Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

G5 Sahel : Le président Roch Kaboré échange avec le secrétaire permanent sur la feuille de route

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par O.L • jeudi 7 février 2019 à 00h49min
G5 Sahel : Le président Roch Kaboré échange avec le secrétaire permanent sur la feuille de route

Sitôt investi à la tête de la présidence tournante du G5 Sahel, le président Roch Kaboré a initié une séance de travail avec le secrétaire permanent de l’organisation autour de la feuille de route. C’était dans l’après-midi de mercredi, 6 février 2019, au palais présidentiel de Kosyam.

A en croire Maman Sambo Sidikou, le président du Faso a donné des instructions pour l’opérationnalisation effective de la Force conjointe, la mobilisation des ressources pour le développement des régions (surtout les zones les plus fragiles : les frontières) et le programme de développement d’urgence.

« La feuille de route du président du Faso (feuille de route de la présidence G5 Sahel du Burkina Faso) vise à s’assurer que notre Force armée a les moyens qu’il faut pour mener ses opérations, que la mobilisation effective des soutiens annoncés pour le développement est assuré, que les questions de femmes et de jeunesse, qui sont des préoccupations essentielles, soient prises en compte et que le secrétariat permanent soit renforcé pour faire face au travail qui lui est demandé », a confié le secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman Sambo Sidikou.

Le premier responsable du siège de l’institution à Nouakchott (Mauritanie) dit avoir suivi « attentivement » les recommandations et pris note avec des délais précis de mise en œuvre et surtout pour s’assurer que le G5 Sahel reste sous l’agenda international. Une dynamique qui implique du travail de la part de la diplomatie des pays membres, mais aussi du ministère des Finances du Burkina qui assure la présidence en exercice du Conseil des ministres.

« Le président a dit toute sa disponibilité à être sur la brèche pour s’assurer que ces questions essentielles soient suivies et réalisées. Nous lui avons dit tous nos engagements et disponibilité à accompagner la présidence burkinabè du G5 Sahel, comme nous l’avons fait pour le Niger, et nous savons aussi pouvoir compter sur les ministres, les comités nationaux de coordination qui regroupent les ministères sectoriels dans nos pays », a-t-il rapporté.

Pour l’ancien journaliste Maman Sambo Sidikou, le défi, c’est aussi d’œuvrer à avoir un « appui conséquent » des Nations unies (à travers le chapitre VII de la Charte) en faveur de la Force conjointe. Dans cette démarche, le G5 Sahel peut compter sur ses partenaires, dont l’Union européenne, estime M. Sidikou.

« Nous sommes déjà à, à peu près, 50% de ce qui a été promis. Mais, nous devons travailler sur l’effectivité de livraison d’équipements et de matériels à notre Force. Il y a des lenteurs dues à des contractualisations, à des procédures, qu’il faudra accélérer. Nous allons, ensemble, sous le leadership du président du Faso, nous atteler à cela », a également exprimé le secrétaire permanent au chapitre des défis.

Pour ce qui est du programme d’urgence qui « vise à fournir de l’eau aux populations des zones les plus difficiles », M. Sidikou assure que « les choses avancent » avec l’Alliance Sahel. Ce qui devrait laisser voir, d’ici à avril, les premiers fruits/les réalisations.

L’autre domaine important dans la feuille du président du Faso, poursuit le secrétaire permanent, c’est la question de la « cohésion sociale ».

« Hier, les chefs d’Etat ont appelé les populations à la cohésion, à la tolérance, au vivre-ensemble, qui sont indispensables, pour ne pas donner prétexte, ouvrir la voie aux terroristes pour nous diviser davantage. Il y aura dans la feuille de route du président du Faso, tout un domaine réservé à cela, y compris la nécessité de nous assurer que nos enfants restent à l’école, même dans les endroits les plus difficiles (trouver des formules pour que cela soit le cas) », a ajouté Maman Sambo Sidikou.

En ce qui concerne l’éducation, il s’agit donc de faire en sorte à impliquer tous les acteurs et à intégrer l’intervention psychosociale pour les enfants qui ont été traumatisés. Pour le secrétaire permanent du G5 Sahel, et sur la base d’expériences vécues ailleurs, l’UNICEF, la Coalition mondiale pour l’éducation… peuvent être des partenaires-clés pour accompagner le G5 Sahel sur ce volet.

« Les attentes sont fortes au niveau des populations, surtout en ce qui concerne la Force conjointe, et le président du Faso a convoqué une réunion dans quelques jours avec les ministres de la Défense des cinq pays et également les chefs d’état-major des cinq pays », a soutenu le patron de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry, précisant que la réunion concernera également le commandant de la Force conjointe.

« Tout cela, pour voir avec ces différentes structures, comment est-ce qu’on peut aller vite, vers une pleine opérationnalisation de la Force conjointe ; elle existe déjà, elle mène des opérations avec succès, comme les chefs d’Etat l’ont relevé hier. Mais, ce sont des opérations qui sont ponctuelles ; il s’agit maintenant de faire en sorte que la Force conjointe puisse donc opérer de façon permanente. C’est le défi de la présidence burkinabè et nous espérons donc qu’on va, au cours de cet exercice 2019, arriver à mettre sur pied une Force qui est permanente et qui opère de façon continue au niveau de nos frontières. Bien entendu, il y a volet développement pour lequel il y a eu la conférence de Nouakchott (Conférence des bailleurs de fonds et partenaires, 6 décembre 2018, ndlr), où il y a eu de grandes annonces par les partenaires. Il s’agit de pouvoir concrétiser ces annonces et faire en sorte que les projets puissent démarrer au plus vite pour éviter que certaines parties du Sahel ne soient pas des réservoirs pour les terroristes », s’est attardé le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry.

O.L
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale : L’ambassadeur des Etats-Unis discute de sécurité avec le chef du parlement burkinabè
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
Burkina - France : « Pour moi, le premier intérêt français au Burkina Faso, c’est que le Burkina Faso soit stable », Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés