Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Terrorisme au Burkina et débat sur le CFA : Les coups de gueule du Front patriotique pour le changement

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Issoufou Ouédraogo • vendredi 1er mars 2019 à 19h41min
Terrorisme au Burkina et débat sur le CFA : Les coups de gueule du  Front patriotique pour le changement

Le Front patriotique pour le changement (FPC) Yelemani a rencontré la presse ce vendredi 1er mars 2019 à la maison des retraités Antoine Nanga, à Ouagadougou, pour donner sa lecture des actes qui entravent le développement de l’Afrique, en particulier le Burkina Faso. A ce point de presse, le Front patriotique pour le changement(FPC) yelmani a dépeint la politique française à travers la monnaie qu’est le CFA. Pour le FPC yelemani, le franc CFA constitue un frein à l’émergence de l’Afrique et en particulier du Burkina Faso. Le FPC Yelemani juge honteux que le Burkina continue d’utiliser cette monnaie et appelle le président Kaboré à tourner le dos au franc CFA. Sur la question du terrorisme, le FPC Yelemani qualifie le cas du Burkina de terrorisme politique et mafieux savamment orchestré par des politiciens qui veulent entraver l’émergence du pays.

Face aux journalistes, le Front patriotique pour le changement (FCP) Yelemani a donné sa lecture sur les questions qui entravent le développement de l’Afrique et en particulier du Burkina Faso. Au cours de cette conférence de presse, le FPC est revenu sur la pauvreté et l’endettement des pays de la zone CFA. Une aubaine pour le parti d’évoquer la question sécuritaire que traverse le Burkina Faso, notamment le terrorisme. Sur les deux points de cette rencontre, le FPC a donné son appréciation sur les facteurs qui entravent la marche du continent.

Président du FPCyelemani

Concernant le franc CFA, le FPC n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger la politique française. Cette politique, dit-il, est maintenue à travers des régimes téléguidés depuis la France pour avoir une mainmise sur les politiques en Afrique. Pour le FPC, le franc CFA est la dénomination de la monnaie commune des quatorze pays africains, membres de la zone franc. Cette monnaie, selon le FPC Yelemani constitue, un frein à l’émergence de ces pays depuis 1945.

La France ayant le contrôle des réserves étrangères des pays de la zone CFA, depuis 1961, ces pays doivent chaque année transférer leur « dette coloniale » pour les infrastructures construites en France. Cela explique la pauvreté et l’endettement de ces pays. En plus, Paris, à en croire le FPC, dispose d’un droit de premier refus sur toutes les ressources dans les pays de la zone FCFA disposent. « Les difficultés des pays africains doivent ouvrir les yeux des Africains à être plus dynamiques ; cela interpelle les élites africaines à proposer des solutions face à cette exploitation de la zone par une France ingrate », a relevé le président du FPC, Tahirou Ibrahim Zon.

Des représentants d’autres formations politiques

Dans sa nouvelle vision politique, le FPC estime que les Africains doivent prendre leur courage à deux mains pour dire non au FCFA, surtout à travers la voix de leurs dirigeants. Dans ce sens, il apporte son soutien total au gouvernement du président Kaboré et l’encourage à quitter le franc CFA, ce qui va prouver l’arrivée d’une nouvelle révolution mais aussi du patriotisme. Le FPC interpelle le président Kaboré à prendre exemple sur des pays comme le Rwanda et la république populaire de Chine et l’appelle à lier de nouvelles alliances avec des pays comme la Russie.

Outre la question du CFA, le FPC a évoqué le phénomène du terrorisme en qualifiant celui du Burkina de politique et de mafieux et appelle certains à arrêter de jouer les apatrides. Selon le FPC, ceux qui se plaisent à dire que le Burkina est dans l’œil du cyclone, « ce sont les mêmes qui ont mis le pays dans l’œil du cyclone et cherchent à entraver son développement ». Le FPC estime que face à la situation, il est du devoir de tous les citoyens de s’unir pour combattre les terroristes et de rester soudés derrière les forces de défense et de sécurité pour bouter le fléau hors du Burkina.

Des journalistes à ce point de presse

Le FPC Yelemani propose au président Kaboré d’ordonner à la France de libérer la zone tampon de Pama, de créer des comités de défense du Faso avec une formation militaire et de ramener le service national populaire avec une formation militaire pour les jeunes.

Cette rencontre a permis aussi au FPC de réaffirmer son engagement et son soutien au président Kaboré. Il l’invite à rester ferme malgré les pressions car, pense le parti, le peuple uni l’accompagnera pour faire du Burkina, un modèle.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Pô-Guiaro : Deux gendarmes meurent dans une attaque
Natiaboani : Un détachement militaire victime d’une attaque
Armée burkinabè : Le 31e régiment d’infanterie commando de Tenkodogo a son unité anti-terroriste
Sahel : « Si on n’est pas là, ces pays s’effondreront sur eux-mêmes », selon le chef d’Etat major des armées françaises
Burkina Faso : L’état d’urgence prorogé jusqu’au 12 janvier 2020
Goenega (Centre-Nord) : Une école incendiée par des hommes armés
Région de l’Est : Le couvre- feu prolongé jusqu’au 5 septembre 2019
Burkina : 15 personnes tuées dans une attaque terroriste dans la commune de Barsalogho
Déplacés de Silgadji à Ouagadougou : « On nous a demandé de retourner d’où nous venons »
Situation des déplacés internes : ’’Ouagadougou n’a pas les commodités nécessaires pour les abriter", Laurence Ilboudo
Déplacés internes : "les actions qui consistent à mobiliser des véhicules pour envoyer les gens à Ouagadougou", Simon Compaoré
Village de Belehede, commune de Tongomayel : 17 morts dans une attaque attribuée à des terroristes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés