Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Santé : Zoom sur la contraception d’urgence ou pilule du lendemain

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • samedi 9 février 2019 à 01h24min
Santé : Zoom sur la contraception d’urgence ou pilule du lendemain

La contraception d’urgence appelée communément « pilule du lendemain » est une méthode contraceptive qu’une femme peut utiliser pour prévenir la survenue d’une grossesse suite à un rapport sexuel non-protégé. Dans cet article, nous vous invitons à mieux faire connaissance avec cette contraception de plus en plus utilisée par les femmes.

Un préservatif qui craque lors d’un rapport sexuel, oubli de la pilule quotidienne, absence de contraception ou malheureusement viol ; dans tous ces cas, pour éviter une grossesse, la contraception d’urgence communément appelée pilule du lendemain est une solution.

Selon Kadidia Diallo, sage-femme à la clinique de l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF), il existe deux types de contraception d’urgence : la pilule fortement dosée en hormone (la progestérone) et le stérilet au cuivre, une méthode de contraception régulière mais qui peut également être utilisée comme contraception d’urgence si elle est posée jusqu’à cinq jour après le rapport sexuel à risque. En effet, le cuivre rend les spermatozoïdes inactifs et agit sur la paroi de l’endomètre empêchant l’implantation de l’œuf.

Pour ce qui concerne la pilule du lendemain, elle agit en retardant l’ovulation. Si la grossesse est donc déjà installée, la pilule sera inefficace, puisqu’elle n’est pas abortive. Pour une efficacité maximale, il est conseillé de la prendre 24 heures après le rapport sexuel à risque. Mais jusqu’à 72 heures après, elle est aussi efficace. Pour donc s’assurer qu’elle a bien fonctionné, il faut faire un test de grossesse, trois semaines après le rapport à risque.

Diallo Kadidia, sage-femme à l’ABBEF

La plus répandue de ces méthodes demeure la pilule qui est plus facile d’utilisation, car n’ayant pas besoin de la présence d’un agent de santé.
Néanmoins, il est mieux de se rendre dans un centre de santé, pour qu’en fonction de son état de santé, la sage-femme prescrive la contraception d’urgence qui convienne.

Effets secondaires de la pilule du lendemain

Selon Mme Diallo, les effets secondaires de la pilule du lendemain sont dus à la forte dose d’hormones qu’elle contient. Ainsi, après la prise d’une pilule du lendemain, certaines femmes ressentent des effets indésirables qui disparaissent la plupart du temps dans les 48h : nausées, maux de tête, douleurs abdominales, tensions mammaires, vertiges, pertes légères de sang. Les règles peuvent également être avancées ou retardées.

C’est pourquoi il est conseillé, selon Kadidia Diallo, de toujours se rendre dans un centre de santé, afin d’avoir toutes les informations nécessaires avant la prise d’une contraception d’urgence. « Comme son nom l’indique, c’est une contraception d’urgence. Il faut lever l’urgence. Si l’urgence est levée, il ne faut plus prendre de risque et utiliser la pilule du lendemain, sinon cela peut perturber le cycle et si la femme veut faire un enfant, cela peut perturber la fertilité. »

Contraception-durgence

Privilégier une contraception ordinaire

La contraception d’urgence ne doit pas être utilisée comme une contraception ordinaire par la femme. Elle doit être utilisée occasionnellement. Pour éviter les grossesses non-désirées, il est donc préférable d’opter pour une contraception classique (pilule à prendre tous les jours, stérilet, implant, injectable, préservatif, etc.)

« Nous ne conseillons pas la contraception d’urgence. C’est pourquoi, nous demandons aux femmes de se rendre dans un centre de santé pour avoir des conseils, afin qu’elles ne la prennent pas comme une contraception ordinaire. Ce n’est pas comme la pilule qu’on prend tous les jours pour éviter une grossesse (…). Vu la quantité d’hormones qu’elle contient, si on l’utilise tout le temps, l’organisme risque d’être malade, parce qu’il y aura une surcharge », indique Mme Diallo.

Il est important de rappeler que la contraception d’urgence ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Sources :
www.choisirsacontraception.fr
www.doctissimo.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
S.O.S pour le petit Abdoul Fatao : L’intervention chirurgicale s’est bien passée
Fermeture des établissements non en règle : Les promoteurs demandent la clémence du ministre de l’Education nationale
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya
Attaque de Koutougou : L’UNAPOL appelle les FDS à une « synergie d’action »
Bobo-Dioulasso : Des OSC sensibilisées sur leur rôle en matière de promotion et de défense des droits humains
FIIJA 2019 à Nanoro : Fin en apothéose de la 3e édition
Situation nationale : Le Chef d’État-major général des Armées invite les populations à faire fi des rumeurs
Réaction de l’APP/Burkindi suite à l’ignoble attaque du détachement militaire de KOUTOUKOU
Déclaration du front des forces sociales (FFS), suite aux actes de terrorisme
Burkina : Décès du Pr Yembila Toguyeni, premier recteur de l’Université de Ouagadougou
Région du Sud-Ouest : Le FPDCT s’ouvre aux journalistes
Collectivités territoriales : Le directeur général du FPDCT chez l’Alliance des partis de la majorité présidentielle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés