Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 21 décembre 2018 à 12h48min
Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

84e et dernier sur la liste des accusés du coup d’État de septembre 2015, le général de brigade Djibrill Bassolé donne sa version des faits, ce vendredi 21 décembre 2018.

"Je ne serai pas long, car à l’époque, mon emploi de temps n’était pas en lien avec les faits qui me sont reprochés". Ce sont en ces termes que le général de la gendarmerie Djibrill Bassolé a commencé son audition.

Il a promis d’être bref en donnant un aperçu de ce qui s’est passé le 16 septembre 2015 et les jours suivants.

Selon le général Bassolé, le 16 septembre, il a reçu un message (dont il ignore l’expéditeur) l’informant qu’il y a des arrestations qui se faisaient à Kosyam. " Mon tout premier réflexe était de quitter Ouagadougou", a-t-il affirmé.

Ainsi, Djibrill Bassolé a rejoint sa résidence de Koudougou le même jour. C’est là-bas qu’il s’informe de ce qui se passait à Ouagadougou.

Selon l’accusé, c’est à la fin de la semaine de ces événements qu’il est venu prendre l’avion pour Niamey, sur demande du président nigérien Mamadou Youssoufou. Les échanges ont porté essentiellement sur la crise au Burkina.

Le lendemain, il est rentré à Ouagadougou où il est parti directement au domicile du général Gilbert Diendéré pour lui faire le compte rendu de son voyage à Niamey. En substance, le président nigérien a invité le général Gilbert Diendéré à accepter la résolution de la CEDEAO.

Après ce tête-à-tête avec Diendéré, l’accusé a confié qu’il est reparti à Koudougou.
Le 25 septembre 2015, constatant une amélioration de la situation sur Ouagadougou, Djibrill Bassolé est rentré.

Le 28 septembre, c’est avec "stupéfaction et déception" que l’accusé déclare avoir appris le communiqué du gouvernement de la Transition qui l’a accusé de complicité à la résistance du RSP et aux groupes djihadistes. Ce même jour, il a su que sa résidence est encerclée par les forces de l’ordre. Le lendemain 29 septembre 2015, Djibrill Bassolé est arrêté à son domicile.

Voici comment les choses se sont déroulées, à en croire l’accusé.


Nous vous proposons quelques questions du président du tribunal et des réponses du Général Djibrill Bassolé

Avez-vous apporté une aide au Général Diendéré ?

Non pas du tout. Lui même n’avait pas besoin d’une quelconque aide. Nous sommes promotionnaires. S’il avait dans son agenda de perpétrer un coup d’État, il m’aurait informé. Je savais qu’il y avait une tension au sein du RSP depuis la mutinerie de 2011. Pour moi ce n’était qu’une énième crise.

Avez-vous soutenu financièrement le RSP pour passer à l’action ou consolider le coup de force ?

Pas du tout. Certes ma fille (Fatouma Diawara, ndlr) m’a demandé de venir en aide aux familles des soldats du RSP, mais j’ai perçu cela comme une action sociale. Et c’était après la dissolution du RSP qu’elle m’a fait la demande. Mais je n’ai pas donné de suite favorable.

Et les 5 millions de francs CFA remis à Ismaël Diendéré ?

Il m’a dit qu’ils ont des problèmes à la maison et que le vieux (Gilbert Diendéré, ndlr) a des problèmes. Par précaution, j’ai appelé sa mère. J’ai fait remettre la somme de 5 millions mais je n’ai pas informé le Général Diendéré.

A la barre, le Sergent-chef Koussoubé Roger a dit qu’il y avait trois clans au sein du RSP dont le vôtre.

C’est quoi un clan ? Sur le plan militaire, il n’y a pas de nomenclature appelée "clan". Je n’en sais strictement rien. J’ai des connaissances au RSP, à la police et à la gendarmerie, mais je n’ai jamais fonctionné sur la base de clans. En dehors de votre question, j’ai lu dans la presse que j’étais le cerveau du putsch et que le Major Badiel Eloi est mon homme de confiance. Le Major Badiel, je ne l’ai connu qu’à la MACA.

Par mesure de sécurité, nous étions deux par cellule. Au début, je partageais ma cellule avec le Colonel Bamba Mamadou. Quand il a été mis en liberté provisoire, j’étais avec le Capitaine Dao Abdoulaye. Après lui, on m’a envoyé le Major Badiel. S’il y avait collusion, le Régisseur ne l’aurait pas mis dans la même cellule que moi. Même dans notre cellule, il ne m’a jamais dit ce qui s’était passé. C’est un homme réservé. En tant que Officier, je suis flatté que des officiers et sous-officiers me portent en admiration.

Avez-vous eu un entretien téléphonique avec Sidi Lamine Omar ? (Membre de la Coordination des mouvements de l’Azawad, il est accusé d’incitation à la commission d’attentat à la sureté de l’Etat)

Je ne crois pas avoir eu d’entretien téléphonique avec Sidi Laminé Omar. Après les pourparlers de paix au nord Mali, il s’est avéré nécessaire que les mouvements signataires de l’accord de paix viennent rester à Ouagadougou pour suivre l’évolution. C’est une mission qui a été faite avec l’accord express de la CEDEAO qui a supporté les frais. Je n’ai jamais eu à travailler avec Sidi Lamine. C’est à la MACA que je l’ai connu.

Le Gouvernement de la Transition a pensé que Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères et médiateur est en train d’organiser des forces étrangères et groupes djihadistes. Ce que Sidi ne vous a pas dit, c’est qu’il lui a été demandé expressément de dire ses connexions avec moi pour conforter la position du Gouvernement dans ses accusations.

Avez-vous eu des conversations téléphoniques avec le Président de l’Assemblée Guillaume Soro ?

Affirmatif ! Avec Guillaume Soro, d’abord d’une manière générale, nous nous appelons régulièrement lorsqu’il y a une situation en Côte d’Ivoire ou au Burkina. On échange sur ce qu’il faut faire pour trouver la solution.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 décembre 2018 à 13:20, par salou En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    En matière de justice, il vaut toujours mieux de libérer un complice que d’en condamner un innocent. Au regard des faits ci-exposés, je trouve que le Général n’a pas eu une complicité qui vaut tout ce qu’on lui fait subir. On entend la suite.. ; ;

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 13:23, par Un Burkinabê En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Ce Général s’exprime mieux que l’autre. Son français est limpide.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 13:42, par Zonfo Damien En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Hum. Vraiment on nous a tous manipulé dans cette histoire. J avais cru au début que le diable c était bassolé et autres. Mais je comprends maintenant que les diables ce sont ceux qui nous ont manipulé. Dieu vous rendra ce que vous avez fait en mal aussi. Libérez bassolé pour garder votre dignité

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2018 à 14:56, par Ouaga En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

      Tu as vu tous ceux qui sont passés avant lui dire qu’il est responsable ?
      On ne tire pas les conclusions tant que l’antithèse n’est pas développée si on est vraiment réfléchi.
      Le mensonge a beau courir toute la journée, la vérité l’attrapera, et je t’invite à attendre et bien écouter la suite et avec une qualité d’analyse

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 13:48, par Burkinabè En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Il faut craindre une eau calme à la surface et d’apparence sans vie. Il est possible qu’en profondeur il s’y trouve un volcan ou une tornade qui s’y cache. Ce général là.....

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 14:05, par L’insurgé En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Vous qui disculpez ce monstre froid, vous êtes ses adorateurs... Soyez patient///

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 14:17, par STOP En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Dommage que le tribunal ne demande pas à Bassolet en en tant que qui il s’est rendu à l’invitation du président nigérien, puisqu’il n’avait plus de fonction officielle sous la Transition ; et que, surtout, Bassolet comme ex membre du gouvernement de Blaise balayé par l’insurrection, était mal placé pour continuer à jouer au diplomate du Burkina dans la crise d’alors. A sa place franchement, n’importe quel politique doué d’un minimum de finesse, de neutralité (qui aurait joué aujourd’hui en sa faveur) et de prudence personnelle n’aurait pas accepté l’invitation du nigérien. Il s’est alors malheureusement conduit comme le diplomate officieux de son camarade putschiste, et voilà pourquoi, entre autres choses, il est aujourd’hui devant ce tribunal

    Répondre à ce message

    • Le 21 décembre 2018 à 20:41, par Kam En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

      Je crois que tous ont été séduit par la prestation de M. Bassolé car il est cohérent, logique et bref.
      Vu que les écoutes téléphoniques ont été rendues le 28 septembre quelques jours après le rétablissement des Autorités de la transition , il n’y a plus de raison a incriminé le Général Bassolé

      Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 14:39, par Sawad En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Ma conviction profonde : le general BASSOLE est coupable. Les écoutes téléphoniques ne peuvent être une invention. Rebecca, la togolaise, elle, au moins s’est reconnue dans ces écoutes.
    Mais le problème avec le general Bassole, c’est qu’ il est très intelligent et subtile. En plus, il est juriste à la base. Il n’a pas besoin de ses avocats pour le defendre. La partie civile le confondrait DIFFICILEMENT. Finallement, il pourrait être libéré, quand bien même sa culpabilité semble évidente. Si ses avocats parviennent en plus, à retirer l’element sur les écoutes téléphoniques des pièces à conviction, il ne restera qu’à l’élargir et même l’indemniser.
    SAWADOGO

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 14:41, par Ahmed En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Oui Burkinabé. Attendons de voir. Avez vous des raisons de voir ce général se porter malade jusqu’à insister pour une évacuation ? Il est resté et il est toujours vivant. On verra la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 15:17, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Internaute n°2, vous dites que "Ce Général s’exprime mieux que l’autre. Son français est limpide". Oui ! ce monsieur n’est pas un petit. C’est un grand dans tous les sens. Aussi bien dans sa spécialité (Juriste, Juge militaire et Patron des pandores) que dans son esprit et ses comportements notamment l’exemplarité de son Art de jongler. C’est vous dire comme cela a été déjà partagé dans les toiles passées, ce Monsieur est un vrai renard, dangereux et capable de tout quand il s’y met. Il n’a pour l’instant rien dit, ni rien fait à ce qu’on le connaisse. Attendons la suite et vous le découvrirez. Nous avons plutôt l’impression que la solidarité du Corps aidant, ce Monsieur risque d’être disculpé de tout, blanchi et pourquoi pas, être libéré avec un/des décorations en bonus.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 16:42, par Bobolais En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    POUR L’AMOUR DE DIEU..... PARDONNONS NOUS SUR CETTE TERRE.... PROFITONS DE L’EXPERTISE DE NOS GENERAUX ET FILS DU RSP POUR LUTTER CONTRE LES TERRORISTES... PRIONS POUR LE BURKINA ET AVANCONS ENSEMBLE DANS LA PAIX

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 17:11, par Vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Rien que le fait de voir ce criminel à sang froid à la barre me réjouit.
    Qui l’aurait cru ? Homme malicieux et cupide, ces gens là oublient que chaque chose a son temps. Ses conversations avec Soro donnent froid au dos. Sa désinvolture avec Rebecca démontre comment il peut être cynique. Le peuple reste vigilant au jugement du malade grabataire qui voulait encore ruser avec nous. Heureusement que nous avons été vigilant. Ce sont donc ces hommes là qui étaient nos généraux ? Chaque peuple mérite ses dirigeants. Qu’avons nous fait pour mériter des individus pareils aux commandes de notre armée ?
    Capables de tuer, verser le sang de leurs concitoyens pour le pouvoir et les avantages passagers de ce bas monde !?

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 18:01, par adama KOUANDA En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    ce procès ressemble à un concours des unijambistes qui doivent donner des. coups de pieds aux fesses.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 19:08, par armel En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Que les suppo de ce général fellon se le dise.bassolet est coupables,bassolet n est pas plus valeureux que les gendarmes qui dirigent la gendarmerie aujourd’hui hui,bassolet n est pas indispensable au Faso,et tenez vous bien,c est l ami en chef des terroristes.Au yeux du peuple,il n est rien d autre qu un général en carton

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 19:27, par Mady En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Courage mon Général, vous êtes clair, précis et concis. Tout près n’est pas loin. On vous croit, on vois suit.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2018 à 20:05, par Negblanc En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    A les entendre, c’est cas même la foire en Afrique ! Que le président du Niger le convoque en tant que qui ? Il se mêle des affaires du Burkina à quel titre quand la CEDEAO est déjà impliquée ? Si le compte rendu est complet, je trouve le tribunal très léger de ne pas le cuisiner d’avantage pour savoir comment lui peut disposer de 5.000.000 à remettre au fils de Diendéré ? C’est déjà très grave d’où vient ce fric ? Et puis comme tous les autres bien sûre il dormait presque lors de ces évènement. Mêmes pas les c....... pour assumer !

    Répondre à ce message

    • Le 24 décembre 2018 à 07:31, par Missom En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

      Mon cher Negblanc ! Pensez-vous vraiment que le Général Bassolé, après avoir occupé pendant longtemps ces hauts postes de responsabilités dans des gouvernements et institutions du Burkina, et dans des institutions internationales........ doit jeter son carnet d’adresses et aller cultiver dans son village ?
      Pensez-vous qu’il n’a plus le droit de parler à des personnalités comme des chef d’Etat ?
      Si le général BASSOLE est allé répondre à l’appel de son ami Nigérien, il en a le plein droit !!! Il n’y est pas allé en tant que représentant du Burkina Faso. C’est à titre personnel, quoique le sujet porta sur une question nationale.
      De même, si vous estimez que le général n’est pas capable, personnellement de voler au secours d’un ami (à lui) avec 5 000 000 de francs, c’est vraiment lui manquer du respect !!!
      Mais soit ! au Burkina Faso, j’ai l’impression que c’est ainsi : ceux qui ont à manger et à en donner aux autres, ont certainement volé, braqué ou tué. A contrario, ce qui est normal dans ce pays, c’est lorsqu’on est endetté, quand on se cherche, quand on ne peut porter secours à personne, quand tout le monde a pitié de vous, etc !!! Hé Dieu !
      NB : Je ne connais le général qu’en tant qu’il fût une autorité du Burkina Faso. Je ne connais pas autrement. Faisons des observations ou commentaires objectifs et réalistes.

      Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2018 à 08:44, par SIMPO SIMPO En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Internaute Salaf,tu connais pas Dieu et si tu connaissais Dieu tu n’allais pas affirmé qu’Il n’a rien a faire de l’avenir du Burkina. Sais-tu que ton souffle de vie dépend de lui ? Si Dieu n’a rien a faire au BF pense tu qu’il allais pleuvoir au Burkina….etc. Connais-tu la liberté ? Non puise que tu ne connais pas Dieu. Si ce que tu avances sur la peur est sincère, tu ne seras pas là à faire des commentaires, mais mort pour cette liberté que revendique.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2018 à 03:58, par Compaore Amidou En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    A l’internaute BOBOLAIS : pardonnons nous sur cette terre.....
    En même temps qu’on y est, pardonnons aussi les terroristes........

    Répondre à ce message

  • Le 29 décembre 2018 à 19:36, par Ablasse tam En réponse à : Procès du putsch du CND : Djibrill Bassolé fait son déballage

    Toute autorité est a réspecter mains s’il a mal agit on na le droit de parler,dans la bible le mauvais comportement de certains phophétes sont enumeré .Djibril reconnaît avoir donner de l’argent à Ismaél pour Diendere et son retour du Niger il a fait un compte rendu à Diendere son ami comme tu le dit c’est aux autorités de la transsisions qu’il doit rendre dans cette cituation le C N T est prioritaire ou qu’il se taiser à jamais.Ne prennait pas la justice pour des enfants Basole na pas la moitié de leur connaissance il ya des docteurs dans la justice et ceux qui enseignent les docteurs que peur Basole devant eux.Il jouait au faut malade croyant tromper la justice burkinabé et le peuple.C’est DIEU seul si non personne ne pouvait les arretés ils sont tombé dans leur propre piège.Cela ne veux pas dire qu’ont ne pardonne pas mais justice dabore.DIEU chati ceux qu’il aime...Vive les burkinabés...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Suspension d’une semaine suite à une requête de la défense du Général Diendéré
Procès du putsch : « Pourquoi tant de haine à mon égard ? », se demande le Sergent-chef Roger Koussoubé
Procès du putsch : « Je vous remets ma vie de jeunesse, faites-en ce que vous voulez ! », lance le soldat Soulama
Procès du putsch du CND : ‘’Rambo’’ plaide coupable et demande pardon
Procès du putsch du CND : La « Zerboïte », nouvelle trouvaille de Me Idrissa Badini
Procès du putsch du CND : Un accusé victime de la « Zerboïde », selon son conseil
Procès du putsch du CND : « Aller conduire quelqu’un et cela devient 25 ans de prison ferme ? », s’interroge le Soldat Samuel Coulibaly
Procès du putsch du CND : Me Paul Kéré stoppé dans ses envolées lyriques
Procès du putsch de 2015 : Une avocate invite le tribunal à la clairvoyance
Procès du putsch du CND : Me Orokia Ouattara demande au tribunal de ne pas juger selon des « vraisemblances »
Procès du putsch du CND : Le Caporal Soumaila Guessongo demande à ne plus être condamné « sur ordre »
Procès du putsch du CND : Fatoumata Diawara demande la clémence du tribunal militaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés