Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Tiga Cheick Sawadogo • samedi 5 janvier 2019 à 00h35min
Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

Les signaux sont au rouge au Burkina Faso en matière de corruption. Ce sont les derniers rapports de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) qui le disent. Le contrôleur général de l’Etat de cette autorité a remis les preuves ce 4 janvier 2019 au chef de l’Etat dans son palais à Ouaga 2000. 2017, c’est pire que 2015 et 2016. Luc Marius Ibriga a donc demandé au président Roch Kaboré de taper du poing sur la table. L’institution invite au réarmement éthique de tous dans un contexte de lutte contre l’insécurité. Le cri est strident. « La prise de conscience de ce chaos est urgente. C’est une question de survie ».

La coutume a été respectée. En cette nouvelle année, des responsables d’institutions sont allées voir le chef de l’Etat. Pas pour lui souhaiter bonne et heureuse année, mais pour lui remettre des rapports. L’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) en a fait de même ce 4 janvier. Le contrôleur général de l’Etat Luc Marius Ibriga a déposé trois rapports sur le bureau du président Roch Kaboré. Un rapport de synthèse d’audit n-1 de la gestion 2017, le rapport de contrôle annuel d’activités 2016 et le rapport annuel d’activités 2017. Les trois documents font le même constat, une dégradation des indicateurs. « Entre 2015 et 2016 on avait constaté une amélioration des indicateurs, ils sont repartis à la hausse en terme de dégradation. Nous avons souligné un certain nombre de points qui nous semblent importants », a regretté Luc Marius Ibriga à sa sortie d’audience avec le Chef de l’Etat.

Des irrégularités récurrentes ont été relevées, notamment dans la gestion des comptes de dépôt, des régies d’avances et du carburant et des lubrifiants. « Malgré la remarque faite par l’ASCE-LC en 2016 pour favoriser une gestion optimale des ressources publiques et une amélioration de la bonne gouvernance économique , force est de constater que l’utilisation et la gestion des comptes de dépôt, des régies d’avances, du carburant et des lubrifiants se font au dépens de la procédure normale d’exécution des dépenses, toutes choses qui constituent des risques de non atteinte des objectifs du gouvernement, de détournement de fonds, de corruption , d’enrichissement illicite, de perte d’image et de l’autorité de l’Etat », peut-on lire dans les documents remis.

Les années précédentes étaient mieux. A titre d’exemple, en 2016, les détournements et manquant de caisse étaient de 0,32%. Ils sont passés à 74,15% en 2017. Les absences de pièces justificatives de 0,66% en 2016, sont passées à 13,05% en 2017. Plus de 10 milliards de FCFA de manques.

L’ASCE-LC note que cette dégradation des indicateurs en termes d’irrégularités commises dans la gestion d’une année sur l’autre corrobore la perception d’une augmentation des pratiques de corruption entre 2016 et 2017 publié dans le rapport 2017 du REN-LAC sur l’état de la corruption au Burkina Faso.

Luc Marius Ibriga et ses hommes lancent alors un cri strident au chef de l’Etat, à son gouvernement et à tous les acteurs qui peuvent et doivent faire bouger les lignes. « Cette situation est préoccupante car ce laisser-aller à l’inobservance des règles de gestion est la traduction du sentiment, au sein de l’administration, que les pratiques de corruption ne sont pas des opérations à risques du fait du manque de sanctions dissuasives et de l’impunité ambiante. Une reprise en main vigoureuse est indispensable si l’on veut atteindre l’objectif 1.1 à savoir, « promouvoir la bonne gouvernance politique et administrative ».

Des leviers pour changer la donne

Les visiteurs ne se sont pas contentés de remettre des documents. Ils ont dit des choses au chef de l’Etat. Quoi exactement par exemple ? Luc Marius Ibriga donne des pistes. Il a été dit au président Kaboré que les sanctions et la lutte contre l’impunité doivent être faites avec vigueur et de façon énergique. Pour ce faire, il faut l’effectivité et l’opérationnalisation des conseils de discipline au sein des administrations. « Nous avons insisté la dessus », a déclaré le contrôleur général de l’Etat.

« On a aussi insisté sur les manuels de procédure », a poursuivi Luc Marius Ibriga. Il est constaté en effet que l’administration publique dans sa grande majorité travaille dans l’informel, dans l’improvisation, en méconnaissance de la réglementation en vigueur.

Les rapports sont souvent remis, des lièvres levés mais sans aucune suite. Alors l’ASCE-LC veut en finir avec ce cercle vicieux. « Nous avons insisté sur la nécessité que les recommandations soient mises en œuvre. Ces rapports ont pour but d’avoir une mémoire et améliorer la gestion des deniers publics. Nous avons proposé qu’il y ait une rencontre semestrielle entre le gouvernement et l’ASCE-LC pour faire l’état de mise en œuvre des recommandations de l’ASCE-LC », a expliqué l’enseignant d’université.

En cette période de crise et d’insécurité, Dr Luc Marius Ibriga demande un « réarmement éthique de tout un chacun ». Pour lui, la lutte contre la corruption doit être redoublée parce qu’elle va de pair avec l’insécurité. Le rapport 2017 note l’impérieuse nécessité de sévir face à la recrudescence des déviances dans la gestion des ressources publiques « surtout en cette période où, pour assurer notre sécurité́ face aux attaques terroristes, l’Etat a besoin d’investir d’importantes sommes d’argent afin de permettre à notre armée, à notre administration en général, d’être à même de répondre aux défis que lui oppose l’hydre terroriste. A quoi bon mobiliser des ressources à cet effet si, du fait de la corruption, les budgets de plus en plus importants dépensés n’induisent aucun changement positif en faveur de la tranquillité́ des populations », peut-on lire.

Comme un véritable sermon, l’ASCE-LC, note qu’il n’y aura pas de véritable sécurité́ sans une véritable lutte contre la corruption, sans un dépassement des égoïsmes individuels qui poussent à s’accaparer, à son seul profit, des ressources destinées au plus grand nombre ou à fermer les yeux sur des méthodes et pratiques illicites au seul bénéfice de ses intérêts personnels. Sans posture d’intégrité́, sans transparence et traçabilité́ dans la gestion ses sommes investies, les efforts financiers consentis seraient aussi utiles que d’essayer de remplir le tonneau des Danaïdes. La prise de conscience de ce chaos est urgente. C’est une question de survie.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 janvier à 00:41, par Passakziri En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Appel on ne peut plus clair ! Mais comment réveiller quelqu’un qui ne dort pas ? Le PF est un échec total pour le Burkina . Incapable de conduire le navire á bon Port. Avis très personnel. Politiciens du ventre, s abtenir de me répondre svp.
    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 09:51, par El_monstro En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Et pourtant il faut te répondre et approuver ce que tu avances. On est tous responsable indirect. On a élu un système rapidement pensé par le défunt Salif Diallo inspiré du CDP, incarnation extrême de la mal gouvernance. Beaucoup, comme des vuvuzela ont chanté les louanges du MPP à sa naissance. Je pense qu’en filigrane il n’ya pas d’idéologie ou si, l’idéologie du ventre. Se rassembler, conquérir le pouvoir et se partager le gateau. Honnêtement je pensais que l’actuel président après la conquête du pouvoir allait donner une image autre des 27 ans de pouvoir de Compaoré. Il avait dès son premier interview à la télé demander la fin des mouta mouta. Dommage. Pas d’avenir dans un sens pareille

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 07:22, par Ismo En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Le plus important ici, c’est la repressions qui devrait s’en suivre.
    Dans un Etat de droit où la justice est indépendant, (elle l’a reclamée et nous le lui avons donnée), pourquoi est ce qu’elle ne s’autosaisie pas des cas de corruptions et de détournement mis à la lumière aux yeux et aus sus de tous ?

    Je crois que c’est la justice qui ne fait pas son travail. Le Président même ne devrait pas être capable de tirer d’affaire quelqu’un sur lequel la justice a mis le grappin dans des cas de corruption et de détournement.

    Mais bon ! Quand on a vu quelques dossiers lancés sur la place publique étalant ce qui se faisait dans ce palais (cas de corruption et d’escroquerie des citoyens), on comprendrait bien que l’implication de la justice dans la lutte contre la corruption et les détournements n’est pas pour aujourdhui. Le Président devrait demander des comptes au Ministre de la Justice sur la question, lui demander de faire le point des dossiers concernées. Mais, est ce que le Ministère de la justice fait contre la corruption : RIEN.
    A regarder ce qui est ressorti apres la transition, si ceux qui doivent veiller aux respect des lois et règles les foulent, nous sommes bien parti. Aussi, la corruption et les détournement ont encore un longue route dégagée tracée devant elle.

    Et je le dit haut et fort : Il nous faudra une génération, pour que le Burkina retrouve son appelation d’homme intègre pour mettre fin à tout ca. Car Blaise est parti, mais le système est toujours en place. Le Pouvoir actuelle (aussi bine l’exécutif que le législatif) ne nous a pas pour le moment démontré le contraire. Il suffit de regarder sa composition. La plupart est là se servir... Et les autres regardent pour ne pas qu’on touche à ce que eux ils gagnent, donc une complicité généralisée.

    Et moi, je donne des cours de morale à mes enfants comme mon père me les donnait. Je les raconte laussi l’histoire du Burkina Faso. Ceux qui ont travaill pour le Burkina, ceux qui ont pillés le Burkina, donc leur ressources. et ceux qui sont entrain de piller le Burkina aussi actuellement. Et nos historiens doivent aussi ecrire ces pans de notre histoire à enseigner à l’écoel à tous les enfants du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 08:49, par Ozak En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Tant que les premiers responsables ( ministres et DG) ne vont pas changer, la lutte contre la corruption sera vaine. Regardez les avantages ( bon traiment salarial, dotation en véhicules, frais de carburants, de loyer et factures supportés par l’état) qu’ils ont et ne supportant le coût de la vie comme nous autres.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:06, par Hassanh En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Félicitations à l ASCE pour ce rapport. Cependant à quoi sert il de présenter en 2019 des rapports d’audit des exercices 2016 et 2017. Si vous voulez que vos rapports soient utilisés pour orienter les prises de décision et aussi concevoir des plans de renforcement des capacités des agents public pour améliorer leur gestion, il faut veiller à rendre ces rapports disponibles au plus tard 6 mois après la fin d un exercice . C’est à dire au 30 juin 2018, le rapport d’audit de l exercice 2017 devait être rendu . C’est ainsi ça se passe dans les organisations internationalistes ainsi que dans les projets et programmes qu’elles financent. C’est une bonne pratique dont l’ASCE pourrait s inspirer afin d’ameliorer Sa façon de travailler en étant d’avantage proactif.
    Pour le journaliste vous rapportez une dégradation notoire des indicateurs que vous ne présentez pas. Il aurait fallu prendre du rapport 4 ou 5 indicateurs clés et présenter leur évolution entre 2015, 2016 et 2017.
    Enfin le rapport de l ASCE n’a relevé aucun aspect positif dans la gestion des deniers public ? Si non en parler tout de meme pour montrer que malgré la dégradation il y a tout de même des éléments satisfaisant .

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:06, par Konkona En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    En réalité on se fou éperdument du peuple. La chanson que vient de nous livrer LMI (Luc Marius Ibriga) est la meme que les autres années. Chacun va jouer son rôle de théâtre chez le MC (maitre de Cérémonie ) et ensemble, ils se foutent du peuple. Que ça soit LMI , le chef de l Etat ou le PM, tous savent sans que l on ne leur fasse un rapport que la corruption est très criarde. Rien qu au niveau des marchés publics, regardez et vous comprendrez. Faites l audit au niveau des stations de carburant et vous comprendrez ce qui se passe au niveau des ministères. Bref.... Mr le Président, nous savons que vous n allez rien faire parceque vous ne pouvez pas. Le peuple vous regarde et vous remercie beaucoup de la confiance trahie. Malheur à ceux qui baillonnent leur peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:20, par Onestone En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Les autorités devraient prendre la pleine mesure de l’impact de la corruption et des mauvaises pratiques sur le développement. Des mesures choques pertinentes s’imposent à commencer par rendre comptable chaque Ministre, DG, etc... des mauvaises pratiques constatées sous leur gestion et à prendre les sanctions appropriées. Les plus hautes autorités devraient également faire preuve d’exemplarité au sommet.

    J’ose espérer que ce rapport ne restera pas dans les tiroirs et qu’un suivi des recommandations sera effectué par l’ASCE qui doit maintenant être las de faire les même constats d’année en année. On serait tenté de croire que le gouvernement n’accorde pas grand intérêt à cette institution si leurs rapports ne sont pas d’effets.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:37, par Gorko En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Le président actuel ne peut pas lutter contre la corruption. Le Burkinabè veulent une chose et son contraire : on veut le changement et on remet les mêmes ; on ne veut plus de la corruption et on remet les mêmes. Les actes et les paroles se contredisent à chaque fois. On n’a pas le courage politique d’aller au changement et on veut le changement quand même. Dieu ne nous écoutera pas parce qu’on parle beaucoup, mais parce qu’on agit beaucoup. Si nous restons dans ça, nous demeurerons des perroquets.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 14:13, par Timbila En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Mr Gorko.
      Je vous ai applaudis des mains et des pieds. Vous, vous appellez un chat un chat. Quelqu’ un à dit qu’ on ne peut faire un bâtiment neuf avec de vielles briques. Donc assumons. Les mêmes qui étaient à la base de notre misère avec le diable nous ont berné qu’ ils ont changé et des gens dotés d’une intelligence leur ont crus bêtement. En 2020, Roch aura son deuxième mandat c’est la raison pour laquelle l’argent est entrain d’être détourné pour financer les élections. Je vous jure que le rapport qui suivront seront pires que celui que LUC Marius vient de remettre. La situations sera pire. Loin de moi l’idée de souhaiter le malheur à mon peuple. Mais ce n’est pas la peine de prier pour que Dieu vous sauve. Il vous délivrer en 2014 et vous êtes répartis manger vos vomissures.
      Vous avez tué Sankara et il vous au moins un siècle pour avoir un autre Sankara. Je ne parle pas de ceux qui aiment les discours et qui ne peuvent pas résister devant un billet de Dix milles francs, mais un Sankara dans les actes.

      Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 14:29, par Mafoi En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Bien parlé Gorko.Le Burkinabè a cessé d’être intègre depuis très longtemps.Maintenant nous baignons dans une hypocrisie ambiante car les mêmes qui sont entrain d’aboyer,il suffit d’attraper un des leurs pour malversation pour qu’ils se mettent à organiser des marches de soutien pour réclamer sa libération immédiate avec des saccages à la clé.En fait ce pays est trop fichu car ce qu’on ne nous dit pas clairement,c’est que pendant la courte période de la transition et malgré ses imperfections,la corruption avait baissé de manière très significative.Après cette transition,maintenant le pays se retrouve avec 90% des acteurs cdp clonés mpp avec toujours les mêmes pratiques mafieuses sans oublier que d’autres politiciens comme ceux de l’unir/ps en passant par le paren se sont faits inviter à la table du mangement pour le partage du gâteau.Il va de soi que le pillage de nos ressources reparte en flèche comme sous l’ère cdp.Et comme il ne faut pas désespérer car je tiens à mon Burkina Faso,le pays des hommes intègres,une vraie révolution s’impose avec pour seul credo que celle ou celui qui a déjà été président du Faso,ministre,premier ministre,député,maire,dg même petit dg de machin etc... disparaisse de notre vue tout en rendant des comptes comme au temps des TPR

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:00, par Badisak En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Merci au Président de l’ASCE-LC et son équipe pour ce travail abattu mettant ainsi entre les mains de l’exécutif, les éléments nécessaires à la mise en branle des mesures répressives adéquates pour juguler la corruption et les détournements crapuleux devenus le sport favoris des acteurs indélicats tapis dans l’Administration publique. Nous avons déjà suivi les débats organisés sur les antennes de la TNB relativement à cette problématique, et l’intervention du Dr Luc Marius IBRIGA a fini de nous édifier sur l’étendue du mal à travers le travail abattu par son équipe.
    Le Président KABORE, son gouvernement et l’Appareil judiciaire verront leur crédibilité jaugée à travers la volonté et la capacité dont ils feront preuve dans la mise en œuvre de mesures fortes et courageuses visant à sanctionner les fautifs épinglés. Entre la préservation des intérêts du peuple dont vous présidé la destinée, et ceux de vos amis ou courtisans indélicats et gloutons, il vous appartient de savoir faire le bon choix ; l’ASCE-LC a remis entre vos mains et devant témoins, le résultat d’un travail qui a permis de déblayer le terrain et débusquer des prédateurs de l’économie pour vous permettre d’engager les actions de salubrité publique nécessaires à l’assainissement dans notre Administration publique en piteux état de putréfaction. Le peuple qui vous a fait confiance attend des résultats.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:06, par L’homme intègre En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Si malgré vos efforts la corruption prend de l’ampleur je propose la dissolution de votre structure tant budgetivore que l’on ne puisse croire. Si vous devriez être jugés par vis résultats vous devriez avoir le courage de démissionner.

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 15:55, par Un enfant du Faso En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Internaute "L’homme intègre", soit vous êtes de mauvaise foi, soit vous êtes un adepte des choses floues, des deals et de la corruption, ce qui fait que vous refusez de voir et de reconnaître le beau travail que fait l’ASCE. L’ASCE ne fait que son travail comme toute autre structure de l’Etat et elle le fait bien et ne peut être être supprimée parce son travail est source de vraie valeur ajoutée s’il est exploité et suivi de sanctions (positives ou négatives) . Son travail doit servir maintenant si on veut faire avancer le pays comme il peut servir ultérieurement en cas de changement de pouvoir ( Suivez mon regard) si l’actuel refuse de s’exécuter. Il faut donc féliciter le Contrôleur général d’Etat et toute son équipe de l’ASCE pour leur ardeur au travail, leur intégrité, leur courage et leur volonté de cerner les faits de corruption et d’infractions assimilées et de dire la vérité pour que ça change dans la gestion de la chose publique afin que le citoyen lamda vive bien.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:57, par Akhenaton En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Hé voilà. Un rapport de plus. Apparemment, ça va crescendo chaque année. Un rapport justement pour magnifier le cap de cette gouvernance qui a trompée tout le monde depuis l’insurrection. On a dit plus rien ne sera comme avant. C’est vrai. Mais on n’a pas dit dans quelle sens "le comme avant la allait partir". Hi hi hi...plus rien ne sera comme avant, oui oui...ce sera justement pire qu’avant. Si on des ministres à la Dandjinou dans l’affaire des véhicules a accusé les uns et les autres de vouloir que les ministres marchent pour aller au boulot, si quelques mois après on a vu Marshall dire que le peuple veut qu’ils s’appauvrissent alors on peut comprendre aisément l’etat d’esprit de nos chers ministres et députés. Et comme ici au Faso personne n’a fait voeu de pauvreté alors il faut que tout le monde se serve. Si tant est que la tête qui doit imprimer le rythme est mouta mouta et face aux intérêts personnels au alliances matrimoniales dont nous ignorons les liens les plus inimaginables, on tire la conclusion tout simplement que rien ne changera au Faso. Sinon c’est tout simple...on connais tout, on sait tout...les services de renseignements sont très forts dans ça...on construit une prison de travail force, on envoie les gens là-bas, on fouette publiquement sur la place de la révolution et tout le monde va marcher au pas. Mais face à un mouta mouta, tout le monde mouta mouta...alors servez vous car personne n’a fait voeu de pauvreté ici au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:59, par Kidrh En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Le gouvernement osera- t-il ’ " jeter la première pierre " sur les de tourneurs ou les subitement riches. La fonction de ministre étant éphémère les appelés " au festin" ont hâte de se bâtir des lendemains qui chantent , afin de ne pas passer de la voiture rutilante à un France revoir poussive.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 11:49, par Amadoum En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Un autre rapport et le train continue !
    Qui parmis les membres du gouvernement peut oser "taper sur la table" comme preconise M. Ibriga ? Seuls ceux qui ont les mains propres peuvent sevir et a rergarder la faune politique burkinabe, la sevisse n’est point pour demain.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 11:57, par Hussein En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Un système qui n’admet pas la compétition ne peu pas être compétitif. Dans les administrations publiques les gens s’efforcent bien à faire un travail efficient, qui consite dans la généralité à surveiller l’application des règles en vigueur. A cause de la nature monopoliste de l’administration publique, on n’y connaît pas la nécessité de faire un travail effectif, faute de l’absence totale de compétition. Voilà pourquoi dans les pays africains, ceux qui basent tout sur l’administration publique ne pourrons jamais se développer effectivement, parce qu’on y manque de référence pour juger la qualité et l’effectivité des efforts qu’on y entreprend ! Et quand y fait encore des boucs des jardiniers, les populations ne pourrons jamais espérer de sortir de la misère noire, car les médiocres qui s’emparent des pouvoirs n’ont rien dans les sens que de voler et de s’enrichir à leur dépend. C’est l’héritage colonial, à nous maintenant de l’accepter comme tel ou pas. Je doute fort même que Dieu là-même n’y peut pour rien !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:17, par taali soumaré laa maane sougri En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Pour une justice équitable, je propose que les résultats des audits de la corruption et des détournements soient confiés aux kogleweogo. Il faut que les auteurs subissent le même sort qu’un voleur de poulets, de bovins, ovins ou de caprins, voire pire, à la hauteur de leurs forfaits. Si des fonctionnaires en plus de leurs salaires, ou des commerçants en plus de leur bénéfice normal, piochent frauduleusement les fonds de l’État, ils doivent être confiés aux Kogleweogo qui les pousseront à renoncer une bonne fois pour toute aux gains faciles. L’État a les moyens de sévir mais ne le fait pas, parce qu’il est lui même impliqué et acteur central des corrupteurs. Les marchés d’achat d’armes, d’achats de véhicules, d’achats de produits pharceutiques, d’achats divers consommables, de recrutement de prestataires de divers services, tous sont concernés par ce mal. Pourtant les faux insurgés s’ étaient jurés que plus rien ne sera comme avant. Eh bien, c’est pire qu’avant tout est aux rouges, le pays s’engouffre, et ce sont les mêmes vieux de la vieille depuis plus de trente ans qui se sont mus en nouveaux vampires pour succer davantage le sang du peuple. Ce sont de véritables rapaces aux becs et ongles usés mais portant de nouveaux becs et ongles taillés en acier nickel. Seul Dieu peut les punir véritablement pour éviter à notre peuple de sombrer continuellement. Dieu le miséricordieux vient en Aide à ton peuple meurtri par du faux et par des succeurs de sang.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:39, par Ka En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Monsieur Luc Marius Ibriga avec son ( ASCE-LC ), combien de fois vous alliez faire le commis planton a Kossyam avec vos rapports qui seront des papiers a toilette pour l’exécutif qui ne donne pas l’exemple ? Tant que l’exemple ne vient pas du plus haut avec un présidente qui s’est fait entourer que des affairistes comme ministres qui pensent qu’à leurs bisness et des villas luxueux, que les intérêts du peuple, la corruption perdurera.

    Du régime Compaoré a celui de Kaboré, l’ASCE-LC, comme l’ inspection Générale, produisent des rapports suivis de recommandations a l’exécutif qui sont restés sans suite, et jetés aux oubliettes. Je reste convaincu que ce présent rapport subira le même sort que les autres, à savoir s’il ne sera pas jeter au toilette par des ministres dits des hommes d’affaires. Ce rapport s’il a été fait en investigation dans l’ensemble des ministères et sur un échantillon des établissements public, ce rapport devait être remis immédiatement a un juge d’instruction au lieu de le remettre dans la gueule du loup.

    Avec tous ces rapports remis au président depuis son investiture sans qu’aucune sanction sévère n’a été publier, je dis à son excellence monsieur Roch Kaboré de faire très attention à ceux et c’elles qui l’entourent au risque de se retrouver confronter un matin à un soulèvement populaire sans précèdent a cause de la corruption à ciel ouvert, comme ce fut le cas du tripatouillage de l’article 37.

    Une seule question que je pose à l’exécutif de notre pays de 2019 : Quel Bilan faire, 58 ans après notre indépendance ? C’est la question qu’il faut se poser avec la corruption à ciel ouvert de notre pays. Comment un pays qui possède des richesses potentielles aussi colossales peut-il être tombé si bas ? La colonisation était une malédiction, mais l’indépendance... c’est encore pire.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:59, par citoyen LAMBDA En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Comme beaucoup d’autres burkinabè , j’ai fini par me convaincre que les rapports de l’ASCE-LC sont faits à la tête du client et bien souvent ,on n’a l’impression que les missions semblent téléguidées . Mieux des ministres ont été gravement accusés d’actes de mauvaise gestion ,de corruption ou de détournement de deniers publics. Franchement, certaines de ses accusations ,au regard de leur importance et des éléments plus au moins crédibles qui les étayaient, auraient mérité une descente de l’ASCE-LC dans les dits ministères pour faire la lumière . Mais rien . Par exemple nous avons tous lu à un moment donné sur les réseaux sociaux en début d’année 2018, que malgré le caractère illégal dénoncé par l’ASCE-LC d’un versement d’une allocation de 50 000 000 FCFA par une boite à sous à son ministre de tutelle technique ,le dit ministre ne s’est pas gêné d’accepter la dite somme et d’en faire ce qu’il veut et de tenter de justifier par des pièces l’utilisation de cet argent . Vraie ou faux ,cette grave affaire qui aurait requis de l’ASCE-LC tout au plus un petit éclairage n’a jamais été infirmée ni confirmée par l’ASCE-LC . Pourquoi ? Par contre ,dès que le ministre BARRY a démissionné ,hop voilà comme par enchantement un contrôle qui tombe sur lui avec les résultats que tout le monde a vu . Messieurs de l’ASCE-LC, ressaisissez-vous et soyez impartiaux en tous temps et tous lieux . Soyez justes avec les petits et les grands, si objectivement vous n’avez rien à reprocher à quelqu’un . Evitez surtout de vous faire instrumentaliser ou utiliser pour des règlements de compte. Ainsi ,vous aiderez mieux le pays à instaurer véritablement une gouvernance vertueuse au sens noble du terme .

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:30, par Kisbedo En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Cette structure est budgetivore et inutile ! !! Au faîte qu’ en ait il des révélations qui nous ont été faites au long du procès ? :expertises à coût de milliards 😶😶😶

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:39, par Gwandba En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    C’est vraiment sidérant de constater avec peine tout ce qui passe au Burkina. Ce gouvernement semble ne prendre la mesure de la situation. On est tous d’accord maintenant, même ceux parmi son soutien qui ne voulaient voir ou entendre les critiques, que Rock et sa suite est le plan C de Blaise Compaoré. Faire semblant et empêché la justice d’avancer sur les dossiers brûlants pendant qu’une partie ce groupe de loosers crée des situations pour détourner la vigilance des personnes bonnes foies en envoyant des victimes tués d’autres victimes.
    Il faut maintenant que l’opposition trouve le moyen d’expliqué clairement cette situation à la bétail électorale pour les prochaines élections.
    Appel est lancé aux organisations de la société civil. La maison brûle et le chef de famille est incompétent pour éteindre le feu. Allons avant qu’il ne soit trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 13:49, par sekou En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Pour une question de redevabilite, les membres de l’ASCE doivent rendre le tablier car faire un travail sans impact .

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 14:54, par Bebeto En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Le Prof. Ibriga avec son équipe fait son travail. Bravo à eux !!!
    Mais tous les faits de corruption ou de détournement, c’est qui ? C’est nous mêmes. Chacun s’est mis dans la tête qu’il peut avoir de gros sous sans travailler. En fait, c’est le reflet de l’image vraie de notre société, cultivée dans nos cellules familiales. Personne ne croit à ma valeur travail source de création de richesses matérielles. Le seul Burkinabè qui voyait à la valeur travail, c’était Thomas sAnkara. Mais notre goût immodéré aux raccourcis nous a poussé à être des complices directs ou indirects de son assassinat. Ce qui nous arrive est comme une sorte de sanction

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 16:00, par Jacques En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    C’est le bang des antrailles du cosmos ;que chacun se sert à volonté.vraiment illusoire d’attendre à du neuf dans ce gouverment ils ne sont pas venus nous servir ils sont là pour se faire servir et organiser un pillage depuis le sommet jusqu’au bas.on laisse piller et après on demande a la masse de rembourser ce qu’ils par des taxes de tous genre et de tout ordre.Je me prépare en 2020 à foutre mon bulettin de vote dans mon propre Q que de donner ma voix à un gang.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 19:26, par Gwandba En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Très cher frère Jacques. En lisant ton poste, je saisi la peine qui t’habite. C’est légitime et compréhensible. Je pense qu’il faut que chacun contribue à sensibiliser les personnes qui votent sans autres formes de consciences juste parce qu’elles obtenues 1000 ou 2000fcfa. je suis d’avis avec toi que cette situation grave pour le Burkina. continuons comme tu le fais la sensibilisation même si ce n’est que sur des forums pour l’instant. c’est une très bonne choses.
      à très bientôt. je serai content de lire de nouveau. bon courage.

      Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:26, par Petit Minitaire En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    La corruption au Burkina et en Afrique a 59 ans d’expérience sur le terrain, proche de l’âge de la retraite. Beaucoup de responsables de la fonction publique ne pourront pas nourrir leur famille et parents avec leur simple salaire. Et si vous avez plus de 30 ans de service publique, et qu’on vous demande de revenir à son simple salaire sans possibilité de corruption et de per idems artificiels, c’est vous signifier un licenciement. Donc pour lutter contre la corruption, ça prend quelqu’un qui met son siège en jeu pour faire plier quelqu’un tient à son poste de corrompu, y compris les agents du ASCE-LC. Pensez-y deux fois, si c’est facile ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:46, par jeunedame seret En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Patron Ibriga ; il va falloir créer une périodique et même des kiosques à journaux ; avec des détails de noms de lieux et d’actions ou méfaits divers publiés ouvertement au peuple. Et laisser ainsi la société civile et les koglewéogo inciter la justice à l’action dans le temps ; par des agressions d’innocents ou de coupables à domicile. Pour la récupération immédiate de notre dû.
    La justice est languissante et sentimentale parce qu’elle n’est pas rivalisée ou menacée.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 22:42, par bamos En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Mes frères il y a longtemps que la Dgttm perçoit 15 % des montants de recouvrement des recettes soit 800000000 chaque année pour l équipement des directions régionales et l ouverture de nouvelles directions régionales. Présentement ses sommes sont detournees à d autres fin.Depuis 2013 les directions régionales sont l ombre d elles mêmes. Tout est budgetise mais ça sert à autres choses. Et un audit de la gestion et de l utilisation des fonds d équipement et un audit sur le projet de securisation et de modernisation des titres de transports à mi chemin serait nécessaire. Voir impératif des gens ont gérer cette boite comme leur jardin et jusqu’à maintenant. Des gens après seulement un an de fonction ont soulevé des grosses cylindrées. Et le projet est un chaos total dans son ensemble. Il faut simplement un audit pour situer les responsabilités.. Dans la boîte c est la corruption le clientélisme la délation qui marchent. Des agents ont été nommés pour services rendus en sonnante et trébuchante d autres ont créé des entreprises parallèles .Certains concessionnaires de plaques sont des prêts noms.Pour un problème il faut se deplacer en France. Et les missions de complaisance sont quotidiens à la Dgttm. C est l enrichissement personnel et illicite à outrance.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 23:19, par substance Grise En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Tout le monde sait que le ministère des transports est un scandale puisqu’il est toujours classé parmi les services les plus corrompus selon le RENLAC
      C’est tour ça le probleme. Il y’a des boites à argent au Burkina qui font des milliards de cfa partagés entre quelques individus et des decrets et lois sont taillés sur mesures pour les proteger. Pendant ce temps il faut créer d’autres taxes pour que les citoyens paient
      Pourquoi Madame le Ministre des finances ne peut rien faire à ce niveau ?
      C’est ça qui va revolter les gens car on se connait tous dans ce pays et on sait ce que chacun fait et tente de blanchir. C’est vraiment très scandaleux

      Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 03:55, par mtn En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    C’est quelque pagaille ça là ? Dites-le moi, Est-ce que le chef de terre ne prend pas une partie des sommes détournées ? Sinon on ne comprend pas ce silence après les rapports accablants. il faut que le rapport soit publié mr le Président du FASO pour qu’on s’assure que ya pas votre nom dedans.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 04:22, par mtn En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    A la place de Ibriga, je demissionne si rien n’est fait pour arrêter ce fleau d’ici à o3 mois. Certainement que tous les dirigeants a savoir EXÉCUTIF LEGISLATIF et JUDICIAIRE sont mouillés jusqu’au cou ou ont leurs proches dans ce mouta mouta. I,naction n’est pas graruite.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 09:23, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    C’est les mêmes Ibriga, loada, M. somé, H.G. Kam et concorts qui ont contribué à installer ce régime pourri à la tête du pays. Ils rendront tous compte devant l’histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 10:11, par ZAMP En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Encore du verbiage creux. Peut on faire du vrai avec du faux ; messieurs de l’ASCE ? Répertoriez les nominations en conseils de ministres et vous comprendrez que la gestion que vous incriminez est la production de personnes non habilitées ; indignes des postes qu’ils occupent et vos manuels de procédures n’y pourront rien. Messieurs de l’ASCE, arrêtez de discréditer et de vilipender l’Administration publique qui est pleine d’agents compétents et intègres qui n’ont pas voix au chapitre. Demandez au Président du Faso de soumettre les nominations en Conseils de ministres à votre validation préalable et vous verrez immédiatement les résultats à votre prochains audit. Ainsi, des radiologues et autres ne vous présenteront pas des faits de gestion rocambolesques comme par le passé en s’excusant après coup de ne pas connaître les règles de gestion. Aussi, demandez la possibilité au Président de recenser rien que le patrimoine bâti des grandes villes et de soumettre les éventuels propriétaires à la justification de l’origine des ressources ayant permis les dites acquisitions.
    A défaut de quoi ; cessez messieurs de l’ASCE, de dénigrer l’Administration publique à longueur d’années. Attaquez le mal à la source au lieu et les résultats suivront.
    L’homme qu’il faut à la bonne place. Des fiches de postes de travail existent dans l’Administration, et il faut les pourvoir de façon adéquate.

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier à 16:23, par Un enfant du Faso En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

      Bien dit, internaute "ZAMP". C’est très vrai. On ne peut pas faire du vrai avec du faux. C’est aussi vrai que par cette façon de faire, l’ASCE contribue à discréditer et à vilipender l’Administration publique qui est pleine d’agents compétents et intègres qui n’ont pas voix au chapitre. Il faudra effectivement que l’ASCE, en plus des audits qu’elle fait actuellement, recommande fortement au Président du Faso de lui soumettre les nominations en Conseils de ministres à sa validation préalable afin que l’homme qu’il faut occupe la place qu’il faut et nous verrons immédiatement les résultats de bonne gestion au prochain audit. Par ailleurs, demander la possibilité au PF de recenser rien que le patrimoine bâti des grandes villes et de soumettre les éventuels propriétaires à la justification de l’origine des ressources ayant permis les dites acquisitions et on verra si la grande corruption ne va pas foutre le camp. Il faut aussi que l’ASCE soit plus proactive en se saisissant immédiatement de certaines révélations par la presse de faits criards de corruption , sinon elle n’aura plus sa raison d’exister.

      Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 13:44, par ça va se savoir En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Ce qui est désolant, c’est que toutes les instances de lutte ou de surveillance de la corruption se concentrent sur les gros ministères où il y a beaucoup de moyens pour attirer l’opinion sur leurs efforts, laissant le champ libre à de petits fonctionnaires organiser des cartels pires que ceux de la mafia sicilienne. Allez-y par exemple au ministère des ressources animales et voyez ce qui se passe.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 16:29, par Un enfant du Faso En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Je suis tout-à-fait d’accord avec l’internaute "ZAMP" sauf lorsque qu’il parle de verbiage creux de responsable de l’ASCE parce que le travail de celle-ci a quand même une vraie valeur ajoutée si le gouvernement fait mettre en oeuvre ses recommandations et sanctionne les indélicats en attendant que l’ASCE revoie sa façon de travailler .
    Par ailleurs, c’est aussi très vrai qu’on ne peut pas faire du vrai avec du faux et l’ASCE, par sa façon de faire, contribue à discréditer et à vilipender l’Administration publique qui est pleine d’agents compétents et intègres qui n’ont pas voix au chapitre. Il faudra effectivement que l’ASCE, en plus des audits qu’elle fait actuellement, recommande fortement au Président du Faso de lui soumettre les nominations en Conseils de ministres à sa validation préalable afin que l’homme qu’il faut occupe la place qu’il faut et nous verrons immédiatement les résultats de bonne gestion au prochain audit. Par ailleurs, demander la possibilité au PF de recenser rien que le patrimoine bâti des grandes villes et de soumettre les éventuels propriétaires à la justification de l’origine des ressources ayant permis les dites acquisitions et on verra si la grande corruption ne va pas foutre le camp. Il faut aussi que l’ASCE soit plus proactive en se saisissant immédiatement de certaines révélations par la presse de faits criards de corruption , sinon elle n’aura plus sa raison d’exister.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 21:53, par Anka En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    C’est quoi cette progression fulgurante qui donne le vertige ?de 0,32% en 2016 à 74,15%en 2017 !cela veut dire que la corruption est devenue le sport national du pays des hommes intègres .sachant que la corruption est la mère de tous les fléaux , le Burkina est mal barré .
    Moi je salue le travail de monsieur Ibriga et son équipe

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 21:54, par ben En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Les mots me manquent, très triste de voir notre cher pays se faire piller par ses propres fils,
    Ce qui est marrant, j’ose dire que ce pays n’a plus de président chacun se sert, c’est une réponse politique au détriment de la population qui vie dans la misère
    Que dieu sauve notre cher pays dans la main de ces prédateurs

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier à 22:21, par Sans rancune En réponse à : Recrudescence de la corruption au Burkina : « La prise de conscience de ce chaos est urgente », lance l’ASCE-LC

    Ibriga, donne ton salaire. C’est parce que tu mange bien que tu n’es pas corrompu. Foutez nous la paix. y en a marre. On supprime cette lourdeur qu’est l’asce-lc et les inspections techniques des services seront efficace

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mort de détenus à l’Unité anti-drogue : l’UNAPOL pointe du doigt les conditions de détention
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma
41e session des travaux du Cames à Bangui : « L’absence des Burkinabè plonge un peu plus les candidats dans l’inquiétude », soutient le professeur Albert Ouédraogo
Bobo-Dioulasso : « La rue du Black a cessé de vivre »
Save the children : 100 ans de combat pour la préservation des droits des enfants
Boulevard des Tansoba de Ouagadougou : Le président Roch Kaboré lance officiellement les travaux de réhabilitation
Prise en charge sanitaire des enfants de moins de 5 ans : L’ONG Terre des hommes lance la seconde phase du projet IeDA
Monde du travail : Les journalistes s’imprègnent des dispositifs de protection sociale au Burkina
Megamonde, le leader des deux roues au Burkina s’invite à la SIO 2019
Prix de l’excellence Sadate Bikienga : Les bacheliers du Kouritenga informés sur l’orientation universitaire
Village de Moutti (Oubritenga) : Les meilleurs élèves au CEP récompensés
Lutte anti-drogue : 11 personnes gardées à vue décédées (Procureur du Faso)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés