Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Christophe DABIRE, Premier ministre • LEFASO.NET • lundi 18 février 2019 à 20h30min
Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

Nommé le 21 Janvier dernier en remplacement de Paul Kaba Thieba, Christophe Dabiré était face aux 127 députés pour une déclaration d’une heure. Dès l’entame de son allocation à la tribune de l’Assemblée nationale, il est revenu sur les actions accomplies par son prédécesseur, Paul Kaba Thieba. Selon ses propos, le gouvernement de Paul Kaba Thieba a accompli des actions fortes. Il a relevé l’augmentation du PIB à environ 6%, l’afflux des investisseurs étrangers, l’accès à l’eau potable et l’amélioration du secteur sanitaire.

Sur le plan sécuritaire, Dabiré a relevé que l’union sacrée des fils et filles du Burkina Faso demeurait la règle dans la lutte contre le terrorisme. Pour ce faire, il a appelé la communauté internationale à apporter son appui, dans cette "lutte de longue haleine" contre ce qu’il a appelé « un phénomène mondial ».

Sur la base de la loi de programmation militaire quinquennale 2019-2023, il entend renforcer les moyens logistiques et matériels des forces armées nationales. Aussi, l’augmentation des effectifs militaires, le renforcement de la coopération militaire régionale, la résilience entre les populations et les forces de défense et de sécurité ont été des points soulevés.

Selon le premier ministre Dabiré : « l’ensemble des Burkinabè ont ressenti une forte charge émotionnelle à la suite des récents conflits communautaires ». Un comportement qu’il trouve de : « nature à exacerber les contradictions ». A cet effet, il a assuré que la justice sera rendue aux victimes dans un bref délai, tout en appelant les chefs religieux et coutumiers à œuvrer pour la réconciliation nationale.

Entre autres, Christophe Joseph Marie Dabiré a laissé entendre qu’il faut que les instituions administratives soient reformées dans l’optique de promouvoir la bonne gouvernance. Aussi, compte-t-il renouer avec la culture du travail bien fait, la réduction du train de vie des fonctionnaires au sommet de l’Etat et la lutte contre la corruption. La redéfinition des modalités de rémunérations des hautes autorités investies d’une charge politique ou administrative, l’instauration des bonnes pratiques dans la gestion du patrimoine de l’Etat et l’application des conclusions de la commission chargée de la réforme du système de rémunération des agents publics de l’Etat font partie des arguments.

Par ailleurs, il s’est inquiété du ressentiment des Burkinabè contre la lenteur du traitement judiciaire de certains dossiers. Pour le locataire de la primature, la justice est indépendance et demeure diligente et efficace dans le traitement des dossiers pendants. Il en veut pour preuve la création du ministère chargé des droits humains et de la promotion civique pour lutter contre l’impunité et l’incivisme.

La professionnalisation des médias, la protection de l’environnement, la question du genre sont entre autres des domaines dans lesquels compte s’investir l’équipe de Dabiré. Du reste, la création d’emplois, le renforcement des acquis économiques et démocratiques ont également été invités aux débats.

Edouard Samboé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 février à 15:11, par Sheikhy En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Je l’ecoutais à la radio de la voiture. Je ne savais pas qu’il a versé des larmes, mais mes yeux se sont mouillés quand sa voix est devenue un peu défaillante et du fait de cette partie. Tout burkinabé devrait être touché par la décadence du pays des Hommes. Quand on pense qu’il se peut que des burkinabé soient un tant soit peu complexe de cette insécurité, ça peut faire encore plus mal. Avec cela, on trouvera encore des gens pour se faire des passes d’armes. Le PM est un peu vieux et n’est sûrement pas un saint pour faire des miracles. Mais on n’a qu’un seul pays et ce pays à la terre rouge est dans notre chair et sera dans celui dans nos enfants et petits-enfants. On n’a pas le droit de flancher et de laisser des intérêts égoïstes prendre le dessus.
    Que Dieu bénisse le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 15:22, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    - On verra ! Moi je ne crois plus en personne !

    ’’Vié’’ Dabiré il fallait rester tranquillement dans ta planque au lieu de sortir. Ne sois donc pas l’exemple du hibou. Sais-tu pourquoi le hibou ne sort que la nuit ? Eh bien moi Kôrô Yamyélé je vais te raconter l’histoire ainsi qu’à tous les internautes :

    Autrefois, Hibou était très craint par toutes les bêtes à plumes de la forêt. Il avait chaque fois, accroché en bandoulière un sac contenant un objet très long au point que Hibou traînait le sac au sol. Tous spéculait et certains firent courrir le bruit que Hibou gardait dans ce sac un long coutelas qu’il n’hésitera pas à utiliser contre tout recalcitrant. Ainsi dès que Hibou sort, tous fuyait dans les feuillages et toute la journée Hibou était le seul à se pavaner dehors.

    Mais toute chose a une fin ! Un jour, les moineaux se concertèrent en vue de braver Hibou. Le laissant s’assoupir un peu, les moineaux se précipitent et ouvrent le sac contenant le long objet qui était le soi-disant coutelas. Quel comble ! En lieu et place d’un coutelas, c’est une tige de mil fendue que les moineaux trouvèrent dans le sac. Alors en groupe ils s’achanèrent sur Hibou criant et se moquant autour de lui jusqu’à ce qu’il prit ses jambes à son cou pour se refugier lui-même dans le feuillage. Et c’est depuis ce jour que Hibou et les siens sont camouflés dans les feuillages des arbres une fois le jour venu et ils ne sortent que la nuit. C’est pourquoi aussi si pour une raison ou une autre Hibou venait à sortir la journée, il est poursuivi par une horde moineaux qui le traquent en se moquant de lui par leurs piaillaments jusque dans les feuillages touffus !

    A bon entendeur, salut pour ’’Vié’’ Dabiré !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 19 février à 12:56, par Messoh En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

      J’ai toujours dit que ce "kôrô" n’a rien qu’un Kôrô dans le vrai sens du mot peut apporter à la société et surtout aux jeunes. Un Kôrô c’est d’abord un grand frère, quelqu’un d’une certaine maturité, respectable, exemplaire pour la société. Mais un kôrô qui parle au hasard, se contredisant souvent, irrespectueux envers les autres ne mérite pas ce nom. Vié, vié ne te presse pas, si tu ne l’es pas encore, tu vas vieillir. Moi je te raconte l’histoire du petit sanglier qui se moquait de son père en lui demandant pourquoi il avait ses dents toujours dehors. Et son père de lui répondre de ne pas se presser car un jour il comprendra. Un matin, le petit sanglier s’est levé avec une dent entre ses deux lèvres, et depuis ce jour, il a cessé de de se moquer de son père.

      Répondre à ce message

    • Le 19 février à 13:32, par Messoh En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

      J’ai toujours dit que ce "kôrô" n’a rien qu’un Kôrô dans le vrai sens du mot peut apporter à la société et surtout aux jeunes. Un Kôrô c’est d’abord un grand frère, quelqu’un d’une certaine maturité, respectable, exemplaire pour la société. Mais un kôrô qui parle au hasard, se contredisant souvent, irrespectueux envers les autres ne mérite pas ce nom. Vié, vié ne te presse pas, si tu ne l’es pas encore, tu vas vieillir. Moi je te raconte l’histoire du petit sanglier qui se moquait de son père en lui demandant pourquoi il avait ses dents toujours dehors. Et son père de lui répondre de ne pas se presser car un jour il comprendra. Un matin, le petit sanglier s’est levé avec une dent entre ses deux lèvres, et depuis ce jour, il a cessé de de se moquer de son père.

      Répondre à ce message

  • Le 18 février à 16:20, par Koro-de-Koro Yams En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Vié Dabire avait-il vraiment le choix ? Non pas vraiment Koro Yams ! mais pour continuer avec l’histoire du Hibou, depuis ce temps ou on a découvert la stratégie du Hibou avec son long coutelas fictif, il en a trouvé une autre qui est plus efficace et plus redoutable. Son chant lugubre nocturne est toujours annonciateur d’un grand événement, peut être annonciateur d’un tournant décisif dans la lutte contre l’insécurité. Mais le miracle aura lieu si et seulement il y a l’union sacrée autour du Hibou.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 17:19, par sidwaya En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    le premier ministre Dabiré est un plaisantin. Mr. DABIRE, savez-vous combien de millions de burkinabé pleurent chaque jour depuis des années (depuis Blaise jusqu’à maintenant) ? et depuis la recrudescence du djihadisme depuis 2016 ? Mon frère, les pleures n’émeuvent pas les burkinabé. dommage ! Vous être nommé pour travailler et non pour pleurer. Parce que tout le monde sait pleurer et pleure depuis mais rien n’a été résolu. Chez moi au village quand un responsable pleure face à un problème, on lui cherche rapidement un remplaçant. Les pleures signifient qu’il n’est pas capable, qu’il n’a pas de solution, qu’il est impuissant face à ce problème, qu’ il baisse les bras. Si c’est ça, c’est dommage pour un premier ministre qui se declare vaincu avant le combat. Non ! restez digne, tête levée pour donner la force aux combattant qui vous suivent et vous regard et veulent prendre l’exemple sur vous pour agir. courage ! Dieu est grand ! nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 18:37, par Sheikhy En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    La situation est très grave et c’est vrai qu’on aurait peut être voulu voir un PM à la Zida avec des paroles et une tenue péremptoires. Peut-être... Le temps nous dira si le nouveau PM est l’homme de la situation. Mais ne le jetons pas en pâture et respectons ses émotions. Pour ceux qui doutaient, cela dénote aussi de la profondeur du gouffre dans lequel nous sommes sans en prendre conscience pour certains. On peut prendre ce frisson patriotique selon ses sentiments personnels. Mais laissons l’histoire des hiboux même si je reconnais que c’est instructif comme message tels de nos parents. Nous n’avons pas le choix et devons avancer avec celui est monté sans concessions pour les résultats attendus...

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 19:32, par salam En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Cher Monsieur le premier ministre et Mr le président Rock
    La solution c’est de faire le plus tôt un gouvernement d’union
    avec 2 objectifs sécurités
    1- sécurité du territoire nationale, considération de la diversité ethnique et Paix
    2- Travail changer la loi sur le type de contrat "determiné et indeterminé" il faut uniformiser ce statut car il n’est pas conforme à nos réalités et inciter les entreprises à embaucher Exemple les banques régionales embauchent dans les pays limitrophes alors qu’ au Faso elle exploitent les stagiaires par des renouvellement interminable de stage par le truchement d’une loi Burkinabè "bête" qui tue l’employabilité des enfants Burkinabè. Cette majorité parlementaire avec un président qui dance dans les couloirs de l’hémicycle au lieu de légiférer juste et bien pour le salut des jeunes Burkinabè est interpellée...BANNIR LES SOCIETES TIERCES QUI VOLENT LE SALAIRE DES TRAVAILLEURS Ex en mines et banques
    - 3-Arrêter le vol du sous sol et la dégradation de l’environnement
    du pays
    -4Punir les riches , les gouvernants comme les autres
    pour le reste consulte -moi
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 20:09, par Moktar En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Au stade où nous en sommes, des larmes on en a vue avec le massacre des peuls de Yirgou et l’indécente posture du pouvoir de RMCK. Vivement que des actions dans le sens d’une gouvernance vertueuse (qui n’est pas possible sans justice) viennent redonner espoir à tous les burkinabé, quelque soit leur appartenance ethnique et leur lieu de résidence. Il n’y a pas de salut pour ce pays sans une gouvernance vertueuse.
    Pour ma part je présume que vos larmes sont sincères, jusqu’à ce que vous ne fassiez rien face aux criminels qui écument désormais nos villes et campagnes..

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 20:36, par warzat En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Attention mes jeunes frères, ne suivez pas certains pour parler, écrire des méchancetés sur le premier ministre. Il est d’un age avancé, il voit, entend et sait des choses que vous ne voyez pas, n’entendez pas et ne savent pas. Quand une personne âgée verse des larmes, c’est une tragédie. Prions plutôt chacun dans sa confession.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 21:41, par sidbala En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    La démission de Roch est fondamentale pour que le pays se reconstruise, nous allons attendre que toutes les écoles brules, que tous les jeunes soldats meurt pour que nous prenions conscience que le régime actuel est vraiment un fangeux pour toute la nation ?

    Roch et son régime sont les vrais problèmes du pays, aux moments forts de l’insurrection où beaucoup de gens ont demandé la démission du président Blaise COMPAORE, il n’a pas insisté face a son peuple, il a sagement démissionné pour éviter des bains de sang.

    Voilà que Roch a du plaisir à voir le sang de ses enfants versé juste pour lui reste au pouvoir. S’il a vraiment de l’amour pour son peuple qu’il démissionne avant que ça ne soit tard pour lui, car la plus part de ceux qui meurt ne sont pas des politiciens ils n’ont que faire de la politique , ils ne demandaient que vivre libre sur le sol du Burkina, si Roch est digne qu’il en tire les conséquences de son teigne sanglant et rende le tablier, s’il veut réellement rentrer dans l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 23:27, par Titi En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Qui ne pleure pas aujrdui au Bf avec ces assassinats qui s accumulent ? C est un cri de coeur du PM. Prions bcp pour ce pays et pour les autorités. Soyons unis et compatissants entre nous. Que Dieu l accompagne et sa mission.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 08:00, par Le Pacifiste En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Un premier ministre qui pleure à l’hémicycle, ça me fait peur. Je pouvais comprendre qu’il pleure parce que nos braves FDS et populations civiles tombent tous les jours sous les balles assassines de terroristes, mais qu’il pleure pour une question de réconciliation, je ne peux pas comprendre. C’était lamentable au point que Bala, le président de l’assemblée nationale dise ceci : « je vous ordonner à vous assoir ». J’ai peur pour la suite et j’ai eu l’impression que le PM a pensé à une situation personnelle qui le touche à l’instant qu’il fait son discours. Je ne crois pas en ses larmes pour le pays. C’est du pipeau

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 08:02, par Wendy En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Vraiment général ce discours. Rien de concret. Et puis c ’est comme s’il va faire 10 ans. C’est juste du conformisme ce discours et ce n’est pas intelligent dans le contexte actuel. Ont veut mieux, on veut plus. Et puis vous avez dit "sursaut national", je le veux bien. Mais je suis un fonctionnaire de 2nd rang, c’est à dire ceux qui ne comptent pas pour l’Etat, dont le salaire est le quart ou le dixième d’autres fonctionnaires pour les mêmes diplômes. Tout mon salaire VA dans le carburant pour quitter le village de pazani ou j’habite pour rejoindre mon service à ouaga 2000, il n’y a pas de route acceptable. J’y habite parce que mes moyens ne me permettent pas d’habiter ouaga ville. Donc votre sursaut national doit commencer par vous avec plus de justice sociale, au moins nous faire des routes et mettre l’Electricité à pazani, plus de justice dans les salaires, reclassements (on ne peut pas me demander de réfléchir et de travail comme un cadre À tout en me gardant cadre B). Bref, juste qq exemples pour vous dire que le sursaut national est conditionné par la justice à l’égard de tous. Sinon on ne peut pas sursauter ensemble, on n’a pas la même joie. Quant aux larmes, j’ai fait du théâtre il ya des années, je sais comment entraîner un public dans une réalité qui n’existe pas et créer toutes les émotions possible. Verser des larmes, c’est humain et pour votre âge ça se comprend. Dieu vous aide toutefois, parce que le pays en à besoin.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 08:14, par Razambwende En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Monsieur le Premier ministre,
    l’Afrique toute entière en l’occurrence le BURKINA FASO n’est pas un pays prêt pour cette fameuse DEMOCRATIE dont on parle temps. Depuis les temps anciens les conflits sociaux sont réglés par les dépositaires de la tradition et tout se passait très bien. Aujourd’hui on parle temps de justice que personne n’est honnête pour une vraie justice objective. On crée toujours des déceptions qui conduisent les gens à l’esprit de vengeance d’où ce perpétuel recommencement de l’histoire. Savez vous que le régime de Thomas SANKARA a endeuillé des familles et personne n’en parle. OUI LA JUSTICE !!!!!!
    Mettons les autorités coutumières en première ligne, Faisons table rase sur le passé, Pardonnons nous véritablement et abandonnons la haine et la vengeance suscitée par les différentes crises à répétition dans notre pays depuis les indépendances et la paix viendra car le PARDON EST LE SOCLE DE LA PAIX.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 09:50, par Atrap Le Moize En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Moi je pense que cet homme est sincère et ses larmes aussi. Qui ne pleurerait pas devant le gouffre béant dans lequel le pays et ses populations sont en train d’être entraînés ? Que Dieu l’aide et l’accompagne dans la mission difficile qui lui a été confiée pour sauver son pays. J’espère que les caciques du pouvoir actuel vont jouer franc jeu avec lui et lui laisser les coudées franches pour agir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 10:04, par Le sage En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Aujourd’hui quiconque a vraiment un cœur doit pleurer à cause des tueries qui continuent dans ce BURKINA FASO. Surtout si on constate que ce sont des innocents qui n’ont rien à voir avec la politique et les politiciens.
    C’est sans doute pour cette raison que le Premier Ministre a versé des larmes. C’est un signal fort pour que tous les burkinabé se mobilisent pour lutter contre ces tueries et que chacun doit apporter sa contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 14:34, par Abdoulaye ZEBA En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Beau discours !!!!!!!
    On a assez entendu des discours démagogiques et populistes.Ce qui vient de se passer hier à la télé ne nous dit rien car c’est un mal que nous vivons chaque jour et qui nous fait couler des larmes.Sachez Mr le PM que seules les réponses concrètes aux aspirations du peuple effacera nos larmes.On attends de vous un homme qui se mettra au delà de ses compétences pour un Burkina de paix et de sécurité générale.

    signé Abdoulaye ZEBA

    Répondre à ce message

  • Le 19 février à 15:11, par sidbénéré En réponse à : Déclaration de politique générale : Les cinq engagements du Premier ministre Christophe Dabiré à l’Assemblée nationale

    Bien dit le sage.Le Premier Ministre Dabiré est émotionné car il sait que c’est des innocents qui meurent pour la querelle de l’implosion du CDP sous Blaise Compaoré. En vérité,je vous le dis seul la réconciliation des enfants du CDP ramènera la Paix.Nul n’est né pour être président a vie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la nation : Un contraste entre le discours et la réalité du terrain
Situation nationale : Le Premier ministre salue les avancées du pays, malgré l’instabilité sécuritaire
Situation nationale : « Nous avons bien perçu ce projet de déstabiliser le pays en provoquant le chaos », relève le Premier ministre Christophe Dabiré
Discours sur la situation de la Nation : « Qu’on nous rassure que malgré la guerre, il y a de l’espoir », dixit Benewendé Sankara
Situation nationale : Christophe Dabiré attendu à l’assemblée nationale ce jeudi
KDO reçu en audience par le Premier ministre
Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises
Mémorial Thomas-Sankara : Le comité international prend les conseils du Premier ministre Dabiré
Premier ministère : Christophe Dabiré sollicite la bénédiction des évêques
Burkina Faso : Le Premier ministre en visite chez le Mogho Naaba
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Le signe d’un profond patriotisme ? »
Déclaration de politique générale : Réactions des députés Bienvenue Ambroise Bakyono (MPP) et Moussa Zerbo (UPC)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés