Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un œil expérimenté ne s’y trompe jamais.» Charles Baudelaire

Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET • vendredi 1er mars 2019 à 11h30min
Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

Un autre témoin est passé à la barre, ce vendredi 1er mars 2019. Il s’agit du Colonel major, Mamadou Traoré, attaché de défense à l’ambassade du Burkina en Algérie. Au moment du coup d’Etat, il était directeur de l’analyse stratégique au niveau du ministère de la défense nationale et des anciens combattants. Son témoignage est presque identique à celui des autres témoins de la hiérarchie militaire.

Sur la question de savoir qui du général Gilbert Diendéré ou du Général Pingrenoma Zagré a présidé la réunion du 16 puis celle du 17 septembre 2015 avec les membres de la Commission de réflexion et d’aide à la décision (CRAD), le Colonel major Traoré a déclaré sans ambages : il s’agit du Général Zagré.

L’une des avocates de la défense, Me Aouba Zaliatou s’est dit perplexe quant à la durée de la réunion du 16 septembre qui a débuté à 17h et a pris fin au petit matin du 17 septembre vers 3h30. « Comment est-ce possible alors que la hiérarchie militaire dit qu’elle a opposé un refus catégorique de soutenir le Général Diendéré ? », a demandé l’avocate.

Et le témoin de répondre par un proverbe : « Quand il n’y a plus de braise dans le foyer, les chiens peuvent y entrer. On ne résous pas une crise en 10 minutes ».

Pour Me Aouba, il aurait été logique que l’armée dise qu’elle a poursuivi les débats compte tenu de sa responsabilité sociale, après son « Non catégorique ».

« Vous n’êtes pas militaire et vous ne pouvez pas comprendre l’armée. Je ne pense même pas que vous avez fait le SND (Service national de développement) », a laissé entendre le témoin.

Et l’avocat de répliquer en disant qu’elle est certes profane de l’armée mais cela ne l’empêche pas d’avoir une logique en tant que citoyenne. « Même si j’avais fait le SND, je ne pourrai pas prétendre connaître l’armée. Je connais le droit et je sais que je ne pourrai pas l’expliquer en peu de minutes à quelqu’un qui n’est pas du domaine ».

Histoire de titiller Me Aouba, l’attaché de défense fera savoir qu’il fait partie de la deuxième promotion de droit de l’Université de Ouagadougou et qu’il est d’ailleurs de la même promotion que l’ancien Bâtonnier, Mamadou Traoré.

L’audition du témoin a à peine duré deux heures. Dans son mot de fin, le Colonel major Mamadou Traoré a présenté ses condoléances aux familles des victimes et souhaité prompt rétablissement aux blessés. « Je demande à Dieu de nous donner, nous aînés de l’armée, la force de léguer à nos cadets une armée où il y a plus de cohésion et de fraternité d’armes ».

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er mars 2019 à 13:28, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    - Ce Mamadou fait du bruit ! Être promotionnaire au bâtonnier ne fait de vous un homme de droit. Faut pas faire du boucan pour rien. Là où on vous attendait personne d’entre vous les galonnés vous n’y est venu et vous avez supporté Blaise Compaoré pendant des années durant. D’ailleurs il y a trop de Colonnels et de Colonnels-Major dans notre armée et il y a lieu de délester certains de leurs gardes plutôt encombrants !!!

    Par Kôrô Yamy´lé

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 13:51, par wendlassida En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Kôrô Yamy´lé, IL N EST JAMAIS TROP TARD POUR DEVENIR CE QU’ON DEVRAIT ÊTRE.
    MERCI MON COLONEL ET LONGUE VIE

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 13:58, par Bonjour En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Internaute 1,
    Je vais commencer par commenter la fin de votre post : oui, il y a trop de colonels et de colonels majors dans cette armée. Et ce sont les soldats du rang qui meurent au front pendant qu’eux se trouvent dans les bureaux à faire leurs deals
    Pour commenter sa déposition, ce qu’on observe chez ces officiers, c’est leur arrogance acquise sous COMPAORE.
    Et les petits arrangements avec la vérité.
    S’ils avaient dit non de façon catégorique, la réunion n’aura pas duré aussi longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 14:14, par sidwaya Gomis En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Ce témoin, n’est personne d’autre que "Madou bandit" celui là qui a gazé les étudiants à la Cité Universitaire de Zogona. C’était dans les 1997-1998 et 1999.

    Fantassin à l’origine, il est passé du CENEC de Po à la gendarmerie au détour d’un séminaire (de 3 jours sans doute), dans une école de gendarmerie à Abidjan. Il fait partie de ces officiers qui ont contribué à enraciner le régime de Blaise en traquant les membres du collectif pour la vérité sur la mort de Norbert Zongo.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 14:25, par LoiseauDeMinerve En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Mon Kôrô ! un bémol pour ce Cl Mj de Gendarmerie. Servir sous Koissi ne fait pas de vous un vil serviteur de la Compaorose. Lui il me paraît plus sincère, objectif, indépendant que son Gl diplomate. Je me rappelle encore : en 1998 quand nous accompagnions les defunts Norbert ZONGO et compagnons au cimetière et que parvenus à l’Etat Major de la Gendarmerie, Ce Monsieur en tenue arrêté au milieu du portail d’entrée était au garde-à-vous et a présenté un salut militaire aux convois funèbres. C’est un Monsieur bien pour ce geste.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 14:33, par Houma En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Merci aux chefs militaires pour les témoignages concordants qui corroborent toute idée selon laquelle, ils ont tous désavoués l’autre et ses hommes après leur coup d’arrêt porté a la transition.
    Merci encore au colonel major madou qui a parlé peu et avec des mots pleins de sens. Il y a certains qui pensent dans ce pays qu’ils sont les seuls intellectuels a avoir fait des études universitaires. Cela est d’autant vrai que dans les interventions on se rend compte que les hommes de tenue sont traités comme ceux-là qui n’ont pas un niveau d’instruction élevée. Un militaire est un homme complet quel que soit son rang. Un paresseux, idiot, cancre, indécis et sans initiative ne peut pas être militaire. La formation d’un praticien du droit est basée sur les ouvrages généraux tels que le code pénal, le code de procédure pénale,le code civil et le code de procédure civile, le code de justice militaire, les instruments juridiques communautaires, régionaux et internationaux et les textes divers etc....A entendre certains, on a l’impression que ce sont eux qui ont écrit le droit. Merci encore au colonel de demander intelligemment à certains de parler de ce qu’ils savent . La guerre est un art, on resoud pas une crise en 10 minutes. Ca vient des grands officiers, c’est réel et c’est clair. Celui qui trouve que notre armée est pleine de colonels et colonels majors peut aller les chasser.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 14:35, par fgh En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    J’aime la réponse de ce pandore à cette avocate "quand il n’y a plus de braise dans le foyer, les chiens peuvent y dormir..." J’espère que l’avocate a compris ? C’est tout l’art de la culture africaine... Merci TRAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 15:27, par Le réaliste En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Internaute "Kôrô Yamyélé", Il faut être réaliste car c’est ton Blaise COMPAORE et ton DIENDERE qui ont fabriqué ces Colonels, Colonels Majors et Généraux encombrants dans l’armée et c’est également eux qui ont crée cette anarchie dans toutes les couches socio-professionnelles, y compris l’armée bien évidemment, ce qui a provoqué tous les maux de notre pays. Heureusement, ils ont été emportés par cette même anarchie et malgré ce que vous faites, ça sera difficile que DIEU vous permette de réussir votre mésaventure sadique. Continuez seulement

    Répondre à ce message

    • Le 1er mars 2019 à 18:05, par Confidentiel En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

      Le realiste ,il faut comprendre le vieux Yamyele.Victime de Alzheimer et de yontoro il degame tres souvent.As tu lu les monstruosites qu il a debite sur l Obs la derniere fois ???Alors que le journal etait le seul a plaider pour une evacuation de Bassole lui il trouve que l Obs est tres mechant avec Lui.A ne rien comprendre.Bientot on va devoir l interner en ps............trie.Tantot il est Upc tantot cdp mais toujours pretentieux.

      Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 18:14, par Ka En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Messieurs les responsables militaires au moment du coup d’état à la maternelle de ces mercenaires qui sont les deux généraux, vous n’aviez pas à vous justifier. Car, je vais poser une seule question a tout le peuple Burkinabé : ‘’’Depuis ce 15 Octobre 1987 à 16h30 ou Gilbert Dindéré et Blaise Compaoré ont canardé Thomas Sankara et ses compagnons en assumant que c’était eux ou leurs frère d’arme, quelle personne parmi le peuple qui ne puisait pas dans sa culotte en s’approchant de ces deux sicaires ?’’’

    Tout le peuple Burkinabé y compris les chefs de l’armée subissaient la répression des deux sanguinaires jusqu’au coup d’état à la maternelle de ce félon qui oublie que Dieu ne dort pas pour les opprimés. Nous sommes toutes et tous comptables des bourdes de Blaise Compaoré et de Diendéré Gilbert à cause de la répression. Mais toute chose a une fin. Aujourd’hui que Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé se battent comme des poulets égorgés pour sauver leur peau, la donne a changé, et les juges ont ce qu’il faut pour les mettre à l’ombre très longtemps s’il y a une justice dans notre pays. Car, la première chose que ces sicaires ont font en prenant le pouvoir par les armes, c’est de suspendre la constitution pour rendre le pays ingouvernable qui est déjà un délit condamnable sévèrement.

    Acte 2 : ‘’’Dans un état normalement constitué, le fait, pour un militaire, de s’emparer d’une arme pour se livrer à une activité autre que celle qui lui a été assignée par la hiérarchie est un acte d’insoumission caractérisée et passible des plus hautes sanctions. Acte 3 : Semer le désordre et l´anarchie ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice c’est ce que Diendéré et ses complices ont fait, et pris les mains dans un pot de confiture. Ils méritent la cour martial.

    Ici je voudrai dire un mot à mon ami Kôrô Yamélé, ‘’que de porter un masque avec des critiques de dénigrements au régime Compaoré de 2013 à 2014 pour se faire lire et être un internaute le plus lu, est très difficile d’enlever ce masque et vouloir être un avocat défenseur de Gilbert Diendéré complice de Blaise Compaoré.

    Et comme j’ai l’habitude de le dire, et je le dis à toi mon ami Kôrô Yamyél, Il y a des personnes qui sont bien étiquettes par leur parcours ; ils ne sont pas des modèles contrairement à ce qu’on veut nous faire croire en se prénommant Kôrô yamyélé l’internaute de l’année ou un autre qui ne se voile pas la face nommé Paul Kèrè. Aujourd’hui mon ami Kôrô Yamyélé, il sera difficile pour toi de revenir en arriéré devant tes lectrices et lecteurs de 2013 a 2014, pour être un avocat de ceux comme Gilbert Diendére, qu’une de tes critiques disait de le pendre. Un internaute de bonne foi, reste un internaute de bonne foi, ôte ton masque et soutient ouvertement Blaise Compaoré et Gilbert Diendéré comme le font caca et Yako, ou tu portes ton masque comme entre 2013 et 2014, et les dénigrais pour leurs cruautés. C’est un conseil d’un ami.

    Répondre à ce message

    • Le 1er mars 2019 à 19:19, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

      Très juste KA, nous sommes tous comptables et Norbert ZONGO disait que chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite. Et j’ai toujours aussi dit que tout le mérite de l’insurrection revenait à nos enfants et nos petits enfants. Mais nous n’avons pas à rougir de notre " lâcheté " car sans cette lâcheté sans doute il n’y aurait pas des héros de l’insurrection aujourd’hui.
      Golf et son chef ont oublié qu’ils ne font peur qu’à ceux qui ont subi leur cruauté. L’anecdote qui illustre parfaitement cette idée, c’est ce célèbre politicien qui se fait "bousculer ", par un gamin en plein Ouagadougou, bien sûr le gamin ne savait pas qui était son adversaire...
      Comme on le dit dans les écritures saintes que celui qui ne sent pas coupable jette la première pierre ? Beaucoup de " vieux pères" vont la jouer discrète.
      D’ailleurs je crois savoir même que le Koro fut un militant actif du CDP non ?
      Pour ma part le Col major TRAORE a bien fait de rabattre le caquet à cette avocate. On demande au Col major de parler d’une réunion entre militaire et elle vient raisonner droit pure... Il ne lui restait plus (à l’avocate) que d’aller parler du code pénal au berger de Tinakoff ...Pour dire qu’il faut rester toujours humble dans la connaissance de sa sciences, et c’est ce qui montre qu’on connaît bien sa sciences. Et on ne peut pas préjuger du degré de connaissance ou d’expérience de son vis à vis.

      Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2019 à 20:05, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    Enfin, voilà un témoignage suffisamment sensé pour être compris pour peu qu’on soit réaliste et suffisamment "intello" pour y accéder. Aux Avocats du type Aouba, nous les inviterons à plus de modestie et d’humilité que ce qu’ils présentent. Avoir fait du Droit et avoir obtenu au grand maximum/tout au plus un Master 1 pour ne pas dire une Licence ne suffit pas pour se présenter comme le/les seuls Intello du monde. Même si votre métier vous couvre des retours de réactions des justiciables en procès, vous devriez faire plus attention dans vos langages car vous n’êtes pas grandes choses. Et là, nous pèsons nos mots.

    Si oui que vous (Me. Aouba) êtes de niveau, vous devriez comprendre qu’il y a dans la "Société" d’autres Filières pour ne pas dire des Spécialités dans lesquelles notre pays regorge de Docteurs, de Professeurs attitrés et même des Chercheurs qui sommes tous, observent la modestie et l’humilité dans leurs comportements. Et si oui que vous n’êtes qu’un Avocat de dernière heure ayant accédé à ce stade par suite du programme de la Banque Mondiale d’aider à renforcer la "Défense" simplement parce que tout notre pays n’avait pas plus d’une dizaine d’Avocats, votre réussite au CAPA qui vous a permis d’accéder à votre Toge ne doit pas être avérée. Autrement, cela nous étonnerait fort bien que de par votre "Valeur intrinsèque", vous y parveniez.

    Pour revenir aux déclarations du Témoin "Cl-Maj. TRAORE", nous pensons qu’il n’a dit que ce qDu’il a su de la situation au moment des faits, n’en déplaise à "Yam yélé" (Kôrô ou Dôgo) qui ne doit pas piffé ce témoin tout comme bien d’autres d’ailleurs puisque nous le lisons avec attention depuis ses échanges/partages en tant qu’Internaute. Cette fois-ci en tout cas, il nous a déçu largement.

    Mais bon ! l’important est qu’on avance et qu’on parvienne à des résultats probants et bien clairs. Que la Justice soit dite par les Chargés selon leur intime conviction et les réalités qui leur ont été présentées.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars 2019 à 12:14, par Ka En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    ‘’’’A vous deux’’’ internaute Dedegueba Sanon et Gnongre Paré : Du haut de ma noblesse d’internaute de bonne foi par rapport à vous deux, j’avoue que vous forcez le respect : Je confirme vos autos critiques pleines de bons sens. Vos analyse sont, impartiales et simplement citoyenne, et je confirme et vous remercie. Si l’Afrique est embourbé dans l’injustice, c’est a cause des avocats corrompus et ceux qui les soutiennent aveuglement. Merci de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2019 à 16:26, par IBMAFRIQUE Issa Ben Mahamoud DION En réponse à : Procès du putsch : « On ne résout pas une crise en 10 minutes », Colonel major Mamadou Traoré

    J’ai la conviction que ce témoignage [de cet ex-chef État Major qui avait reçu à bien créer une grande cohésion et respect au niveau de la GENDARMERIE Nationale du Faso avant BASSOLET et je considérais comme Général Mamadou TRAORÉ"7ans avant] aapporte un peu de confort à la situations.Mais il était TROP LOIN pour mieux témoigner dans une situation de confusion.
    Vive la PAIX AUX FASO
    VIVE LA PAIX MONDIALE
    .♥.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés