Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

TIC et Education : La secrétaire générale de l’OIF inaugure un centre numérique et une bibliothèque

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 28 février 2019 à 17h43min
TIC et Education : La secrétaire générale de l’OIF inaugure un centre numérique et une bibliothèque

Présente à Ouagadougou dans le cadre du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a présidé, ce jeudi 28 février 2019, la cérémonie d’ouverture du centre multimédia de la commission nationale de la Francophonie. Elle avait à ses côtés le chef de la diplomatie burkinabè, le ministre Alpha Barry, et le parrain Me Titinga Frédéric Pacéré.

Pour sa première sortie officielle hors de ses quartiers, la patronne de l’OIF a mis le cap sur le Burkina Faso pour vivre le cinquantenaire du FESPACO. Elle en a profité pour participer à la cérémonie d’ouverture du centre multimédia et de la bibliothèque de la commission nationale de la Francophonie (CNF), ce jeudi matin, en compagnie du parrain de la cérémonie, l’homme de lettres, avocat et chef coutumier, Titinga Frédéric Pacéré, et du ministre des affaires étrangères, Alpha Barry.

Coubure du ruban par la SG de l’OIF, le parrain et le ministre des affaires étrangères

Au cours de cette cérémonie placée sous le thème « S’informer et se cultiver pour promouvoir le vivre-ensemble », le secrétaire permanent de la CNF, Mamadou Coulibaly, a déclaré que le centre et la bibliothèque font partie d’un plan bien pensé de relance des activités de la Commission nationale. Il a rappelé qu’à sa création en 1999, le centre attirait du monde jusqu’à ce qu’un incendie « ravage les espoirs » de tous les usagers. Même les équipements et ouvrages acquis à la faveur du Xe sommet de la Francophonie, tenu les 26 et 27 novembre 2004 à Ouagadougou, ont été détruits.

Face à la forte demande et soucieux de redonner un nouveau souffle aux infrastructures, les acteurs se sont tourné vers l’OIF qui leur a octroyé une subvention de 32 000 euros en 2015. Cette enveloppe a permis, selon M. Coulibaly, d’acquérir 15 micro-ordinateurs, 2 ordinateurs portables et des ouvrages pour la bibliothèque qui ambitionne devenir « une ruche, un lieu de quête du savoir et de la culture, du vivre ensemble ».

Une vue des invités

Pour le passage à l’échelle

Pour Louise Mushikiwabo, ce centre numérique se situe à l’intersection de plusieurs objectifs de la Francophonie à savoir l’éducation, la connaissance de l’autre, le vivre-ensemble et le numérique. « Je ne peux pas prétendre qu’un seul centre puisse éradiquer et la pauvreté et les maux sociaux au sahel et un peu partout, mais c’est une contribution modeste », a laissé entendre la SG de l’OIF, avant de confier à la presse, qu’elle a discuté avec le ministre Alpha Barry sur la nécessité de passer à l’échelle en créant ce type de centre en dehors de la capitale.

« Il ne faut pas passer sur cette terre comme une lettre à la poste, il faut être témoin de son temps. Je veux que les jeunes apprennent à partir de ce centre. L’homme doit toujours apprendre, car on n’est jamais assez formé. Même un enfant du primaire peut m’apprendre quelque chose », a reconnu Me Pacéré.

Signature du livre d’or

Il s’est dit réconforté du choix de sa personne comme parrain, preuve que la Commission nationale de la Francophonie s’intéresse aux efforts fournis par les hommes de lettres et de culture pour la promotion des langues nationales et du Français.
« Quand on dort sur la natte du voisin, on dort par terre ». S’adressant au ministre des affaires étrangères et à la SG de l’OIF, l’avocat a plaidé pour que le secrétariat permanent ait son propre siège. « Le bœuf ne dit jamais merci à la rivière car il va revenir. Nous allons revenir auprès de la Francophonie », a conclu Me Titinga Frédéric Pacéré.

Le secrétaire permanent de la Commission nationale de la Francophonie a annoncé des projets que nourrit son organisation tels que le passage de la bibliothèque riche de 7000 livres à une bibliothèque virtuelle.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economie numérique : Bientôt une cinquantaine d’entreprises pour booster l’écosystème d’innovation du Burkina
Astuce TIC : Pourquoi il faut se méfier de FaceApp
Communiqué de presse sur la déclaration d’existence des entreprises de publicité
Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré
Hackathon Sira Labs Bobo : L’équipe Dream remporte le 1er prix avec son idée de projet Green Data
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
Fibre optique dans les Hauts-Bassins et les Cascades : La ministre Hadja Ouattara s’assure du bon déroulement des travaux
Astuce TIC : Pourquoi il ne faut pas publier des photos de votre enfant sur le net
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés