Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Baisse des prix du carburant : « Une tentative de diversion de la part du gouvernement », selon Chrysogone Zougmoré premier vice-président de la CCVC

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • mercredi 9 janvier 2019 à 23h31min
Baisse des prix du carburant : « Une tentative de diversion de la part du gouvernement », selon Chrysogone Zougmoré premier vice-président de la CCVC

Les prix des hydrocarbures sont en baisse. Ainsi en a décidé le gouvernement burkinabè, le mardi 8 janvier 2019, soit deux mois, jour pour jour, après l’augmentation du prix du carburant de 75 F CFA sur le litre. Désormais, le super 91 passe à 657 F CFA, soit une baisse de 20 FCFA, et le gasoil passe à 571 F CFA le litre, soit une baisse de 30 F CFA. Quant au pétrole lampant, il passe de 538 F CFA à 455 F CFA. Pour le vice-président de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC), Chrysogone Zougmoré, que nous avons joint au téléphone ce mercredi 9 janvier 2019, cette mesure est une tentative de diversion de la part du gouvernement. Entretien.

Lefaso.net : Comment avez-vous accueilli la décision du gouvernement de procéder à une baisse du prix du carburant ?

Chrysogone Zougmoré (C.Z.) : La CCVC note avec regret cette annonce gouvernementale du 8 janvier 2019 qui ne répond de manière positive à aucun de nos points de la plateforme revendicative. Nous avons toujours demandé un retour aux prix d’avant la décision gouvernementale du 8 novembre 2018. Lorsqu’on parle de 602 F avant l’augmentation de novembre 2018 et de 657 F aujourd’hui pour le super 91, nous disons qu’il ne s’agit pas d’une baisse mais d’une augmentation de 55 F.

Cela nous laisse vraiment pantois. Pour nous, il s’agit d’une tentative vaine de diversion de la part du gouvernement destiné à émousser l’élan populaire qui soutient la plateforme de la CCVC dont la satisfaction du point 1 pourrait soulager de très larges couches de nos populations. Nous restons sur notre soif et il apparaît clairement que le refus du gouvernement de satisfaire le point 1 pourrait constituer un des principaux facteurs d’échec de l’appel à la trêve sociale lancé par le chef de l’Etat lors de son message de nouvel an à la nation.

Lefaso.net : Que pensez-vous des arguments avancés par le gouvernement qui dit que cette baisse a été opérée au vu de la tendance baissière du prix baril au niveau international ?

C.Z. : Nous avons eu deux rounds de discussions avec le gouvernement. Au cours de ces deux rencontres, il a été à court d’arguments convaincants pour justifier sa décision du 8 novembre. Tendance baissière, tendance haussière ! Rien ! Nous avons prouvé par A+B qu’on pouvait aujourd’hui ramener les prix des hydrocarbures à leur état initial. Le gouvernement nous a dit qu’il devait respecter ses engagements pris avec le Fonds monétaire international (FMI).

Je l’ai toujours dit. Nous sommes une structure très responsable. Si nous savons que quelque chose n’est pas possible, nous ne l’inscrivons pas dans une plateforme revendicative. Si nous insistons aujourd’hui pour le retour des prix des hydrocarbures, c’est que nous sommes sûrs et convaincus que ça peut se faire,

Lefaso.net : Lors de votre dernière conférence de presse, fin décembre, vous aviez annoncé la tenue d’assemblées générales dans vos différentes sections ? Où en êtes-vous et que prévoyez-vous ?

C.Z. : Les Assemblées générales sont en cours. Nous traversons une période assez difficile – avec les derniers événements de Yirgou – il faut quand même être sensibles. Mais les concertations sont en cours et nous invitons le gouvernement à lâcher du lest s’il veut vraiment que la fameuse trêve sociale lancée par le chef de l’Etat puisse connaître un écho favorable au sein des populations.

Comme nous l’avions dit, en attendant tout nouveau mot d’ordre et forme d’action, la CCVC appelle à nouveau les populations des villes et campagnes à demeurer en état de veille pour exiger le retour des prix des hydrocarbures d’avant la décision du 8 novembre 2018.

Entretien téléphonique réalisé par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire 11 décédés en garde à vue : La directrice de la police judiciaire relevée de ses fonctions
41ème Session du CAMES à Bangui : 130 candidats burkinabè admis
Mouvement « 2h pour Kamita » : Connaissez-vous le calendrier africain ?
Développement local : Le maire et les associations de Ouagadougou accordent leurs violons
Grève des médias publics au Burkina : Les agents menacent de passer à la vitesse supérieure
Nutrition de la mère et de l’enfant : la Princesse Sarah ZEID de Jordanie félicite le président du Faso pour son engagement
70 ans des Conventions de Genève : Rendez-vous le 20 juillet pour la célébration
La ruche de la protection sociale : Troisième regroupement de master II en gouvernance mutualiste
Décès de 11 personnes en garde à vue : Le syndicat des avocats demande une « enquête indépendante et diligente »
Echéances électorales de 2020 : Des femmes sensibilisées sur leur contribution à la réussite des élections
Mort de détenus à l’Unité anti-drogue : l’UNAPOL pointe du doigt les conditions de détention
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés