Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka De son émission \" Archives d’Afrique

Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 20 mars 2019 à 14h21min
Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

Le parquet militaire a procédé à la diffusion des écoutes sonores du général Djibrill Bassolé ce mercredi 20 mars 2019. Nous vous proposons dans les lignes qui suivent quelques extraits de ce que le Gal Djibrill Bassolé a dit à ses interlocuteurs

• "Donc ils [Salif et Roch] pensent que les élections auront lieu quoi ? Feu que nous allons mettre sur leurs têtes là, ils vont fuir laisser le pays".

• "L’essentiel, c’est que les gens là fuient le pays. Le mois qu’il leur reste là, ce sera l’enfer".

• "Ils n’ont pas du tout la situation en main. D’ici là, les choses vont aller de mal en pis".

• "S’il y a une compétition sans exclusion, je t’assure qu’on est déjà à Kosyam".

• "Malgré les apparences, la situation est plutôt favorable".

Selon l’observation du parquet, le Gal Bassolé incitait les éléments du RSP à tenir tête, à ne pas se désarmer, car la situation lui est favorable ; cette crise est politique et militaire. C’est pourquoi, le parquet a qualifié cela d’un "coup d’État dans un coup d’État".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 mars 2019 à 14:33, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    intéressant. maintenant il n’a plus fait le coup d’etat du CND.RIEN !
    mais il a fait un autre coup d’etat dans le coupt d’etat ! vous vous etes des gas d’un haut vol, vous savez ca ???

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars 2019 à 19:48, par Yako En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

      Hum...Tout ca va se terminer tres mal si le politique ne se ressaisit pas pendant qu’il est encore temps.Ce proces la est la suite logique des evenements des 30 et 31 Oct. 2014 dont le peuple ignore les dessous confirmant ainsi ce que bon nombre des Burkinabe ont toujours cru. c.a.d notre pays a ete victime d’un reglement de comptes au sommet de l’etat les 30 et 31 oct. 2014.Bref.Salif/Rock ont perpetre un putsch le 30/10/2014 le RSP tente de renverser le couple Salif/Rock (Zida simple marionnette au service du couple) le coup echoue.Et on reprend les hostilites sous une autre forme (tribunal) pour l’instant c’est le triumvirat-1 qui mene mais pour combien de temps ?Pauvre Burkina.

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 14:42, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Hi ! Hi ! Hi !
    Où est Caca, qu’est-ce qu’il peut avoir à dire cette fois-ci ?

    Djibril voulait vaille que vaille être a Kosyam et il peut se permettre le luxe d’être malade pendant le procès. Hi, Hi, Hi

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 14:43, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    "Nous vous proposons dans les lignes qui suivent quelques extraits de ce que le Gal Djibrill Bassolé AURAIT DIT à ses interlocuteurs" !!

    VOIR SUR INTERNET ET DANS MON TÉLÉPHONE !!

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 14:56, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Je n’a rien compris l’intérêt de l’article. "Donc ils [Salif et Roch] pensent que les élections auront lieu quoi ? Feu que nous allons mettre sur leurs têtes là, ils vont fuir laisser le pays". Pourquoi les noms de Salif et Roch sont entre crochet ? Si je comprends bien les échanges le mot "ils" renvoi à Salif et Roch. Franchement beaucoup de burkinabé croient à la culpabilité du Gal Bassolé qu’ils sont devenus paranoïaques. Un général devenu grabataire qu’on veut tout faire pour envoyer aux enfers des prisons burkinabé. Je me demande à quand le Bon Dieu délivra ce pays de ce marasme.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 16:43, par Objectivité En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Mr Caca, comme tu parles souvent au hasard, il faut comprendre maintenant le file des événements. On arrête pas quelqu’un au hasard. Attendons de voir la suite et soyons patients.

    Répondre à ce message

    • Le 20 mars 2019 à 18:55, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

      Objectivité vous manquez réellement d’objectivité dans vos analyses. Qui parle au hasard ? Je donne simplement mes points de vues personnelles. En quoi le file des événements que vous évoquez ? Comme tout le monde, c’est le putsch imputé au Gal Diendéré et le RSP qui le file des événements majeurs. Il y a certainement des preuves fantasmatiques dans l’imaginaire de certains burkinabé. Mais le juridique a bien ses principes et ceux-ci sont soumis à des critères précis. La justice commande des preuves irréfutables et un non discours factuel. Prendre une conversation téléphonique comme preuve de conviction, je trouve celle-là éphémère. C’est facile de démentir un propos, mais une preuve écrite et signer est difficilement défendable. Dans le forum les gens me prétexte des intentions que je n’ai jamais imaginer et cela ne fait de moi un complice du putsch. C’est pour vous dire que ce qui est rapporté serait une preuve éphémère devant justice équitable.

      Répondre à ce message

    • Le 20 mars 2019 à 20:38, par qdm En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

      En generale je critique Caca, mais là il a raison. Sur quelle base les "ILS" est t-il remplacé par [SALIF et ROCK] il auraient pu metre NDR (note de la redaction) mais là rien. Comme si on cherche coute que coute a enfoncer Bassolet. Pourquoi ne pas remplacer le "ILS" par [Blaise et François] ?

      Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 17:09, par  ??? En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Qu’est ce que cette conversation prouve ?
    Qu’il a fait le coup ?
    Mettre le feu est un terme utilisé courament au burkina. Donc c’est ça la preuve ?
    On a besoin de faits ou des chose irrefutables qui le rattachent au coup. C’est quoi cet article ? ou est le coup dans le coup dans tout ça ? LE titre est trompeur

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 18:09, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Enfin ! Voilà quelque de probant enfin ! Nous comprenons mieux à présent les choses que le Tribunal nous a savamment caché jusque-là. A messieurs les membres du Tribunal Militaire, nous reconnaissons maintenant le "professionnalisme" avec lequel vous avez mené minutieusement les débats. La seule chose à retenir, c’est que vous nous avez eu et bien eu. Bravo à vous.

    En effet, depuis le début des débats après les gesticulations des Généraux Diendéré et Bassolé, on avait beaucoup de difficultés à cerner le fondement de l’implication de "Général de Bassole", premier Général de Gendarmerie depuis l’histoire des Pandores dans notre pays depuis la Haute-Volta à nos jours ; Grade qu’on pourrait qualifier d"Etoiles obtenues par des tricheries", si ce n’était que ses échanges téléphoniques qu’il avait eu avec SORO qui de son côté a aussi des emmerdes des faits de ses empressements. D’ailleurs ce dernier par tous les moyens (fausses déclarations, dossiers bidons introduits auprès des Tribunaux sous-régionaux et même de l’ONU) pour endormir et faire croire qu’on le pourchassait simplement parce qu’il était un "Politicien populaire, intelligent" très adulé par le peuple. Mais de quel peuple il s’est agi avec son NAFA. En dehors de ses fiefs de Nouna et de Réo (ce qui n’est pas non plus assuré à en croire aux données et rumeurs qui ont circulé et circulent dans ces régions sur son compte,) il ne comptait aucun oiseau dans tout le pays pour être un Président. C’est dire qu’il a, au bénéfice de ces sorties professionnelles hors du pays, réussi à tromper plus d’une personne pour se faire des amitiés-bailleurs de fonds en faisant croire qu’après Blaise Compaoré, il n’y avait que lui, Maître Suprême de la Loge Franc-maçonnique au Burkina Faso pour être PRESIDENT DU FASO. Même que son ami et promotionnaire Diendéré l’y avait cru.

    Le déclic est intervenu lors des débats quand il a dit entre autres, nous le citons : Quand j’ai été informé de l’arrestation du PF, du PM et des membres du Gouvernement, je me suis immédiatement retiré à Koudougou (son fief) pour ne revenir que le lendemain prendre mon avion, fin de citation. Nous nous sommes posé donc la question de savoir pourquoi une telle fuite de sa part en sa qualité de 1er Officier Supérieur de toute la Gendarmerie Nationale (unique et première Général de ce Corps), puis, une fuite qui s’est poursuivi avec son départ du pays au bénéfice de la situation embrouillée que le pays vivait en ces temps-là si ce n’était pas pour aller planifier ce qu’on vient d’entendre qui n’était que "confirmation des données véhiculées par les Réseaux sociaux".

    Au fil des débats, un gentil Internaute dans un partage faisait ressortir de sa lecture que Bassolé avait fait un bébé dans le dos de son ami et promotionnaire Diendéré. Du "Taper-dos" quoi. Un tel scénario passait difficilement car tout le monde pensait, imaginait une Complicité entre les deux dans le Coup. Maintenant les choses étant plus claires que jamais, Diendéré est plus qu’un "Gaou". C’est un "Gnata". Qu’il est vraiment intelligent ce Monsieur-là. D’ailleurs dans d’autres partages lus durant tout le procès, des avertis l’ayant connu dans sa vie professionnelle et qui ont bien analyser ses comportements et ses traitrises lors dans le TPR (Tribunal Populaire de la Révolution) de l’Or de DEMBEGA avaient déjà lancé de forts doutes sur sa sincérité dans cette affaire de Putsch manqué. Ils n’avaient pas tord. Ce dont nous sommes sûr, c’est le Sieur DEMBEGA dans la profondeur de sa tombe ne cessera de le maudire. Il en est de même pour le MDL-Chef Somdah qui dans sa jeunesse a été trahi en jeté dans la rue. Il en est mort. que Dieu lui pardonne de ses péchés. Quant à l’Adjudant-Chef SANOU, ne pensez pas avoir perdu car vous avez toujours la Vie et aurez l’occasion de savourer la vengeance divine sur ce Supérieur qui vous a fait les choses dans les narines.

    La moralité que l’on pourra et devra retenir de cette Affaire de Putsch manqué de Septembre 2015, c’est que même en AMITIE et ce à tout moment, on peut être trompé. Oui que c’est en 3ème Larron biblique que Bassolé voulait, poussant Diendéré et ses éléments du RSP d’alors avec l’aide des Badiel, Nion, Touareg et consort à la bêtise, il avait planifié au moment voulu, lui prendre le fruit de Kossyam bien mûri en se passant pour le représentant du Christ.

    Comme quoi, à se croire plus malin que les autres, on finit par être rattrapé par ses propres turpitudes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 19:42, par M.S. En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Un sage adage de chez nous dit ceci : "Allons toujours doucement quand on est pressé"

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2019 à 22:11, par Aemed En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Cela surprend énormement, surtout le langage, est vrai que Djibril s’exprime ainsi ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2019 à 06:44, par Jumeau En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Ils feront tout pour condamner le Général, même avec des preuves de pacotille comme cette conversation. Règlement de compte.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2019 à 08:04, par kouka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Vivement que ce procès finisse. on verra ce que le pouvoir va inventer encore pour distraire les burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2019 à 08:07, par SIDZABDA En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Dieu laisse chacun agir à sa propre guise et au temps qui lui imparti, Il manifeste la grandeur de son Nom. Comme le Chante un musicien :<< le deuxième Nom de Dieu c’est ’’le Temps’’>>. Et j’ajoute ’’Rien de caché ne sera révélé, rien de secret ne sera connu’’. Ayons la patience et foi en Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2019 à 17:24, par Jean-Pierre MAGNE En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Ma petite maman disait :
    "quand on veut se débarrasser de son chien, on l’accuse d’avoir la rage".
    et bien sur sans faire d’analyse biologique..!
    Ceci n’est pas sans rappeler les accusations de "sorcellerie" d’il y a quelques années...mais finalement, peut être que ce n’est pas en années que cela se compte ...
    Amitiés a tous
    Docteur jp Magne

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2019 à 21:29, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Hé ! Burkina : les ambitions présidentielles c’est l’ex - président Blaise qui les ont créés avant l’insurrection.En effet, avant 2014 lorsque le pouvoir était chancelant ,des rumeurs avaient circuler que Blaise aurait proposé de remettre le pouvoir à Rock et que c’est François qui s’était opposé ; par la suite Blaise aurait laissé entendre que le Burkina ne peut pas être dirigé par un civil ;alors il aurait proposé Bassole et c’est Diendere qui aurait marqué un refus ; ainsi donc Blaise choisit Diendere et François dit niet que ça devrait être lui ;c’est dans ces zigzags que Blaise decide de garder le pouvoir quitte à tripatouiller l’article 37. Avec l’insurrection Blaise est parti mais les ambitions présidentielles qu’il a mis dans la tête de certains sont restées intactes ;voilà pourquoi il devrait y avoir un coup d’état dans un coup d’état . Mais comme c’était des rumeurs qui ont l’air de se confirmer ; Rock voulait être président ;Bassole voulait être président ; Diendere voulait être président ;François voulait être président ;même dans les élections les candidats sont nombreux ,mais c’est un seul qui sera vainqueur. La patrie ou la mort , nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2019 à 11:57, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Ce message n’est pas de Ka. Je voudrai dire a celle ou celui qui utilise mon pseudo croyant me mettre en colère, qu’il se trompe : Pour moi, il te faut plus. Etre Ka est d’avoir une dignité de suivre sans détour son idéal. Ce que tu fais chère sœur ou cher frère, s’appelle du vol ! Que penseront tes enfants et de ton entourage, que tu voles un pseudo d’une autre personne pour se faire lire ? Même si ton acte n’est pourra pas être puni par moi que tu vole, il y a une justice divine dont tu n’échapperas pas. Si vraiment tu m’aimes a ce point jusqu’à vouloir être Ka, tu devais venir sur le forum avec un autre pseudo et des critiques et autos critiques qui vont pour le peuple comme je fais depuis les créations des sites des réseaux sociaux d’information de notre pays. Merci d’avance.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2019 à 14:47, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Un 2 eme ka se plaint que son pseudo a ete utilisé .sache que mol je ne t’insulterai pas vu mon éducation.cest par t’a réaction que j’ai su qu’il y avait un autre ka en toute honnête. Le titulaire du site sait bien qu’il ne s’agit pas de la même personne car nous n avons pas le même courriel ; c’est Dieu seul qui est unique .comme tu pense etre un pseudo dieu, le vrai Allah de jugera .En attendant peux tu compter le nombre de kabore
    arouna, kiemde amidou ,kiemtore aissa, kiendrebeogo alioune, kiedega ami etc..... qu’il y a au burkina ? Si tu veux tu peux changer tes initiales et evites de t’en prendre aux gens unitilement,car nous n’avons pas les mêmes analyses sur la situation politique,économique,administrative et socioculturelle Ce que tu viens de faire c’est tout simplement de l incivisme.corriges toi pour toujours ; un conseil d’ami .

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2019 à 17:38, par Pifo En réponse à : Procès du putsch du CND : Le parquet militaire qualifie de « coup d’État dans un coup d’État » les écoutes de Bassolé

    Ce titre vient à propos pour ceux qui aiment les recherches : lisez les propos du français Roger sebbagh les dividendes devraient échoir à Djibril bassolet, se sentant trahi par ses amis qui en réalité roulaient pour Bassolet, Diendéré préféra jeter l’éponge.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés