Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Protection des données personnelles : La CIL renforce les capacités des agents du MINEFID

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 5 mars 2019 à 15h58min
Protection des données personnelles : La CIL renforce les capacités des agents du MINEFID

Pour la deuxième année consécutive, la Commission de l’informatique et des libertés a organisé un séminaire de formation de 24 heures sous le thème « Protection des données à caractère personnel et de la vie privée à l’ère du numérique » au profit des agents du ministère de l’Economie, des finances et du développement. Ce séminaire s’inscrit dans la dynamique d’information et de sensibilisation sur les instruments juridiques, les mesures sécuritaires et les conseils pratiques à adopter en vue d’une meilleure protection des données personnelles. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire permanent pour la promotion de la microfinance, Fayama Karfa, dans la matinée du mardi 5 mars 2019, à Ouagadougou.

Ce thème s’avère pertinent dans la mesure où le ministère de l’Economie, des finances et du développement (MINEFID) à l’instar d’autres départements ministériels, est en plein processus de dématérialisation des procédures.

A titre illustratif, le secrétaire permanent pour la promotion de la microfinance, Fayama Karfa, a relevé que les dispositions du code général des impôts prévoient que les banques, établissements financiers et assimilés doivent communiquer à la Direction générale des impôts (DGI), les avis d’ouverture et de clôture de comptes de dépôts de titres, valeurs ou espèces, comptes d’avances, comptes courants ou assimilés.

A cet effet, un protocole d’accord entre la DGI et les banques est mis en place pour définir les engagements des parties et les modalités de collecte, de traitement, de sécurisation et d’exploitation des informations du fichier des comptes bancaires.

Aussi, les plateformes « SYLVIE » des services de la douane et « E-SYNTAX » des impôts collectent, stockent et exploitent en permanence des données à caractère personnel. Sans oublier que c’est le MINEFID qui traite des salaires des fonctionnaires du Burkina. Fort de ce constat, il est indispensable que les acteurs du MINEFID, impliqués dans les grands projets de collecte de données et d’informatisation, comprennent et mesurent les enjeux liés à la protection des données personnelles et de la vie privée. Ce qui justifie la tenue de ce séminaire de formation. L’initiative émane de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL).

Dans son discours d’ouverture, M. Karfa a réitéré ses remerciements à la CIL et à sa première responsable. Il a, par ailleurs, invité ses collaborateurs des différentes directions à s’impliquer pleinement dans les travaux et à s’approprier le message de la Commission.

Marguerite Ouédraogo/Bonanet, présidente de la CIL, a, pour sa part, rappelé la mission première de la CIL et préciser qu’à travers ce séminaire, il s’agit de faire connaitre les droits des personnes notamment le droit d’accès à ses données personnelles, le droit de vérification, de suggestion, d’oublier certaines données qu’on ne souhaiterait pas qu’on voie publier mais aussi sensibiliser les responsables de traitement à sécuriser leur système d’information. « Vous savez que quand les bases de données ne sont pas sécurisées, il y a des fuites et c’est très délicat. Nous allons présenter une communication en lien avec les réseaux sociaux., comment les autres se comportent sur les réseaux sociaux. Il faut qu’on les accompagne pour une protection de leur vie privée », a-t-elle poursuivi.

L’Inspecteur des douanes Seydou Traoré nourrit des attentes à l’issue de la formation : « Nous avons trouvé qu’il était nécessaire que nous soyons là pour mieux comprendre ce que c’est que les données personnelles. Quand on parle de données personnelles, qu’est-ce que cela veut dire concrètement ? (…). Nos attentes à l’issue de ce séminaire, c’est que chacun puisse savoir ce qu’il faut faire ou ne pas faire sur les réseaux sociaux ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Le SYNATIC dénonce des « dérives répressives dans les médias publics »
Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information : Rendez-vous du 24 au 31 octobre à Ouagadougou
Journée nationale de la liberté de la presse : Le message du ministre de la Communication et des relations avec le parlement
E-commerce : Bestmade Burkina est né
Signature de protocole d’accord de coopération : L’ULB et le CNRST unis pour la recherche de l’excellence
Radio Television du Burkina : il n’y a pas eu de piratage de la chaine nationale le 14 septembre 2019 selon le conseil supérieur de communication (CSC)
Liste des entreprises de publicité déclarées auprès du CSC au titre de l’année 2019
Crise à La Poste Burkina : « Il y a des gens qui ont des agendas cachés », Oumarou Ouédraogo, secrétaire général de La Poste
4G+ Advanced de TELMOB : « La facturation est bien transparente », répond l’ONATEL à un client mécontent
Médias : 112 professionnels prêts à servir
Médias : La radio « des nouvelles idées » souffle ses 20 bougies
20 Octobre 2019 : Journée Nationale de la Liberté de la Presse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés