Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 27 février 2019 à 09h26min
An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

27 février 2018 – 27 février 2019. Voilà déjà un an que s’est ouvert le procès du putsch de septembre 2015 à la salle des banquets de Ouaga 2000, transformée en tribunal militaire. Des préliminaires, émaillés de déports d’avocats de la défense, en passant par l’audition des accusés jusqu’au passage des témoins (en cours), le tribunal cristallise les attentions, suivant la qualité de celui qui est appelé à la barre. Nous avons recueilli les propos de deux avocats sur le bilan de ce procès.

Dans un souci d’équilibre de l’information, nous avons approché des avocats de la défense. Sans succès. Nous ne dévoilerons pas leurs identités mais ces derniers, dont le client est l’une des têtes d’affiche du procès, ont motivé leur refus par le fait que les journalistes seraient partiaux dans le traitement de l’information liée au procès. De façon générale, ils reprochent aux hommes de médias de ne pas retranscrire fidèlement leurs propos ou de donner plus la parole aux avocats des parties civiles.

Un autre avocat de la défense qui nous avait rassuré la veille (le 25 février) qu’il répondrait à nos questions, s’est ravisé par la suite en avançant qu’en tant qu’avocat commis d’office, il lui était difficile de dresser le bilan de ce procès qu’il a d’ailleurs pris en cours. Selon lui, le choix des mots est capital dans un procès pénal, d’où son droit de réserve. Il nous fera remarquer que seuls les avocats de la partie civile et ceux qui ne sont pas commis d’office, dans une moindre mesure, peuvent se prononcer.

La sérénité du tribunal

Qu’à cela ne tienne, nous avons réussi à arracher quelques mots à Me Lassané Alexandre Daboné, commis d’office auprès des accusés Siriki Ouattara et Jean Martial Ouédraogo. Même s’il n’a pas été trop bavard, le conseil salue la sérénité avec laquelle l’audience se déroule sous le magister du président Seidou Ouédraogo.
« La population se fait une opinion sur cette affaire et nous espérons que le tribunal ira jusqu’au bout en mettant de côté ceux qui n’ont vraiment rien à voir dans cette affaire », a-t-il déclaré, avant de déplorer le fait que le dossier de la procédure n’ait pas été mis à leur disposition au début afin de faciliter leur travail. « Avocats de la défense aujourd’hui, avocats de la partie civile demain », a-t-il rappelé.

« Pour un nettoyage des écuries d’Augias »

L’autre avocat qui a accepté de se prêter aux questions des journalistes n’a pas sa langue dans la poche et est réputé être quelqu’un de direct. Il s’agit de Me Prosper Farama, avocat des parties civiles. Il estime que le procès permet de comprendre beaucoup de choses sur le fonctionnement de l’armée, notamment les problèmes qui la minent. « Ce procès vient rappeler à chacun la place qu’il doit avoir dans une République. Il y a un grand changement entre l’attitude des militaires au départ du procès par rapport à leur attitude aujourd’hui », a-t-il constaté.

Me Daboné Lassané Alexandre

Pour l’avocat, le coup d’Etat de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP) a permis d’entamer un processus de nettoyage des écuries d’Augias et il espère qu’au bout de ce procès, « on arrivera à ce nettoyage et que tous les militaires comprendront leur place dans un Etat de droit. Le seul souverain dans un Etat de droit, c’est le peuple », a-t-il soutenu avec force.

Un travail « colossal » salué

Son coup de gueule est dirigé contre des militaires qui passent à la barre. « On a l’impression que certains ont une certaine gêne à dire toute la vérité et rien que la vérité. La première des responsabilités d’un homme, a fortiori un militaire, c’est accepter de s’assumer », a-t-il déclaré avant de saluer le travail « colossal » abattu par la presse malgré quelques insuffisances. « Si tout ce qui se passe ici n’était pas retranscrit à l’endroit du peuple, on aurait échoué vis-à-vis de cette approche pédagogique qu’on espère », a conclu l’avocat.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 février 2019 à 00:26, par caca En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    Je suis parfaitement du même bord que les avocats de la défense qui suspectent les journalistes de partialité dans la retranscription. J’ai remarqué cela dans les comptes rendu que les journalistes aiment changés les propos des prévenus et ne tiennent pas en compte le sens des mots employés par la personne.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 08:31, par alfa En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    Mais caca si tu le trouve pourquoi ne pas netranscrire ce que tu sait du proces sur ce meme site

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 08:39, par Sage En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    Caca,
    dès que tu t’es séparé des être humains, reste tranquille dans le cabinet en attendant d’être bouffé par les vers. Tu n’as rien à faire dans les débats.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 08:43, par kwiliga En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    @caca : chacun constate ce qui lui fait plaisir.
    Si les transcription réalisées par les journalistes vous semblent biaisées et que vous pouvez le prouver (ce qui semble aller de soi dans ce genre d’audition), portez donc plainte, il existe des lois pour ça.
    Si vous constatez qu’il n’existe aucune preuve allant dans ce sens, remettez-vous donc en question, vous y perdrez en esprit partisan, mais y gagnerez en objectivité, ce qui, dans votre cas et au vu de vos divers post sur ce site, me semble largement nécessaire.
    Sinon, Monsieur H F Bassolé : " des avocats de la défense....ont motivé leur refus par le fait que les journalistes seraient impartiaux", est un contresens.

    Répondre à ce message

    • Le 27 février 2019 à 14:29, par caca En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

      Je peux comprendre votre stress sur la remarque de Caca, mais c’est une réalité sur le journalisme au Burkina. Chacun écrit tout ce qui lui semble bon sans tenir compte des paramètres judiciaires des propos. J’ai dû faire croisement d’article entre le faso.net et netafrique pour comprendre la déposition du Gal Pingrenoma. La déposition de Gal Sadou est presque absent, étant donné que lui semble décharger le Gal Diendéré. Il faut en vouloir vous même si on relève vos manquement. Les journalistes tous confondus de la presse écrite comme les présentateurs ont toujours pris partie dans les interventions. Ils ne savent pas prendre une distance professionnelle et leurs émotions. Vous pouvez en vouloir Caca de confirmer l’hypothèse des avocats de la défense, mais faites vos effort et rapportez l’intégralité des propos des prévenus et sans les modifiés, c’est important. Vous écrivez c’est pour qu’on lisent, donc prenez la remarque de Caca positivement.

      Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 10:30, par La vérité En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    Je comprends l’attitude de la défense qui ne veut pas faire de commentaires sur le mécanisme du process. En effet, lors qu’on est sur le banc des accusés, on doit contrôler ses paroles. Sinon, tout ce qu’on dit peut se retourner contre soi.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 10:50, par Kôrô Yamyélé En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    - Le caquet de Me Kam est maintenant rabattu ou quoi ? Lui auquel presque tous les prévenus ont refusé de répondre ! Ngaw ! Il comprendra désormaís qu’il vaut mieux aller doucement dans toute chose.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2019 à 12:53, par koussikate En réponse à : An 1 du procès du putsch de 2015 : Ces choses que Me Farama a apprises

    bonjour. POURQUOI SE PLAINDRE DE JOURNALISTES IMPARTIAUX .JE CROIS QUE CEST CE QUE LON ATTEND DEUX / LIMPARTIALITE QUI IMPLIQUE LE TRAITEMENT EQUILIBRE DE LINFORMATION. JE VEUX COMPRENDRE OU BIEN LE JORNALISTE HERMAN FAIT DES CONFUSIONS GRAVES EN MATIERE DE JOURNALISME. VRAIMANT JE LE COMPRENDS PARCE QUE LIMPARTIALITE EST UNE EXCEPTION ET LA PARTIALITE LA REGLE DANS CE METIER DE JOURNALISTE AUJOURDHUI.QUESTION A herman frederic bassole : etes vous partial ou impartial dans votre metier ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés