Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Gestion des menstrues à l’école : A quand la fin de la honte ?

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam OUEDRAOGO (stagiaire) • mercredi 9 janvier 2019 à 22h06min
Gestion des menstrues à l’école : A quand la fin de la honte ?

« J’ai vu mes règles ! ». Ces règles qui dérèglent l’existence des lycéennes et collégiennes. La période des menstrues rime avec inquiétude chez bon nombres de filles scolarisées au Burkina Faso. « J’ai honte », « Je me sens mal ». Ce sont entre autres les états d’âme des jouvencelles dans nos lycées. Zoom sur ces périodes avec les concernées.

Les menstrues sont un phénomène biologique périodique marqué par un écoulement sanguin chez la femme. Chez bon nombre de scolaires, elle est une période d’inconfort. Pour les filles de 14 ans comme pour les plus âgées, les menstrues restent un phénomène gênant. Surtout, elle est une période de désagrément lié à la douleur des écoulements et à la perturbation du mental.

La honte du regard des camarades

La chose la mieux partagée chez ces filles reste la honte et l’anxiété. La honte qu’elle éprouve face au regard de leurs camarades. L’anxiété est liée au fait de voir leur tenue maculée à l’école sous le regard de leurs camarades. La majorité des filles que nous avons interrogées disent être très mal à l’aise lorsque leurs tenues sont maculées de ce saignement, en présence des garçons.

Antoinette Songnaba, élève en classe de 2de C au lycée conventionnel de Sig-Nonghin, est âgée de 19 ans. « La première fois que je voyais mes règles, c’était à l’école. Personne ne m’en avait parlé. Et j’ai dû mentir que j’étais malade pour repartir à la maison », nous a-t-elle confié.

Des désagréments

« Cette année, je n’ai pas composé le devoir de Philosophie à cause de mes menstrues », a poursuivi la jeune Antoinette. Durant cette période, « j’ai des douleurs pelviennes, je n’arrive pas à manger. La veille de son apparition et le lendemain de sa fin, je ne viens pas à l’école », a-t-elle renchéri.
Par contre, certaines bravent les désagréments pour suivre normalement les cours. C’est le cas de Ladifatou Kirakoya, élève en classe de 5e, âgée de 15 ans. Pour elle, « il n’y a pas de honte à vivre sa période menstruelle ». Car « ça arrive à toutes les filles normales ».

A présent, il est important d’intégrer les séances d’information sur la gestion de cette période, au sein des familles et à l’école. Cela permettra de bannir désormais les témoignages du genre « C’est quand j’ai vu mes règles que j’ai su ce que c’est ». Il faut lever le tabou sur le sujet pour favoriser la santé de la reproduction chez les jeunes filles.

Mariam Ouédraogo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 janvier à 12:14, par La Lionne2. 0 En réponse à : Gestion des menstrues à l’école : A quand la fin de la honte ?

    Il faut mettre à la disposition des lycéennes des latrines propres ,de l’eau,du savon et des serviettes hygieniques pour leur permettre de se changer proprement pendant cette période . Beaucoup sont obligées manquer les cours pendant les règles ce qui a un impact sur leur rendement scolaire. Inclure la gestion hygiénique des menstrues au programme scolaire pour lever le mystère sur ce sujet qui semble encore tabou.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 03:04, par RAYMOND Jérôme En réponse à : Gestion des menstrues à l’école : A quand la fin de la honte ?

    Votre réponse est parfaite et paraît tellement normal à nos yeux.
    Mais il faut faire changer les mentalités, chez les femmes elles-mêmes, qu’elles en parle aux jeunes filles,
    Puis mettre à disposition tout le nécessaire pour être à l’aise et faire rentrer tout ce qu’il y a de plus naturel dans les moeurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina : Boukaré Belembaogo élu nouveau secrétaire général
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Nuit de l’excellence de l’UFR-LAC : La gent féminine à la traine
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés