Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • vendredi 4 janvier 2019 à 17h58min
Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

L’Opposition politique burkinabè a appris que suite à l’assassinat du chef de village et d’autres habitants de Yirgou dans la commune de Barsalogho, des violences intercommunautaires ont éclaté en ce début d’année 2019, causant d’énormes pertes en vies humaines et des dégâts matériels.

Officiellement, le Gouvernement annonce un bilan provisoire de 46 morts, lequel bilan est même contredit par d’autres sources.

En attendant d’en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de cette affaire, l’Opposition déplore cette situation et condamne vigoureusement toute forme de violence d’où qu’elle vienne.

L’Opposition s’incline devant la mémoire des disparus, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Pour l’Opposition politique, les Burkinabè ne doivent pas tomber dans le piège des terroristes en menant des actions de représailles les uns contre les autres.

Nous appelons les différentes parties au calme et à la retenue. Nous saluons par ailleurs les intercessions de personnes ressources visant à ramener la paix et la quiétude entre les communautés.

L’Opposition interpelle fermement le Gouvernement, qui a en charge la gestion du pays, pour qu’il prenne rapidement les mesures qui s’imposent pour enrayer la spirale de violence à laquelle nous assistons. Il y va de l’autorité de l’Etat et de sa capacité à promouvoir un environnement qui favorise le vivre-ensemble des composantes de notre peuple.

Il appartient au Gouvernement de mener rapidement les enquêtes pour situer les responsabilités, et de diligenter les suites judiciaires qui s’imposent.

L’Opposition réaffirme sa pleine disponibilité à œuvrer pour préserver la cohésion sociale et l’harmonie entre les communautés vivant dans notre pays.

Ouagadougou, le 04 janvier 2019

Le Chef de file de l’Opposition politique
Zéphirin DIABRE

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 18:33, par Bobolais En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Merci Mr. DIABRE pour cette manière de faire.... C’est responsable.... Merci

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 18:39, par Ka En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Une sortie très intelligente et coopérative pour le mieux vivre ensembles, en gouvernant ensembles dans la solidarité pour combattre le danger. Oui monsieur le chef de l’opposition, le peuple Burkinabé doit s’unir et ne pas se laisser diviser par des punaises qui tuent leur propre famille par plaisir. Surtout nous ne devons pas confondre les actes d’individus malades dans leurs têtes qui cherchent des prétextes pour évacuer leur violence personnelle, même leur propre suicide en tuant un chef qui sait ce qu’il veut, pour diviser tout un peuple. Ces nouvelles races de terroristes déguisés par nos propres frères pour déstabiliser le pays, sont comme les vandales qui attendent patiemment un clash politique ou social, pour piller les banques et les commerces. Soudons-nous pour éradiquer ces punaises.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 01:56, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

      Bonne et heureuse 2019 à mon cher frère KA et tous les BURKINABES santé et paix dans cher pays.

      Cette sortie de Mr Diabre est louable dans la mesure où il y a une invitate à l’Union sacrée pour vaincre la violence des djihadistes déguisés qui ne sont rien que nos frères. Mr Diabre gagné sa sagesse d’antan. Personne ne gagnera si es terroristes sèment la violence sur notre terre majorité comme opposition car notre grande richesse est le BURKINA. Majorité et opposition doivent mutualiser leurs forces pour vaincre les forces du mal. Ces terroristes sont nos propres frères qui.sont financés par des mains invisibles pour déstabiliser notre cher Faso. Nous les neutraliserons bientôt. Dieu aime le BURKINA. Le BURKINA ne tombera pas.

      Bravo aux vaillantes FDS qui font un travail excellent tous les jours. Nous vous respectons. Soyez bénis au Nom du SEIGNEUR.

      Que le SEIGNEUR vous bénisse que nous aimons tant. Amen
      Paix et joie à tous les BURKINABES. Amen

      Achille De TAPSOBA le Bobolais(pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 18:59, par AMADOU En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    L’OPPOSITION REAFFITME SA PLEINE DISPONIBILITE. Bien dit. Peut etre que ces parties sont acquises a l’UPC mais faut il que comme un seul homme tous les Burkinabe se donnent la main pour lutter contre ce mal. Avoir comme programme politique Rock et son MPP et sortir tous les mardis pour l’aider a corriger sa gestion . En 2020 vous allez crier a la fraude comme Cisse au Mali. Les terroristes sont a moins de 200 km de ouaga. Pour qu’il y est les elections il faut que le Faso ne soit pas entre les mains de ces terroristes. Vous même vous saviez qu’apres la mitunerie de 2011 il n’y avait plus d’armée au Faso. Tout était concentré au RSP au service de la famille Compaoré. A defaut de gerer ensemble l’après insurrection il vous faut vous unir pour sauver le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 20:51, par AMADOU En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    L’OPPOSITION REAFFITME SA PLEINE DISPONIBILITE. Bien dit. Peut etre que ces parties sont acquises a l’UPC mais faut il que comme un seul homme tous les Burkinabe se donnent la main pour lutter contre ce mal. Avoir comme programme politique Rock et son MPP et sortir tous les mardis pour l’aider a corriger sa gestion . En 2020 vous allez crier a la fraude comme Cisse au Mali. Les terroristes sont a moins de 200 km de ouaga. Pour qu’il y est les elections il faut que le Faso ne soit pas entre les mains de ces terroristes. Vous même vous saviez qu’apres la mitunerie de 2011 il n’y avait plus d’armée au Faso. Tout était concentré au RSP au service de la famille Compaoré. A defaut de gerer ensemble l’après insurrection il vous faut vous unir pour sauver le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 21:52, par mytibketa En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Tous unis nous vaincrons le terrorisme et les commanditaires l’ont bien compris .maintenant ijs changent de stratégie. et disent ’’puisqu’ils ne veulent pas nous aider on va les diviser pour arriver à nos fins.Malheureusement personne et je dis personne n’est gagnant et ce qui est sûr nous sommes tous perdants.Aussi le choix est vite fait : ou nous acceptons d’aller vers un pays civilisé avec des règles valables pour tous ou alors on va vers le désastre. Aussi que chacun se ressaisisse et qu’ensemble nous trouvions les moyens de sortir de ce guêpier.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 07:19, par Peuple Insurgé En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Sortie intelligente, Mr Diabré. C’est unis que nous vaincrons. Les commanditaires du terrorisme sont aussi futés. Très futés même. Alors nous devons faire travailler nos méninges. Ils viennent de gagner une bataille, faisons en sorte de gagner les prochaines et la victoire finale.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 08:49, par Gorko En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Il y a un gros flou autour de cette tuerie à Yirgou. Le gouvernement ne dit pas toute la vérité sur ce génocide. Les Peulhs ont toujours été victimes de massacre pour des raisons diverses mais cette fois, c’en est trop. Non seulement il faut que ça s’arrête, mais que les auteurs soient punis par la loi. S’il y a un seul groupe ethnique qui mérite d’être traité de la sorte, nous ne sommes donc pas une nation et les conséquences nous toucherons tous. Pendant longtemps on a pensé que ça n’arrivait qu’aux autres. Si on continue avec ce comportement, ça va nous arriver aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 09:00, par Mike En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    C’est le manque de développement inclusif qui est à l’oritinerary de cette situation.Les peulhs et les touaregs sont considérés comme des étrangers en Afrique.
    Vouloir coute que construire des États unitaires sans tenir compte de la diversité des peuples africains est à l’orI gone de cette instabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:27, par Africa En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    C’est une véritable tragédie nationale ; des terroristes qui tuent et en réaction, des burkinabè qui tuent des burkinabè sur la base de préjugés ethnicistes. Il faut reconstituer un Etat unitaire fort dans lequel tous les citoyens sont soumis à la seule force légitime qui vaille à savoir celle conférée aux Forces de Défense et de sécurité (FDS). Si nous continuons de laisser s’instaurer l’etnicisation sournoise de l’Etat, nous aurons trahi les ideaux des pères fondateurs à savoir que :
    1). " la Haute-Volta est une et indivisible" ; nos maîtres nous l’enseignaient à l’école primaire dès 1960. C’était obligatoire sous le magistère du Président-Patriote Maurice Yaméogo (1960-1966) ;
    2). " je ne suis d’aucune ethnie, d’aucun village, d’aucune région ; je voltaiïque tout court", c’était la profession de foi du Général- Président Patriote Sangoulé Lamizana à prise de pouvour le 3 janvier 1966, parole amplement tenue.
    En tant que citoyen de ce pays, j’interpelle à mon tour ferment l’opposition politique et la majorité qui nous gouverne pour qu’elles prennent à bras le corps la question nationale dans sa globalité afin de reconstruire un Etat unitaire où les citoyens sont égaux en droits en devoirs.
    Au demeurant, il serait souhaitable que le Président du Faso décrète un deuil national à la mémoire des 46 victimes de cette bêtise humaine. Car, de mémoire d’homme, depuis 1960. je ne me souviens pas d’un massacre de cette ampleur entre compatriotes de ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 10:52, par Yamasoaba En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    certains semblent se comporter en parfaits charognards en quête effrénée de charogne

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:10, par tcherien En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    c est de ce chef responsable dont on a besoin pas celui qui passe son temps a critiquer les actions du MPP laissez ca a d autres ,les journalistes et les syndicats le font très bien, MERCI CHEF RESPECT

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 12:59, par Gorko En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    En tout cas, l’histoire retiendra que c’est sous ROCK et le MPP des Burkinabè ont massacré d’autres Burkinabè à cette ampleur-là. C’est L’incompétence de ce pouvoir-là qui a conduit à cette situation. Ce fut une erreur politique que le Burkina post insurrection a commise en votant le MPP. Moi-même j’ai voté le MPP. Je regrette.

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 18:07, par Africa En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    Mike ( internaute No 8), je ne peux pas vous laisser dire qu’en " Afrique les peuls et les touaregs sont considérés comme des étrangers". C’est archi-faux ! Ne généralisez pas vos ressentiments personnels. Sachez que les peulhs couvrent l’Afrique entière, du Sénégal à Djibouti, de Djibouti au Cap. Sachez que le foulfouldé fait partie des trois langues officielles (Swayili, Aoussa et Foulfouldé de l’Afrique, décidée par les pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) dès sa création en Mai 1963, devenue l’actuelle UA.
    Au Burkina, les peulhs représentent la deuxième composante ethnique du pays, avec un territoire ancestral jamais dominé par toute autre ethnie du Burkina actuel qui est la résultante d’un désir de vivre-ensemble voulu par les pères fondateurs de ce pays. Comment peut-on être étranger sur ses terres ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 06:48, par Tout va mal En réponse à : Drame de Yirgou : L’Opposition politique burkinabè appelle le gouvernement à enrayer la spirale de violence

    J’ai honte de CE gouvernement et Notre regret Sera amere

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Pô-Guiaro : Deux gendarmes meurent dans une attaque
Natiaboani : Un détachement militaire victime d’une attaque
Armée burkinabè : Le 31e régiment d’infanterie commando de Tenkodogo a son unité anti-terroriste
Sahel : « Si on n’est pas là, ces pays s’effondreront sur eux-mêmes », selon le chef d’Etat major des armées françaises
Burkina Faso : L’état d’urgence prorogé jusqu’au 12 janvier 2020
Goenega (Centre-Nord) : Une école incendiée par des hommes armés
Région de l’Est : Le couvre- feu prolongé jusqu’au 5 septembre 2019
Burkina : 15 personnes tuées dans une attaque terroriste dans la commune de Barsalogho
Déplacés de Silgadji à Ouagadougou : « On nous a demandé de retourner d’où nous venons »
Situation des déplacés internes : ’’Ouagadougou n’a pas les commodités nécessaires pour les abriter", Laurence Ilboudo
Déplacés internes : "les actions qui consistent à mobiliser des véhicules pour envoyer les gens à Ouagadougou", Simon Compaoré
Village de Belehede, commune de Tongomayel : 17 morts dans une attaque attribuée à des terroristes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés