Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

Institut supérieur de technologies : La CIL mène une campagne d’éducation numérique

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 12 mars 2019 à 21h35min
Institut supérieur de technologies : La CIL mène une campagne d’éducation numérique

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL), dans sa mission régalienne de protection des données personnelles et de sensibilisation du public, a mené une campagne d’éducation numérique au profit des étudiants de l’Institut supérieur de technologies (IST). Une campagne au cours de laquelle, les étudiants ont été sensibilisés à la protection de leurs données personnelles. C’est une campagne qui s’inscrit dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme. C’était ce mardi 12 mars à Ouagadougou.

Une délégation de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), avec, à sa tête, sa présidente Marguerite Ouédraogo/Bonané, a échangé, ce mardi 12 mars 2019, avec les étudiants de l’Institut supérieur de technologies (IST) de Ouagadougou sur la protection des données personnelles.

Une campagne organisée à la demande de l’IST pour sensibiliser les étudiants aux inconvénients que la publication sur Internet d’informations personnelles ou confidentielles peut avoir. Et c’était l’occasion pour eux de découvrir quelques règles de bonnes pratiques à avoir sur Internet, à savoir éviter de publier certaines informations, images et vidéos personnelles ou d’autrui, etc. Autre axe de cette formation, le codage du mot de passe de son compte, de son ordinateur, de son téléphone portable et le paramétrage de certaines fonctionnalités sur Internet afin d’éviter les arnaques.

Car, selon le directeur de l’expertise technique et du contrôle de la CIL, Maxime Dah Sié, une image ou information déjà publiée sur Internet ne peut jamais être effacée et, pis, elle peut être utilisée par tout le monde. Ce qui peut avoir des conséquences négatives sur la vie d’autrui. C’est pourquoi il est recommandé d’éviter d’envoyer des images ou vidéos compromettantes ; au contraire, il faut dire peu sur soi sur Internet, a-t-il conseillé aux étudiants.

Photo de famille marque la camapgne d’éducation numérique, organisée par la CIL

A la suite de Maxime Dah Sié, la présidente de la CIL, Marguerite Ouédraogo/Bonané, s’est adressée à l’assistance. Pour elle, Internet fait beaucoup de victimes à travers des arnaques ou des pertes en vies humaines. « Donc il faut faire très attention à tout ce que vous recevez sur votre téléphone ou par Internet. La vraie protection commence par vous et soyez très prudents », a-t-elle recommandé, tout en invitant les étudiants à être des relais auprès de leurs frères, sœurs et amis afin d’éviter qu’il y ait encore d’autres victimes.

Cette campagne a été bien appréciée par les étudiants. « J’ai bien aimé cette formation, parce que, même si je suis étudiante en télécommunication, cela m’a permis de renforcer mes connaissances. Et je me suis retrouvée dans certaines pratiques des internautes qui ont été décrites, donc désormais j’éviterai certaines choses étant sur le net », a indiqué Abiba Sombié, étudiante en 1re année en réseau et télécommunication.

Abiba Sombié, Etudiante en première année en Réseau et Télécommunication

Même appréciation chez Catherine Sanou, étudiante en 1re année en marketing et gestion commerciale. Pour elle, cette formation lui a permis de savoir que tout ce que l’on publie sur Internet ne peut plus être effacé ; donc il faut être très vigilant.

Cathérine Sanou, Etudinate en première année de Marketing et Gestion commercial

Cette campagne d’éducation numérique a été également l’occasion pour les représentants de la CIL de faire la présentation de la structure aux étudiants. Selon la présidente, la CIL a pour mission générale d’informer les populations sur leurs droits et leurs obligations en matière de traitement de données personnelles. Et à cet effet, elle reçoit des déclarations de traitement, émet des avis et autorise les traitements des cas les plus sensibles, notamment dans la violation de certaines images ou vidéos publiées sur Internet. Et dans ce cas, la CIL peut aider les victimes à les retirer.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : Les gens sont plus réceptifs à des messages partagés par des amis ou des parents, selon la Banque mondiale
Autorité du bassin du Niger : Le Burkina Faso a un nouveau réseau de journalistes et communicateurs pour plus de visibilité
WhatsApp repousse la modification de ses conditions d’utilisation au 15 mai 2021
Dialogue social : Ousséni Tamboura tâte le terrain à la SEP
Télévision : Un incendie dans les locaux de BF1 fait d’importants dégâts matériels
Ministère de la Communication : « La priorité, c’est la qualité du service public (…). Cela passe par l’amélioration des conditions de vie et de travail », Aboubakar Sanfo, SG adjoint du SYNATIC
Ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement : Ousséni Tamboura promet de nouveaux chantiers
A la Une de l’Evènement du 10 janvier 2021
AstuceTic : Decrypto, l’application qui dévoile les messages codés
« Nous ne sommes pas obligés de raconter toute notre vie sur internet », rappelle l’expert en cyber-sécurité Youn Sanfo
Nouvelles conditions de WhatsApp : Voici les risques et les alternatives selon l’expert en sécurité informatique, Youn Sanfo
ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA : Comment le complot a été organisé et exécuté
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés