Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

« Dans 100 millions d’années » : L’arme de Nael Melerd face au terrorisme

Accueil > Dans les Bacs • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 16 janvier 2019 à 16h00min
« Dans 100 millions d’années » : L’arme de  Nael Melerd face au terrorisme

Il y a trois ans, l’avenue Kwamé N’Krumah était le théâtre d’un attentat terroriste. Depuis lors, cette partie de la ville, jadis très animée, peine à reprendre goût à la vie, surtout le soir venu. La peur, compréhensible, s’empare des hommes et femmes. Cette peur, un artiste veut l’étouffer car pour lui, c’est justement cela l’objectif des forces obscurantistes. Tuer deux personnes, en attendant que la peur emporte le reste. Il s’appelle, Nathanaël Rayangnewendé Eliphèle Minoungou alias Nael Melerd, un slameur qui, avec des rimes, entend redonner de l’espoir, de la vie. Ce 15 janvier 2019, sur cette même avenue, entre le maquis « Taxi Brousse », l’hôtel Splendid, et le restaurant-café Cappuccino, il a dédicacé un sigle intitulé, « Dans 100 millions d’années » suivi de la présentation du clip.

Le 15 janvier 2017, c’était le crépitement des balles sur l’avenue Kwamé N’Krumah. Du sang a coulé au maquis « Taxi Brousse », à l’hôtel Splendid, et au café-restaurant Cappuccino du fait des terroristes. Trois ans après, jour pour jour, ce sont des rimes d’espoir qui ont retenti en ces lieux. En cette soirée du 15 janvier 2019, le slameur Nathanaël Rayangnewendé Eliphèle Minoungou alias Nael Melerd a décidé de présenter son single, « Dans 100 millions d’années » suivi du clip.

Il fait l’amer constat que « la psychose est générale, le terrorisme est mêlé à tout ce qu’on fait. C’est vrai que la menace est là, nous vivons la réalité, mais nous sommes tous d’accord que ça ne peut pas continuer ainsi. Notre contribution peut être quelque chose dans le rehaussement du moral de la population ». Pour lui donc, cette date historique qu’il a choisie pour la sortie de son single est un signal lancé à tous. « Cette rue auparavant était la plus animée du pays, elle est en tain d’être déserte. C’est notre combat, notre devoir de la ramener à son état d’avant. Durant notre histoire, nous n’avons jamais fléchi et ce n’est pas maintenant que nous devons le faire », clame-t-il.

Avec « Dans 100 millions d’années », Nael Melerd appelle à la résilience face aux attaques. « Tu as tord d’avoir peur, tu as tord d’avoir un cœur qui ne bat plus, mais qui tremble (...) parce que l’objectif des attaques, c’est justement de te faire peur (...) tuer deux personnes en attendant que la peur emporte le reste ».

Pour le jeune slameur, « un attentat n’est réussi que quand les survivants ont peur ». Alors convaincu que les rires doivent être plus bruyants que les armes, le vainqueur de la semaine nationale de la culture section Slam, invite les Burkinabè à afficher leur joie de vivre comme une nique aux terroristes. Il lance à ses compatriotes et à tous les peuples victimes du terrorisme, « s’ils (terroristes) n’ont pas peur de mourir, vous, n’ayez pas peur de vivre. Parce que s’ils n’ont pas peur de la mort, c’est parce qu’ils ont peur de vivre (...) organisez vos soirées et réservez-moi un micro ».

L’artiste a été produit par le Label Ombr Blanch (OBL). Selon ce grand nom du slam burkinabè, Ombr Blanch, ce single est un projet d’hommage aux victimes des attentats du 15 janvier 2016 et celles d’après sur toute l’étendue du territoire national. « Dans 100 millions d’années » qui est en vente à 2000 F CFA, annonce un album.

Révélé au grand public lors de la dernière édition de la semaine nationale de la culture à travers un texte slamé devant le chef de l’Etat et des centaines de convives, ce qui lui a valu une standing ovation, Nael Melerd est une figure prometteuse. Trois années consécutivement, il a été sacré au concours « Je slam pour ma patrie ». Cette plume qui sait trouver les mots justes pour traduire la réalité, des vers pour captiver et emballer son public, sera invité à animer de grandes scènes comme celles du FESPACO, les Kundé, au Burkina Faso. A l’extérieur, il s’est fait remarquer et sera de ce fait invité en Cote d’Ivoire pour Babi Slam, à Dakar pour le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés