Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les difficultés n’existent pas. Il y a seulement des challenges qui une fois relevés nous rendent expert dans un domaine qui nous était jusque là inconnu» Nora Samir

Education : L’école A de Markoye célèbre son soixantième anniversaire

Accueil > Actualités > Multimédia • • jeudi 27 décembre 2018 à 22h54min
Education : L’école A de Markoye célèbre son soixantième anniversaire

1958-2018, voilà 60 ans que l’école de Markoye est au service du développement. Ce creuset du savoir a connu 45 promotions. Les anciens et les actuels élèves ont alors marqué une halte pour fêter l’anniversaire de ce temple du savoir, ce 22 décembre 2018 à Markoye, dans la région du Sahel.

C’est dans une ambiance de convivialité et de retrouvailles que les anciens et les actuels élèves de l’école A de Markoye ont célébré les 60 ans d’existence de ce creuset du savoir qui a fourni plusieurs cadres à l’administration burkinabè dont le ministre Alkassoum Maïga, qui y a obtenu son Certificat d’études primaires (CEP).
Pour les organisateurs, c’est après un cinquantenaire avorté en 2008 , qu’ils ont mis les petits plats dans grands pour réussir le pari de cette commémoration, le 22 décembre dernier à Markoye.

La cérémonie était placée sous le patronage du ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Alkassoum Maïga. Une journée festive qui a mobilisé les habitants de la localité, les anciens élèves ainsi que les anciens instituteurs. « Ce que nous déplorons, c’est l’absence parmi nous du premier instituteur de l’école, du nom de Hamadou Maïga Doudou, rappelé à Dieu », a regretté Soumana Maïga, président de l’organisation. Une minute de silence a donc été observée pour le premier enseignant de l’école.

Alkassoum Maïga de la promotion de 1972 déclare que « 60 ans, c’est toute une histoire, un parcours qui nous donne l’obligation d’avoir un devoir de mémoire de se retrouver et de voir comment les choses se sont déroulées. » Il affirme qu’il est allé seul s’inscrire au CP1, sans l’avis de quelqu’un. Les parents, selon lui, étaient réticents à envoyer les enfants à l’école, surtout les jeunes filles. Il note qu’aujourd’hui, la tendance a changé car sur les 493 élèves que compte l’école A de Markoye, 280 sont des filles. Aussi, malgré le contexte sécuritaire, le meilleur élève et le meilleur instituteur de la province de l’Oudalan sont issus de cette école.

Aussi, l’école A de Markoye a été distinguée meilleure école de la province. A l’examen du CEP session de 2018, l’école a fait 90,77% de taux de réussite. Toute chose qui, selon le ministre, prouve que la question de l’éducation a fait un grand pas dans la commune de Markoye et, partant, dans tout le Sahel.

Pour le patron de la cérémonie, au-delà de la commémoration des 60 ans de l’école, il est aussi porteur d’un message aux parents d’élèves et à toute la population de la commune de Markoye et du Sahel : « Les parents ont un devoir de sauvegarder la paix et la sécurité, en fournissant des renseignements aux forces de défense et de sécurité, afin de mieux sécuriser les personnes et les biens. Egalement, ils doivent envoyer les enfants à l’école sans distinction de sexe car si l’école gagne du terrain, les barbaries humaines vont reculer et ceux qui auront la chance d’aller à l’école seront au rendez-vous du développement Sahel et du Burkina Faso. »

L’école souffrant de manque d’infrastructures de loisirs et de documents, le ministre compte apporter une solution aux doléances posées par les élèves, de concert avec le ministre de l’Education nationale.

Aujourd’hui à la retraite, Moumouni Maïga fait partie des premiers élèves recrutés en 1958. Pour lui, c’est un plaisir de se retrouver 60 ans après. A l’endroit des jeunes, celui qu’on surnomme « le doyen » les encourage à persévérer et à se départir de la facilité.

Pour Yero Tao, le tout premier instituteur du ministre Alkassoum Maïga en 1972, l’école de Markoye a produit de grands fonctionnaires. Selon lui, Markoye est l’une des localités du Sahel qui répond en matière d’éducation.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economie numérique : « Mondjossi », la plateforme pour rapprocher les artisans de leurs clients
Offre de formation continue : Certificat en communication digitale
TECNO MOBILE : Comparatif Tecno Spark 5 & Spark 5 Air
Robotique et programmation : 45 jeunes filles reçoivent une formation à Ouagadougou
Médias : « Le fact-checking s’impose comme un genre journalistique à part entière », selon Donation Kangah, formateur au programme Vérifox
Couverture des manifestations : L’UNESCO plaide pour la protection des journalistes
Campagne nationale « plus fort avec le lait maternel uniquement : Des journalistes outillés pour une mise en œuvre réussie
Nouvelles Technologies : Vingt personnes handicapées visuelles bénéficient d’une formation en informatique adaptée à Bobo-Dioulasso
Numérique : Le Fonds d’équipement des Nations unies (UNCDF) encourage l’inclusion digitale
Société : Quand la tontine s’organise sur les réseaux sociaux
Région du Centre-Est : Des journalistes à l’école de l’activité transfusionnelle
Tecno Mobile met l’Intelligence Artificielle à la portée de tous avec le tout nouveau smartphone Spark 5
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés