Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente» Henry Ford

Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (stagiaire) • samedi 19 janvier 2019 à 00h27min
Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

Depuis le 3 décembre 2018, la Coordination nationale des syndicats de l’éduction (CNSE) a décidé de suspendre les évaluations sur l’ensemble du territoire national. Face à cette situation, l’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO) a voulu donner son appréciation. C’était au cours d’une conférence de presse organisée ce vendredi 18 janvier 2019 au lycée Bogodogo de Ouagadougou.

« Le spectre de l’année blanche plane sur l’année scolaire 2018-2019 ». C’est la lecture que la coordination de l’Association des élèves du secondaire de Ouagadougou (AESO) fait de la crise dans le secteur de l’éducation. Elle en appelle par conséquent à sauver l’année en cours par la reprise des activités pédagogiques. Cela passe par l’application du protocole d’accord signé entre la Coordination nationale des syndicats d l’éducation (CNSE) et le gouvernement burkinabè.

Les élèves du secondaire des lycées de Ouagadougou mobilisés à l’occasion

« Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est qu’est-ce que les enseignants disent s’ils vont revenir en classe nous évaluer et quel est l’avenir du protocole d’accord que nous avons contribué à signer », a clamé Dramane Sankara, coordonnateur de l’AESO.

Surtout, l’AESO fustige l’attitude du gouvernement par rapport à l’application dudit protocole d’accord. Toutes les autres sections de l’association sont en concertation en vue de déterminer les décisions à prendre pour l’aboutissement de cette revendication. Elle appelle donc « l’ensemble des élèves de la ville de Ouagadougou à se solidariser avec la lutte des enseignants et de l’ensemble des travailleurs du monde éducatif et à exiger l’application pure et simple du protocole d’accord entre la CNSE et le gouvernement ».

Jugeant avoir vainement interpellé les autorités quant à l’application de ce protocole, l’AESO estime que « les discussions doivent se poursuivre pour obtenir le juste milieu ». A ce stade où l’année scolaire est censée être à son deuxième trimestre, les évaluations du premier trimestre sont jusque-là suspendues. Le non-traitement des dossiers d’examens et de concours a été décidé depuis le 17 décembre 2019. Face à cela, Dramane Sankara appelle ses camarades à des concertations en vue de dégager les perspectives.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 00:30, par Bebeto En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    L’AESO si elle est responsable ferait mieux de demander à leurs enseignants de reprendre les évaluations en négociant. C’est ça être responsable. La coordination des Nationales des Enseignants de l’Education (CNES) sont des irresponsables. Ils savent très bien que tout le protocole ne peut pas être appliqué maintenant et tout de suite.Il faut qu’ils arrêtent de mentir aux Burkinabè. A moins que le gouverne ne veuille lui même organiser la faillite financière du BF.
    Beaucoup d’enseignants sont des égoïstes, ce qui les intéresse c’est leur ventre, ils n’ont que foutre de l’avenir du BF, encore moins ceux des élèves qu’ils enseignent. Chacun d’eux sait avec quel diplôme de base il est devenu enseignant. Et personne n’a forcé personne à être enseignant. Et chacun avait bel et bien connaissance de la grille salariale de la fonction publique. Ils n’ont aucune honte quand ils disent que la balle est dans le camp du gouvernement.
    Si par malheur, il y a année blanche, qui perd ? C’est le
    BF en tant que Etat et particulièrement les plus pauvres, pas ceux qui ont les moyens.
    Les naïfs au sein de l’AESO devraient méditer sur ça. Sinon désolé pour eux.
    Regardez le bordel à l’Université de Ouaga sous l’effet des grèves sauvages et des prises d’otage par des syndicats. Si cela devrait arriver dans l’enseignement secondaire et primaire au BF, c’est fini pour notre système éducatif.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:33, par Christian En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Tout à fait d’accord. Chacun connaissait les conditions avant de s’engager. C’est facile de baisser les prix pour gagner, et vouloir forcer après pour qu’on augmente le budget. Il y a juste quelques années, tous les fonctionnaires étaient payés sur le même grille, en fonction du niveau de recrutement et du nombre d’années de formation. Il y avait 2 indemnités pour tous (sujétion et logement) point barre. Pour que le Burkina s’en sorte il faut impérativement revenir à ce principe, sinon d’ici quelques temps, l’état risque de ne pas pouvoir payer les fonctionnaires.
    Autres choses. Le pays étant en guerre, avec tous les moyens qu’il faut donner aux FDS, s’occuper des veuves et orphelins, prendre en charge les déplacés, il est même impératif de procéder à des réductions de salaire pour pouvoir payer régulièrement les fonctionnaires. Celui qui ne me croit pas,attendons de voir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 10:14, par KLADJOU En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Suis d’accord avec toi mon frère. J’ai l’impression qu’on n’est pas dans le même pays. Les mêmes enseignants trompetaient il y a peu exigeant à l’Etat la sécurité mais aussi l’obligation de ne plus avoir d’écoles sous paillottes et sous leur yeux les forces de l’ordre sont dépassées, manquant les moyens adéquats pour faire fasse aux Jihadistes ce qui a conduit à la fermeture aujourd’hui de plus de 600 écoles. Qu’à fait les enseignant de ces zones ? Et bien, ils ont fuient pour aller se cacher ailleurs et maintenant ils prennent en otage l’ensemble du système éducatif ! alors, alors !
    Trop c’est trop. Il faut que l le gouvernement tape du point sur la table autrement ce sont des mois sans salaire en perspective que ce pays n’a pour temps jamais connu. On connait l’état de nos finances publics que le système Compaoré avaient complètement ruiné avant de fuir.
    Chers élèves, attention à ne pas vous laisser instrumentaliser. Un protocole reste un cadre dont la mise en œuvre est fonction des capacités financières de l’Etat, toute condition étant égale par ailleurs. Demander de mettre en œuvre tout le protocole dans le contexte sécuritaire actuel qui exige chaque jour plus de moyens à l’Etat, relève simplement de la surenchère et vous devez vous démarquer de cette position maximaliste de vos enseignants. Combien de syndicats ont des protocoles non mise en œuvre complètement et qui bossent ?
    Dans le contexte d’insécurité actuel, il faut que le Président mette de l’ordre dans ce pays. S’il ne peut pas il n’a qu’a simplement rendre le tablier. Nous en avons vraiment marre de continuer à assister à cette descente aux enfers collective de 19 millions de personnes par environ 200 000 fonctionnaires. C’est quoi cette myopie collective et cet égocentrisme irresponsable Tchrrrr !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 23:15, par equité En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    le problème que tout le monde soulève est juste. il y a des zones notamment à l’Est et au sahel que les fonctionnaires ne voulaient pas aller servir même au moment où la paix et sécurité régnaient. c’est pourquoi on avait dit de recruter les enseignants et les infirmiers au niveau provincial et que ceux qui sont admis et qui ne veulent plus servir la zone démissionnent et on les remplace par de nouveaux volontaires. Mais les Koumba et autres ont levé cette clause même régionale et voilà. il ya des localités à l’Est où ce sont les fonctionnaires qui affichent des messages de détresse en collant cela aux terroristes. de cette façon ils abandonnent ces localités et rejoignent Ouagadougou et se la coulent douce. Tant qu’on ne va pas recruter des volontaires pour ces zones, il n ’ y aura plus cours dans ces zones car on ne peut pas mettre un FDS derrière les fonctionnaires ces régions. c’est le délaissement de ces régions riches pour développer des provinces stériles que les jeunes désœuvrés pensent que le retour du pays gulmancé à la Haute-Volta est une grave erreur historique et si les services de renseignement jouent leurs rôles ils peuvent le dire aux autorités.
    Ceux qui peuvent plus servir dans ces régions peuvent plier bagages et on les remplace par des volontaires d’où qu’ils viennent même de l’étranger comme l’a fait Houphouet Boigny pour Ivoiriens qui ne voulaient servir le Nord de la Côte-D’Ivoire car les bailleurs de fonds financent les infrastructures et les ressources humaines pour bouter l’analphabétisme et l’ignorance dans ces contrées et non pour pourvoir des emplois à ces dits évolués.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 09:37, par sawadogo salam En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    TOUT A FAIT INCORRECTE VOUS LES ENSEIGNANTS, VOUS VOULEZ QUOI AU JUSTE ?VOUS CONNAISIEZ LES CONDITIONS DE VIE D’UN ENSEIGNANT AUPARAVANT ME POURQUOI CRAIEZ VOUS ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 12:36, par Gboulampelte hien En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    nous devons demandé a notre chef d’etat de garder son gro coeur pour amener le burkina faso comme blaise compaore amenait pour que nous les élèves pisçons avoir la paix

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 12:44, par Gboulampelte hien En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Les burkina faso est dans condition dificile imagninez vous si vous dirent que vous etres fonctionnaire es les écoles sont supendu et nous les élèves que fera nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 13:44, par Gboulampelte hien En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Gboulampelte estime que le burkina faso est le dernière pays dans tout les plan. comment faire de l’argent. La france donne des millions pour developer le pays vous boufez donc le pays est en problème les ecoles sont fermé les jiadise sont partous

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 14:05, par Gboulampelte hien En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    hier a 8 heur une foule pouchassait un voleur dans le nord de boussoukoula le voleur a ete tue dans epitoiyable avec de pituer le cour a ete trouve par sont petit fille qui inquitait....

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:34, par lancheron nouhoun En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Bien dit par Bebeto,actuellement c’est un montage sur les réseaux sociaux par certains enseignants politisés pour semer la pagaille mais attention PPTE va prendre fin en 2021 le cas d’Algérie risque de nous arrivé.A bon entendeurs salut.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 13:32, par HUG En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Chers amis de l’AESO vous n’êtes pas impartial. Vous mettez tout sur le gouvernement.Vous êtes jeunes et c’est pourquoi je vous comprends. Sachez que tout ce qui brille n’est de l’or. Les uns disent qu’il y a beaucoup d’élèves dans les classes au niveau du public mais ces mêmes partent enseigner dans les classes privées ou le nombre élevé d’élèves ne pose pas problème. On demande le bac pour être enseignant c’est bien mais sachez qu’il est plus difficile d’avoir le bac que le BEPC. Si on avait demander le BAC au départ beaucoup ne seraient pas ce qu’ils sont aujourdh’ui.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 18:37, par Dao mariam En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Tous ensemble nous devrions négocier avec les enseignants sinon nous serions tous perdant !!!! ’ les profs sont très egoïstes même s ils voulaient qu on augmente leur salaire , ils n’ont pas besoin de tous nous punir !!!! Imaginons que le Bf fasse une année blanche, ce sont les pauvres qui en souffriront !!!!!! Et cela mettra beaucoup le pays en retard !!!! Pour cela nous en tant que burkinabé levons nous et batons nous pour le développement du fais....

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars à 10:35, par MANE.SANOU En réponse à : Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours

    Les enseignant savent que le B.F n’est pas en voie de developpement c’est cela ils veulent nous enseigner mal.Ils amènent leurs enfants à l’exterieur du B.F pour qu’ils puissent avoir plus de connaissance que nous les enfants des pauvres.Je demande à tout enseignant de ne pas confondre le present et le futur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Concours directs session 2019 : 5 892 postes pour 1 247 501 candidats
Dépenses publiques : La défense et la sécurité sous la loupe du CIFOEB
Ciblage des personnes vulnérables : Les maires des communes concernées sensibilisés
Marche des syndicats à Fada : Des manifestants ont offert de l’eau pour étancher la soif des policiers
Situation au sein de la police nationale : L’APN dénonce l’ « entêtement » du DG et convoque une réunion d’urgence
Dialogue Etat/secteur privé : 43 recommandations sur 45 mises en œuvre
Ministère de la Justice : La messagerie SMS 34 39 pour la délivrance des actes usuels
Journée internationale de la couche d’ozone : Une avancée significative
Marche -meeting du 16 septembre à Ouagadougou : Retour sur une demi-heure sous une avalanche de gaz lacrymogènes
Marche meeting du 16 septembre : « Le MPP et ses alliés tentent de scier l’échelle par laquelle ils sont arrivés au pouvoir », dixit Norbert Wangré (CGT-B)
Situation à Djibo : « Un grand renfort de militaires est arrivé », rassure le maire
Immigration clandestine : 400 000 FCFA pour un rêve gabonais qui se solde par un naufrage !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés