait pour être présent à leur diffusion. Seul les personnes qui se savent coupables détournent le regard quand on leur montre les preuves de leurs crimes. Un véritable innocent ne peut pas être ébranlé par une pièce qu’il considère comme un montage.

    Ces gens sont des criminels de la pire espèce, et ils ne méritent aucune pitié ni aucune considération de notre part car ils n’en ont eu aucune pour les victimes du putsch et pour les centaines de morts qu’on a eu depuis l’avènement du terrorisme dans ce pays.

    Qu’ils soient sanctionnés à la hauteur de leur malveillance ! Les âmes des innocentes victimes et de nos soldats, tombés pour la patrie, le demandent.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 17:52, par armel En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Monsieur some,merci pour vos analyses pertinentes,mais sachez que le président Roch n a jamais adhéré à la franc maçonnerie, malgré les pressions.je vous met au défi de prouver le contraire

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars à 19:30, par warzat En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Il y a de quoi avoir des sueurs froides. Qu’est ce qui peut amener un homme à penser vouloir poser de tels actes contre ses propres frères et même rouler le supposé responsable du coup promotionnaire et ami dans la farine en faisant un coup dans le coup. Certains diront que c’est la soif du pouvoir. Mais être chef, c’est des gros problèmes à gérer, c’est des angoisses. De plus un chef ne doit pas être craint, mais plutôt aimé.On était pressé pour rien, on comprend maintenant pourquoi même malade, la justice le laissait croupir en taule. Le gars avait même des djihadistes pour l’aider,à tuer ses propres frères. Dieu aime notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 15:02, par la vérité En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    En lisant les conversations téléphoniques on ne peut qu’avoir froid au dos.
    Dieu aime le Burkina Faso c’est pour cela que tous ces plans machiavéliques ont échoués. Dieu nous a épargné du pire.
    Ne dit-on pas qui sème le vent récolte la tempête. Chacun doit assumer sa part de responsabilité devant Dieu et les hommes.
    Pour ceux qui n’ont pas encore compris sachez que devant le tribunal de Dieu tout un chacun verra défiler ses actes : pas de possibilité de parler de complots. Alors faites le bien pendant que vous être sur terre et surtout confiez vous à Dieu et à son fils Jésus-Christ pour hériter le paradis.
    Bravo aux juges qui font leur travail avec professionnalisme. beaucoup avait décrié la justice en disant qu’elle fait mal son travail. On se rend compte que c’est le contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars à 09:37, par Bigbalè En réponse à : Ecoutes téléphoniques de Djibril Bassolé : Le feu et l’enfer pour atteindre Kossyam

    Que Guillaume Soro sache que sa descente aux enfers a commencé ! Il finira par payer ce qu’il a fait subir aux Burkinabè. Avec tout le respect qu’on lui doit en tant être humain, Guillaume Soro que certains citoyens à tort ou à raison qualifie de "petit porcelet que les Burkinabè ont accueilli, hébergé dans un enclos douillet à Ouaga 2000 pour le protéger, nourri et engraissé pendant des années par les mains de Burkinabè", oui, ce Monsieur n’a trouvé mieux que de comploter pour tuer des Burkiabè, pour mettre ce pays qui l’a hébergé à feux et à sang en guise de reconnaissance ! Comme il n’est plus Président de l’Assemblée de Côte d’Ivoire et s’il estime qu’on l’a sali à tord, qu’il descende à Ouaga défendre sa réputation d’homme et de digne descendant des Soro ! Oui, ce petit monsieur qui se croit grand a encore du chemin car ses repères de grandeur ne sont que de repères de petitesse absolue. C’est le propre des ingrats et malhonnêtes et nous ne pouvons que constater que ce Monsieur qui faisait croire qu’il défendait les faibles sous Laurent Gbagbo n’est qu’un criminel et il paiera pour ces crimes avant sa mort s’il plaît à Dieu. Sans haine !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch de 2015 : Me Antoinette Ouédraogo déplore la haine vis-à-vis de certains hommes politiques
Procès du putsch de 2015 : « Il faut se méfier des donneurs de leçons », requiert Me Patrick Monté
Procès du putsch du CND : "Bassolé réaffirme son innocence"
Procès du putsch de 2015 : « Si on ne se pose pas les bonnes questions, on met le pays en danger », avertit Me Antoinette Ouédraogo
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés