Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Plateforme d’innovation-Lait de Banfora : un outil de développement local au Burkina Faso

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • Par Dr Tionyélé FAYAMA • mercredi 26 décembre 2018 à 10h00min
Plateforme d’innovation-Lait de Banfora : un outil de développement  local au Burkina Faso

La plateforme d’innovation-lait de Banfora, outil de gouvernance des initiatives locales, réduit de nos jours considérablement les constats de terrain jugés défavorables au développement de la filière. Un faible niveau de structuration des différents acteurs du lait aux intérêts convergents permet un développement de la filière et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Une telle innovation regroupe les producteurs-éleveurs, les transformateurs, les collecteurs, les transporteurs, les partenaires techniques et financiers (INERA, Élevage, CIRDES, IDR, CRA, PAPSA, PPAWO, CORAF, APESS). Trois années de conduite ont consisté à fédérer le rôle de ces différents acteurs et surtout à renforcer la capacité technique et organisationnelle des éleveurs.

Mots clés : innovation agricole, plateforme d’innovation, recherche action

La plateforme d’innovation (PI) LAIT de Banfora est la résultante d’un long processus itératif et participatif conduit avec l’ensemble des groupes d’acteurs concernés. La mise en place de cette PI se justifie par l’existence d’un potentiel laitier et une forte demande de lait et de produits laitiers dans la zone.

Pourtant la prédominance de l’élevage traditionnel basé sur les zones de pâturage dégradées est jugée défavorable au développement de la filière. La transformation actuelle de cette situation en une opportunité à travers la mise en relation des acteurs autour du lait, est une expérience capitalisable à l’échelle du pays.

Du processus de mise en place de la plateforme d’innovation (PI)

La PI- Lait de Banfora a été mise en place par APESS par le biais de CORAF/WECARD il y a trois ans avec le concours des autres acteurs comme la recherche agricole, les services techniques de l’élevage, les acteurs institutionnels et politiques de la région des Cascades suite à un diagnostic initial qui a permis d’identifier les différents maillons de la chaine de valeur. La plateforme s’est dotée d’une organisation qui confère à chaque acteur une responsabilité dans la plateforme et d’un règlement pour sa conduite.

L’orientation de la plateforme s’inscrit dans une dimension de renforcement des compétences par la formation des acteurs de sorte à ce qu’ils se saisissent les opportunités existantes pour innover utile pour la société. L’un des aspects essentiels de l’approche RAID ou IAR4D promue, est sa capacité à mettre en relation des acteurs multiples et à les doter d’un engagement collégial pour porter haut, à travers la promotion et la vulgarisation, une innovation agricole (Elevage et agriculture) de sorte à la rendre utile pour les bénéficiaires.

Elle adopte cette démarche à travers des réunions statutaires, les rencontres d’information et de sensibilisations, les ateliers de programmation et de restitution, les sessions de formations, les sorties terrain, la recherche-développement suivant les principes IAR4D (Recherche Agricole Intégrée pour le Développement), les activités de plaidoyer et lobbying, les journées promotionnelles, les émissions radio. Chaque producteur a l’obligation de déposer 5l minimum par Jour pour être enregistré dans la plateforme ; ce qui correspond à 45000F comme salaire du mois. Par ailleurs lorsque le producteur satisfait à ces 5L obligatoires, il peut, sans attendre la fin du mois, récupérer les recettes du surplus pour ses besoins.

Impacts de la plateforme d’innovation lait

Le PAPSA entreprend dans la zone d’un programme d’amélioration génétique par insémination artificielle. Aussi, les acteurs ont bénéficié d’un programme d’accompagnement en dépistage des zoonoses dans le cadre du projet IMPRO-LAIT avec L’IDR. Dans le cadre de l’organisation de la chaine de valeur lait à partir de 2013, le prix de litre de lait a augmenté de 150 à 300f CFA, faisant de la production laitière une activité rémunératrice.

La situation actuelle de la transformation est marquée par le caractère sommaire des matériels utilisés. Aussi, le plus souvent la transformation est limitée à la production du lait frais et de yaourt. Seule une unité de transformation produit du Beurre, du Fromage, de la crème fraiche et l’huile du lait. Le système de collecte mis en place depuis l’installation de la plateforme connait une insuffisance de moyen de transport adapté. Les unités de transformation ont de faibles capacités de conservation du lait et des produits transformés. Cela est aggravé par les baisses de tension et coupures fréquentes d’électricité occasionnant des pertes chez les transformateurs et les revendeurs.

Avec la mise en place de la plateforme, les besoins en lait, yaourt et autres dérivés se sont accrus parce que toute cette quantité de lait distribuée au niveau des trois unités de transformations n’enregistre aucune mévente, aucun problème d’écoulement. On note par exemple pour le compte de l’année 2013, une production 1 907 625 Litres de lait par la plateforme. Il va sans dire que malgré l’absence d’étude approfondie, le lait fait partie progressivement de nos jours des habitudes alimentaires des habitants de la localité.

La plateforme a favorisé l’augmentation du prix de vente du litre de lait qui était de 125F à 150F avant la plateforme à 300Fde nos jours. Elle a pu mettre en place un système salarié pour les vendeurs de lait à travers un point mensuel suivant des fiches d’abonnement. On note de ce système que dorénavant les producteurs de lait de la plateforme sont des salariés parce qu’il y a des producteurs parmi eux qui peuvent avoir à la fin du mois un salaire de 100 000 à 150 000F dans les périodes de forte productivité de lait.

Conclusion

La plateforme lait de Banfora est une opportunité certaine au regard des résultats escomptés. L’objectif global de cette plateforme étant l’amélioration de la capacité de production de lait, la facilitation des échanges commerciaux, la réduction de la pénibilité des taches relatives à la filière, la vente organisée et la bonne gestion du temps, elle a présenté en trois années de fonctionnement des acquis considérables. Pour ce qui est de la durabilité, des efforts ont été consentis mais le caractère fondamental de l’existence de la PI impose des actions de renforcement. Il faut développer avec tous les acteurs des actions suscitant ou motivant leur maintien dans la PI.

Par Dr Tionyélé FAYAMA

Sociologue, Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles, station de Farakô-ba/Programme « gestion des ressources naturelles et système de production »
Laboratoire de Recherche en Genre et Développement (LABG)

References bibliographiques

Miep Lenoir, 2009. Farmers teaching farmers, ICT Update 52 : 4-6, December 2009.
Moussa Ouédraogo, …. Les nouveaux acteurs et la promotion des activités agro-sylvo-pastorales dans le sud du Burkina Faso : Faux départ ou inexpérience ? Dossier no. 118,
CORAF/WECRAD, 2012. Recherche Agricole Intégrée pour le Développement (IAR4D) — Système d’Innovation : Plateformes d’Innovation (PI) de la Chaine de Valeur Agricole
Contrat d’équipe actualisé de la PI lait de Banfora, 10 P

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Institut 2iE : Le Cercle des DRH s’informe sur le « Master international assainissement non-collectif »
Communication dans la promotion des bonnes pratiques culturales et agronomique du maïs au Burkina Faso : cas des producteurs de la province du Boulkiemdé
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
Université de Ouagadougou : Vincent Zoma décroche son doctorat en géographie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés