Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • samedi 22 décembre 2018 à 00h20min
Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, trahison et coups et blessures volontaires, le général Djibrill Bassolé a été entendu. Les appels téléphoniques durant la crise, principal élément du chef d’accusation « trahison », ont été l’objet des échanges entre l’accusé et le président du tribunal, ce vendredi 21 décembre 2018.

Après avoir dévoilé son emploi du temps du 16 septembre 2015 et jours suivants, le général de gendarmerie Djibrill Bassolé s’est prêté aux questions du président du tribunal.

L’accusé est invité à donner la substance de ses échanges avec le président sénégalais Macky Sall. L’appel est survenu tard dans la nuit du 16 septembre 2015, a indiqué le général Bassolé. Selon lui, le président a voulu s’imprégner de la situation au Burkina en cette période. Macky Sall lui a fait savoir que quel que soit le motif du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), les autorités de la Transition ne doivent pas être arrêtées.

Connaissant l’expérience de Djibrill en matière de médiation, le président sénégalais lui a demandé la posture à adopter pour une sortie de crise. L’accusé a proposé qu’un émissaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vienne sur place pour s’entretenir avec les putschistes. Chose qui a été faite par la suite.

Appels des autorités ivoiriennes

Avez-vous reçu des appels téléphoniques avec des autorités ivoiriennes ? A cette question, l’ancien ministre des Affaires étrangères du président Blaise Compaoré répond par l’affirmative.

L’accusé clarifie les choses : « J’ai eu de nombreux appels avec les autorités ivoiriennes. C’était dans le cadre de la résolution de la crise burkinabè ». Pour lui, en ce moment, personne ne savait que c’était un coup d’Etat. Les gens pensaient que ce n’était qu’une énième crise du RSP, a-t-il indiqué.

Conversation entre Bassolé et Soro
Avez-vous eu des conversations téléphoniques avec le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro ? « Affirmatif ! », répond Djibrill Bassolé, avant de poursuivre : « Avec Guillaume Soro, d’abord d’une manière générale, nous nous appelions régulièrement lorsqu’il y avait une situation en Côte d’Ivoire ou au Burkina Faso. On échangeait sur ce qu’il fallait faire pour trouver la solution », relate l’accusé.

De mémoire de l’accusé, Guillaume Soro était en contact avec tout le monde, y compris Yacouba Isaac Zida. A l’en croire, il a fait la connaissance de Zida par le biais de Guillaume Soro.

Avec ce dernier, le général Bassolé dit avoir beaucoup échangé sur la Démobilisation, le désarmement et la réinsertion (DDR) des éléments du RSP. Il était question que ce processus se passe dans de bonnes conditions, précise l’accusé.

« Etait-il question de faire intervenir des forces armées au Burkina ? », demande le président du tribunal. « Non, monsieur le président ! », réplique l’accusé. Visiblement, cette question a gêné Djibrill Bassolé. « Et pourquoi le faire ? Dans quel intérêt l’aurais-je fait ? Pour soutenir qui ou quoi ? », rafale le général au président du tribunal.

Selon l’accusé, dès le 19 septembre 2015, le général Gilbert Diendéré était déjà dans l’optique de remettre le pouvoir à la Transition et il a accepté le processus de désarmement du RSP. De manière concrète, une intervention extérieure ou djihadiste n’allait plus faciliter les choses, estime Djibrill Bassolé.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2018 à 22:28, par Mafoi En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Il faut que ce général de complaisance nous prenne au sérieux.Que tu aies tissé des réseaux avec les plus grands de ce monde,c’est ton affaire mais concernant votre putsch de la maternelle,je ne vois pas ce que ce criminel soro a à voir dans ton ddr de cette milice rsp qui ne te regarde même pas d’ailleurs.De quoi tu te mêles et ainsi,vous avez parlé pendant 16mn59 de ddr puisque la bande sonore se trouve sur Youtube.Du grand n’importe quoi et on se prend pour un général en se faisant mener par le bout du nez par un civil quoique rebelle (soro) qui ne sait même pas manier un AK-47.En tout cas cette fois-ci ta duplicité ne marchera pas.Au fait comment va ta Rebecca la Togolaise ?Au moins elle n’est pas couille molle comme toi puisqu’elle reconnait l’entièreté de votre conversation qui est aussi très édifiante sur tes velléités putschistes alors qu’avec soro,tu vas certainement nous parler de montage.Tchuurrrrrrrr

    Répondre à ce message

    • Le 23 décembre 2018 à 19:55, par VISION En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

      ’’Est- ce que lors de vos échanges avec G. SORO, il a été question de mobiliser des forces extérieures pour déstabiliser le Burkina ?’’ Demande le président. ’’ Non, Mr le Président’’ D. BASSOLE. Et d’ajouter ’’A la date supposée où j’aurais voulu selon le gouvernement de transition et l’accusation, faire mobiliser des forces extérieures, les autorités de transition étaient de nouveau en place, avec un conseil des ministres tenu, le RSP était déjà dissous, et le Gle Diendere avait baissé les armes. Quel aurait été l’intérêt en ce moment, d’une telle entreprise perieuse ?’’ D.BASSOLE

      Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 00:01, par Nabayouga En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Les heberaux d’opérette poursuivent keur indignité et le déshonneur qui leur sont attachés. Ce thomme croyait que son heure etait arrivée et que lui seul était digne du pouvoir laissé vacant par kouassi blaise compaore. N’a t’il pas été le juda ? Quelle tragédie. J’espère que la condamnation sera a la hauteur du forfait ,surtout il doit etre dégradé et mis au gnouf pour au moins 20 ans pour qu’il médite. C’est un traitre et un lâche..

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 01:16, par Lool En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Comme quelqu’un l’a déjà dit, Djibril doit nous dire qu’est ce qui l’a fait courir tant. Il n’avait aucun titre officiel en ce temps. Et il savait qu’il était attendu au tournant par les insurgés et les autorités de la transition en tant qu’ennemi de notre peuple. Il parle au hasard de DDR, de conciliabules avec les présidents du Niger et du Sénégal. En tant que qui et pourquoi ? Pourquoi dès qu’il a appris que les autorités de la transition ont été arrêtées, il prend la tangente en direction de son village à Koudougou. C’est la preuve qu’il était bien au courant de ce qu’il allait se passer et c’est bien lui qui a allumé le feu avant de prendre la fuite pour aller attendre le résultat du big bang.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 05:26, par Django En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Si la justice à refusé qu’il aille se soigner c’est que des raisons objectives existent. Et aussi il y a Dieu. Il ne prend pas de crédit mais rembourse sans aucun doute.. l’assassin revient toujours au lieu du crime. Si DJIBRIL est impliqué dans les morts de ce coup d’État il paiera même si tout le BURKINA devient NAFA. Le RSP est dissoud par un plan de Dieu. Blaise a fuit par un plan de Dieu. François sera extradé par un plan de DIEU. Diendere est entrain de rendre compte par un plan de DIEU. Les voies de DIEU sont insondables. Dieu seul connaît une fin avant le début

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 06:36, par Bougoumbarga En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Ouff ! Des réponses données par le Général aux questions à lui posées, on pourra d’ores et déjà se satisfaire d’une avancée qui va au-delà de nos attentes.Peut importe. L’essentiel est et reste qu’il donne plus d’éclaircissements sur tout ce dam-dam de réponses plus intellectuelles que réelles et logiques car, appeler quelqu’un ou recevoir un appel n’est pas dans le fond une faute, un crime. Mais il reste, après décryptage et surtout analyses des réponses et preuves recueillies, à déceler et comprendre les "jeux d’autruche qui s’jouent". Ce Monsieur (Général De Bassole) est très bien connu pour son art de jongler, de tromper et d’arnaquer. D’où la nécessité d’être vigilant et d’accorder à "ses déclarations" les attentions les plus soutenues pour comprendre ce qu’il faut comprendre.

    De notre avis, ce Monsieur est bien au courant de beaucoup de choses et surtout doit y être concerné, mais à un niveau le plus élevé de la chose, c’est-à-dire qu’il n’est pas exclu que subtilement, ce ne soit lui qui est à la base et au centre des choses. En effet, il n’est pas exclu qu’il ait planifié "intelligemment" la chose pour faire porter le chapeau au Général Diendéré qui, au sortir d’une période donnée, lui retrocèdera le fauteuil et le tour est joué. En français plus facile, le scénario pourra être le suivant : i)-A travers le 3ème clan du RSP sensé être par lui managé (même si d’emblée sans qu’on ne lui ait posé la question, il rejette cette éventualité) il créé une situation dans ce Corps (RSP) sachant déjà qu’en interne, ce Corps vit des dissensions pour amener une réaction du Général Diendéré dont il connait l’antagonisme avec Zida au regard de son éloignement malgré lui de la tête du Corps (son plus rapprochement au P.F. en sa qualité de Chef d’Etat-major particulier) ; Zida disposant dès lors les coudées libres et franches pour lui brûler la politesse ; ii)-Dans l’empressement, Diendéré réagit et prend les choses en main en écartant Zida ; double satisfaction parce qu’il aurait éloigné d’emblée Zida l’empêcher de danser en rond, puis, l’ouverture tacite d’une voie appropriée pour un retour probable de son mentor et ami Blaise Compaoré qui, si nous nous rappelons des données distillées au lendemain de sa prise de la poudre d’escampette, nous citons : J’ai été trahi, (sic) fin de citation. iii)-Le Général Diendéré, confiant en son promotionnaire n’ayant pas vu venir l’acte de trahison, se voit rattrapé par le 3ème larron qui sera dans l’hypothèse, le Général De Bassole qui avec sa nouvelle veste d’Homme politique, convaincra son ami à lui céder avec appuis d’ailleurs comme l’a fait Zida (propositions de Zida à des Partis Politiques) pour se présenter aux élections et se faire élire légalement. Ce scénario mis en oeuvre lui aurait permis de se retrouver là où il rêvait d’y être.

    Des appels téléphoniques de ses complices extérieurs, on pourra dans cette hypothèse les mettre au crédit de ses préparations pour ravir le fauteuil de P.F. Ainsi, on y retrouvera le jeu que Soro a joué à I.B. principal acteur de la rébellion ivoirienne à l’époque pour l’écarter des choses. Du Président Macky Sall, point d’étonnement quand on sait que la tenue "prêt-à-porter" est venue de la Terranga qui malheureusement ne fut pas aux mesures du Général (longueur de manches qui dépasse celle des bras que tout le monde a vu sur la toile). C’est dire que ce Monsieur "Général De Bassole" est bien au courant des choses et doit même être à la base. Le Général Diendéré n’y a été que l’objet de "manipulations intelligentes" de son ami et promotionnaire. Par suite de cuisinages sérieux, le Tribunal finira par découvrir au fil des débats les supercheries de ce grand monsieur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 08:12, par Nabiiga En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    ’On les connaîtra par leurs fruits’ en l’occurrence les mensonges des putschistes. Nous nous sommes insurgés, avons balayé Blaise, le CDP et Djibril du pouvoir. La transition bat son plein et le Président nigérien n’a pas trouvé mieux que de t’appeler de venir discuter la situation au Burkina alors que tu n’étais plus le ministre des affaires étrangères. Deux .écoles de pensées sautent à l’œil. Ou bien le président nigérien souffrait d’ineptie ou bien tu es allé le voir de ton propre gré pour solliciter de l’aide en tant ministre des affaires étrangères du futur gouvernement issu de votre putsch, Autrement dit, tu travaillais officieusement pour le gouvernement que vous allez mettre sur place.

    Que tout le monde entre chez lui. Il n’y a jamais eu de coup d’état car personne ne reconnait les charges contre lui. L’équation est simple. Blaise voulait doter notre patrie d’une monarchie en voulant tripatouiller la constitution. Le peuple se lève en colère, le chasse et son CDP du pouvoir. Zida prend le pouvoir avec l’onction de Blaise en premier, de Gilbert et la hiérarchie de CDP ; Zida, leur gamin fera l’affaire. Zida les déçoit et refuse de jouer leur jeu contre le peuple. Il commence par ne plus prendre les appels de Blaise, qui, lui, voulait tout simplement établir un autre Kosyam en CI et gérer le pays à travers Zida. Gilbert et tout le monde cités en haut sont sidérés, outrés et abasourdi par Zida, ainsi ont-il lancé la course de le dégommer. Gilbert, lui, s’est chargé de manipuler le RSP pour faire le mouvement des humeurs que nous avons vécues afin de préparer le terrain pour le coup d’état à commencer par dégommer Zida. Tout le monde le sait, les mouvements des humeurs se sont soldés en ce coup d’état. Qui ne comprend que c’était un coup d’état pour ramener Blaise et son CDP au pouvoir. Pourquoi seul la hierarchie de CDP a été donné une partie de l’argent venu de la CI. Pourquoi les autres groupements politiques n’ont rien reçu, pourtant, il n’y a pas que CDP au pays. Maintenant, en voulant remettre le pouvoir par la force au parti de votre mentor, on vous a attrapé et au lieu d’assumer et d’être les hommes que vous êtes, vous essayez par tous les moyens de vous dédouaner. C’est triste

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 12:31, par Ka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Je dis ici Chapeau à son honorable C. Paré pour ses 15 années avec une équipe très professionnelle qui a montré que rien ne sera plus comme avant, dont on muselait l’information par la répression ou faire calciner des journalistes dans leur voiture. Tout mon admiration vos aux internautes révolutionnaires des produits du valeureux et idéologue Thomas Sankara, qui, sans pudeur crachent la vérité qui rougit les yeux mais ne les crèvent pas, en tirant à bout pourtant cette vérité aux manipulateurs qui veulent la continuité et faire reculer le Burkina : je veux parler de mes amis les internautes SOME et Acille de Tapsoba mon frère en christ.

    Internaute Mafoi qui monte et monte, je ne t’oublie pas, continu a contribué à notre forum bien aimé de Lefaso.net tes critiques per-tinentes qui déranges mais qui peuvent faire déplacer des mon-tagnes pour laisser couler l’eau de sources.

    A toutes et à tous les internautes de bonne foi, a ceux dont je n’ai pas pu nommer, a vous toutes et tous, je vous aime, et vous sou-haite du fonds du cœur, JOYEUX NOEL, MERRY CHRISTMAS AND HAPPY NEW YEAR.

    D’ici l’année prochaine, j’espère que chacun aura véritablement mûri : Et que nous nous consacrerons plus à la défense de l’intérêt général et souverain de notre belle nation et non à défendre des individus, quitte a détruire la seule patrie que nous avons en commun. Laissons les criminels face au sort qu’ils ont volontaire-ment choisi. Réjouissons-nous de la justice quel que soit le camp sur lequel elle s’abat. C’est ça aussi l’émergence que tous appelons de nos vœux.

    A l’internaute ‘’’Vérité vraie’’’ avec ses plusieurs pseudos depuis l’insurrection du 31 Octobre 2014 qui me dénigre dans la haine à cause de ma vérité qui lui rougit les yeux, par ce que je suis contre l’injustice et l’impunité depuis ma naissance, sache que je sens beaucoup son amertume : Mais pour que le Burkina trouve la paix dans sa dignité normale, la justice doit dite pour toutes et tous, même à ceux qu’on aime. Tu dis que je ne suis pas un intellectuel, sache que je suis de la veille école qui vous a nourri à toutes et à tous pour que vous vous preniez pour des intellectuels de la nou-velle génération. Le peuple Burkina était très uni dans la solidarité coutumière, il a suffi un après-midi du 15 Octobre 1987, qu’un grand manipulateur et menteur avec un mauvais entourage se servent de notre beau pays et son peuple durant 27 ans pour leurs propres intérêts et non pour le peuple. Mais l’alternance voulue par un peuple mûri s’enracine profondément. Mon frère ou ma sœur ‘’Vérité vraie’’ allias… si tu as remarqué que tu es le seul internaute ou presque, avec tes multiples pseudos qui me dénigre sans raison ? Continu de me lire, tu apprendras que le Burkina avancera mieux si on se disait tous la vérité.

    Pour terminer, je dis au régime Kaboré de continuer à tenir la pa-role de son programme présidentiel pour une alternance politique saine voulu par le peuple et sa jeunesse le 31 Octobre 2014. J’ai toujours découlé pour les objectifs sains et concrets pour tout ré-gime qui veut faire avancer le pays que nous aimons tous. Et je sais que son excellence Roch Kaboré et son équipe me lisent sur le forum enrichissant de Lefaso.net.. Joyeux Noel et Bonne année à toutes et tous. Que Dieu tout puissant bénisse le Burkina. Inter-naute Kayouré dit Ka

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2018 à 16:30, par Patigma En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

      Merci à mon ami Ka. Tu sais je te lis, très souvent. Avec le temps j´ai cessé de te lire. Tu insultes des gens sans les connaitre. Tes analyses restent souvent des analyses de bas niveau. Tes textes sont pleins de fautes de tout genre, fautes d´orthographe et grammaticales. Ce qui du reste fait apparaître ton niveau d´études. Non, tu es loin d´être un intellectuel. Idéologiquement je me sens proche de toi, mais tes méthodes me mettent souvent mal à l´aise. Retiens-toi ! Le net n´est pas un dépositoire des humeurs des uns et des autres. Tu n´es pas obligé de réagir à tout ce que les autres disent, qu´il s´agisse de toi ou d´autres personnes. C´est cela aussi l´intellectuel. Quand quelqu´un te tire vers la pourriture, tu n´es pas obligé de le suivre.
      Bonne fête de Noel !

      Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 14:22, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Merci mon cher frère KA pour ton grand courage admirable et pour ton langage de vérité. Quand tu craches la vérité les parrains et les pèlerins de l’impunité deviennent très furieux car ces vérités ils ne veulent pas entendre. Nous allons dire la vérité au péril de notre vie.

    Mon cher frère KA que le SEIGNEUR te donne longue vie ainsi que votre famille. Qu’IL t’ouvre la voie du succès. Qu’IL nous donne la force de cracher la vérité pour le Bien de tous les BURKINABES et la prospérité de cher pays.

    Merci mon cher KA pour ta bonne contribution pleine de sagesse. Soyez bénis au Nom du SEIGNEUR.

    Que le SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous. Amen
    Paix et joie à tous les BURKINABES. Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais (pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

    • Le 22 décembre 2018 à 18:01, par Ka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

      Merci mon frère Achille de Tapsoba pour ton message qui me rassure que seule la vérité peut conduire le Burkina dans l’émergence pour son développement. Je profite dire aux internautes de bonne foi, de continuer a contribué avec leurs critiques et auto critiques pertinentes qui rendent le forum de Lefaso.net très constructif et enrichissant : Je veux citer ici mes amis internaute Zine’fils, SAA, Nabiiga, Dao, Tilaï, Sawad, Gohoga, Mogdrekindé, Vérité No1, Jeunedame Seret, et KôrônYamyélé allias… qui a déserté le forum a cause d’un procès teste pour notre pays dont il reviendra certainement à la fin plus mûri pour dire a nos dirigeants qu’est-ce c’est gouverner sainement sans des crimes gratuits ou prendre des armes pour s’emparer du pouvoir dans le sang. Que Dieu vous protège et vous bénisse mes amis internautes de bonne foi

      Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 22:40, par Benito Abap En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Le Général dans les Armées n’est pas un grade. Il est une consécration, une reconnaissance des valeurs de probité, d’intégrité, d’engagement et de sacrifices pour l’honneur et la DEFENCE du pays.
    Seul le Chef Suprême des Armées consacre le Général dans ses rôles et la Troupe reste redevable au Général à travers les "DEVOIRS".
    Le Général ne donne pas des ordres, il indique les devoirs de chacun en donnant le bon exemple.
    Nos GENERAUX se foutent de nous.
    Le Premier raconte qu’il a obéi à une injonction de "sous-fifres" pour se faire PRESIDENT DU CND, le second nous embobine avec une trouvaille DDR (Derrière Diendjéré je me Refugi).
    Que c’est triste à pleurer que nos GENERAUX soient à ce stade des .....

    Répondre à ce message

  • Le 23 décembre 2018 à 11:13, par KONATÉ Syti En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Il vaut mieux attendre la fin pour se prononcer sereinement. Mais à lire les commentaires on constate beaucoup de haineux prêts pour accuser et ils s’attribuent le terme insurgés alors qu’ils n’en font pas partie. Les insurgés sont intelligents c’est pour cela qu’ils ont reçu à faire partir Blaise Compaoré. Et parmi eux il y avait des gens de tous bords politique sociale et milliaire. Quand aujourd’hui on passe le temps à accabler les deux généraux tout en félicitant Zida. Rappellez vous au lendemain de sa prise de pouvoir. Pouvoir qu’il a volé car obtenu de haute lutte du peuple insurgé (et saluons la sagesse du général Honoré N. TRAORÉ) le peuple insurgé c’était mobilisé pour mettre un civil au pouvoir. Zida n’a jamais été le choix du peuple insurgé. Dès lors on peut comprendre les manipulations heureuses ou hasardeuses qui nous ont conduit à cette situation. Où les responsabilités sont partagés.

    Répondre à ce message

  • Le 23 décembre 2018 à 12:44, par Ka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    ‘’A’’ mon honorable Webmaster, je ne vous a pas oublié : Que Dieu tout puissant vous protège, et vous bénisse avec toute votre famille pour 2019 qui annonce une année de tous les défis. Comme je vous le dis souvent, la vérité rougi les yeux mais ne les crèvent pas. Finissons l’année 2018 très agité dans la vérité et de la sincérité, et Patigma qui se cache derrière un autre internaute connu par Ka, mérite ma réponse.

    ‘’’A’’’ l’internaute Patigma : Nous sommes a la veille de l’anniversaire de Jésus Christ qui s’est fait crucifier par des méchants pour laver nos péchés de tous les jours, et je vais être indulgent avec toi : Si ce sont les seuls défauts que tu as vu en moi, que Dieu soit loué. Les fautes d’orthographes je m’en tape, l’essentiel c’est que tu me lis et tu sais que j’insulte ceux qui me provoquent. Je ne relis jamais ce qui sort de mon cœur, et j‘écris avec sincérité. Si tu me lis, alors tu vas te contenter de mes insultes et de mes fautes d’orthographes, car je n’ai pas faits des cours de secrétariat comme toi.

    En te lisant je vois je vois que tu ignores le sens d’écrire le français d’un intellectuel averti, tu te réfère a ton dictionnaire Larousse qui reste celui d’un écolier. Ce qu’il te faut pour se permettre de me corriger, c’est de lire comme moi le dictionnaire analogique de la langue française, puis celui de l’académie française : quand tu l’auras fini, continu celui de Maximilien Émile Littré. Car, il te reste beaucoup à apprendre avant de venir sur Lefaso.net pour mes donner des leçons.

    Toi qui maîtrise à perfection le français au point de t’ériger en correcteurs et en censeurs autoproclamés, tu devras songer à écrire des articles conceptuellement structurés pour éclairer les internautes au lieu de se cacher sur mes défauts pour perdre ton temps à déverser des tombereaux d’injures sur mes contributions qui te paraissent si confuses si mal écrites, et te faire lire. Cela aidera à contribué au Forum de Lefaso.net très entichant et constructif.
    Mets –toi dans la tête que Ka critique avec le Français qui s’adapte a tout le monde, même un élève de CM1 devant son ordi arrive à me comprendre en me lisant : Pour te dire que toi et moi, nous ne sommes pas sur la même d’onde. Car tu es encore un apprenant, puisque tu cherches la signification des mots dans un dictionnaire. Le Larousse en l’occurrence, qui est loin d’être le meilleur dictionnaire français. Il y a 30 ans, ma référence était le Littré, qui est bien meilleur, mais j’ai dépassé ce bijou de Maximilien Émile Littré pour construire mes propres définitions. Je ne m’appuie pas sur un lexicologue (rédacteur de dictionnaire) pour comprendre les mots que j’utilise. Ensuite, dans ’’processus rédactionnel’’, tu as la malhonnête de vouloir me corriger, j’ai toujours formé mes propres mots pour me faire comprendre par toutes et tous mes lectrices et lecteur.

    Comme je ne cesse de le dire aux personnes comme toi qui me provoquent pour se faire lire, ‘’’’mes critiques depuis plus de 10 ans sur Lefaso.net ne sont pas "people" et sont conceptuellement structurés et s’adressent à un public d’un certain niveau intellectuel et moral auquel tu n’appartiennes manifestement pas. Et tu n’es pas obligé de les lire. Pour ne plus me corriger ou m’insulter tiens-toi a distance de mes contributions. Plusieurs lecteurs et de lectrices de Lefaso.net, le site le plus lu au monde, sont plus outillés moralement et intellectuellement pour me comprendre avec mes fautes d’orthographes, et aussi mes insultes a ceux qui provoquent comme toi. Et cela suffit. Joyeux Noel et que Dieu te bénisse qui et que tu sois.

    Répondre à ce message

  • Le 23 décembre 2018 à 23:47, par Kogozanga En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Bassolet revient avec son DDR des appels téléphoniques. Apparemment il ne sait pas ce veut dire DDR. Pour sa gouverne il n’y a pas de Désarmement Démobilisation Reinsertion pour une unité régulière. IL n’a jamais été question de la radiation des éléments du RSP, mais de la dissolution du corps. C’est un acte de commendement comme tout autre. Les affections ont lieu pour le reste de l’armée sans problème chaque année sans aucun remous . Maintenant quand il s’agit d’affecter les éléments du RSP dans les autres corps de l’armée, notre Généralissime pandore parle de DDR. Pour quelles raisons associe t-il le RSP à une formation illégale ? Le Burkina n’était pa encore en guerre contre le RSP. Le peuple voulait une armée républicaine conforme à ses aspirations. Comme le RSP ne cadrait pas avec ce type d’armée il était donc nécessaire de le dissoudre tout simplement et affecter les hommes à d’autres fonctions. Le pandore en chef ne se reconnais pas dans les écoutes et pourtant il répète les mêmes idées qu’il a défendu dans sa conversation avec soro. De toute façon tout est clair maintenant. Pour savoir ce qui va se passer sur le terrain il suffit d’écouter la conversation Soro-Bassolet. La perfidie et la lacheté de nos Ennemis correspond au plan Bassolet-Soro. En bon médiateur il parlera encore de DDR quand leurs chiens vont quitté nos contrées.
    Que Dieu préserve le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 décembre 2018 à 00:06, par Anka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    À Patigma
    Qui êtes vous pour juger les gens ?écrire un texte sans faire de fautes montrerait le niveau de son auteur ? !je suis désolé ,je pense que chacun a droit de déposer son humeur sur le net avec ou sans fautes l’essentiel est dans le fond ,
    Nous autres qui aimons bien notre pays ,et qui ne sommes pas des intellectuelsmais nullement impressionnés par ceux-ci saurons apprécier les contributions de chacun
    Anka

    Répondre à ce message

    • Le 24 décembre 2018 à 09:53, par Ka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

      Merci Anka de faire savoir à cet internaute qui multiplies ses pseudos uniquement que pour me provoquer, par ce que ma vérité le transperce le cœur. C’est pourquoi je dis souvent que quand l’incapacité frappe à la porte de ceux qui se disent grands intellectuels pourtant n’a rien dans le crane, ils jettent l’anathème sur ceux qui sont mieux qu’eux. Vérité vraie, Patigma ou…. Depuis l’insurrection il me suit comme un petit chiot pour saboter mes critiques qui ne me dit plus rien. Anka, vous verrez : comme vous venez de dénoncer ses vomissements qui ne sont pas constructifs pour le forum de Lefaso.net, ce minable va trouver des salades pour vous contredire. Car, il se croit qu’il est une étiquette par son parcours de violer les lois pour dire au peuple qu’il est un modèle, ce qui confirme le raccourci des minables comme Patigma, qui se dit intellectuel, mais une milice tribal sans dignité. Joyeux Noël a vous Anka, et que le Christ vous bénisse avec votre famille : Je le souhaite aussi à toutes et tous les internautes de Lefaso.net.

      Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2018 à 10:40, par Anka En réponse à : Appels téléphoniques durant le putsch : « Avec Guillaume Soro, nous nous appelons régulièrement », reconnaît Djibrill Bassolé

    Bonjour Ka
    Merci pour le mot et le conseil ,ces soi-disant intellectuels ne m’impressionnent pas.Ils pensent qu’aligner quelques belles phrases feront de vous un intellectuel,même si

    celles-ci sont creuses.

    Je vous souhaite un joyeux noël et une bonne année(avec 5 jours d’avance).

    Anka

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Suspension d’une semaine suite à une requête de la défense du Général Diendéré
Procès du putsch : « Pourquoi tant de haine à mon égard ? », se demande le Sergent-chef Roger Koussoubé
Procès du putsch : « Je vous remets ma vie de jeunesse, faites-en ce que vous voulez ! », lance le soldat Soulama
Procès du putsch du CND : ‘’Rambo’’ plaide coupable et demande pardon
Procès du putsch du CND : La « Zerboïte », nouvelle trouvaille de Me Idrissa Badini
Procès du putsch du CND : Un accusé victime de la « Zerboïde », selon son conseil
Procès du putsch du CND : « Aller conduire quelqu’un et cela devient 25 ans de prison ferme ? », s’interroge le Soldat Samuel Coulibaly
Procès du putsch du CND : Me Paul Kéré stoppé dans ses envolées lyriques
Procès du putsch de 2015 : Une avocate invite le tribunal à la clairvoyance
Procès du putsch du CND : Me Orokia Ouattara demande au tribunal de ne pas juger selon des « vraisemblances »
Procès du putsch du CND : Le Caporal Soumaila Guessongo demande à ne plus être condamné « sur ordre »
Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés