Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • mercredi 9 janvier 2019 à 23h35min
Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

L’interrogatoire du général de gendarmerie Djibrill Bassolé, dans le cadre du putsch manqué du Conseil national pour la démocratie (CND), s’est poursuivi, ce mercredi 9 janvier 2019. Soumis aux questions du parquet militaire et de ses avocats, le dernier sur la liste des accusés n’a pas manqué de donner sa lecture sur la situation sécuritaire au Burkina Faso, qui est influencée par le procès du putsch en cours.

Avec le général Djibrill Bassolé, tous les sujets ne sont pas gênants. Au contraire ! Il y a des sujets où l’accusé n’hésite pas à faire un clin d’œil au passage.
Avant tout, Djibrill Bassolé a tenu à faire la différence. S’il n’a pas voulu répondre aux questions des avocats de la partie civile, le mardi 8 janvier 2018, c’est parce qu’il s’est agi de la crise au sein du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Cela ne l’intéresse pas dans le fond, a-t-il fait savoir.

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, le Gal Djibrill Bassolé est revenu sur le rôle qu’il a joué au lendemain de la crise du 31 octobre 2014, qui a causé la chute du président Blaise Compaoré. A l’en croire, il s’est impliqué personnellement pour éviter tout affrontement entre le RSP et les autres corps des Forces armées nationales (FAN).

Après avoir joint par téléphone le chef de corps adjoint du RSP à l’époque, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida et le Chef d’Etat-major général des armées (CEMGA), le général Honoré Nabéré Traoré, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré dit avoir échangé en tête-à-tête avec le Gal Traoré de 5h à 7h du matin. Objectif : convaincre le CEMGA d’alors de laisser tomber la hache de guerre, car la rancune de la mutinerie de 2011 était toujours au rendez-vous.

Ce procès « a un effet dévastateur sur notre armée »

Si Djibrill Bassolé avait un pouvoir quelconque au sein de la hiérarchie militaire, le procès du putsch de septembre 2015 n’allait pas se dérouler sous ce format. C’est en substance ce qu’il a fait savoir à la barre.

Selon le général, « le procès a un effet dévastateur sur notre armée ». Pour se justifier, il a indiqué que la fine crème de l’armée fait partie des témoins. « Toutes les générations de notre armée sont représentées dans ce procès, qui va durer bientôt un an et la procédure lancée il y a quatre ans ».

Cette situation, à la lecture de l’accusé, a une conséquence sur le moral de la troupe. « Notre armée n’est plus concentrée. Si elle était concentrée, elle pouvait mieux travailler », s’est-il justifié.

Le Gal Bassolé s’insurge contre l’image que l’on se fait des anciens éléments du RSP. Toute la journée, on montre des éléments du RSP comme des potentielles menaces. « Où va-t-on avec cela ? », s’interroge-t-il. Et pire : « Au sein de notre armée, il y a de la méfiance », constate l’accusé. Et de rappeler que vu le contexte actuel, l’armée burkinabè a besoin d’une cohésion.

En ce qui concerne la dissolution du RSP, Djibrill Bassolé dit ne pas être contre. « Un corps peut être dissout, mais les composants peuvent être déversés ailleurs », suggère-t-il. Par exemple, l’unité anti-terroriste du RSP peut être transformée en un escadron de la gendarmerie. Et pour rendre cela effectif, Gal Bassolé a donné le délai de neuf mois.

Apparemment, le déballage de Djibrill Bassolé lui fait du bien. En tout cas, c’est ce qu’il a fait savoir à la barre. « Depuis que je commence à parler, je dors bien ; je me sens soulagé », a-t-il lâché.
Son interrogatoire va reprendre le vendredi 11 janvier 2018 à 9h 00.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 janvier à 02:35, par Bambara Le LIon En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    General Lingot-Dor, vous voyez que quand ovus dites la verite, vous dormez bien non ? Dites la verite. Dites ou et comment l’ or, les 25kg , retire chez les traficants et disparus entre Niangoloko et Ouaga, ou s’ est passe ?Poooo pooo pooo, gourounsi vole , quoi. Il moyen voler voleur d’ or.
    Dites aussi la verite sur l’ affaire du fauxpapier qui disait que c’est la gendarmerie nationale qui avait arrete David Ouedraogo et dites la verite sur la mort de l’ adjudant Semde mort dans des circonstances kafcidentiques. Il est mort de sa maladie mais c’ est pas clair deh ! Poooo Poooo Pooooo, gouournsi ment , quoi !
    Mon General, dites la verite sur les ecoutes telephoniques. Et reponsez aux questions sur ces ecoutes la. La partie civile a le droit de choisir qui elle veut pour la representer. Vous n’ etes pas policier pour demander aux gens qui ils sont sont. Pooo pooo poo, gouounsi est trop fort en usurpation de titre , quoi !
    Bambara Le Lion plus courageux qu’ un colonel enchemise cravate bombarde general et on voit les resultats de la couardise, de la de-couillardise sur fond d’ arrogance et d’ impertinence d’ un autre age.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 08:03, par Made En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée ? et le putsch lui-même ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 08:09, par Le Lynx En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Il raconte n’importe quoi ce mec.... avec un comportement pareil , il ne fait pas honneur à notre armée. Un peu de courage mon gars, même si c’est par copinage tu es devenu général.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 08:11, par coalision En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    On te demande de nous éclairer sur les morts de votre fameux putsch c’est tout. On a tous vu ton RSP ici. On va simplement te demander d’appeler tes amis terroristes de nous laisser en paiS.

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 10:15, par Moise En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

      Monsieur le juge et autre avocat de la partie civile je vous prie de bien vouloir vous méfier de cette hypnotiseur Nay qui est Djibril Bassolé.
      Depuis le début de son procès il ne fait que prêter le flanc tout en y ajoutant des touches d’humour.
      Qu’il nous donne la paix avec ce maudit elle expira le Burkina Faso est un pays de 274200 km carrés. S’il en entier à ses jérémiades que il y a que respect qui peut sécuriser le Burkina Faso sinon qui a l’antidote terroriste en lieu et place de notre vaillante Armée. faison bien le calcul et voyons. Chaque élément du RSP donc aura à sécuriser 210, 9230 km carrés ! mon œil

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 08:35, par Moi même En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Merci mon Général. On est entrain de démolir l’armée, pensant se venger du RSP. On mobilise inutilement beaucoup de gendarmes pour ce procès alors qu’ils sont attendus ailleurs, dans le combat contre le terrorisme. Ce qui est arrivé, ce n’est pas la faute du RSP seulement. Et les politiciens ? Et la hiérarchie militaire ? Et le balai citoyen ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 09:35, par madi En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Foutage de gueule tout ça ; il n’a qu’à répondre aux accusations de son implication au putch de septembre ; qu’il réserve ses conseils sécuritaires pour un autre cadre !

    Répondre à ce message

    • Le 10 janvier à 11:25, par VISION En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

      Quel implication, ????
      l’accusation doit répondre à une seule question ? et elle refuse catégoriquement !
      BASSOLE pose des question Simple : Vous avez dit aux Burkinabè, que j’ai comploté au Tel. contre mon pays. on s’attendrait à ce que vous ayez les originaux ? (le Parquet refuse de répondre)
      BASSOLE dit : si c’est des vraies écoutes, dites au peuple d’ou ça vient ! dites le si vous le savez, peut-etre que vous l’ignorez vous même. (le parquet ne dit rien, et ils veulent que BASSOLE commente le contenu de ce qu’ils appellent leurs ecoutes !).

      tu peux l’aimer ou pas, mais c’est ça le procès qui est là. bonne journée.

      Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:00, par Machia En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Je suis d’accord avec le gal Bassolé. On a presenté au peuple rien que le coté negatif du RSP pour pouvoir le dissoudre. Pourtant c’etait un reglement de compte entre eux. Cequi m’ernerve dans les attaques, c’est que c’est la mème personne. Voilà son nom :"des individus armés non identifiés". C’est comme notre service de renseignement ne fonctionne plus. Ailleurs c’est boko haram,acqmi,alquaïda,mujao,ansardine,groupe rebelle,separatiste,trafiquant... Mais ici là c’est qui ? Qui les manipule ? Qui les finance ? Quel est leur objectif ? Même s’ils nous surprennent en attaque. Laissez ce procès marathon et sauvez notre securité qui est en jeu. Ce procès ne fait que gaspiller notre temps et l’argent du contribuable. Ce procès n’est plus a l’ordre du jour.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:02, par Nono En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    On ne comprend plus trop bien : Au tout début de son procès, Bassolet nous a affirmé ne pas connaître ZIDA, c’est par Guillaume Soro qu’il dit l’avoir connu. Mais aujourd’hui il dit avoir téléphoné à la hiérarchie militaire dont ZIDA au lendemain de l’insurrection. Cela veut dire que Bassolet savait très bien qui est ZIDA avant le putsch et ses conversations avec Soro !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:13, par Bebeto En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Quand on est militaire, on est un homme d’honneur et cela est encore plus accentué quand on est officier, de surcroix un officier général. Djibril Bassolet croit pouvoir ruser avec les Burkinabè en les trompant. Sachant que les faits qu’on lui reproche sont si flagrants, il croit avoir trouvé la bonne parade en refusant de parler.
    Maintenant pour tenter de nous divertir, il évoque la cohésion de l’armée à cause du procès du putsch du CND. Viola une personne qui est en train d’étaler au grand jour, ses mensonges et son hypocrisie. Il fait semblant d’ignorer que l’échec du putsh du CND s’est déroulé sous nos yeux, et que de sinistres individus comme lui ont manœuvré en vain pour que le putsh du CND marche. C’est la cohésion qui existe au sein de nos FDS qui a fait barrage au putsch du CND et mettre hors d’état de nuire les éléments du défunt RSP. Cela n’a jamais plu à Bassolet Djibril. Donc, il y a bel et bien cohésion au sein de nos FDS et cela ne plait pas à Bassolé Djibril. Tout au cours du putsch, il a tout tenté pour que le putsch aboutisse, peine perdue. Ses coup de fil interceptés sont la preuve de son implication directe dans le putsch qu’il veut masquer. Non, cela ne marchera pas, car c’est du flagrant délit de son implication et de haute trahison. De la part d’un soldat du rang, il peut avoir des circonstances atténuantes, mais de la part d’un Général, c’est plus qu’une catastrophe. Bassolé Djibril en est bien conscient des lourdes conséquences pénales. Le gendarme Semdé mort dans des circonstances douteuses doit jubiler dans sa tombe.
    Mais que voulez- vous ? Dans l’histoire des armées dans le monde, tous les piètres généraux ne peuvent que se retrouver dans les poubelles nauséabondes de l’histoire,
    à l’image de son acolyte Diendéré Gilbert, le patron de la Guestapo hitlérienne de l’ex dictateur Compaoré Blaise (le défunt RSP). Paix à leur âme politique, s’ils en avaient.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:25, par Bougoumbarga En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Oh qu’il sait fait trop de mal durant tout ce temps en ne dormant pas. Oui que parler soulage. Pourtant durant tout ce temps, plusieurs occasions, notamment lors des Commissions rogatoires et l’Instruction, lui étaient données pour parler. S’il ne l’a pas fait, c’est son problème. Qu’il ne croit pas que de cette manière il s’affranchira comme il l’envisage s’il est retenu coupable.
    Justifiant ses refus de répondre aux questions à lui posées hier, il fait cas de la situation apparemment délétère au sein du RSP. Que veut-il faire passer comme message d’autant plus que n’étant pas de ce Corps, même en sa qualité de Général de Gendarmerie, il n’avait rien à y voir. Ce Corps (RSP) avait bien un Responsable en la personne du Colonel-major Kiéré et même un Père spirituel en la personne du Général Diendéré qui, à en croire les déclarations de ce dernier, en faisait de son devoir, l’aplanissement des éventuels écueils survenant au sein de ce Corps et entre les éléments qui le composent. Lui-même en s’expliquant justifiait bien notre compréhension que le fond de ces crises ne l’intéressait pas.
    Comment voulez-vous qu’on comprenne lorsque, tout en déplorant les jugements qu’on portait aux éléments du RSP et qu’on l’ait supprimé de façon hâtive, vous participiez, sinon organisiez une situation que ces éléments, se voulant professionnellement responsables, ne sauraient accepter ? N’est pas une organisation machiavélique que vous aviez mise en place pour atteindre un but, un objectif ? Effectivement, ils seraient aussi efficaces, sinon plus efficaces dans la défense de leur patrie s’ils étaient reversés à l’Escadron de la Gendarmerie. Mais n’oubliez pas que « pousser quelqu’un à l’erreur, à la bêtise est aussi une stratégie, selon, pour atteindre quelque chose qu’on recherche. Pourquoi n’aviez-vous porté le conseil, ce conseil à Zida et pourquoi pas à votre promotionnaire, le Général Diendéré ? On aurait donc pu éviter tout ce que notre pays a vécu et vit toujours.
    Pour revenir donc à ses actions « post-fuite de Blaise Compaoré », ses implications au vu de ce qui s’est passé ne semblent pas avoir abouties. On pourra comprendre plutôt que ses imixions à l’époque avaient d’autres visées, en l’occurrence, préparer ce qui est arrivé et dont il est tenu de répondre aujourd’hui que d’éviter des confrontations entre les RSP et les autres FAN.
    Ses longues échanges avec le Général Traoré et les autres Officiers Supérieurs devaient été par lui bien réfléchies et planifiées parce que comprenant, face à la détermination des FAN qu’aucune issue ne lui sera offerte pour atteindre « ses buts ».
    Cependant, nous nous accorderons avec lui que ce procès n’est et ne restera qu’un « gâchis » pour notre Armée au regard des conséquences qui l’ont soutenu et qui malheureusement, ont été par lui et ses camarades, organisés. On dit toujours « Qu’une pierre mal lancée retombera sur quelque chose, une tête. Et pour ce faire chacun, même son lanceur devrait protéger » n’est-ce pas ? Comment explique-t-il son action de derrière minute qui a consisté à fuir la Capitale dès le déclenchement des choses pour aller se réfugier à Koudougou ? Peut-être comme Blaise Compaoré son mentor qui, dormant, n’a pas pu suivre l’assassinat de Thomas Sankara. C’est bien malin tout çà.
    Cher Général ! En votre qualité de Premier Général de Gendarmerie de notre pays, et, faisant partie des Officiers les plus gradés de notre Armée, vous ne sauriez convaincre personne que vous ne disposiez pas de Pouvoir au sein de la hiérarchie militaire. En effet, à quel titre donc aviez-vous échangé avec les Patrons de l’Armée comme vous sur les sujets brûlants de l’époque ? C’est dommage effectivement que cette situation soit arrivée, mettant la méfiance dans tous les esprits des FAN. Mais, n’est-ce pas ce que vous recherchiez ?
    D’analyses en analyses, on n’en finira pas au regard du grand nombre d’erreurs que vous aviez commises dans cette Affaires de laquelle, vous voulez en sortir « la patte blanche ». Ce qui n’est pas si sûr. Acceptez simplement de vous être trompé et demandez pardon au peuple pour ce qu’il a vécu. On économiserait beaucoup en temps et en argent pour avancer.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 10:28, par Peuple Insurgé En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    C’est la même stratégie que l’autre général. Mais bon je fais confiance au parquet et aux avocats de la partie civile. À malin, malin et demi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 11:08, par Messoh En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    C’est décevant et écœurant. On te demande de t’expliquer sur les écoutes, tu refuses de parler et tu parles des choses qui n’ont rien à voir avec ceux dont tu es inculpé. Ton rôle dans l’insurrection, le RSP et le reste de l’armé etc. tout ça ne nous intéresse pas. Réponds aux questions des écoutes c’est ce qu’on te demande au lieu de divertir les gens.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 11:54, par Moi même En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Merci mon Général. On est entrain de démolir l’armée, pensant se venger du RSP. On mobilise inutilement beaucoup de gendarmes pour ce procès alors qu’ils sont attendus ailleurs, dans le combat contre le terrorisme. Ce qui est arrivé, ce n’est pas la faute du RSP seulement. Et les politiciens ? Et la hiérarchie militaire ? Et le balai citoyen ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 12:48, par Kouda En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    En plus d’être malhonnête et cynique, le général Djibril Bassolé montre, à travers ces propos, qu’il est lache et irresponsable et, qu’iil n’est nullement un Homme d’Etat.
    Selon lui, pour régler le problème du putsch le plus bête au monde du RSP, il aurait fallu privilégier les règlements mouta mouta ou bien les "anciennes méthodes" consistant à liquider purement et simplement les militaires fautifs comme au temps du régime Compaoré. La dernière solution fut appliquée à Bobo suite aux mutineries de 2011 et Bassolé semble la préférer.
    Monsieur Bassolé Djibril, ce procès permettra à tous les militaires qui l’ignoraient encore de savoir que l’époque des coups d’Etat est révolue au Burkina, surtout quand le peuple s’oppose à ces coups d’Etat.
    Ensuite, tout militaire saura désormais que la justice s’applique à chacun d’eux, quelque soit par ailleurs leur grade.
    Ce procès permet aussi de révéler la vraie nature des faux mythes créés de toutes pièces dans notre armée, et en qui seuls les incrédules et ignorants croyaient.
    Monsieur Bassolé, sachez pour finir que les divisions les plus nuisibles dans notre armée sont celles nées de la politisation de l’armée. Vous, en tant que ministre des affaires étrangères, avez été bombardé général de brigade au mépris de tous les règlements de notre armée par la seule volonté de Blaise Compaoré. Vous et d’autres officiers de notre armée aviez vos clans au sein du RSP - et dans les autres corps de notre armée probablement. Et qui dit clanisation de l’armée dit automatiquement fragilisation grave de l’armée. Quand des militaires deviennent des politiciens sans être en disponibilité ou sans avoir démissionné au préalable de l’armée, c’est le pire des poisons à la cohésion et à l’efficacité de l’armée. Vous êtes donc grandement responsable de la fragilisation de l’armée du Burkina Faso.
    Alors, sachez que ne croient à vos balivernes que ceux qui refusent de réflechir ou ceux que vous soudoyez.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 14:00, par To day En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Chèr ami j’ai toujour dit que le problème securitaire du faso est un subordonné politique.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 14:02, par Alexio En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Les Francs-Macons sont aux coulisses. A entendre notre General en herbe qui sest eriger en manipulateur, en opportuniste, depuis la chute de son maitre.

    Assujetir la securite du Bi\urkina Faso a votre jugement est une insolence affirmee vis-a-vis de l intelligence de notre justice. Et pas moins du peuple burkinabe.

    C est sous Blaise Compaore qu il avait eu protectorat avec les terroriste du desert sahelien. Pour les echanges des europeen(ennes) pris en otages contre des butins d argent dont le montant etait meconnu du public.

    Cette Source de revenue qui est taritaujourdhui. Maintenant le but de ses apatrides est destabiliser notre jeune democratie. On a meme pas besoin d etre un scientifique de roquette pour le comprendre cette situation.

    En votre temps, l armee etait corrompue et derouter de sa raison d etre d armee republicaine. Au service d un bourreau qui a fui le gourdin chez la famille de sa belle mere.

    En Cote d Ivoire Que le peuple burkinabe attends toujours avec patience son extradtion pour lui rendre les comptes non soldes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 15:16, par Gwandba En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    C’est exactement ce qu’on appel saute mouton. A l’entendre parler, on se croirait dans un film comique dans lequel, un gamin se fait prendre la mains dans le sac, et temps de semer le chaos autours de lui à ce moment là, pour ne pas avoir à répondre aux questions.
    Général en papier mâché, nous savons aussi que les attaques dont vous faites allusion ne vont pas prendre fin avant le jugement de François COMPAORE. c’est votre plan pour que la France refuse l’extradition de l’autre idiot. Quant à vous, vos message subliminaux sont aussi à découvert. Estimez vous heureux d’avoir un gouvernement qui est aussi mouillé dans des affaires sombres. Ce qui lui empêche de faire la lumière sur toutes les affaires en justice. On sait que lorsque vous êtes en jugement, et pour sauver votre tête, vous allez nous envoyés des personnes pour tuer les burkinabès. Notre message à votre égard est que vous pouvez continuer de nous tués. nous somme plusieurs millions de burkinabès. ça va finir par se savoir pseudo pandore en mousse !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 15:19, par jeunedame seret En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    Une armée d’exception intouchable ? Ça c’est une autre menace que Général nous lance. C’est dire qu’il y a risque de vendetta à son gré. Quel abus de pouvoir ! Et les putchs sans procès, quel effet sur le peuple ? De 2 maux on choisit le moindre. Ou bien Général ? Avez-vous un brin de sentiments ?Vraiment nous avons trop de choses échanges au pouvoir et dans l’armée appelées célébrités.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 19:29, par Jonassan En réponse à : Situation sécuritaire : « Le procès (du putsch) a un effet dévastateur sur notre armée », déclare le Gal Djibrill Bassolé

    1) Ce monsieur disait à RFI après l’Insurrection - pour répondre à ceux qui l’accusait d’être complice de Blaise - qu’il avait beaucoup à dire et que si l’occasion se présentait il allait tout dire sur sa trahison à l’endroit de Blaise. Aujourd’hui l’occasion est si belle et il se tait : Y’A PROBLEME.
    2) Voilà quelqu’un qui appelle ses partisans à continuer la destabilisation du pays. Quand il dit que c’est le procès qui a un effet dévastateur sur notre armée. Et si ces 2 généraux mouraient aujourd’hui, le Burkina devrait disparaitre ? Y’A PROBLEME.
    Qui peut encore sauver ce pays ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes
Attaque de Koutougou : Les 5 militaires précédemment recherchés ont tous été retrouvés vivants
Attaque de Koutougou : Le PAREN appelle à l’union pour vaincre le terrorisme
Burkina : Le GSIM revendique l’attaque contre l’armée à Koutougou
Insécurité au Burkina : « La solution à cette crise n’est pas que militaire. Il est temps d’envisager des solutions ad ’hoc », propose le CFOP
Attaque de Koutougou : « le Burkina Faso ne cédera pas une partie du territoire, dussions-nous tous y laisser notre vie » (Message du président du Faso)
Attaque à Koutougou : 24 militaires ont perdu la vie, selon l’Etat-major
Attaque de Koutougou : Le CDP « consterné » par le lourd bilan
Attaque d’un détachement militaire à Koutougou : « L’heure doit être impérativement au rassemblement », selon le MPP
Burkina : L’UPC demande la démission du gouvernement après « une attaque d’envergure » contre un détachement militaire
Attaque d’un détachement militaire à Koutougou : Plus d’une dizaine de militaires tués, selon un communiqué officiel
Attaque du détachement militaire de Koutougou : Le gouvernement solidaire des Forces de défense et de sécurité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés