Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | PHOTO : Erwan Rogard • mercredi 13 mars 2019 à 13h13min
Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

Président du Conseil national de la Transition au moment du coup d’État de 2015, aujourd’hui ministre d’État, ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, Moumina Chérif Sy dépose, ce mercredi 13 mars 2019.

" Le 16 septembre, nous avons été informés dans les environs de 14h que le Président du Faso, le Premier ministre et certains de ses ministres ont été arrêtés au conseil des ministres. Nous avons cherché à en savoir plus. J’ai appelé le Chef d’État-major général des armées mais je ne l’ai pas eu", a déclaré le témoin.

Il recevra la confirmation de la part de son directeur de cabinet via l’homologue de celui-ci à la Présidence. Il appelle plus tard Monseigneur Paul Ouédraogo qui l’informe qu’il est en route pour Ouagadougou.

"J’ai rappelé le CEMGA et il m’a dit qu’il avait contacté Monseigneur et le président Jean Baptiste Ouédraogo pour régler la situation. J’ai dit qu’il n’y avait rien à régler car c’était un coup d’État. Nous avons élaboré un communiqué que nous comptions lire car on avait convoqué la presse. Nous avons été avertis par la sécurité que des véhicules du RSP se dirigeaient vers le CNT", se souvient Chérif Sy.

Ce dernier a rappelé que dès le 16 septembre, des actions étaient déjà en cours avec des camarades pour organiser la résistance. A propos de la radio de la résistance, la 100.8, le témoin a déclaré qu’elle a été mise en place par des activistes pour passer ses messages et les messages d’autres acteurs de la société civile. A sa destruction, une deuxième version a été mise en place par les activistes pour la suite de la résistance. "Je n’étais ni l’artisan ni le concepteur de quoi que ce soit. Ce serait une fausseté historique de penser que cette résistance est mon œuvre à moi seul. Chacun a développé des stratégies pour résister ", a déclaré le témoin.

Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État depuis novembre 2014

A la question du parquet militaire de savoir s’il a vu venir le coup d’État, Chérif Sy a confié ceci : "Lorsque j’ai a eu l’honneur d’être retenu dans la short-list pour la désignation du président de la Transition, en novembre 2014, j’ai dis lors de l’audition que la Transition n’arriverait pas à son terme si le RSP n’était pas dissous. Car d’un moment à l’autre, il passerait à l’action". Et à la question de Me Prosper Farama de savoir ce qui pouvait lui faire penser cela, le témoin a répondu qu’il doutait fort que "des gens qui ont géré le pouvoir pendant 27 ans, puissent le perdre ainsi sans réagir".

De sa rencontre avec Guillaume Soro

Parlant de Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Chérif Sy a souligné l’avoir rencontré à Paris lors d’une conférence des présidents de parlements francophones. "Certains députés du CNT étaient avec moi et sont venus me dire de garder mon calme. A la fin de la rencontre, Guilnaume Soro m’a dit qu’il cherchait à me voir mais que je refusais. On est rentré dans une salle. Il a dit qu’il m’avait envoyé son chargé de communication mais que je refusais de discuter. J’ai dit ’’discuter de quoi’’ ? Il a parlé du contenu de la conversation téléphonique (avec Djibrill Bassolé, ndlr). Il m’a dit qu’au moment où il tenait ses propos (régler le cas de Salif Diallo et un Sy), il ne me connaissait pas. Il a dit qu’il souhaitait en parler. Et je lui ai répondu que s’il voulait en parler, alors qu’il vienne au Burkina Faso".

Chérif Sy sur la loi qui a propulsé Zida au grade de Général

Au cours de l’audience, Me Prosper Farama a souhaité avoir des explications sur le processus d’adoption de la loi portant statut général des personnels des forces armées nationales qui a permis au Premier ministre Yacouba Isaac Zida, alors lieutenant-colonel de passer au grade de Général de Division.

"Je suis surpris. Tout le monde connait le processus d’adoption d’une loi. Le Gouvernement apporte son projet de loi, le président de l’Assemblée nationale réunit la conférence des présidents des commissions qui décident s’ils vont faire passer la loi en étude. Après la Commission des affaires institutionnelles auditionne tous les acteurs concernés par la loi. Dans le cas précis, elle a auditionné l’armée. Après cela, le projet est envoyé en plénière. Les articles sont lus et chacun peut opiner. Je doute fort qu’on puisse venir glisser un bout de papier à qui que ce soit. Le président Michel Kafando a même dit dans la presse que la hiérarchie militaire était d’accord. Que puis-je faire moi, singleton, face aux autres ? J’ai été le seul à appeler les gens pour leur dire de faire attention à cette loi. J’ai appelé le président Kafando pour lui dire de faire retirer la loi. Ce qui a été fait. La loi est retournée au gouvernement. Le président m’a appelé de venir expliquer pourquoi je demandais le retrait de la loi. Je l’ai fait. Il m’a dit qu’il va voir la hiérarchie militaire. La loi est revenue et a été adoptée. Après l’adoption et la nomination de Zida, la loi est revenue à l’assemblée pour être remise à sa posture originelle.", a déclaré le témoin.

Le président du tribunal ordonne une brève suspension de l’audience au moment où il y avait une prise de bec entre le témoin Chérif Sy et Me Dieudonné Bonkoungou. L’ancien président du Conseil national de la Transition, face aux assauts répétés de l’avocat de comprendre des faits auxquels, il avait apporté des réponses, a conclu qu’il n’avait pas l’impression d’être témoin dans le procès.

Par exemple, Me Dieudonné Bonkoungou a souligné qu’il ressort que le témoin et Younoussa Sanfo (l’expert informatique) sont ceux qui ont créé la radio de la résistance. Pourtant le témoin a soutenu à maintes reprises à la barre que la radio a été créée par des activistes jusqu’à ce que l’émetteur ne soit détruit et que d’autres activistes prennent relais. "C’est qui M. Sanfo Younoussa ?", a demandé Chérif Sy.

Plus loin, Me Bonkoungou Dieudonné demande au témoin de revenir sur sa rencontre avec Guillaume Soro et demande s’ils se sont vus en aparté. De quoi embêter le témoin, qui a expliquer qu’il a rencontré Guillaume Soro à Paris en octobre 2015 à une coference des présidents de parlements francophones. "On est sorti de la salle et on est allé dans un couloir. On était deux. Et vous me demandez si on était en aparté et s’il y avait un témoin. Dieu était témoin".

Fin de la déposition de Chérif Sy au tribunal militaire

Le conseil du Général Djibrill Bassolé, Me Dieudonné Bonkoungou a demandé au témoin comment est-ce qu’il a obtenu les éléments sonores sur la supposée conversation entre son client et Guillaume Soro avec qui il a eu une discussion à Paris en octobre 2015. Et Chérif Sy de répondre qu’il l’a écouté sur le net et sur les téléphones mobiles. Selon l’avocat, les éléments sonores n’ont commencé à circuler qu’à partir du 12 novembre 2015 et la gendarmerie en a fait un procès verbal le lendemain qu’elle a transmis le 16 novembre au juge. Ses propos de Me Bonkoungou ont fait réagir une partie de la salle qui murmurait "c’est faux". Le président du tribunal a rappelé à l’ordre en menaçant de vider la salle.

Appelé à réagir avant la fin de la déposition, le Général Gilbert Diendéré a déclaré que le témoin n’était pas du tout informé de la réalité des choses et qu’il y avait beaucoup d’intoxication sur le RSP. Il en veut pour preuve les informations qu’il aurait reçu sur les raisons de la crise du 30 décembre. "On lui a dit que c’était à cause de bonus. Pourtant, la principale cause de cette crise était liée aux problèmes de commandement et de réorganisation du corps. Le RSP n’avait pas perdu ses primes qu’il avait avant l’insurrection populaire. Les primes ont été perçus jusqu’aux événements des 16 septembre".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 mars à 13:29, par L’ANGE DE LA MORT En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    # TOUS DES MENTEURS

    # L INSURRECTION A ÉTÉ DÉTOURNE DE SON BUT NOBLE, A DES FINS PERSONNELLES ; DONC ÉGOÏSTES !!!

    # PAUVRE HAUTE VOLTA QUE DIS-JE PAUVRE BURKINA FASO BLAISE EST PARTI MAIS UN SYSTÈME PIRE QUE LUI EST RESTE !

    # ON PEUT TROMPER UNE PARTIE DU PEUPLE TOUT LE TEMPS ; ON PEUT TROMPER TOUT LE PEUPLE UNE PARTIE DU TEMPS , MAIS ON NE PEUT PAS TROMPER TOUT LE PEUPLE TOUT LE TEMPS !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:33, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Je me demande le sérieux de la déposition de Mr Sy Chérif le père spirituel de l’exclusion et de la haine contre l’ancien régime. Quelle lumière ce Mr peut-t-il apporter et faire avancer notre démocratie en dehors la haine et la vengeance ? Si sa posture comme résistant peut être saluer, puisse qu’il a réellement lutter contre le putsch par rapport à la posture ambiguë de la hiérarchie militaire, cependant, ce homme n’est pas crédible. Chérif Sy, un personnage mythique à des intérêts matériels, et des plans cachés.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 17:14, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      Caca, comme tu penses que Le Président Sy a des plans cachés alors donnes les nous. Ce n’est que toi qui voit ces plans. Tout ce dont Le Président parle n’est que d’un passé récent et vérifiable. Quand Blaise excluait les gens par tous les moyens (assassinats, intimidations,, ccorruption, modification des articles de la Constitution, etc...) où étiez vous. Je me rappelle qu’à plusieurs occasions des patriotes avaient demandé au CDP de présenter un candidat autre que Blaise ; que neni ! Aujourd’hui Blaise peut venir porter sa candidatures pour 2020 s’il le veut et que le Conseil Constitutionnel valide sa candidature. Mais je ne suis pas sûr qu’il ait suffisamment de c... pour se présenter au Faso.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:38, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    l’orgueil quand tu tiens un homme ! franchement......

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:45, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    - Sy walaye si c’est ainsi tu es honnête et j’aimerais discuter avec un monsieur comme toi sinon faire partie d’un think-tank qui va te donner des idées tout en étant dans l’ombre ! Foi de Kôrô Yamyélé ! J’ai connu Papa Baba SY dans le temps à bobo-Dioulasso lorsque j’étais encore très jeune, et je dois avouer que c’est un grand homme et il avait beaucoup d’estime pour moi et moi je l’admirait. Là-dessus j’ai un témoin dont je ne vais pas révéler l’identité ici. Ce témoin était un très grand ami à lui avec lequel ils aimaient bien plaisanter et raconter leurs faits de guerre que j’écoutais avec délectation.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 10:40, par Je passais En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      Chers forumistes, il va falloir renommer ce gars là, Kôrô ATTALAKOU. Qu’est ce que ça à voir avec le Vieux Baba Sy ?

      Kôrô, vous savez, au minimum 30% de ceux qui ont grandi ou vécu à Ouaga et Bobo dans les années 60 à 80, ont connu et fréquenté cette famille. Moi je peux vous cité au moins 5 prénoms de sœurs de chérif et au moins deux emplacements de logements de fonction que le Vieux a occupé à Ouagadougou.
      Je peux te dire aussi que contrairement à toi beaucoup de personne ne souhaitaient pas vraiment le croisé à la maison quant ils s’y rendait

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:45, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    J’espère que les gars de la nafa et autres scribouilleurs et politologues du dimanche radoteurs et nihilistes comprendront pour de bon que les écoutes téléphoniques ne sont pas un montage. L’ange Djiby est mouillé jusqu’à la moelle. J’atends de voir certaines têtes dimanche à 11 heures AM à la télé on plaisante

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 15:11, par LeMossi En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      j’espere que le Ministre Sy a aussi des enregistrements sonores de sa converstion avec Soro !!

      Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 16:00, par VISION En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      LoiseauDeMinerve : vous, vous êtes vraiment un oiseau !
      - Le procureur et l’accusation, depuis le début jusqu’au proces, disent que c’est la gendarmerie Burkinabè que a mis BASSOLE sur écoute
      - le chef de la gendarmerie viens sous serment, à la barre, il vous dit qu’il n’ont jamais fait ces ecoutes, qu’on est venu le leur donner sur une clé usb.
      - BASSOLE dit que même avant le coup, qu’il parlait chaque semaine avec SORO et qu’il n’a jamais fait plus plus 06 minutes au Tel. (et qu’entendre qu’un audio, d’une durée de 16 min circulait, cela l’avait bcp surpris).
      - et vous, l’oiseau, vous ne voyez toujours pas la manipulation ???? vous ?

      Répondre à ce message

    • Le 14 mars à 18:20, par passivite En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      Internaute LoiseauDeMinerve pas si vite. Regarde les choses en face , a froid et analyse.
      1- Sy Shériff dit refuser de rencontrer Soro.
      2- Sy Shériff dit avoir rencontré Soro dans une salle .
      3- Quand Me Bonkoungou demande des détailles d la rencontre avec Soro, Sy Shériff est embèté et dit que la rencontre a eu lieu dans le couloir et Dieu est temoin.
      Il a quelque chose a se reprocher concernant la fabrication des bande sonors. Et Soro souhaite connaitre l’origine sans doute.
      4- Sy Shériff dit ne pas etre le seul a avoir fait de la resistance mais ne sait pas qui est Sanfo Younoussa expert en sécurité informatique. Il semble dire ne pas connaitre les autres.
      5- Sy Sheriff s’est mis a la derniere minute sur la liste des temoins pour pouvoir changer le cours des choses commencent à aller dans le sens contraire de ce qu’ils veulent faire croire aux populations ; la verité commencait a faire surface. Donc il s’invite et veut brouiller les esprits. Malheuresuement pour lui, en temoignant il a egalement donné d’autres indices sans le savoir à Me Bonkoungou qui doit exploiter et épuiser entierement toutes ces incoherence avant de lacher le temoins. Notament le lieu exact de la conversation avec Soro, le contenu exact (ne serait ce que la version personnelle de Shériff Sy), demander a Sanfo s’il connait Sy Shériff et dans quel contest, etc. (Webmaster laisse passer a la fin ! ). J’espere que Me Bonkougou lit ces commentaires.
      6 - Shériff Sy est certe journaliste mais pas technicien de radio au point de pourvoir monter 2 radio clandestines en un temps record. Si Shériff a ces capacités technique alors ils sont 2 suspect pour la patenté de la bande sonores (Sanfo et Sy). Qui sont les autres resistant et qu’on t-il fait pour resister a part ce que tout le monde sait. Fabrication de preuves pour enfoncer les uns et les autres. Bandes sonores piratées et j’en passe. C’est ca aussi la resistance.

      En conclusion LoiseauDeMinerve, M. Sanfo doit etre entendu et confronté avec Sy car ils se connaissent. La nervocité de Sy face au questions de Me Bonkoungou concernant la rencontre avec Soro est revelateur. On doit aussi demander a Soro sa version de la rencontre. Me Bonkoungou tu tiens le bon bout.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 13:54, par Molotov En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Le vieux Mba Michel KAFANDO devra rendre compte un jour de toutes ses aproximations douteuses et sa complaisance pendant cette "transition batarde" selon Soumane TOURE.
    Il devra recontre tôt ou tard s’il a longue vie. D’autres d’affaires louches et brumeuses se sont s’ont passées dans cette périodes trouble de transition d’un an.Pourquoi ZIDA peut être en exil et lui coule des jours tranquilles ?Il est aussi responable de cette loi taillée sur mesure que le bénéficaire bombarbé général au mepris de toutes les règles militaires.De lieutenant-colonel à Général sans avoir fait l’école de guerre.On se croirait au Tchad avec ces généraux analphabètes.

    #MOLOTOV

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 17:30, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      C’est toi qui es analphabète. Avant de bombarder un Lt-Cl au grade de Gal 3 étoiles les gars ont pris le soin de faire voter une loi à l’Assemblée de la Transition. Sérise sur le gâteau l’Armée y était représenté à 10% sans compter ses autres sympathisants. La loi de la démocratie c’est ça : aucun citoyen n’a le droit de s’opposer à une loi votée et promulguée. Aussi en quoi la nomination d’un seul Gal pourrait empoisonner la vie de 20millions d’âmes. Dans la vie civile c’est fréquent que des gens sans avoir les compétences requises soient promus à des postes de responsabilité de quatre niveaux supérieurs. Exemple le Président du CDP, certains hommes d’affaires qui sont milliardaires aujourd’hui alors qu’en temps normal ils seraient millionnaires.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 14:01, par Nongasida paguiligdi En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    "PAUVRE HAUTE VOLTA QUE DIS-JE PAUVRE BURKINA FASO BLAISE EST PARTI MAIS UN SYSTÈME PIRE QUE LUI EST RESTE" Il n’y a pas pire dans ce monde que d’organiser l’assassinat de son ami intime pour accéder au pouvoir, organiser les enlèvements et la tuerie de burkinabè pour se maintenir au pouvoir et enfin créer de toute pièce les souffrances et la misère que le peuple tout entier vit aujourd’hui. Si le départ de Blaise t’a privé de ta soupe pour n’enfant, il faut le dire et tu seras compris ; Merci

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 14:22, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    J’admire ce monsieur pour son courage car il a été le seul à dire non au coup d’Etat de julbert et ses acolytes du RSP et ce a travers la radio appelée à l’époque radio de la résistance. Oui vous avez été courageux contrairement à la hiérarchie militaire et autres qui ont plié l"échine devant julbert et ses acolytes du RSP. Mais le seul point négatif que je retiens de ce monsieur est d’avoir aidé le MPP a accéder au povoir à travers la fameuse loi de l’exclusion des personnes ayant soutenues la modification de l’article alors qu’aucun procès ne les condamnait. Oui vous avez travaillez à ce que le MPP vienne au pouvoir

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 17:41, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

      Lequel des exclus pouvait gagner si toute fois Zeph n’est pas passê. Aussi pourquoi le CDP ni la Nafa ni l’ADF n’a présenté un autre candidat à la Présidentielle ? Vos propos ne sont pas vérifiés. Si faveur il ya eu c’est plutôt venu des partis sus-cités car ceux qui ont voté Zeph sont ses vrais militants pourtant pour ceux qui ont voté le MPP il ya une grande chance que des militants du CDP, ADF-RDA, NAFA y soient parmi.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 14:26, par FILSDUPAYS En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Mes respects à ce monsieur d’un grand honneur. Je le suis depuis très jeune dans les différents débats eus avec Norbert ZONGO, Etienne TRAORE etc... Un vrai homme à qui inspire confiance.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 14:43, par L’ANGE DE LA MORT En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    # JE PEUX DIRE QU APRÈS BLAISE JE SUIS ENCORE PLUS PROSPÈRE ET CELA IRA CRESCENDO !

    # PAR AILLEURS, JE N AI JAMAIS MANGE A LA TABLE DE BLAISE ET CECI NE RISQUE POINT D ARRIVER

    # MAINTENANT CHERCHER TOUJOURS A COMPRENDRE AVANT DE RÉPONDRE REGARDER EN ALGÉRIE ILS SAVENT QU IL Y A TOUT UN SYSTÈME POURRI DERRIÈRE QU IL FAUDRA BALAYER OR ICI DES GENS ONT MANIPULE DES GENS VOUS N ALLEZ PAS ME DIRE QU ACTUELLEMENT LA GESTION DE LA CHOSE PUBLIQUE EST SAINE. "POUR VOIR UN MINISTRE IL FAUT 2 MILLIONS, LE CHEF DE L ÉTAT 5 MILLIONS" DIXIT MELEGUE M TRAORE

    P.S. : SANKARA AUSSI A TUE DES GENS

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 14:55, par Puknini En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Au Tchad, un colonel de l’armée vient d’être nommé Général par le Président tchadien Idriss Deby ; je crois que c’est l’actuel DG des douanes... Au lieu que les gens s’opposent à la nomination de Zida qu’ils travaillent à être élevé au grade de Général eux aussi. Ainsi nous aurons plusieurs généraux au Faso. N’est ce pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 15:00, par KLADJOU En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Peut être que ceux qui doutaient encore de l’implication de Gle de Gendarmerie Djibril Yipéné Bassolé vont maintenant nous coller la paix. Mais comme la malhonnêteté est un sacerdoce pour certains, ils vont continuer à nous raconter leurs inepties. Leur dilatoire et stratégie sont connus. Ils vont remettre en cause la déposition de Cherif Sy comme si en cassant le thermomètre cela va faire baisser la fièvre de leur Champion de Gle . Dans tous les cas, notez que Guillaume Sôrô n’a jamais remis en cause les appelles téléphoniques qu’il a passé dans toutes ses interventions. En homme politique averti il sait que c’est ridicule et peine perdue. Et puis c’est être complètement naïf en ce 21ème siècle de penser qu’on n’est pas capable de faire la différence entre un montage audio et un enregistrement de deux personnes en conversation. Trouver nous encore d’autres arguments pour vous défendre, mais c’est très claire comme dès le premier jours que Bassolé était belle et bien un des cerveau du coup d’Etat. son comportement dès les premiers moments le prouve, les appels de soldats, le transfert d’argent via du personnel de main, ses déclarations, ambiguës et même sa plainte auprès des instances de la CEDEAO pour attente à sa vie privé le démontre aisément. De qui ces Messieurs veulent-ils continuer à se moquer là ! Eux ont la chance ! et ils oublient qu’au nom d’un prétendu coup d’Etat fomenté par Diendéré et Djibril (son implication ne fait plus de doute ) ils n’ont même pas laisser à nos parents l’occasion de s’expliquer, ils les ont fait passer par les armes à Kamboinsin comme si eux n’avaient pas de droits. Ils ont certainement oublié que le juge suprême qui sait tout:Dieu existe pour tous. Vous voilà aujourd’hui quelques 31 ans après rattrapé par un coup d’Etat vrai et pour lequel seuls ceux qui mangent par vos soins continuent de nous pomper l’air par leur arguties enfantins tchrrrrr !!!
    . Mais c’est peine perdu. Il faut que JUSTICE SOIT RENDUE et JUSTICE SERA RENDUE

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 15:42, par Le Pacifiste En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Il faut degrader tous ces militaires pour qu’on ait la paix. Les généraux et les colonels redeviennent des capitaines .les commandants et capitaines des sous lieutenants et les ieutenants adjudants et sergents chef deviennent des soldats de deuxieme classe. Merdé alord

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 16:00, par yeux rouges En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Demandez a la hierarchie militaire pourquoi elle n’a pas fait allegeance a l’ex president du CNT.Pourtant,ce dernier leur a bien dit de se mettre a ses ordres.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 16:21, par SOUMAILA de Kossouka En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    QU’ON NE SE LEURRE PAS : CES GENS-LÀ ON RÉCUPÉRÉ NOTRE LUTTE POUR DEVENIR MILLIARDAIRES APRÈS LA TRANSMISSION.

    DES POSTES DE VICE PRÉSIDENT SUR MESURE... C’EST ÉCRITOÙ DANS LA CONSTITUTION QUE TU PRETENDAIS DEFENDRE ?

    NOUS VOILÀ PLUS BAS QU’AVANT...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 17:00, par KLADJOU En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Peut être que ceux qui doutaient encore de l’implication de Gle de Gendarmerie Djibril Yipéné Bassolé vont maintenant nous coller la paix. Mais comme la malhonnêteté est un sacerdoce pour certains, ils vont continuer à nous raconter leurs inepties. Leur dilatoire et stratégie sont connus. Ils vont remettre en cause la déposition de Cherif Sy comme si en cassant le thermomètre cela va faire baisser la fièvre de leur Champion de Gle . Dans tous les cas, notez que Guillaume Sôrô n’a jamais remis en cause les appelles téléphoniques qu’il a passé dans toutes ses interventions. En homme politique averti il sait que c’est ridicule et peine perdue. Et puis c’est être complètement naïf en ce 21ème siècle de penser qu’on n’est pas capable de faire la différence entre un montage audio et un enregistrement de deux personnes en conversation. Trouver nous encore d’autres arguments pour vous défendre, mais c’est très claire comme dès le premier jours que Bassolé était belle et bien un des cerveau du coup d’Etat. son comportement dès les premiers moments le prouve, les appels de soldats, le transfert d’argent via du personnel de main, ses déclarations, ambiguës et même sa plainte auprès des instances de la CEDEAO pour attente à sa vie privé le démontre aisément. De qui ces Messieurs veulent-ils continuer à se moquer là ! Eux ont la chance ! et ils oublient qu’au nom d’un prétendu coup d’Etat fomenté par Diendéré et Djibril (son implication ne fait plus de doute ) ils n’ont même pas laisser à nos parents l’occasion de s’expliquer, ils les ont fait passer par les armes à Kamboinsin comme si eux n’avaient pas de droits. Ils ont certainement oublié que le juge suprême qui sait tout:Dieu existe pour tous. Vous voilà aujourd’hui quelques 31 ans après rattrapé par un coup d’Etat vrai et pour lequel seuls ceux qui mangent par vos soins continuent de nous pomper l’air par leur arguties enfantins tchrrrrr !!!
    . Mais c’est peine perdu. Il faut que JUSTICE SOIT RENDUE et JUSTICE SERA RENDUE

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 18:21, par warzat En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Chérif est le fils de son père Général qui n’a pas eu ses galons dans les magouilles, tripatouillages et autres assassinats, coups d’état et passes droit, coup de piston et j’en passe.Un Général qui avait le respect de Sankara. Il y a bien eu des généraux, colonels et capitaines dans notre armée avant ceux dont certains bedonnants que nous voyons de nos jours. Finis les convois avec sirènes hurlantes, circulations bloquées et hommes armés lourdement dans nos rues. Allez mériter vos soldes, le peuple a maintenant besoin de voir le résultat de ses sacrifices. Révoltant, commander de faux gilets pare balles pour les FDS. Connaissant des frères qui sont d’une honnêteté incommensurable et qui ont lutté de près avec Chérif, je peux dire à ceux qui sont de bonne foi que ce gars ne mentira jamais au tribunal.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 18:29, par BONJOUR En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Indéniablement, un des témoignages le plus cohérent et qui ne souffre d’aucun arrangement avec la vérité.
    Quand on a gardé la même ligne pendant 27 ans, ce n’est pas au soir de la vie qu’on se compremet.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 18:46, par Sillalé En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    pourquoi, toute la hiérarchie militaire ne s’est-elle pas soumise à monsieur SY Chérif, lorsque celui-ci lui a fait appel en tant que président par intérim ?
    pourquoi monsieur SY ne s’est-il pas opposé publiquement à la loi conférant le grade de général à Zida ? N’est ce pas les memes reproches qu’on faisait au CDP ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 18:54, par La DEESSE En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    accusés à la barre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    témoins à la barre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    à quand le verdict !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    wait and see !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 19:11, par Eliane En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Toute les écoutes ont été opéré orchestré, manigancès et mis en scènes par le bureau militaire de la transition (foi de jb)

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 21:01, par Vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Comme il est difficile de tordre le cou à la vérité ! Que diront maintenant ceux qui mangent dans la main de Djibril Bassolé ? Ces journalistes mannequins sans foi ni loi qui sont prêts à chanter les louanges de Djibril parce qu’ils bénéficient de l’argent sale de ce derniers, que vont-ils encore avancer comme argument pour défendre leur champion ? Puisque les choses se recoupent parfaitement à présent. J’imagine qu’ils diront que Sy Chérif a bu de l’alcool avant de venir témoigner. Rien n’est moins sûr, avec ces gens là, il faut s’attendre à tout. Comment peut on considérer Bassolé comme prisonnier politique ? En quoi ce monsieur est il un potentiel présidentiable ? On savait déjà pourquoi il refuse de parler de ces écoutes téléphoniques. Et effectivement, il a bien travailler à partir de la base comme il l’ont dit dans leurs conversations. La preuve, cette base là était plus radicale quand la médiation essayait de les ramener à la raison. Il les a bien déconseiller de se rendre car cela aurait été une capitulation et très dangereux pour eux. L’ange Djibril allumait le feu de façon sournoise mais en réalité, le plus dangereux dans ce coup d’état bête était Bassolé. Le cerveau pour tout dire.
    Le ridicule dans tout ceci c’est de venir nous parler de réconciliation alors que ces faux généraux passe leur temps à se moquer de toute une nation.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars à 22:23, par Anguille En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Chérif Sy donne 2 versions differentes concernant le lieu de sa rencontre avec Guillaume Soro :

    Lieu 1 :

    A la fin de la rencontre, Guilnaume Soro m’a dit qu’il cherchait à me voir mais que je refusais. On est rentré dans une salle. Il a dit qu’il m’avait envoyé son chargé de communication mais que je refusais de discuter. J’ai dit ’’discuter de quoi’’ ?

    Lieu 2 :

    Quand Me Bonkoungou Dieudonné demande au témoin de revenir sur sa rencontre avec Guillaume Soro et demande s’ils se sont vus en aparté. voici sa reponse :

    "On est sorti de la salle et on est allé dans un couloir. On était deux. Et vous me demandez si on était en aparté et s’il y avait un témoin. Dieu était témoin".

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars à 08:48, par GO IDRISS En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Diendéré me désoit,un homme doit assumer sa parole d’honneur, il disait qu’il va assumé les consécanses du putsch manqué, il la pas fait , il a laissé comparaitre tout ses compagnons à la justice. Il devrait dire ne jugé personne j’endose c’est moi,pour que certaines secréts nationnale et millitaire reste.mème s’il est comdanné il ira avec honneur en temps que général.si je pense que ceux qui ont refuge le coup état de Blaise compaoré en 1987 les chefs de corps et autre qui n’on pas fuient et pour l’ intérêt de la nation ont absertent se faire tuer par chez même Diendéré qui de jour fuit ses responsabilités. Même les travailleurs, ouvriers, bandits de grand chemin en ca de vol arréter s’assumer pour ne pas devoler les autres complices. Diendéré est il digne de notre armes ?Ce ne pas par ce que je dit ainsi que je ne respect pas Diendéré.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars à 22:46, par Vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : Chérif Sy, l’homme qui a vu venir le coup d’État

    Moi j’ai quelques questions à poser à tous ceux qui sont épris de justice et de vérité.
    Qui avait intérêt à faire un aussi gros montage contre Bassolé ?
    Qui oserait le faire tout en sachant que de nos jours, il risquerait d’être démasqué et poursuivi ?
    Justement, quand Soro a voulu brouiller les choses en mettant sur internet un faux enregistrement d’une fausse conversation entre lui et Djibril, on a tout de suite compris combien il était ridicule ! C’est donc dire qu’il n’est pas évident de réussir dans le faux sur ce plan là. Et du coup, ceci vient nous conforter davantage dans ce que nous savions déjà. C’est un exercice qui comprend la voix, la ponctuation, le ton, le tempérament de deux individus. Même les meilleurs imitateurs du monde ne pourront réussir une telle prouesse. En plus, dans les temps difficiles de notre nation où personne ne savait de quoi le lendemain serait fait !
    L’autre question est de savoir pourquoi spécifiquement ces 2 individus ?
    Pourquoi crier dans les différents médias son innocence et à l’heure de prouver cette innocence Djibril refuse d’en parler ?
    C’est pour cela je trouve ridicule qu’on nous chante réconciliation, pardon, clémence... pendant que ceux là même qui y ont intérêt se moquent de tout un peuple !
    Avec tout ce que nous constatons, je me demande comment il pourrait avoir de la justice au temps des Compaoré. Même avec la main dans le sac, on te demandera à quelle heure, quel était le contenu du sac, sa couleur, sa forme... gare au pauvre, à l’indigent, à la veuve ou à l’orphelin s’il se retrouve devant les gros loups. C’est ainsi que tous ces délinquants aux cols blancs demeuraient intouchables.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
Putsch de 2015 : « Il existe dans le pays, un manipulateur qui n’a toujours pas été débusqué », conclut Me Jean Degli
Procès du putsch : « Blaise Compaoré a voulu violer un seul article, ceux qui lui reprochaient cela ont violé toute la Constitution », soulève Me Degli
Procès du putsch : Pour Me Jean Dégli, le Gal Diendéré est jugé par désir de vengeance
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés