Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En matière de prévision, le jugement est supérieur à l’intelligence. L’intelligence montre toutes lеs рοssibilités рοuvаnt sе рrοduirе. Lе jugеmеnt disсеrnе раrmi сеs рοssibilités сеllеs qui οnt lе рlus de chance de se réaliser.»  Gustave Le Bon

Barrage de Samendeni : « La bande de servitude doit être libérée en urgence »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 6 mars 2019 à 13h16min
Barrage de Samendeni :   « La bande de servitude  doit être libérée en urgence »

Moins de 2 ans après la mise en eau du barrage de Samendeni, sa bande de servitude (bande réservée pour la protection de l’ouvrage et de ses ressources) est en phase de destruction. En effet les ex-occupants du site où a été réalisé ce barrage ont été indemnisés mais ces derniers s’obstinent à occuper et à exploiter de façon illégale et nuisible cette bande. A travers un atelier initié par la Police de l’eau des Hauts-Bassins sur l’état des lieux de l’occupation de la bande de servitude du barrage de Samendeni, tenu le mardi 5 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, des échanges ont été menés autour de la question « comment restaurer l’utilité des lieux sans compromettre le projet qui est en cours d’exécution ? ».

La problématique de la gestion durable des ressources naturelles particulièrement des ressources en eau constituent de nos jours un enjeu majeur et un défi à relever pour le développement durable du Burkina Faso. Ce n’est un secret pour personne, certaines activités humaines constituent aujourd’hui une menace sérieuse à la survie de bien de retenues d’eaux. A preuve, la dégradation continue des ressources en eau, qui a amené le département en charge de l’Eau à mettre en place « une police de l’eau » dans les 13 régions du Burkina Faso, dont celle des Hauts-Bassins opérationnelle depuis 2014.

Dans le cadre de ses activités d’accompagnement des acteurs de développement pour la protection des ressources en eau, cette Police de l’eau des Hauts-Bassins a établi en février 2019, un diagnostic de gestion de la préservation des ressources en eau du barrage de Samendeni.

Atelier bande de servitude Samendeni

Elle a effectué une sortie de terrain au cours de laquelle elle a échangé avec 200 personnes occupant illégalement la bande de servitude du barrage de Samendeni. Ayant déjà été indemnisées, en principe, elles ne devraient plus occuper ces lieux.

C’est à la suite de cette visite terrain que l’atelier de Bobo-Dioulasso a été organisé le 5 mars 2019, par la Police de l’eau des Hauts-Bassins, pour non seulement faire l’état des lieux de l’occupation de la bande de servitude du barrage de Samendeni, mais aussi envisager des mesures pour sa protection. Le résultat attendu étant que cette bande soit libérée de ses occupants, aux fins de permettre une bonne mise en œuvre des autres phases du projet de Samendeni. Ont pris part à cet atelier des autorités administratives militaires et paramilitaires.

Wendemi Cyprien Tizambo Directeur Régional de l’Eau et de l’Assainissement des Hauts-Bassins

Dans la présentation de l’état des lieux faite par la Police de l’eau sur l’occupation de la bande de servitude du barrage, il ressort « une utilisation de pesticides non homologuées ; une pollution à outrance qui provoque la mort de beaucoup de crapauds ; le prélèvement direct et abusif de l’eau du barrage avec des motos pompes ; des traces de culture de maïs et de riz… ».

Bref, toute chose qui constitue un risque de détérioration de la qualité de l’eau, d’envahissement de plantes aquatiques nuisibles à la bonne qualité de l’eau et à la survie des espèces aquatiques. Il est également à craindre, à long terme, l’endommagement des installations hydrauliques et l’envasement qui conduit à une réduction progressive de la capacité du barrage en eau.

En plus de cela, les enjeux socio-économiques qui découlent de cette occupation anarchique de la bande sont importants. Si elle persiste, cela risque de bloquer les autres projets qui restent à être mis en œuvre dans le cadre de cet important projet. D’où la mise en garde du secrétaire général du gouvernorat des Hauts-Bassins, Sayouba Sawadogo : « Cette bande de servitude doit être libérée en urgence ; et nous y veillerons ! ».

Sayouba Sawadogo Secrétaire Général du Gouvernorat des Hauts-Bassins

Le directeur régional de l’Eau et de l’assainissement des Hauts-Bassins, Wendemi Cyprien Tizambo, partage également cette vision et le souligne en ces termes : ‘’Quand on connait toute la dynamique qui sous-tend ce barrage, il doit nous amener à un pôle agro-industriel mais qui ne peut être entamé si des décisions fermes ne sont pas prises pour libérer définitivement ces bandes. Il est temps que les gens comprennent les enjeux et libèrent sans délai cette bande de servitude ».

Du reste, quelques pistes de solutions ont été évoquées à savoir « initier des actions de protection des berges (plantation d’arbres et herbacées), impliquer les services techniques, matérialiser par des balises cette bande de servitude pour une meilleure visibilité de la zone à ne pas occuper ».

En rappel, le barrage de Samendeni est l’un des plus grands projets menés depuis les indépendances avec une capacité d’un milliard 50 millions de m3 d’eau. Il permettra à terme l’exploitation de 21 000 hectares d’aménagement agricole.

Haoua Touré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement local : les réalisations du projet pilote d’amélioration de l’aviculture traditionnelle en évaluation
Application de l’IUTS au Burkina Faso : Quand les éléphants se battent…
Préavis de grève des syndicats : Voici la plateforme revendicative
Centre universitaire de Ziniaré : Les activités académiques et pédagogiques lancées
Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée
Santé : Pr Claudine Lougué encourage les agents de santé à Fada N’Gourma et Koupèla
Bobo-Dioulasso : Une marche le 29 février prochain pour dénoncer « l’injustice » dans le lotissement du secteur 26
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés