Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

Accueil > Actualités > Société • • lundi 14 janvier 2019 à 23h36min
Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

(Ouagadougou, 14 janvier 2019). Une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs du Burkina Faso a été reçue en audience, en début d’après-midi, par le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. La délégation est venue parler de cohésion sociale et nationale avec le chef de l’Etat.

« On est venu rendre une visite de courtoisie à monsieur le président du Faso. On a évoqué avec lui les problèmes de Yirgou, les problèmes de sécurité, les problèmes de cohésion sociale, en tout cas tous les problèmes qui touchent notre vivre-ensemble », a déclaré Assane Barry, porte-parole de la délégation, président de l’association des chefs coutumiers peulhs du Burkina Faso.

Selon M. Barry, ces problèmes constituent les préoccupations du moment. « Depuis un certain temps, c’est tout le pays qui déplore ce qui s’est passé à Yirgou parce que des Burkinabè entre eux se massacrent », a soutenu M. Barry.

« En tant que responsables coutumiers, nous étions venus aussi pour quelques informations et discuter avec lui sur comment on peut entretenir la cohésion sociale dans notre pays », a précisé le porte-parole de la délégation.

Le Service d’information du gouvernement / Direction de la communication de la présidence du Faso

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 03:16, par Pigeon vert En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    Dans notre pays ,les mossis sont dans l’impunité totale .Ils se croient tout permis . Le monopole du pouvoir d’etat les a aveuglé . Le président Rock le permet et protège ses frères mossi comme des oeufs . Sinon comment comprendre que des Kolgweogo mossi vont massacrer les peuls et vous Rock en tant que President ,vous partez demander pardon en moore aux assassins ? et sur les lieux ,vous utilisez le terme combat ou confrontation au lieu de massacre ..Pendant ce temps ,le Mogho Naba qu’on qualifie de sage, ferme expressément les yeux sur toutes ces atrocités .
    C’est dommage et c’est malheureux :La dégradation progresse ,et personne ne peut l’arreter. la cohésion sociale au Burkina n’est pas pour demain .

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 14:40, par La vérité En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

      M.ou Mme Pigeon vert, ne faites pas d’amalgame entre les hors la loi que sont les kogloweogo et les mossis. Évitez de généraliser en disant que les mossis sont dans l’impunité. Je suis sûr que si on fait un sondage 99% des mossis désapprouvent ce qui s’est passé à Yirgou. Ce sont ces généralisations qui conduisent à des situations dramatiques. Dans toutes les ethnies il y a des gens bien et des gens mauvais. Le diable est partout. De grâce faites la part des choses et éviter de semer les germes de la division. Le Burkina Faso est notre pays à tous et nous devons traiter tout le monde avec équité.
      Nous avons condamné les massacres de Yirgou et avons demandé que Justice soit rendue. D’autres ont pu prendre part à la marche. Les autorités compétentes doivent faire le travail pour que Justice soit rendue et que les coupables soient punis. Sinon nous dirons que nos autorités sont incompétence.
      Inoussa OUEDRAOGO

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 15:54, par tapsobayassiriki En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

      Pigeon Vert, est-ce ainsi que tu dois trahir la cohesion national ? Ceux ou celles qui t’on envoyé n’ont aucune connaissance de la vie socioculturelle du Burkina. Il n"YA PAS et il n’y aura pas UNE OPPOSITION ENTRE Mossé et Peulh ou tout autre ethnie, sache ragir, ne te laisse pas dominer par l’émotion . Et surtout, resaisie toi TU es une personne, ne te laisse pas manipuler

      Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 20:26, par YIRMOAGA En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

      Kogleweogo par ci Kogleweogo par la, et ceux qui hebergent les Terroristes ?
      le PF a commis l’erreur d’accorder une audience à une communauté ? Ça va le rattraper cette faiblesse. Croyez vous que les terroristes peuvent opérer des actions d’harcellement En profondeur du territoire et repartir gagner la frontière ? On sait qui les hébergent ?

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 08:12, par Boly En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    geste plein de patriotisme et de civilisation.le dialogue est le moyen le plus intelligent pr regler les conflits.Mr le President du Burkina creez une mediation de reconciliation de la population pr yirgou composee de ttes les couches ethniques et faites de là un point de depart de la question epineuse des forces dauto defenses en place.on vous remerci.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 08:30, par Peuple insurgé En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    L’initiative n’est pas de trop. Reste à savoir ce qu’il peut faire. Avez-vous songer à rencontrer le Chef suprême des Koglweogo, Simon Compaoré ? (Le nouveau François Compaoré post transition).

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 09:16, par TANGA En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    Ca c’est une très bonne chose. Il faut toujours parler car la communication est la communion des peuples.
    Le pays à l’heure actuelle a besoin de dialogues entre les différentes composantes et il ne faut jamais sous estimer une entité quelle qu’elle soit.
    Il faut aussi de la transparence dans les actes, les relations avec les co-nationaux et les étrangers.
    Ce qui es sûr, les ennemis du Burkina ne sont pas des Burkinabè ou ils ont délibérément cesser de l’être. car quand on prend une arme contre son frère cela veut dire que l’on est plus frères.
    Le Burkina aura beaucoup à gagner en travaillant étroitement avec les communautés peulhs par ce qu’elles connaissent très bien le pays profond (ils peuvent guider nos FDS là où ces derniers n’ont pas de connaissances des zones). Les différentes associations de peulhs telles que celle des éleveurs et vendeurs d’or connaissent mieux encore le pays car ils vont aussi sur les cites d’orpaillages inconnu, ils connaissent aussi les acheteurs même étrangers. Ces associations sont des mines d’or.
    A cela il faut renforcer le francs parler entre peulhs et autres ethnies par ce qur tous savons que le peulh ne dit jamais tout (conf. Mr LY).
    Tous unis, nous vaincrons. LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 09:52, par Tilaye En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    L’initiative des leaders peulhs est louable. Il est temps qu’ils prennent le taureau par les cornes comme il savent si bien le faire. Ceux des leurs qui ont versé dans le terrorisme ne les respectent pas. C’est contre eux que Malam Dicko s’est rebellé en premier, en contestant leur leadership. En celà il n’avait fait qu’imiter son mentor Hamadoum Koufa du Mali. En appelant avant sa mort, tous les peulhs d’Afrique de l’ouest à se soulever contre les autorités établies dans les pays, il a allumé le conflit entre Dogon-Bambara /Peulhs qui a court au centre du Mali. Leaders peulhs du Burkina Faso, vous êtes des Burkinabê. le devoir vous appelle ! Aidez le pays à éviter que le conflit Dogon-Bambara/peulh se transpose au Burkina. Tout les Burkinabè reconnaîtront en cela votre patriotisme.

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 20:50, par Moktar En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

      Uuum. Mon frère, Ben Laden appelait tous les musulmans à rejoindre son mouvement. Donc n’allons pas dans ce sens, on risque de se tromper lourdement. Surtout que y avait des SAWADOGO et des OUEDRAOGO parmi les terroristes qui ont attaqué, ou tenté d’attaquer Ouagadougou. Et je n’ai jamais croisé un peul SAWADOGO ou OUEDRAOGO. Si nous comptons sur les peuls pour les combattre c’est eronné ; avec quoi ils vont le faire ? À moins qu’on leur dise de de créer des groupes d’auto défense ; et là c’est compliquer davantage la situation.
      Je pense plutôt que une bonne gouvernance renforcerait la lutte contre le terrorisme. Si les populations ne sont plus raquettées dans nos campagnes, ils ne vont pas se cacher des FDS.
      Un soldat doit être intégré dans le peuple comme un poisson dans l’eau.

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 15:00, par La vérité En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    Je salue cette initiative des leaders coutumiers et associatifs Peulhs. Président la balle est dans ton camp : il faut créer les conditions pour la cohésion sociale.
    Organiser des cadres de concertation pour panser les coeurs meurtris. Punissez les coupables pour servir d’exemple. Organiser un soutien holistique aux déplacés ...
    Inoussa OUEDRAOGO

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 11:12, par Le Burkindi En réponse à : Cohésion nationale : le président du Faso reçoit une délégation de leaders coutumiers et associatifs peulhs

    Pigeon vert, Abstenez-vous d’écrire lorsque ce que vous écrivez est de nature à créer la haine et la discorde dans un pays déjà meurtri. C’est de la malhonnêteté que dire que les mossis sont dans l’impunité dans ce pays et c’est très grave car si une telle idée se répand le pays deviendra invivable.
    Il n’y a pas que les mossis dans les rangs des Kolgweogo.

    Dans un conflit intercommunautaire ayant fait des victimes de part et d’autre vous estimez qu’on ne doit pas demander pardon à l’une des communautés. Si vous étiez parents de l’une des 7 victimes de la communauté mossis vos propos auraient été nuancés. D’ailleurs cette demande de pardon est une bonne chose dans le sens où elle permet d’apaiser les cœurs et s’inscrit dans une volonté de ramener la cohésion sociale.
    Votre attitude est inquiétante, c’est ce genre d’attitude qui conduit à la situation que nous avons connue à Yirgou.
    Le combat contre le terroriste et tous les défis auxquels fait face notre pays n’est pas celui des seules autorités mais de chacun de nous, pour le gagner nous devons avoir une disposition d’esprit qui y sied mais pas comme la vôtre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise au ministère de la Santé : Des syndicats demandent l’application diligente de la Fonction publique hospitalière
AG des transporteurs de la gare routière de Tampouy : Installation du bureau de l’UNATRAF sous haute tension
Journée internationale de la paix : « La promotion de la paix passe également par la lutte contre le changement climatique », selon les Nations unies
Association Leadership jeune pour la paix et le développement : Un panel pour sensibiliser les jeunes à la culture de la paix
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés