Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Portrait : Yezouma Coulibaly, le militaire radié devenu grand agriculteur

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | David Demaison NEBIE • jeudi 27 décembre 2018 à 00h30min
Portrait : Yezouma Coulibaly, le militaire radié devenu grand agriculteur

Yezouma Coulibaly dit Paulin est né en 1985. Il a intégré les rangs des Forces armées burkinabè en 2003. Il était spécialisé en gestion des ressources humaines, avant sa radiation des rangs de l’armée suite aux mutineries de 2011. Depuis, l’homme s’est reconverti en agriculteur et éleveur à Bayé, son village natal, situé dans la commune de Solenzo. Nous lui avons rendu visite…

En 2011, après sa radiation des effectifs de l’armée burkinabè, alors qu’il était à Gaoua, il a fait partir sa femme et ses enfants au village chez ses parents, à Bayé. Son intention était de partir en Côte d’Ivoire pour chercher un emploi (travailler dans les plantations, par exemple), parce qu’il avait honte de revenir dans son propre village, d’affronter le regard des gens. « A l’arrivée de ma femme et de mes enfants, mon père et ma mère se sont inquiétés. La question posée à ma femme était ‘où est notre fils, ton mari ?’ C’est alors que mon père m’a appelé pour me dire de ne pas partir à l’aventure en Côte d’Ivoire, de revenir auprès de lui, ma mère, mes enfants et ma femme et nous allons cultiver la terre.

Il m’a envoyé une somme de 50 000 F CFA pour mon transport. Après avoir reçu cette somme par la SONAPOST, ce même jour j’ai fait mes bagages. Et le lendemain, me voici au village. Les gens me regardaient avec un mauvais œil. Pour fuir ces regards, j’ai fait entrer ma moto dans une maison et j’ai pris un vélo. Je me suis mis aux travaux champêtres et c’est ce qui paye aujourd’hui. Aujourd’hui, ce que je demande aux autorités burkinabè, au HCRUN… je cherche un accompagnement en tracteur et en motopompe, pour pouvoir encore accroître ma production », nous confie-t-il.



Plus de 3 millions de F CFA de bénéfice…

L’ex-militaire, Yezouma Coulibaly, dispose d’une exploitation de 30 hectares dont 20,5 ha ont été emblavés en 2018, et cette superficie a généré environ 37 tonnes de céréales avec un capital de production de 1 500 000 F CFA. Son revenu potentiel s’élève à plus de 4 962 000 F CFA, soit un bénéfice direct d’environ 3 462 000 F CFA. En plus de la main-d’œuvre employée, huit membres de la famille sont impliqués dans la production.

Yezouma Coulibaly est aussi propriétaire d’une petite buvette pouvant générer 70 000 F CFA de bénéfice mensuel, soit 840 000 F CFA soit par an. Il pratique aussi du maraîchage sur un demi-hectare. Cette dernière activité génère environ 500 000 F CFA de bénéfice. Il pratique en plus l’élevage avec 30 têtes de bœufs et 30 têtes de petits ruminants. L’ancien militaire projette de s’investir dans l’élevage des poules pondeuses en 2019.

« Je ne souhaite plus retourner dans l’armée »

Marié à deux femmes et père de cinq enfants dont la première est en classe de CM1, Yezouma Coulibaly ne souhaite plus retourner dans l’armée. « Franchement dit, si un on me rappelait dans l’armée, je ne vais pas repartir. Avec ce que je produis depuis 2011, cela suffit pour les besoins de ma famille et moi. Ce que j’ai gagné en agriculture de 2011 en 2018, je n’ai pas gagné ça dans l’armée ». Aujourd’hui, son souhait est de lutter contre l’insécurité alimentaire dans mon pays. « Je veux, dans les années à venir, satisfaire mon pays en matière de production pour lutter contre la faim ».

Profitant de notre micro, il lance un vibrant appel à ses camarades radiés : « Hier, nous étions des militaires ; aujourd’hui, des radiés. Montrons aux yeux du monde que sans l’armée on peut réussir notre vie. Cela doit être un défi pour nous. La terre est le premier employeur de l’homme. Sans honte, allons en elle avec le courage. Le courage c’est le nerf de la réussite, et la honte c’est pour les hommes faibles ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés