Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Cantines scolaires au Burkina : un bilan peu satisfaisant

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 13 février 2019 à 11h30min
Cantines scolaires au Burkina : un bilan peu satisfaisant

La Direction de l’allocation des moyens spécifiques aux structures éducatives (DAMSSE) a, dans une conférence de presse le mardi 12 février 2019, établi le bilan et les difficultés de fonctionnement des cantines scolaires. Elle a aussi fait cas des perspectives en vue d’assainir le domaine qui est du ressort du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues locales (MENAPLN).

Ventre creux n’a point d’oreille et ne peut être disposé à assimiler un enseignement, dit-on. C’est pourquoi Roger Ilboudo, directeur de la DAMSSE, estime que la cantine scolaire « est d’une importance inestimable, pour un pays tel le Burkina Faso, dans l’atteinte des finalités de l’éducation. Cependant, sa fonctionnalité rencontre d’énormes difficultés ».

Fort de ce constat, la DAMSSE, devant les hommes et femmes de médias, a dressé le bilan et les difficultés de fonctionnement des cantines scolaires ainsi que les voies et moyens pour la résorption des difficultés afférentes. En instaurant les cantines scolaires, le gouvernement, à travers le MENAPNL, vise l’amélioration des performances scolaires en assurant une bonne santé nutritionnelle aux apprenants. En 2018, l’Etat a alloué 1,65 milliard de F CFA aux cantines des établissements du post-primaire et du secondaire.

Selon le directeur de la DAMSSE, Roger Ilboudo, les cantines scolaires ont trois principaux partenaires que sont l’Etat, l’ONG Catholic Relief Services (CRS) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Pour mémoire, Roger Ilboudo rappelle que de l’époque coloniale à nos jours, la cantine scolaire a existé sous les formes de cantine endogène et de cantine assistée. Le 16 août 1960, une convention a été signée entre le Burkina Faso et l’ONG américaine Catholic Relief Services (CRS) relative à la distribution des vivres américains. CRS a fourni des vivres aux écoles pour le fonctionnement des cantines sans aucune contrepartie et ce jusqu’en 1988, date à laquelle CRS a transféré la gestion du programme au ministère en charge de l’éducation.

Depuis lors, CRS a ciblé ses interventions en se retirant progressivement. De nos jours, CRS intervient dans l’approvisionnement des cantines scolaires des provinces du Bam et du Sanmatenga. Quant au Programme alimentaire mondial (PAM), depuis son premier programme de pays (2000-2005), il a alimenté les cantines dans dix provinces. A présent, il intervient uniquement dans le fonctionnement des cantines de la région du Sahel, principalement dans le Soum et le Séno.

Ces retraits progressifs des partenaires ont conduit l’Etat à intervenir pour combler le vide laissé, en dotant les écoles de vivres acquis sur le budget de l’Etat. Depuis 2017, les ressources financières destinées à l’acquisition des vivres des cantines scolaires du préscolaire et du primaire sont transférées aux communes. La gestion de l’ensemble des cantines scolaires financées par l’Etat et ses partenaires relève de la DAMSSE. Pour bénéficier de vivres en vue de l’ouverture d’une cantine scolaire, tout établissement doit formuler une demande adressée à la DAMSSE et s’engager à se conformer aux conditions édictées par la structure.

La gestion de la commande et des livraisons est du ressort des communes et c’est là que surviennent bon nombre de difficultés. Roger Ilboudo note que les ressources allouées par l’Etat, en plus d’être insuffisantes, sont sujettes à une mauvaise gestion de la part des services publics et privés désignés pour l’approvisionnement et la gestion des cantines scolaires.

« Une commune peut commander 100 000 sacs de riz et à la livraison lorsque le contrôleur arrive, il trouve par exemple 90 000 sacs de riz. Les 10 000 autres ont disparu », renchérit le directeur de la DAMSSE pour qui des mesures salutaires, qui attendent d’être renforcées, sont toujours prises au MENAPLN. Pour lui, les vivres sont extrêmement sensibles car destinés aux enfants. Si on n’y prend garde, les conséquences peuvent être terribles. C’est pourquoi des cabinets d’expertise qui contrôlent aussi bien la qualité que la quantité et qui ne rendent compte qu’au MENAPLN, sont recrutés.

Beaucoup de communes ne respectent pas la règlementation en vigueur et dans le rapport adressé à l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), tout a été notifié et des espoirs que chacun répondra de ses actes, sont nourris. Roger Ilboudo conclut en annonçant que dans le cadre du protocole d’accord avec les syndicats, une simulation sur les cantines scolaires a été faite et couvre quatre mois de cantines pour 2019, six mois pour 2020 et neuf mois pour 2021.

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés