Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 2 janvier 2019 à 23h38min
Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

« Ce qui explique que des Burkinabè n’aient pas peur des attaques armées : Une analyse économétrique à partir d’un modèle dichotomique ». C’est la dernière étude publiée par l’Institut panafricain d’études, de recherches et de sondages d’opinion (IPERSO). Bemahoun Honko Roger Judicaël, statisticien-économiste, l’auteur, explore une alternative non-violente comme réponse au terrorisme en se fondant sur le fait que le peuple burkinabè n’a pas cédé au diktat des terroristes et est resté fort psychologiquement malgré les coups reçus. Le chercheur soutient par ailleurs que la rhétorique martiale dans cette lutte de longue haleine est loin d’être la panacée. « Un combattant extrémiste tué correspondrait à au moins trois nouvelles recrues », révèle-t-il.

Les attaques terroristes perpétrées au Burkina Faso sont un vaste champ de recherches scientifiques. Des chercheurs investissent le domaine pour aider à comprendre le phénomène, déceler les leviers à activer pour venir à bout de cette hydre. La dernière en date est celle de l’Institut panafricain d’études, de recherches et de sondages d’opinion (IPERSO) qui, à travers une recherche empirique, explique que des Burkinabè n’ont pas peur des attaques terroristes.

Les données qui ont abouti à ce résultat ont été recueillies lors d’interviews directes et aux domiciles des enquêtés âgés de 18 ans et plus. Pour cette enquête, une sélection aléatoire et stratifiée est utilisée afin de veiller à ce que tous les principaux segments démographiques de la population en âge de voter soient couverts. La taille de l’échantillon est de 1 200 personnes, précise le chercheur.

« 49% des Burkinabè̀ affirment n’avoir pas peur des attaques armées. 44,1% des jeunes affirment n’avoir pas peur des attaques armées. Selon le milieu de résidence, on note que 49,43% des ruraux affirment n’avoir pas peur des attaques armées. Ils sont 65% des répondants dans la région du Sahel et 65,63% dans la région de l’Est qui ont affirmé́ n’avoir pas peur des attaques armées. 50,22%, soit une personne sur deux de celles n’ayant pas peur des attaques armées, s’informent sur l’actualité́ ».

Ce sont les principaux résultats auxquels Bemahoun Honko Roger Judicaël, statisticien-économiste, est parvenu. Autres détails importants de la recherche, c’est que la présence des forces de défense et de sécurité́ dans une localité́ réduit de 13,6% la probabilité́ d’avoir peur des attaques armées, et ce comparativement à celui qui vit dans une localité́ dans laquelle les FDS ne sont pas. Bien qu’elles soient souvent pointées du doigt pour des présumées exactions à l’endroit des populations locales, les FDS, de par leur présence, rassurent les populations.

L’étude intitulée « Ce qui explique que des Burkinabè̀ n’aient pas peur des attaques armées : Une analyse économétrique à partir d’un modèle dichotomique » a surtout pour objectif d’identifier des leviers en vue de proposer une approche alternative aux stratégies de réponses aux attaques armées qui se multiplient dans le pays. C’est l’un des mérites du travail abattu par l’auteur.

La seule stratégie militaire ou la solution du cercle vicieux

En notant que les Burkinabè, malgré les durs moments qu’ils passent, restent forts psychologiquement, croient en de meilleurs lendemains, ne versent pas dans le fatalisme, Bemahoun Honko Roger Judicaël explore une alternative non-violente comme réponse au terrorisme. Il appartient donc aux gouvernants, organisations de la société́ civile, médias et amis du Burkina Faso, dans une synergie d’actions, de consolider cet état d’esprit des populations. Alors, comme cri de guerre et d’espoir, il lance : « Burkinabè̀ de toutes les contrées, vainquons nos peurs individuelles ! ».

Cet état émotionnel qui paraît anecdotique est un levier important à exploiter, insiste l’auteur qui se demande : « Si les extrémistes violents ont peur de vivre, pourquoi les non-violents devraient-ils avoir peur de vivre ? ». En domptant donc les peurs que pourraient susciter ces attaques armées, c’est une avance non-négligeable sur l’adversaire, même partiellement identifié.

Et foi de celui qui a déjà réalisé plusieurs sondages à succès et très médiatisés, cette forte résilience du peuple burkinabè qui refuse de vivre selon le diktat des terroristes paye déjà. Ils continuent certes de porter des coups sur l’ensemble du territoire, mais ces attaques dispersées montrent qu’ils ont échoué à s’établir un sanctuaire comme cela est de coutume dans certains pays.

Conclusions du chercheur, nombre de combattants du groupe armé Ansarul Islam sont aux abois et sont à la recherche d’une main secourable. Les récents évènements dans la province du Soum ne sont qu’un baroud d’honneur, ils sont désillusionnés en ce que « ni Amadou Koufa, ni Malam Ibrahim Dicko, n’ont une fois défendu la question peulhe ».

Se fondant sur l’expérience de la province du Soum, l’une des localités qui enregistrent beaucoup d’attaques, le chercheur soutient avec d’autres auteurs que le « tout militaire » a des limites à ce phénomène. « Des sources estimeraient qu’un combattant extrémiste tué correspondrait à au moins trois nouvelles recrues. Comme quoi, la violence convoque toujours la violence ».

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 janvier à 07:13, par maan ne sugri En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Monsieur Cheik tIga SAWADOGO, êtes vous un réel Gnignoga ou un pseudo Gnignoga. L’étude que vous avez menée ne donne rien de neuf. Car il est de coutume que le burkinabe, quel que soit le problème a un moral haut que ses ancêtres lui ont légué. Ne dit-on pas que si tu rencontres un Mossi qui tient une corde pour aller se pendre, si tu lui poses la question, y a quel problème ? Il te dira yell kayé . Ce qui veut dire qu’il n’y a rien. Tu le trouves même entrain de se noyer, il dira yell kayé. Votre étude est plutôt du gâchis, de l’argent jeté a travers la fenêtre, ça nous apprend rien d’extraordinaire. Mais face au terrorisme, je conteste ces résultats car les burkinabés sont devenus méfiants, prudents par endroits et même peureux, puisqu’aux premiers tirs des hommes fuient discrètement et se cachent avant l’arrivée des terroristes, s’ ils ont des info crédibles à l’avance. Si l’esprit de patriotisme s’ est effrité , que reste-il, non compassion, peu d’engagement pour la nation. Seuls l’affairisme, le matérialisme, le clientélisme, le paternalisme, la marchandisation, le régionalisme, la corruption, la boulimie, la suffisance et le manque l’humilité sont le label des burkinabés de tout accabie. Revoyez donc votre copie et surtout votre CD est rayé.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 11:03, par kanzim En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    L’auteur de cette étude se pince-t-il pour rire ? A-t-il seulement connaissance des logiques, attitudes et comportements de ceux qui ont participé à son "exercice" ? Les cibles se moquent souvent des pseudo intellectuels qui viennent les interroger, en lui servant exactement ce qu’ils veulent entendre. Ensuite au Burkina, on ne dit pas qu’"on a peur". On proclame souvent sa bravoure par une bravade de la peur ? Je suis totalement d’accord avec l’internaute maan ne sugr, et il faudra que tous ceux qui depuis un certain temps quittent leurs bulles en arrêtant de coller des bulles sur les murs. Il y a une autre manière autrement moins fanfaronne , pour connaitre le sentiment des burkinabè vis à vis du terrorisme : c’est de vivre leurs expériences relatives aux conséquences du terrorisme. Ne pas avoir peurduterroisme suppose des bases concrètes de faits et d’actions qui rassurent, et les FDS s’y prennent avec conscience. Alors arrêtons de nous divertir.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 12:38, par Hess En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Chers commentateurs,
    Faisons l’effort de ne pas systématiquement rejeter de façon discourtoise tout travail dont les conclusions ne correspondent pas à notre opinion propre. Nous nous privons ainsi de l’expertuse de nos personnes compétentes.

    Sinon, 49% ce n’est pas la majorité ! Nous sommes une population profondément croyante qui croit que Dieu veille et veillera sur tout. Les FDS semblent être la principale cible aux yeux de beaucoup de personnes.
    Comme l’opinion est par nature évolutive , c’est toujours important de préciser de quand à quand l’enquete A été menée ainsi que la marge d’erreur.

    En tout cas bravo à l’auteur pour l’effort.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 13:29, par sidwaya kb09 En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Soyons sérieux. Ceux qui réfutent les résultats de l’étude doivent être des radicaux eux-mêmes. sinon comment comprendre qu’une étude scientifique qui se base certaienement sur des chiffres sur la base de 1200 interviewés puisse être systématiquement rejetéé de la sorte ?. accordez-lui au moins le bénéfice du doute. De toute façon, le chercheur s’est basé sur une approche scientifique pendant que vous , vous êtes sur des suppositions et des disseratations tout à fait personnelles. Non Soyons quand même tolérants.De toute façon. Meme si l’étude était batie sur du faux, elle a l’avantage de rendre positifs les citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 14:13, par Un enfant du Faso En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Internautes "maan ne sugri" et "kanzim", vous êtes de mauvaise foi et voulez pousser les populations burkinabé dans le précipice de la peur, de la résignation et de la mort dans l’âme. Vous êtes probablement des envoyés de ces promis à l’enfer de faux djihadistes. L’étude est bien limpide comme l’eau de roche. L’internaute "maan ne sugri" dit que "seuls l’affairisme, le matérialisme, le clientélisme, le paternalisme, la marchandisation, le régionalisme, la corruption, la boulimie, la suffisance et le manque l’humilité sont le label des burkinabés de tout accabie". Ça, c’est le caractère typique des citadins ouagalais et bobolais comme vous autres, qui ne font même pas 10 % de la population burkinabé. Le reste de la population est intègre et brave comme leurs ancêtres et attendent de pieds fermes ces drogués décadents et sataniques de terroristes ! D’ailleurs, ça a commencé. Ils vont désormais se chercher sur la terre libre du Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 18:21, par Fils du Pays En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Merci Internaut "Un enfant du Faso" pour votre intervention. ll y a des gens qui sont nés négatifs et qui ne veulent pas voir le progrès. C´est quel genre de personnes ça ? Vous ne voyez que le mal chez les autres ? C´est quoi l´affairisme ? Est-ce que les divers produits et les sacs de mil peuvent circuler des usines ou des paysans vers les consommateurs si vous n´avez pas de commerçants et des transporteurs qui prennent les choses en main ?
    L´Economie c´est comme ce qui suit :
    1) L´ingenieur mécanicien construit le tracteur pour le paysan

    2) Le chimiste et le biologiste fabriquent l´engrais pour plus de
    meilleurs rendements.

    3) L´ingenieur en genie civil fait les études des pistes qui servent au transport des marchandises du champ vers les consommateurs.

    4)L´entrepreneur construit ces Pistes

    5)Les étudiants font leur stages dans ces entreprise.

    6) Le médecin de l´entreprise s´occupe de les soigner tous.

    7) Le paysan (voir 1) met ses récoltes à la disposition de tous.
    Chacun a fait son affaire et tout le monde se porte bien.
    Vous pouvez critiquer les "hommes d´affaire vereux" mais de grâce n´insulter pas toute personne qui fait des affaires car vous décourager ceux-là qui veullent travailler honêtement et faire avancer le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 01:11, par Le Juste En réponse à : Attaques terroristes : Les Burkinabè ont gagné la bataille psychologique, selon une étude

    Je vois certains de mes frères commenter en disant que le pouvoir actuel ne fait d’efforts pour éradiquer le terrorisme. Mes frères soyez tolérants et encourageons nos FDS. Accompagnons le Gouvernement car lui aussi ne souhaite pas voir le terrorisme se propagé. Chacun de nous peut être appelé un jour à gérer les affaires de l’État.Ce que nous disons aujourd’hui peut retomber sur nous demain. Évitons les messages de haine pour ne pas ressembler à ces terroristes. Je suis convaincu que le terrorisme va finir un jour car le mal ne peut aucunement prendre le dessus sur le Bien.Que DIEU bénisse le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Pô-Guiaro : Deux gendarmes meurent dans une attaque
Natiaboani : Un détachement militaire victime d’une attaque
Armée burkinabè : Le 31e régiment d’infanterie commando de Tenkodogo a son unité anti-terroriste
Sahel : « Si on n’est pas là, ces pays s’effondreront sur eux-mêmes », selon le chef d’Etat major des armées françaises
Burkina Faso : L’état d’urgence prorogé jusqu’au 12 janvier 2020
Goenega (Centre-Nord) : Une école incendiée par des hommes armés
Région de l’Est : Le couvre- feu prolongé jusqu’au 5 septembre 2019
Burkina : 15 personnes tuées dans une attaque terroriste dans la commune de Barsalogho
Déplacés de Silgadji à Ouagadougou : « On nous a demandé de retourner d’où nous venons »
Situation des déplacés internes : ’’Ouagadougou n’a pas les commodités nécessaires pour les abriter", Laurence Ilboudo
Déplacés internes : "les actions qui consistent à mobiliser des véhicules pour envoyer les gens à Ouagadougou", Simon Compaoré
Village de Belehede, commune de Tongomayel : 17 morts dans une attaque attribuée à des terroristes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés