Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Protection des défenseurs des droits humains : Des réflexions pour une meilleure application de la loi

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 19 février 2019 à 18h05min
Protection des défenseurs des droits humains : Des réflexions pour une meilleure application de la loi

La Commission nationale des droits humains en collaboration avec la Coalition burkinabè des défenseurs des droits humains et le Service international pour les droits humains mènent des réflexions depuis pour la mise en œuvre de la loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme. C’est à travers un atelier ouvert ce mardi 19 février 2019 à Ouagadougou. Au bout des deux jours de travaux, la trentaine de participants devra proposer un plan d’action pour une application de la loi 039/2017/AN au Burkina Faso.

De façon générale, les défenseurs des droits humains sont confrontés à de nombreux défis et paient même au prix de leur vie leur combat dans certains pays du monde, selon le Service international des droits humains. La loi portant sur la protection des défenseurs de droits de l’homme au Burkina Faso a été adoptée le 27 juin 2017. Face à des défis liés à son application, ses bénéficiaires veulent proposer un mécanisme pour sa mise en œuvre. Ces organisations de la société civile sonnent l’heure de la protection des défenseurs des droits de l’homme.

« En général la situation de la protection des défenseurs des droits de l’homme est acceptable au Burkina Faso grâce aux réformes qui ont été faites », a noté Florence Ouattara, coordonnatrice de la Coalition burkinabè des défenseurs des droits humains (CBDDH). Le défi sécuritaire lié au terrorisme freine toutefois l’élan.

La présente consultation entre acteurs du domaine s’appuiera sur l’expérience des pays comme la Côte d’Ivoire et ceux de l’Amérique latine, en l’adaptant au contexte burkinabè en vue de dégager un mécanisme « pour que plus jamais, les droits d’un défenseur des droits humains ne soient violés ». Pour la Coalition, « tout citoyen engagé dans la défense des droits humains doit être protégé ».

Quelques participants à l’atélier

Du contexte sécuritaire et de la question des groupes d’autodéfense

« Les activistes pour les droits de l’homme sont surtout menacés ou persécutés lorsqu’ils œuvrent dans le domaine de l’environnement et du terrorisme selon le régime politique du pays dans lequel ils travaillent », a expliqué Adelaïde Etong Kame, chargée de plaidoyer Afrique du Service international des droits humains. Le contexte sécuritaire marqué par les actes terroristes joue sur le dispositif de protection des droits humains.

Face à cela, « Il y a quelque chose à faire au niveau des groupes d’autodéfense car ils ont des pratiques qui sont aux antipodes de ce que nous souhaitons », a lancé Florence Ouattara. Avant de poursuivre : « L’Etat gagnerait à recentrer les actions des Koglweogo ».

A l’heure où certaines opinions relaient des cas présumés d’exécution sommaire faites par des éléments de l’armée dans certaines régions du Burkina, la CBDDH réagit. Pour elle, « les terroristes violent des droits humains et l’instinct de survie peut amener un militaire à tuer pour se maintenir en vie. Dans l’ordre normal des choses, nous souhaitons que toute personne qui est prise en violation des droits humains soit traduite en justice. Sur le terrain c’est différent mais il ne faut pas oublier que les forces de défenses ont payé un lourd tribut dans cette guerre ».

Notons que la loi 039/2017/AN portant protection des défenseurs des droits de l’homme concerne aussi bien les Burkinabè que les étrangers en activité sur le territoire national.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés