Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Promotion de la paix : Les musulmans invités à jouer leur partition

Accueil > Actualités > Société • • dimanche 13 janvier 2019 à 23h00min
Promotion de la paix : Les musulmans invités à jouer leur partition

L’Association islamique des encadreurs des filles et des hommes musulmans du Burkina (AIEFFHMB) a organisé une conférence le dimanche 13 janvier 2019 à Ouagadougou. L’association veut, à travers cette rencontre, contribuer à lutter contre l’insécurité par la sensibilisation des musulmans. Une occasion aussi pour inviter les musulmans à bannir toute forme de violence de leurs comportements.

Prières, lecture du Coran et invocations d’Allah ont marqué cette rencontre organisée par l’Association islamique des encadreurs des filles et des hommes musulmans du Burkina (AIEFFHMB), ce 13 janvier 2019. Venus d’horizons divers, les participants ont prié et proposé des solutions pour que la paix règne au Burkina.

Des participantes à la rencontre

Pour le président de l’association, Cheick Aboubacar Ouédraogo Takbir Moujahidine, « nous célébrons l’anniversaire du prophète (PSL) mais nous avons en ligne de mire l’insécurité et les évènements de Yirgou qui ont frappé le pays. Nous allons profiter de cette rencontre pour dire à tous les musulmans de s’investir pour la paix et de travailler à aider les autorités à bouter ce phénomène hors du pays », car, comme l’a rappelé le prophète Mohamed, « le meilleur d’entre nous est celui qui est utile à sa communauté ».

Le cheick Aboubacar Ouédraogo Takbir Moujadine président de l’association

En partant de l’exemple de la vie des prophètes, l’association cherche à montrer et à prouver l’apport de leurs messages dans la promotion de la paix et le vivre-ensemble. Un rappel jugé nécessaire pour apaiser le cœur des nombreux musulmans afin de permettre aux uns et autres de contribuer à sauvegarder la paix.
Pour Saidou Nacoulma, membre de l’association, « cette rencontre est une aubaine pour interpeller les musulmans afin que chacun puisse jouer sa partition pour accompagner les autorités dans la lutte contre l’insécurité ».

Participants à la rencontre

L’association veut faire de la sensibilisation des musulmans son cheval de bataille en rappelant certains principes de la religion sur la paix. C’est pourquoi elle compte travailler dans toutes les régions du Burkina pour promouvoir la paix et interpeller tous les musulmans sur les principes cardinaux qui guident la vie des musulmans dans la recherche de la paix.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 janvier à 02:44, par Dibi En réponse à : Promotion de la paix : Les musulmans invités à jouer leur partition

    Je respecte les religions et les croyances des uns et des autres. Mais les images de cette invite des musulmans à l’aide pour la paix au Burkina-Faso est louable et ne mange pas de pain.
    Ces mêmes images m’ont glacé le sang et donné des sueurs froides de panique. Elles donnent à voir où en sont aujourd’hui nos sociétés ; bien perdues à l’Est c’est-à-dire en Orient dans ses aspects culturels les plus rétrogrades : les femmes sont d’un côté, assises sagement, bien couvertes par leurs chasubles de soumission et les hommes de l’autre côté, bien découverts avec leurs "délikèbas" et bonnets de grands seigneurs spirituels.
    Les Africains sont pathétiques. Ils adorent les religions, et toute la bimbeloterie-quincaillerie spirituelle ou matérielle venue d’ailleurs, de l’Ouest blanc-occidental ou de l’Est blanc-oriental.
    Aussi, dieu seul sait que nous avons perdu et sommes perdus jusqu’à notre âme. Parce que nous sommes les seuls peuples au monde à nous nommer par des noms de cultures et de langues étrangères ; et ça, nos ancêtres ne nous le pardonneront jamais.
    En ne nous reconnaissant pas dans leurs héritages, nous nous sommes reniés à jamais, c’est à dire que nous sommes ce que Gogol appelle des "âme mortes" ; d’où le ridicule de nos singeries "de qui se pavane avec sa croix de bois ou son turban de grand imam".
    Ce que nous avons surtout oublié, c’est que toutes les religions, y compris les nôtres anciennement, sont, avant de faire religion, sont avant tout des politiques de fondation de pouvoirs et d’organisations sociales. Tout le reste n’est que masques, déguisements, voiles de couverture idéologique et impostures.
    Il est important de savoir qu’on ne se coule pas impunément dans les fondements culturels de pouvoir et d’organisation sociales des autres (Européens , Orientaux ou Asiatiques). Et ceci explique en partie nos drames d’aujourd’hui.
    La Paix, oui ! Mais les logiques culturelles de conquête de la domination politique de pouvoir, de poursuite d’intérêts divergents de classes ou de genres (voyez toutes ces femmes sur le côté) courent sous le tapis ou se bousculent sous les bonnets dans les têtes.
    Et cela la religion ou ici l’Islam qui est principalement et avant tout politique et guerrier. Il fait dos rond quand, il n’a pas le rapport de force. Et tout musulman, sans le savoir, porte symboliquement des tenues de guerre ; a savoir, le turban, le voile féminin, la gandoura, les babouches...Ces signes vestimentaires sont symboliquement des étendard de conquête et de guerre sainte ou Djihad.
    Certains en ont conscience mais beaucoup l’ignorent.
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !
    La République laïque ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 07:47, par BOUDA En réponse à : Promotion de la paix : Les musulmans invités à jouer leur partition

    MERCI POUR ÇA. LA NATION VOUS LE REVAUDRA. MILLE MERCI

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire 11 décédés en garde à vue : La directrice de la police judiciaire relevée de ses fonctions
41ème Session du CAMES à Bangui : 130 candidats burkinabè admis
Grève des médias publics au Burkina : Les agents menacent de passer à la vitesse supérieure
Nutrition de la mère et de l’enfant : la Princesse Sarah ZEID de Jordanie félicite le président du Faso pour son engagement
70 ans des Conventions de Genève : Rendez-vous le 20 juillet pour la célébration
La ruche de la protection sociale : Troisième regroupement de master II en gouvernance mutualiste
Décès de 11 personnes en garde à vue : Le syndicat des avocats demande une « enquête indépendante et diligente »
Echéances électorales de 2020 : Des femmes sensibilisées sur leur contribution à la réussite des élections
Mort de détenus à l’Unité anti-drogue : l’UNAPOL pointe du doigt les conditions de détention
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma
41e session des travaux du Cames à Bangui : « L’absence des Burkinabè plonge un peu plus les candidats dans l’inquiétude », soutient le professeur Albert Ouédraogo
Bobo-Dioulasso : « La rue du Black a cessé de vivre »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés