Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

Accueil > Actualités > Economie • • samedi 15 décembre 2018 à 19h25min
Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

Le vendredi 14 décembre 2018 s’est tenue, dans la salle polyvalente de Ouaga 2000, la cérémonie d’installation du président et des membres des instances statutaires du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). L’événement a été placé sous le patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Désormais surnommé « patron des patrons », Apollinaire Compaoré est le nouveau président du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). Il a été élu le 25 octobre 2018, lors de la 7e session ordinaire de l’assemblée générale du CNPB. Il remplace à ce poste Lassina Diawara qui a occupé l’intérim de la présidence suite au décès, le 23 août 2018, de l’ex-président Birahima Nacoulma.

Le bureau du patronat burkinabè est composé de 35 membres qui sont élus pour un mandat de cinq ans (2018-2023) renouvelable une fois. Outre ce bureau, il y a le Comité statutaire 2018-2021 qui comprend un président et six membres ; des présidents d’honneur au nombre de cinq et de 22 membres d’honneur.

Prenant la parole, le nouveau président, par la voix de son 1er vice-président, a remercié ses pairs, les autorités burkinabè, les représentations diplomatiques, le Système des Nations unies, les partenaires techniques et financiers et les patronats frères du Togo, du Mali, du Bénin et du Niger. Il a ensuite présenté le programme de leur mandat qui s’articule autour de trois axes et les engagements pris par son bureau pour accompagner l’Etat burkinabè au plan sécuritaire et dans le domaine de l’emploi. En effet, le président entrant déclare que « j’ai inscrit, dans mon agenda, trois programmes forts que mon bureau mettra en œuvre afin de contribuer au développement économique et social ».

Et ces trois engagements sont le lancement d’un programme de formation et d’insertion de 8 000 jeunes, avec l’appui de la Coopération suisse et des entreprises dès janvier 2019 ; le soutien aux forces de défense et de sécurité et le renforcement du dialogue social dans le secteur privé à travers une large consultation des centrales syndicales ».

Il présente ensuite le CNPB en ces termes : « Le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) est une organisation faitière des employeurs du Burkina Faso, créé en 1976 pour défendre leurs intérêts. C’est un syndicat professionnel qui regroupe plus de 70 groupements et associations professionnelles du secteur privé. Le CNPB en chiffres représente 70% du PIB avec plus de deux millions d’employés et plus de 50 000 entreprises dans toutes les régions à potentialités économiques du Burkina et hors du Burkina ».

Peut être membre du CNPB, toute association ou regroupement d’associations à caractère patronal, représentatif de son secteur d’activité et toute entreprise ayant un chiffre d’affaires moyen hors taxe des trois dernières années, supérieur ou égal à cinq milliards de F CFA pour au moins 50 employés.

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a félicité le nouveau président du CNPB qui, selon lui, est un homme très discret et un modèle de réussite qui doit inspirer la jeunesse du pays. Il a salué solennellement les trois engagements pris par le bureau entrant dans le cadre de l’emploi des jeunes, du dialogue social et de la sécurité du pays, qui sont les « preuves de la réussite d’un partenariat public-privé ». Selon lui, « le gouvernement a besoin d’un secteur privé fort, dynamique et soudé pour impulser le développement économique et social durable ». Il a conclu son propos en réitérant le soutien du gouvernement au CNPB pour la création d’un environnement favorable au développement des entreprises.

Le directeur du bureau sous-régional du Bureau international du travail (BIT), Dramane Haidara, a, pour sa part, rappelé que « la force d’une organisation des employeurs repose sur son indépendance, sa représentativité et sa capacité à faire entendre sa voix au niveau politique et économique. Et l’ambition du BIT est d’avoir des organisations d’employeurs et d’entreprises qui répondent mieux aux besoins de leurs membres et promeuvent des politiques propres à créer un environnement favorable au développement des entreprises ». Il rassure pour finir de la mobilisation des ressources et de l’expertise du BIT pour l’accompagnement du CNPB dans l’amélioration de son plaidoyer en faveur d’un environnement propice à des entreprises fortes et durables.

La cérémonie a été riche en couleurs avec des animations d’artistes dont la Troupe Bindré du Mogho et Don Sharp de Batoro, qui n’ont pas manqué de rappeler le bien-fondé du CNPB et la grandeur d’âme de son nouveau président. Pour eux « la jeunesse doit comprendre que tout le monde n’est pas fait pour ‘papier longueur ni pour numéro matricule’. Par contre, tout le monde est fait pour la réussite dans la vie sociale ».

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 décembre 2018 à 09:17, par Adam En réponse à : Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

    Bonjour. Une fois encore, félicitations au plus ancien de nos sites d’infos. Excellent travail. Je vous suggère, quand vous publiez un article relatant l’installation ou la première activité d’une structure de l’importance du CNPB, de faire un encadré avec la composition du bureau, même si c’est en rappel. Merci et bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 13:24, par Un Burkinabê En réponse à : Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

    Quelles étaient les points saillants du Programme du Nouveau Patron des Patrons ? Pour ma part je trouve qu’il ne donne pas l’exemple d’un Patron Responsable.
    1- Télécel trimballe des lacunes depuis sa création il ya de celui plus de 15 ans. Cette Société Téléphonique seule à capitaux burkinabê n’a pas pu s’imposer sur le plan national
    2- La nouvelle banque WendKuni est du copier-coller des banques dejà existant (focussée que sur les prêts aux salariés).
    3- Son âge avancé fait que je suis sceptique sur sa capacité à conduire/transformer une économie burkinabê dont la majorité des Patrons veulent investir 5fcfa aujourd’hui et récolter 10fcfa le lendemain.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 18:23, par Ousseni Tapsoba En réponse à : Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

    Soucis ardent de voir la composition complète du bureau du patronat.Le résultat certe sera a l’image de l’équipe conductrice.Bon courage au Presi.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2018 à 08:38, par Sidbéwendé Zoungrana En réponse à : Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé

    Bravo et Félicitations à cette Organisation qui est, se veut et se doit d’être effectivement "Indépendante" comme l’a dit le Représentant du BIT pour mieux agir dans l’intérêt de ses membres d’abord, dans l’intérêt économique de la Nation et surtout, aider à booster plus le développement du Secteur Privé dans un pays en sa qualité de "producteur premier des riches économiques". Cela suppose en effet qu’aussi bien son Président que ses membres sachent "bien départir" leurs activités professionnelles et personnelles de leurs "amitiés et relations personnelles" avec les détenteurs du Pouvoir public tout en collaborant avec ceux-ci. Malheureusement, ce n’est pas ce qu’on a vécu jusqu’à ce jour. Oui, le "Politique et ses Acteurs" ont su, exploitant l’analphabétisme de la majorité de nos hommes d’affaires et surtout leur méconnaissances des choses pour leur (hommes d’Affaires & Commerçants) faire croire qu’ils ne peuvent et ne sauront jamais réussir et avancer sans leur (les politico-politiciens) parrainage ; ceci pour, à travers les rackettes à eux faites, financer leurs activités politiques. Ce qui impose l’asservissement de ces Acteurs de Développement aux dits Politiques. Nous espérons enfin que ce nouveau Bureau saura réagir et faire comprendre la nécessaire indépendance de leur Organisation qui n’est qu’une Organisation socio-professionnelle (Syndicat) des composantes de leurs secteurs d’intervention dont le rôle premier est et doit de rester : i)-Défendre les intérêts de ses membres ; ii)-Appuyer l’Etat de par ses actions dans et pour le Développement Economique de la Nation ; iii)-Produire autant que possible les richesses au profit des personnes qu’ils emploient et emploieront. Il n’est pas rare en effet de voir certains "Hommes d’Affaire" qui passent tout leur temps à circuler la nuit de "Domicile en Domicile" de ces soi-disant "Hommes et Dirigeants Politiques" avec de gros paquets qu’ils leurs donnent pour, narguer et impressionner leurs camarades et collègues ou, pour intimider leurs concurrents (dans les affaires) ou encore, pour corrompre X ou Tartampion en se disant être des Hommes d’Affaires. Ce qui est loin et très loin des réalités, des vérités. Ceci est un avis d’un observateur burkinabé vivant les réalités des choses dans notre pays et qui suggèrent à ses compatriotes de changer et "bien changer" leurs comportements.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20ème conférence des agents comptables : Pour une meilleure mobilisation des ressources financières de l’Etat
Exploitation minière artisanale : 600 millions de F CFA de la France pour promouvoir les bonnes pratiques
3e édition du forum national de l’économie informelle : Rendez-vous du 18 au 20 juillet à Ouagadougou
20ème conférence des agents comptables : Le nouveau code des impôts en question
« Eco » : Alassane Ouattara ne veut pas de rupture brutale avec le trésor français
Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle
Commerce au Burkina : Les acteurs dénoncent une concurrence déloyale
Zone de libre échange continentale africaine : Une concrétisation d’une vision des pères fondateurs de l’UA selon le président du Faso
Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution
Employabilité des jeunes diplômés : La Société Générale Burkina Faso noue un partenariat avec trois écoles supérieures de formation
INFINITE : la carte hors-pair de Société Générale Burkina Faso
Civisme fiscal : Les acteurs réfléchissent à la meilleure stratégie pour collecter l’impôt
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés