Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • mercredi 13 mars 2019 à 23h06min
Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

Un nouveau témoin, et non des moindres, est passé à la barre du tribunal militaire ce mercredi 13 mars 2019. Le ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Moumina Shérif Sy, occupait les fonctions de président de Conseil national de la transition (CNT) pendant les évènements de septembre 2015.

Entré en clandestinité aux premières heures du coup d’Etat le 16 septembre 2015, le témoin Shérif Sy est revenu sur les évènements qui ont marqué cette période. Le 16 septembre 2015, lorsqu’il a appris l’arrestation de l’exécutif de la Transition, il a joint au téléphone le général Pingrenoma Zagré, chef d’état-major général des armées, qui a confirmé l’information. Il décide de faire une déclaration. Dans la foulée, on lui apprend que des véhicules du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) se dirigeaient vers le CNT. Par mesure de prudence, il quitte les lieux.

Ainsi débuta la clandestinité de celui-là même dont l’appel à la résistance tournait en boucle quelques heures plus tard sur la nouvelle fréquence radio, la 108.00. Laquelle fréquence a été baptisée « Radio de la résistance » au putsch. Faut-il le rappeler, le président du CNT, au moment des faits, incarnait le pouvoir législatif.

C’est donc à ce titre et en raison de l’incapacité du président de la Transition d’exercer ses fonctions, qu’il assurait l’intérim du chef de l’Etat, ainsi que l’intérim du chef suprême des armées. Selon son récit, la radio « Résistance » est l’œuvre de ses amis activistes qui ont piraté l’émetteur de la radio Savane FM pour faire passer le message condamnant le coup de force et invitant le peuple à faire bloc contre « cette forfaiture ».

Ce premier stratagème a été découvert par le RSP grâce à l’aide des techniciens de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP). Le signal a donc été interrompu. Mais c’était sans compter sur la détermination des amis activistes de Shérif Sy qui reviennent à la charge avec la mise en place de la seconde version de la radio « Résistance » quelques jours après et toujours sur la même fréquence, c’est-à-dire la 108.00. Cette fois-ci, avec en bonus une diffusion en ligne.

Depuis le passage du général Djibril Bassolé (absent de la salle), l’on ne parle plus trop des écoutes téléphoniques. Mais le témoin, lors de sa relation des faits, a fait cas desdites écoutes. Pour le ministre d’Etat, après le coup de force manqué, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, a tenté d’entrer en contact avec lui par l’entremise de son jeune confrère qui était directeur de la communication du parlement ivoirien. Le témoin dit avoir rétorqué à l’envoyé spécial que ce n’était pas le moment de parler de cela.

En octobre 2015, lors d’une rencontre des parlementaires francophones à Paris, Guillaume Soro himself a demandé à lui parler. En aparté dans un couloir, ce dernier a reconnu avoir eu un échange téléphonique avec le général Bassolé. « Mais, que cela était une incompréhension car il ne me connaissait pas et voulait discuter », indique le ministre Sy.

Le témoin dit avoir demandé à son homologue ivoirien de quoi il voulait discuter. « Des propos que j’ai tenus », a répondu Soro. Et le témoin de lui signifier que s’il veut discuter de cela, il serait heureux de le recevoir au Burkina Faso pour en parler.

Cliquez ici pour lire aussi Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

Lire aussi Procès du putsch du CND : "Le Président Jean Baptiste Ouédraogo nous déçoit", regrette Paul Ouangrawa de l’Association des blessés du coup d’État

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 mars à 22:59, par Cherchons En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    M. Sanfo Younoussa expert en sécurité informatique, concepteur de la bande sonore des écoutes Soro-Bassolé ??

    Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 08:52, par Edmond Oued En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

      Moi je pense que ce témoin doit être mis aux arrêts pour faux témoignages, sous serment, conformément à la loi.

      BASSOLEa été arrété le 29 SEPT. les ecoutes sont apparues sur le net en NOVEMBRE et versé au dosssier en DECEMBRE. Et Cheriff Sy lui en parlait dejà en Octobre ????

      il faut de déférer à la MACA immédiatement SVP. conformément à la loi.
      il est dans sa même logique. c’est pas le même personnage qui avait authentifié les ecoutes, avant même que l’expet ne se prononce ? il s’invite à la dernière minute sur la liste des temoin, pour tenter des sauver les pretendu ecoutes qui sont en train de tomber définitivement à l’eau depuis le passage du Chef de la gendarmerie Nle.

      Répondre à ce message

      • Le 14 mars à 10:31, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

        Mr Chérif Sy s’est trompé d’année dans son témoignage sur les écoutes téléphoniques. Il a confondu octobre 2016 avec octobre 2015. Mais cette déposition ne vaut rien dans la mesure où la plupart des témoins n’ont pas de souvenir. En plus, ce n’est pas ce que recherche le parquet militaire à travers les dépositions, mais des indices pouvant prouver facilement la culpabilité des accusés. Si le Gal Bassolé n’est pas condamné de lourdes peines sera un miracle. Bassolé comme Diendéré sont dans le viseur du pouvoir en place depuis longtemps. D’ailleurs même que c’est un miracle que les débats au tribunal se poursuivent dans une ambiance bon enfant. Sinon dès le départ, le procès se présentait une expédition militaire en mission avec un délai de temps. Mais comme les deux généraux voulaient prouver la limite de leur responsabilités, le parquet était contraint de faire semblant en respectant les textes juridiques de notre pays.
        Que ce procès finit rapidement et donne l’occasion aux condamnés de pouvoir se pourvoir à la cour d’appel de Ouagadougou. Mr JBO a fait de montrer le contexte noir de la transition avec un accord caché et en indexant les multiples crises au sein du RSP. On peut toutefois saluer ce procès historique de notre armée. C’est la première du genre et restera un modèle de jugement militaire même en Afrique. Chérif Sy est venu mettre de l’huile dans le feu dans son témoignage bidon.

        Répondre à ce message

        • Le 14 mars à 11:38, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

          Enfin, Enfin, Enfin, voilà qu’un partisan et défendeur de ceux qui ont traumatisé tout un peuple avec de la répression aveugle me rejoigne pour dire que j’ai raison de dire que ce procès est juste et équilibré, et on peut dire que le Burkina n’en a point connu depuis son indépendance. Caca il est temps de ne plus mettre en cause le régime actuel, car ce procès d’aujourd’hui permis par le régime est le premier. Du régime Lamizana a Thomas Sankara des Burkinabè accusés du même crime, après un simulacre de procès, ont été fusillés à la sauvette par le ministre de la justice au grand désarroi de leurs proches.

          Mais la palme d’or des exécutions sommaires liées à des putsch supposés ou réels, revient à votre régime dit l’ère Compaoré. Et ceux qui étaient à la manœuvre, ironie de l’histoire, sont tes deux mentor Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. Devant les honorables juges et avocats à la salle des banquets ils peuvent se rejouir de ne pas connaître le sort qu’ils avaient réservé au commandant Lingani et au Capitaine Zongo. La tenue même de ce procès, sous ce format, est une avancée de notre démocratie. Et ceux qui doivent être les premiers à le reconnaître ce sont les deux généraux de pacotille. La seule chose qui les reste c’est de dire la vérité, car l’heure a sonné, et s’il a une vraie justice dans le pays des hommes intègres, le droit sera dit, et ils n’échapperont pas devant la justice des hommes, ni celle qui est divine malgré ce qu’ils croient que l’argent peut tout acheter. Après ce jugement dont la comédie ne peut cacher la vérité sous le vernis, le peuple Burkinabé peut confirmer que la Justice Burkinabè a joué pour sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, qui sera évalué.

          Répondre à ce message

          • Le 14 mars à 14:34, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

            Internaute Ka, je ne remets pas en cause la légalité de ce gouvernement MPP, mais sa méthode qui est toujours la victimisation et de défense narcissique. Pour moi, le Coup d’État imputé au Rsp et des deux généraux est une infraction. Quelque soit la raison évoquée rien ne justifie que les militaires prennent le pouvoir au 21sècle. Mais, je suis surpris que c’est seulement le Gal Diendéré et Bassolé et le colonel major Kéré parmi la hiérarchie militaire qui soient le filet du parquet. En plus,ma crainte est également la vindicte populaire dans notre pays qui est une autre justice. Chaque burkinabé fantasme sur la justice et rêve d’une justice personnelle. Et la justice d’opinion fait trop de dégât dans ce pays.
            Au moment où le Gal Diendéré a reconnu sa responsabilité dans ce coup de force. Puisqu’il assume la partie politique où il se dit responsable. L’infraction est confirmée, mais le droit humain souhaite qu’on lui donne des moyens juridiques pour se défendre. Car il risque une peine capitale, s’il est reconnu coupable. Cette inquiétude était partagée au départ par l’accusation ou même les PV n’étaient pas de bonne qualité pendant l’instruction. Un an après on se rend compte une avancée démocratique, même s’il y a toujours des erreurs dans la procédure. L’humanité du tribunal a permis un bon débat entre l’accusation et la défense. Et ce procès unique pour notre pays, car c’est le premier et le dernier dans l’histoire des coups d’État au Burkina Faso. C’est fini et les militaires ont compris qu’ils peuvent désormais faire une carrière professionnelle sans la politique.
            Je soutien toujours en éthique l’idée de moindre mal. En effet, le pouvoir du MPP peut remercier le bon Dieu que la crise au RSP s’est soldé par ce coup pendant la transition. En suivant, la déposition de votre promotionnaire, il y avait de tellement de tension dans l’armée et contre les avantages du RSP que la malédiction des coups étaient toujours présents. Aujourd’hui, c’est chose faite et le mieux c’est demandé la clémence et la réconciliation pour l’ensemble des burkinabé.
            Nous avons tous appris ensemble que la haine et la méfiance ne servent en rien. Si ce procès se termine bien avec des condamnations raisonnables, le pays aurait gagner en démocratie avec le procès des coup d’État. Dans ce contexte, je ne sais qui mérite les honneurs, mais je trouve que c’est le Burkina.

            Répondre à ce message

      • Le 14 mars à 10:35, par KLADJOU En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

        Edmon Oued,, moi j’étais au courant de l’existence de ces écoutes depuis le 30 septembre suite à l’arrestation de Gjibril sur information d’un ami hors du pays.. Mais je n’ai pu les avoir. C’est une question de bon sens pour Sôrô de préparer déjà un pare-feu dès lors qu’il savais l’existence de ces écoutés ; (une évidence : de toute façon Sôrô a peut être même écouté ces enregistrements via les services de renseignement ivoirien en tant que deuxième personnage de l’Etat de Côte d’Ivoire bien avant ; ce n’est pas n’importe qui là). Et puis tout le monde en parlais là à l’époque depuis l’arrestation de Gle Bassolé !. Tu es peut être le seul qui ne ne sait pas que Djibril Bassolé avait été écroué par suite de ses écoutes ou tu fais semblant peut être à dessein de ne pas le savoir !. En tous les cas aucune diversion ne passera ici ; les choses sont concordantes et corroborent l’expertise des enregistrements. Sôrô lui-même n’a jamais nié l’existence de ces conversations téléphoniques enregistrées publiquement. Apportez-nous une seule preuve si vous en avez, venant de la bouche de Sôrô !

        Nous sommes très vigilants et nous suivons ce procès pour qu’enfin la vérité soit établie et que justice soit rendue, aucune diversion ne passera ici !Ngaw !

        Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 03:50, par ACHILLE De TAPSOBA En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Hommage aux MARTYRS du 30,31 Octobre 2014 et du 16,17 Septembre 2015

    Merci à Mr Sy pour son témoignage . C’est limpide. Aucun doute sur l’authenticité de ces appels téléphoniques sauf si on est de mauvaise foi et partisan pur et dur de l’impunité. Quand j’ai écouté la conversation téléphonique entre le rebelle Soro et "ange" Djibril l’homme sans le moindre péché ma conclusion était sans appel l’enregistrement est authentique. Soro étant rebelle et "ange" Djibril étant un grand manipulateur et menteur chevronné, ils restent incontestablement de bons frappeurs contre le BURKINA et toujours dans les coups tordus pour se faire la gloire. Au début notre général très "saint" a nié la main sur le cœur qu’il n’y a eu aucun échange entre eux. Acculé lors de l’intruction il a reconnu la conversation. Par la suite, Soro très talentueux ficelle rapidement une version audio de 4 mn présentant comme étant l’originale des écoutes téléphonique mais malheureusement personne ne croit à une oeuvre malsaine montée de toute pièce.

    "Ange" Djibril a formellement reconnu ces écoutes téléphoniques avec Soro aux premières heures à la barre. Pour éviter d’être pris dans son piège et de concert avec ses avocats, il monte vite au créneau pour dire que ces échanges téléphoniques sont un montage et il entre ensuite dans un omerta indescriptible. Il refuse catégoriquement d’aborder le sujet brûlant. Drôle de spectacle de la part d’un fameux général qui a un don artistique de rouler tout le monde pour sauver sa peau.Ce qui cloche naturellement, dans cet enregistrement il parle aisément d’un DDR du rsp avec Soro(civil et ivoirien) et non à notre CEMGA Zagre qui est le mieux placé pour ces questions militaires à l’époque. Pire encore il a appelé le commandant Damiba de Dori un ancien du rsp pour lui demander s’il faisait route pour Ouaga avec ses hommes. En rappel, "ange" Djibril avait ouvertement menacé la transition sur les médias qu’il n’y aurait pas d’élections si sa candidature était rejetée.
    Ange Djibril avance toujours masqué par personne interposée. Il se passe pour le plus intelligent et le plus rusé du BURKINA. Ses mensonges ne passent pas.au parloir. Sa ruse est bien connue.

    Posons-nous ces petites questions :
    Pourquoi "ange" Djibril n’a-t-il jamais demandé publiquement une contre expertise de ces enregistrements audio après la conclusion finale de l’expert Allemand ?Pourquoi Soro le rebelle n’a-t-il jamais fait un démenti officiel(médias) sur des écoutes téléphoniques ? Pourquoi Alassane Ouattara a demandé aux autorités nouvellement installées en 2016 de gérer le dossier de façon diplomatique( annulation du mandat d’arrêt de Soro) ?

    Malheureusement nos généraux putschistes et manipulateurs sont devenus de véritables poltrons eux qui étaient les plus "forts" et les plus "craints" sous ère Compaoré. Ayant aucun courage de s’assumer, ils crient urbi et orbi un acharnement politique par des tapages médiatiques avec leurs mercenaires de communication et leurs avocats. A la barre, ils nous font balader dans un monde virtuel avec leurs barrages de mensonges. Ils sont incohérents dans leurs déclarations.Toutes leurs carrières, ils ont méchamment coulé le sang des autres (innocents )pour parvenir au sommet mais ils sont démasqués de leurs vivants. Ces 2 falsificateurs putschistes et trafiquants de tout genre ont cyniquement noyé et détruit les petits soldats pour se dédouaner lorsqu’ils sont visiblement empêtrés dans des dossiers de crimes. Manifestement,nous sommes écoeurés de voir ces 2 criminels qui sont notoirement les très mauvaises figures de notre chère Armée. Aujourd’hui nous sommes très fiers de notre vaillante ARMÉE républicaine qui fait un travail de titan en nettoyant les terroristes. Nous saluons majestueusement ce sacrifice de nos BOYS au péril de leurs vies. Une brave Armée au service de son BRAVE PEUPLE c’est très merveilleux.Les résultats des opérations sur terrain sont excellents(300 terroristes neutralisés) nous nous en réjouissons. Merci à nos BRAVES SOLDATS.Que le SEIGNEUR les protège.

    Chers juges appliquez rigoureusement la règle de droit à ceux qui ont braqué froidement par boulimie de pouvoir les institutions de l’État en tuant d’autres BURKINABÈS avec les armes du BRAVE PEUPLE. Nos chers MARTYRS étaient des BURKINABÈS au même titre que les potentiels putschistes et les irréductibles pèlerins de l’impunité. Ils avaient absolument droit à la vie comme tout BURKINABÈ. L’impunité n’est jamais une solution durable et ne conduit nullement au développement d’un pays. On construit un pays dans la justice. Leguons à nos enfants un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE.

    Un jour la vérité triomphera sur le mensonge ou l’impunité.

    Justice pour Thomas SANKARA
    JUSTICE pour Norbert ZONGO
    JUSTICE pour David OUEDRAOGO
    JUSTICE pour Boukary DABO
    JUSTICE pour Salifou NEBIE

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons. Amen
    Paix et succès à tous les BURKINABÈS. Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais(pur produit de Thom SANKARA et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 08:09, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Ah les hommes ? Selon monsieur SY Guillaume SORO voulait évoquer avec lui, lors d’une mission, la question des fameuses écoutes téléphoniques et il lui a dit que s’il veut parler de la question qu’il vienne à Ouaga. Selon monsieur SY les écoutes téléphoniques sont vraies. Chose curieuse son MPP a fait annulé le mandat d’arrêt contre Guillaume SORO et curieusement monsieur Bassolé est jugé pour les écoutes téléphoniques. Ah , à l"époque il a été dit que la question est gérée diplomatiquement avec la cote d’ivoire comme quoi il y’a plusieurs ressortissants burkinabè dans ce pays.Pouvoir du MPP et acolytes sachez que la compromission se paye sur terre. On laisse la personne qui donnait des stratégies et on charge la personne qui écoutait. Un jour la vérité jaillira car le pouvoir du MPP ne sera pas éternel

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 08:10, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Ah les hommes ? Selon monsieur SY Guillaume SORO voulait évoquer avec lui, lors d’une mission, la question des fameuses écoutes téléphoniques et il lui a dit que s’il veut parler de la question qu’il vienne à Ouaga. Selon monsieur SY les écoutes téléphoniques sont vraies. Chose curieuse son MPP a fait annulé le mandat d’arrêt contre Guillaume SORO et curieusement monsieur Bassolé est jugé pour les écoutes téléphoniques. Ah , à l"époque il a été dit que la question est gérée diplomatiquement avec la Côte d’ivoire comme quoi il y’a plusieurs ressortissants burkinabè dans ce pays.Pouvoir du MPP et acolytes sachez que la compromission se paye sur terre. On laisse la personne qui donnait des stratégies et on charge la personne qui écoutait. Un jour la vérité jaillira car le pouvoir du MPP ne sera pas éternel

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 08:44, par Sapience En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Monsieur Sy, une chose est certaine, vos avez décliné la requête de discussion de Soro. Donc, il n’y a pas eu d’échanges sur vos points de vue différents. Dans un sens chacun de vous deux s’est refermé sur lui-même. Alors, s’il y a un conseil que je puisse vous donner c’est celle là : Ne prêtez pas à l’autre (Soro) des intentions différentes de ce qu’elles sont. Il faut faire preuve d’une grande vigilance pour surmonter le conditionnement culturel des modalités. Sans entrer dans le détail, je vous invite à réfléchir à ce qui suit : la nécessité au devoir, la possibilité au vouloir (savoir) en lien avec l’objectivation de la responsabilité. Bonne fin de semaine aux Burkinabé. Quelle réflexion suscite la situation Vénézuélienne au Burkina Faso ?

    Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 16:00, par tororoso En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

      Sapience,
      Si vous faites référence au VENEZUELA pour la coupure d’électricité dans ce pays, sachez qu’au BURKINA on est déjà habitué- Avec vos champions comme Lamoussa KABORE et même François COMPAORE qui ont passé le temps à nous faire louer leurs propres électrogènes à coup de Milliard plutôt, que de construire des centrales. Si la Côte d’Ivoire reprenait son Electricité, je ne sais pas si ça changera énormément pour nous !
      Si c’est pour la dégringolade de ce pays, sachez que le BURKINA SE RELEVE TOUJOURS, même si certains de ses propres fils sont ses fossoyeurs !
      Very DOMMAGE POUR VOUS. Vous êtes surement un HOMO mais pas forcement un SAPIENS ni un SAPIENCE

      Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 08:49, par sheiky En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Ecoutes, cette affaire d’écoutes, on sait tous que c’est vrai. pas la peine tourner en rond. Maintenant c’est au tribunal de lui conférer ou non une légalité selon le droit. Sinon, il faut les écarter définitivement...

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 09:02, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Il demande à témoigner à la dernière minute, pour tenter de maintenir les "ecoutes" dans le dossier !
    il affirme même qu’il n’y avait pas de temoin quand lui à parlé avec SORO à Paris !
    Ce type est un dangeureux sp...
    c’est pas le même qui avait déclaré authentiques le ecoutes ? avant même les expertises ? voilà que plus personne ne parle des prétendues ecoutes depuis le passage de BASSOLE, et surtout depuis le passage du chef d’etat major de la gendarmerie, qui déclare qu’il n’ont jamais fait ces ecoutes et qu’on est venu leur remettre sur une clé.
    Cherrif Sy demande à témoigner à la dernière minute pour tenter de sauver leur business.
    Et cette nouvelle invention qu’il vient de sortir doit être sanctionné, qu’on ne joue pas avec ce tribunal.
    Sous serment, un faux témoignage peut être sanctionné il me semble.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 09:14, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Personne, y compris BASSOLET lui même, n’a jamais nié que cette communication n’est pas une réalité. C’est plutôt la manière dont la communication a été interceptée que l’accusé récuse et cela est un débat de droit. Soyons donc REALISTE et reconnaissons l’implication des uns et des autres dans ce Coup d’Etat dont malheureusement les grands cerveaux ont embobiné plusieurs jeunes soldats, certains sous-officiers et même des officiers qui, à cause du mythe qui entourait le RSP et surtout la capacité de nuisance de certains de ses hauts cadres à l’encontre de quiconque dans notre pays, se sont laissés embarqués dans cette salle besogne en reléguant aux calendres grec, les valeurs fondamentales de l’ARMEE que sont la discipline, l’honneur et surtout son caractère REPUBLICAIN. Tout compte fait, ce procès constitue un véritable rendez-vous de donner et de recevoir pour tous, une très bonne leçon d’éthique, de culture, quelque soit son issue. Que DIEU nous assiste

    Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 10:05, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

      realiste, ha bon ?? vous n’êtes pas du tout realiste !
      vous dites : "Personne, y compris BASSOLET lui même, n’a jamais nié que cette communication n’est pas une réalité. C’est plutôt la manière dont la communication a été interceptée que l’accusé récuse et cela est un débat de droit."
      Pourquoi vous inventez des choses comme ca ?? BASSOLE n’a jamais rien reconnu de tel.
      si vous étiez de bonne fois et/ou présent au passage de BASSOLE, vous n’auriez pas eu besoins d’intenter tout le temps des éléments pour vous convaincre vous même.
      BASSOLE à dit :
      1- même avant les événements je ne pouvais pas faire 1e semaine sans parler avec GUILLAUME, nous sommes vraiment proche
      2-Dire que j’ai eu une communication, voir des communications avec X ou Y, ne veut absolument pas dire que ce sont les même éléments sonores que vous vous avez entre les mains. c’est aller trop vite en besogne.
      3-Ces éléments sonores que vous avez, ont été fabriqués dans le but de m’accabler. la Gendarmerie Nationale, est là, ils n’ont pas intercepté ces ecoutes, comme vous l’affirmez. Le moment venu nous, nous dirons au peuple d’ou ca vient. ne vous inquiétez même pas !
      (et le Chef de la gendarmerie va le confirmer plus tard, ce n’est pas la gendarmerie Nle qui a fait ces ecoutes, lui il ne sait même pas d’ou ça vient, ont est venu le leur remettre sur une clé USB)

      VOUS EN VOULEZ PLUS, ????
      Bonne journée !

      Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 09:31, par alexis En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    après avoir écouté et lu la relation de la déposition du ministre d’Etat chargé de la défense, je suis perplexe si je n’ose pas dire qu’il est venu relater un fée populaire que même les moins instruits ont du mal à croire. Mais comme le hasard n’est pas loin de la situation et de l’attitude de bon nombre de citoyens, il est normal qu’il puisse raconter ce qu’il désire sans être inquiété car le renseignement aurait pu pour le moins verser au paravent cette déposition au dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 12:14, par Juste En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Dans tous les cas Monsieur SORO est vivant ; si ce que Monsieur SY a relaté à la barre comme témoin n’est pas vrai, il réagira pour rétablir la vérité. Je ne vois pas pourquoi certaines personnes pensent qu’il raconte des histoires quand il dit que l’ancien PAN de la côte d’ivoire a demandé à le voir. On sent de la fébrilité chez les gens quand on évoque les écoutes téléphoniques de Djibril avec SORO. Réfléchissons un peu ; Mr SORO avait proposé dans l’élément sonore qu’il faut attaquer tout azimut les positions de nos FDS pour désorganiser notre stratégie de défense, aujourd’hui c’est ce à quoi on assiste avec les multiples attaques que nous subissons et jusqu’à présent ça ne nous donne pas à réfléchir. Je ne sais pas si l’expert à truquer des choses sur l’élément sonore, ça je ne vais pas m’aventurer ; mais je ne doute pas que ce sont les voix de SORO et Djibril qui sont entendues dans l’élément ; ça je ne doute pas mais comme Djibril est l’homme providentiel de certaines personnes, on dira toujours que ce n’est pas prouvé. Il y a de la mauvaise foi quelque part et tous les malheurs qui nous frappent aujourd’hui tirent aussi leur source dans le fait que nous sommes de mauvaise foi, méchants et parfois même bêtes.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 12:21, par koamsa En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Ce type déçoit. On ne peut évoquer avec autant d’approximations ce que l’on vécu ou fait soit même durant le putsch. C’est lui-même va discréditer tout ce qui est lié à lui dans le dossier, en croyant bien jouer.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 13:50, par Alexio En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    Le petit Soro et notre General en herbe sont tous des marionettes de la Franc-maconnerie qui roulent les peuples d Afrique et du monde. Ce sont des elements de l ancien systeme pour un prolongement a la Francafrique qui a changer de couleur et de nom.

    Les interets mafieux de la France d abord contre leur avidite de saccrocher au pouvoir par le credit de cette France escroc qui leurs endossent avec les biens et les titres mal-acquis qui sont a leur tour investis dans les entreprises occultes en Europe.

    Les invasion d impots et autres criminelles financieres sous pretes-nom. Les amis dhier de la France deviennent toujours leurs ennemis demain.

    Montrez nous quel pays francophones ont evoluer democratiquement ? Depuis nos independances en 1960 jusqu a nos jours ? Aucun pays.

    La democratie du Senegal est une parodie et jeux dans les coullisses de la gallerie des truquage electotoraux.
    La preuve est que toujours il n y est jamais consensus pour le resultat final des elections.

    Seul le Burkina Faso a arracher sa victoire par la chute du dictator Blaise Compaore, lui meme Franc-macon, initier dans le noire.

    La France s est tailler le nom du pays des droits de l homme, mais sur le terrain en Afrique, elle est la plus escroc par rapport a l ancien colonisateur Anglais qui a laisser ses anciennes colonies evoluees et liberer politiquement que monetairement.

    L emprise du Franc-CFA sur nos economies est un crime deguiser derniere le feux des projecteur de la realite sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 15:36, par Siébou En réponse à : Procès du putsch du CND : Les écoutes téléphoniques entre Djibril Bassolé et Guillaume Soro refont surface

    L’enregistrement est exact mais "sauvage" parce que Djibril est étonné de la performance du matériel qui a déjoué toutes ses tactiques de l’éviter. Notamment en changeant plusieurs fois de cartes SIM. Mais le renseignement parallèle à été très efficace. Apparemment une des raisons des dépenses floues des militaires transitaires. Djibril espère ne pas être condamné pas à cause de la vérité mais sur la base des méthodes utilisées pour le choper. Wait and see ! Je pense que même si la justice devait le libérer l’armée ou la justice militaire ne peut pas ne pas tirer conséquence

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
Putsch de 2015 : « Il existe dans le pays, un manipulateur qui n’a toujours pas été débusqué », conclut Me Jean Degli
Procès du putsch : « Blaise Compaoré a voulu violer un seul article, ceux qui lui reprochaient cela ont violé toute la Constitution », soulève Me Degli
Procès du putsch : Pour Me Jean Dégli, le Gal Diendéré est jugé par désir de vengeance
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés