Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Attaques du café Cappuccino : Trois ans après, les activités commerciales tournent toujours au ralenti

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Yvette Zongo • jeudi 17 janvier 2019 à 00h31min
Attaques du café Cappuccino : Trois ans après, les activités commerciales tournent toujours au ralenti

15 janvier 2016-15 janvier 2019, cela fait exactement trois ans jour pour jour que le café-restaurant Cappuccino et l’Hotel Splendid, tous deux logés sur la plus belle avenue de la ville de Ouagadougou, l’avenue Kwamé-N’krumah, ont été les cibles d’une attaque terroriste de trois disciples d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Bilan : 30 morts, 70 blessés et d’énormes dégâts matériels. Trois ans après ce drame, les clients se font toujours rares dans ces lieux et même dans les commerces environnants.

A notre arrivée aux environs de 10h, ce mercredi 16 janvier 2019, au café Cappuccino, c’est-à-dire au lendemain de la date anniversaire des trois ans de l’attaque terroriste du 15 janvier 2016, le constat est que le restaurant n’a toujours pas retrouvé sa clientèle d’avant. Sur la terrasse, cinq clients de race blanche échangent en prenant leur petit déjeuner. A l’entrée, des hommes armés sont arrêtés avec des Kalachnikovs, portant des gilets pare-balles. Ils scrutent attentivement toutes les entrées et sorties ainsi que les stationnements. A la porte, deux vigiles fouillent scrupuleusement chaque entrée. A l’intérieur du restaurant, quelques clients, assis au fond de la salle, prennent, eux-aussi, leur petit déjeuner.

Souleymane Ouédraogo, Administrateur du Café-restaurant Cappuccino

Pendant ce temps, le personnel semble se tourner les pouces en attendant l’arrivée des clients. « Depuis la réouverture de notre restaurant, nos activités sont toujours au ralenti, parce que les gens ont toujours peur de venir sur l’avenue Kwamé-N’krumah », a confié Souleymane Ouédraogo, administrateur du café-restaurant Cappuccino, interrogé sur la reprise des activités.

Selon lui, avant les évènements malheureux, le restaurant restait ouvert jusqu’à minuit, voire au-delà, avec au minimum 100 clients par jour ; mais après l’attaque, il n’enregistre pas plus de 20 clients par jour et à partir de 22h, il n’y plus de clients. Une situation qui, selon M. Ouédraogo, reste très difficile à gérer pour un restaurant comme le Cappuccino à cause du personnel qu’il faut payer, certaines dépenses externes, sans compter la sécurité qui s’y est ajoutée. « Nous fonctionnons dans l’incertain tout espérant qu’un jour les choses redeviennent comme avant », a-t-il souhaité.

Du côté de l’Hotel Splendid, même si nous n’avons pu avoir un répondant pour confirmer cela, après près d’une heure passée sur place, nous avons pu constater que la clientèle se faisait aussi rare.

Abé Samuel Dimtoumda, Parkeur sur l’avenue Kwamé N’Krumah

Toutefois, il faut souligner que Cappuccino et l’Hôtel Splendid ne sont pas les seuls affectés par les attaques sur l’avenue Kwamé-N’krumah. Il y a aussi certains commerces des environs. Pour Harouna Kaboré, vendeur de téléphones portables, « c’est déplorable, car depuis l’attaque terroriste, beaucoup de gens ne veulent plus venir ici. Ceux qui viennent ne veulent plus s’arrêter pour voir nos marchandises, ils font ce qu’ils ont à faire sans perdre du temps ».

Pourtant, dit-il, « c’était une avenue très fréquentée où l’on faisait de bonnes affaires. Maintenant, tout a changé et l’on peut passer des jours sans pouvoir vendre même trois portables ». Même son de cloche chez Samuel Dimtoumda, gérant de parking sur ladite avenue. « Depuis l’attaque, plus rien ne marche ici. Regarde mon parking, il est vide ; alors qu’avant, si tu arrivais ici à cette heure, il n’y avait pas de place », regrette-t-il.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque terroriste de Toéni : Le président du Faso réitère la nécessité de l’implication de tous
Force Barkhane : Opération de renforcement du camp de Djibo au Burkina
Déplacés internes : A Djibo, les humanitaires préservent la dignité
Djibo : La police plie bagages, la population s’interroge
Situation sécuritaire : L’UNAPOL dénonce le mauvais équipement des policiers et convoque une "réunion d’urgence"
Burkina Faso : Les camps militaires de Nassoumbou et Baraboulé attaqués
Engins explosifs improvisés : Les FDS burkinabè à l’école du FBI
Koglwéogos assassinés à Rollo : « Les tueurs avaient l’intention de faire le tour de tous les koglwéogos », selon l’ODH
Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »
Inata (Sahel) : Quatre gendarmes tués dans une attaque le dimanche
Récentes attaques terroristes au Burkina : L’Union européenne renouvelle son soutien au gouvernement burkinabè
Burkina : Quatre terroristes tués dans un affrontement avec des Dozos
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés