Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Ministère de la culture : « le bilan d’activités 2018 est satisfaisant »

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 12 février 2019 à 13h30min
Ministère de la culture : « le bilan d’activités 2018 est satisfaisant »

Après une année passée à la tête du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango se prête au devoir de rédévabilité. En effet, ce jour 12 février 2019 à Ouagadougou, il a présenté le bilan de sa gestion du département en ce qui concerne l’année écoulée, en termes de réalisations, de priorités et de perspectives pour la promotion de la culture et de la destination Burkina Faso.

Comme bilan à dégager de l’année 2018, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme Abdoul Karim Sango, note la tenue de nombreuses activités culturelles d’envergure comme la Semaine nationale de la Culture, les festivals artistiques, les grands concerts d’artistes nationaux et étrangers, la réalisation de 17 nouvelles sculptures sur le site de Laongo à l’occasion du symposium de la sculpture sur granite de Laongo, les négociations pour le financement du FESPACO etc. Il s’est agi également du respect des règles de bonne gouvernance.

De son rapport financier, il ressort que les frais de voyages sont passés de 74 à 13 millions de FCFA en 2018 et ceux des missions de 21 à 12 millions de FCFA.
Pour ce qui est du secteur du Tourisme, le ministre note une progression du tourisme interne à hauteur de 4,5%, malgré le contexte sécuritaire préoccupant.

Les journalistes conviés à la présentantion

En ce qui concerne la plateforme revendicative du Syndicat national des musiciens du Burkina (SYNAMUB), le ministre en charge de la Culture, tout en comprenant les préoccupations de ce syndicat, l’invite cependant à poser les vrais problèmes. Son souhait et son souci étant de trouver des solutions appropriées et de façon concertée aux différentes préoccupations, pour la promotion de la production artistique de qualité.

Pour mémoire, les six points de la plateforme revendicative du SYNAMUB se résument comme suit : la dotation de toutes les chaines de radio et télévision d’un logiciel de comptabilisation des œuvres musicales exploitées ; l’augmentations des cachets des artistes nationaux à 1 000 000 FCFA pour le live et 300 000 pour le playback lors des manifestations organisées par l’Etat ; la représentation du SYNAMUB aux rencontres en lien avec leur sort ; l’audit financier du BBDA et la réduction des frais de location de la salle du CENASA à 100 000 F CFA par spectacle.

Mais notant l’impossibilité pour son département de tout réaliser tout seul, Abdoul Karim Sango appelle les différents acteurs à l’action et à la compréhension.

En termes de perspectives pour 2019, il entend œuvrer à l’adoption d’un statut du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), qui fête ses 50 années d’existence. Il compte également asseoir un statut des chefs traditionnels. En outre, il prévoit d’opérationnaliser la fusion entre la Maison de la culture de Bobo-Dioulasso et la Semaine nationale de la culture (SNC). Pour fluidifier la destination Burkina Faso, il sera mis en place un mécanisme de facilitation d’accès au visa.

Tout compte fait, le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, juge le bilan des activités de l’année 2018 satisfaisant.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 février à 07:35, par Fournisseur SNC En réponse à : Ministère de la culture : « le bilan d’activités 2018 est satisfaisant »

    Payer aussi les fournisseurs de la SRC 2015 et de la SNC 2018. Les fournisseurs vivent de ça, Mr le ministre.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 11:02, par Le Pacifiste En réponse à : Ministère de la culture : « le bilan d’activités 2018 est satisfaisant »

    - Avant tout propos, il faut qu’on lève l’équivoque. La culture, ce n’est pas uniquement la musique. Quand j’entends des musiciens dire, parlant de la musique, que « tu n’aimes pas la culture burkinabè », ça me fend le cœur. Je peux ne pas aimer la musique, mais aimer les masques nouni, la sculpture, les runes de Loropéni. C’est aussi de la culture. Lisez maintenant attentivement ce qui suit.
    - Pour l’audit financier du BBDA, je suis parfaitement d’accord avec le syndicat. On ne doit pas vivre sur le dos de ces pauvres musiciens et autres.
    - Je suis aussi parfaitement d’accord avec le ministre lorsqu’il disait à la TNB hier que si vous ne gagnez pas dans la musique, il faut faire autre chose. Il faut avoir le courage de le dire.95% de nos musiciens ne font rien de bon et ils veulent qu’on les écoute. DJA Press, le promoteur des kundé a dit une année, répondant à une question, que s’il invitait uniquement les artistes burkinabè, il ne remplirait pas un café. Une vérité crue. La musique, c’est aussi le commerce. Si vous voulez qu’on vous consomme, faite des choses de très bonne qualité. Sinon, on ne vous écoutera pas, et vous n’aurez pas plus de 1000 f au BBDA. Donc arrêtons d’aller brutaliser des animateurs de radio sous prétexte qu’ils ne mettent pas assez de musique burkinabè dans leur programmation.
    - Maintenait, soyons réalistes chers syndicalistes musiciens : vous dites d’augmenter les cachets des artistes nationaux à 1 000 000 FCFA pour le live et 300 000 pour le playback lors des manifestations organisées par l’État ; en même temps vous demandez à l’État la réduction des frais de location de la salle du CENASA à 100 000 F CFA par spectacle. Soyons séreux : avec quoi l’Etat va vous payer ? en plus, 100 000 000 CFA en 2 ou 3 heures de spectacle, c’est la folie non ! L’argent là, on la ramasse par terre ? Nous ne sommes pas en CI, ni au Nigeria encore moins aux USA ou en France. Si vous mettez la barre très haut, personne ne viendra suivre vos prestations. Ainsi donc, quelle est votre part de contribution à la culture burkinabè ?
    Sans rancune. Jaime la musique burkinabè, mais celle qui est bonne.

    Répondre à ce message

  • Le 15 février à 11:49, par la force révolutionnaire En réponse à : Ministère de la culture : « le bilan d’activités 2018 est satisfaisant »

    ha oui je comprends pourquoi CORA/BF insulte le ministre.les gens n’aiment pas la bonne gouvernance ;réduire les missions drastiquement et les voyages les gens n’aiment pas ça.ce sont des vautours. monsieur le ministre courage le peuple burkinabè est derrière toi ensuite le ministre a dit la vérité si en musique ça ne va pas il faut te chercher. nous n’avons pas de musiciens. nous avons aimé et continuons d’aimer GEORGE OUEDRAOGO, SANWIDI PIERRE BALAKE SANA BOB TIDIANE COULBALY YSSOUF COMPAORE . ON APPELLE DE LA MUSIQUE J’écoute très bien zougnazagma.
    mais si vous faites de n’importe quoi et vous voulez qu’on vous écoute.non mes gars vous êtes jaloux de SANGO.
    vive SANGO
    VIVE la bonne gouvernance ..

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rencontres artistiques et culturelles de Bingo : la 3e édition se tiendra du 22 au 24 novembre 2019
Disparition de DJ Arafat : Des politiques burkinabè lui rendent hommage
Culture : l’artiste Ivoirien DJ Arafat n’est plus
Iron Bender : « Depuis que j’ai commencé la musique, je n’ai jamais eu de producteur, je n’ai jamais eu de soutien »
Tourisme au Burkina : 25% de réduction sur les tarifs hôteliers du 1er août au 30 septembre 2019
Ministère de la Culture : « Le ministre tient des propos qui mettent de jour en jour un fossé entre les agents et lui », dénonce le SYNATRACT
Culture : Le film « Duga » pour célébrer l’amitié ivoiro-burkinabè
Foire gastronomique : L’intégration ivoiro-burkinabè par la cuisine
Nuit culturelle TAC : Le symbole d’un brassage entre deux peuples
TAC 2019 : Une exposition-vente ivoiro-burkinabè au SIAO
30e anniversaire du FITMO : Une représentation du « Cri de l’espoir » en hommage à Jean-Pierre Guingané
Traité d’amitié et de coopération : Des journées culturelles pour assaisonner l’évènement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés