Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Lutte contre l’extrémisme violent : Un consortium d’organisations lance le projet « Ensemble pour le dialogue ! »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 14 mars 2019 à 12h08min
Lutte contre l’extrémisme violent : Un consortium d’organisations lance le projet « Ensemble pour le dialogue ! »

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawdogo, a présidé, ce jeudi 14 mars 2019, l’atelier de lancement du projet « Ensemble pour le dialogue ! ». Un projet porté par un consortium d’organisations avec à leur tête Progettomondo.mlal, et qui intervient dans six communes de la province du Kénédougou, à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou pour la prévention de l’extrémisme violent.

Prévenir l’extrémisme violent par la promotion et le renforcement de la cohésion sociale à travers la promotion du dialogue interreligieux et intercommunautaire, c’est l’objectif visé par le projet « Ensemble pour le dialogue ! ». Un projet porté par un consortium d’organisations composé de l’OCADES (Organisation catholique pour la solidarité et le développement, Caritas Burkina), du CERFI (Cercle d’études, de recherches et de formation islamique), du SIRABA (Centre de formation artistique et artisanal Désiré Somé), de l’ACMUR (Arts clowns, marionnettes et musique dans nos rues), de l’association KEOOGO, du RAJ (Réseau Afrique jeunesse) avec comme chef de file l’ONG italienne Progettomondo.mlal.

Le projet est financé par l’Union européenne et est mis en œuvre depuis janvier 2019 dans six communes de la province du Kénédougou à savoir Morobala, Orodara, Samogohiri, Sindo, Koloko et Kangala, ainsi qu’à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou, pour une durée de 30 mois.

A travers ce projet, il s’agit, selon Marianna Mormile, représentante pays de Progettomondo.mlal, de renforcer les capacités des acteurs des associations religieuses, des organisations de la société civile et des autorités locales, afin qu’ils puissent faire face au phénomène de l’extrémisme violent et de la radicalisation qui gagne du terrain au Burkina Faso. « L’idée du consortium, c’est de renforcer les différents acteurs dans leur travail au quotidien, dans leur rôle, afin de pouvoir être plus résilients envers ce phénomène », a-t-elle laissé entendre.

Marianna Mormile, représenrante pays de Progettomondo.mla

Et cela passe par trois axes d’intervention. Le premier axe concerne l’instauration d’un dialogue intercommunautaire pacifique, solide, inclusif dans les zones d’intervention avec les représentants des associations religieuses et leaders communautaires comme régulateurs et catalyseurs du discours religieux.

Le second axe vise la mise en place d’un canal de concertation permanent et durable pour la promotion d’une culture de respect des droits de l’homme entre les Organisations de la société civile (OSC), les acteurs institutionnels et les autorités locales. Le dernier axe, lui, concerne la formation des opérateurs socioéducatifs des OSC que sont les associations de jeunes et de femmes, les associations religieuses, laïques, les clubs sportifs et les acteurs institutionnels (Maisons de jeunes, établissements scolaires) en psychopédagogie de l’adolescence. Ce qui devrait permettre aux jeunes d’avoir les clés pour résister à la radicalisation et à l’extrémisme.

Siméon Sawadogo, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale

Il est aussi prévu des formations sur la communication positive au profit des journalistes, des forces de défense et de sécurité et des partis politiques, afin qu’ils s’engagent davantage pour une meilleure cohésion sociale.

Un projet important pour le Burkina Faso

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, accompagné de la ministre déléguée à la Cohésion sociale, a salué l’importance du projet porté par le consortium. Et cela, au regard du contexte national marqué par l’incivisme, l’intolérance et la radicalisation de la jeunesse avec pour conséquences entre autres les attaques terroristes qui endeuillent les familles et mettent à mal le développement du pays. C’est pourquoi, il n’a pas manqué d’affirmer la disponibilité de son ministère à accompagner le projet pour sa réussite.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés