Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

Accueil > Actualités > Politique • • samedi 15 décembre 2018 à 00h14min
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a été informée en date du 13 décembre 2018, que le groupe parlementaire précédemment dénommé « Groupe parlementaire UPC-RD », a pris désormais la nouvelle dénomination de « Groupe parlementaire RD » au sein de l’Assemblée nationale.

En rappel, le groupe parlementaire dénommé « Groupe parlementaire UPC- RD » était né suite à la trahison d’un certain nombre de députés élus sous la bannière et grâce au soutien de l’UPC en 2015.

Sommés par la justice de cesser d’utiliser le sigle et les emblèmes du parti, ils ont dans un premier temps fait appel, pour finalement se résigner à s’exécuter, avant même que l’appel ne soit examiné par la justice.

L’UPC vient ainsi de gagner une bataille, car, par son action en justice, elle a contraint les traitres à changer de sigle et à cesser ainsi l’usurpation de l’appellation « UPC ».
Cependant, malgré ces aménagements de forme, ce qui nous a opposé hier demeure aujourd’hui. De ce fait, nous invitons nos militants et sympathisants à rester mobilisés pour lutter contre l’escroquerie politique qui caractérise la démarche des membres de ce groupe.

En effet, il nous revient de manière récurrente, que depuis leur séparation, les députés membres de ce groupe continuent de se réclamer de l’UPC, et ne ratent pas une occasion pour expliquer aux militants et autres responsables des structures, qu’ils se considèrent et demandent à être considérés comme des militants à part entière de l’UPC, et à être associés aux activités du parti.

Les choses sont désormais claires. On optant de ne plus se réclamer de l’UPC dans leur dénomination, ces députés confirment que, contrairement à leurs dénégations, ils ne se sont plus des militants de notre parti. Les militants de l’UPC à tous les niveaux doivent donc tirer toutes les conséquences qu’implique cette démission de fait.

L’UPC est sortie grandie de cette épreuve, grâce à l’esprit de lion qui a animé l’ensemble des militants. Elle s’engage à poursuivre résolument sa lutte pour le vrai changement et pour le renforcement de la démocratie dans notre pays.

Ouagadougou, le 14 décembre 2018
Pour le Bureau Politique National de l’UPC,
Le Secrétaire Général National,
Rabi YAMEOGO

Vos commentaires

  • Le 14 décembre 2018 à 21:23, par COB En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Vous êtes simplement minables dans cette sortie. Qu’avons nous fait au bon Dieu pour mériter de vivre aux côtés de personnes pareilles ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2018 à 21:33, par Nam En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Nous on s en fou meme pipe meme tabac tout ca a cause de l argent du peuple

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2018 à 21:37, par Nabayouga En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    L’UPC ayant vendu son ame au cdp de kouasdi blaise compaore ne pourra jamais conquerir le pouvoir au BF. Vous etes grillé et votre mentor est un has been. Brf le BF continuera sans zeph. Et il l’aura cherché. Votre victoire est une victoire a la pyrrhus.

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2018 à 08:45, par Le Forgeron En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Bonjour,

    La leçon que nous pouvons tirer de cette guerre entre députés UPC est la suivante :
    - si le député élu par la population d’une localité donnée ne peut plus défendre les intérêts de cette population alors il faut revoir le rôle du député. En effet le député defend les inétérêts de sa localité et non les intérets d’une autre localité car les localités n’ont pas les mêmes problèmes. L’Ouest n’a pas le même problème d’eau que l’extrême Nord du Burkina par exemple.
    - Si le député n’est plus libre de choisir son vôte alors il faut pondérer chaque parti à l’Assemblée Nationale et garder les députés indépendants s’il y en a. En effet, après les élections si un parti a eu 10 députés alors un seul député de ce parti vient siéger à l’Assemblée Nationale avec un coéfficient 10. Son vote represente 10 voix et le vote d’un député indépendant represente une voix.
    - En ce moment le Burkina économisera beaucoup d’argent sur les salaires des députés car leur nombre sera très réduit à l’Assemblée Nationale (nombre de parti ayant aumoins un député et les députés indépendants). Comme le député n’est plus libre de réfléchir et voter pour l’intérêt de son peuple mais c’est de respecter la décision de son parti alors il n’est plus nécessaire d’avoir plusieurs députés à l’AN pour le même parti ,un seul suffit.

    De cette manière nous économiserons le reste des salaires des autres députés du même parti pour construire des écoles et des dispensaires pour le peuple.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2018 à 09:40, par OUEDRAOGO ALICE En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    pourquoi perdez-vous de la sorte ? je n’ai jamain vu un HOMME tombé aussi bas ! ceux qui rejètent leur créateur se veront tjrs rejètés par la nature de surcroit les HOMMES

    Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2018 à 11:01, par garkou En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Bjr. Ces frondeurs ont raison et je les soutiens Pourquoi vous alignez avec le CDP, quelle honte ? Dans tous les cas, si il faut voter en 2020, ces députés ont le poids, les gens ont compris tout le jeu. Si l’UPC ne change pas de stratégie, ca sera les plus grands perdants en 2020, ils font comme si ils ne connaissent pas le CDP que Zeph a fait tombé en 2014. C’ est la politique

    Répondre à ce message

    • Le 18 décembre 2018 à 12:41, par yacbill En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

      Monsieur Garkou, ce n’est pas l’UPC qui est allé s’aligner avec le CDP de son propre gré. Si vous aviez voté Zeph en 2015, on n’en serait pas là.
      l’UPC s’est retrouvé dans l’opposition parce qu’il a perdu les élections. Il ne peut non plus rejeter le CDP qui est un parti du l’opposition. Encore il faut comprendre que l’insurrection n’a pas eu pour but de lutter contre le parti politique qui est au pouvoir. C’était uniquement pour empêcher Blaise Compaore de se représenter. Blaise aurait proposé un cadre du parti pour la présidentielle et il n’y aurait pas eu d’insurrection.
      Ces députés frondeurs n’ont pas droit d’utiliser le cigle UPC et je vous assure qu’ils n’ont pas le poids dans l’échiquier politique comme vous le pensez.

      Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2018 à 09:12, par Sasa En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

      Salut Monsieur Garkou. Je ne connais pas votre niveau sinon c’est tellement simple de comprendre les configurations politiques au Burkina. C’est majorité ou opposition meme s’il y a des ni ni. Ainisi :
      1-Le MPP a gagné les élections et a constitué sa majorité pour géré le pouvoir.
      2-l’UPC et d’autres partis ont perdu les élections et se retrouvent dans l’opposition politique a travers le CFOP (reconnu par la loi) mais chaque parti garde son autonomie
      J’espère qu’au moins vous comprenez cela.
      Maintenant si vous pensez que le CDP ( qui est un aussi un parti politique reconnu par le ministère de l’administration) est infrequentable, vous pouvez initie r une pétition pour demander sa dissolution. Dans le cas contraire souffrez que ce parti constitue de burkinabe comme vous, fonctionne et exerce selon les lois du pays.
      C’est dans l’union et la tolérance que nous construirons notre pays. Amicalement.

      Répondre à ce message

  • Le 15 décembre 2018 à 18:03, par Un Burkinabê En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    C’est pourquoi il faut supprimer l’Assemblée Nationale et créer le Sénat. Chaque province a droit à 2 sénateurs élus.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 09:14, par Balakourouba En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Je crois qu’il n y a de feu dans la demeure ! Les uns et les autres viendront à la confession et même si les auteurs des lignes a waga ou ceux qui ont surtout les toits que la limitation des mandats présidentiels était anti constitutionnel ont été pardonnés ce n’est pas quand-même pour de si petites choses que nous allons perdre nos militants !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 21:10, par WT En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Politiciens Burkinabè, qui vaut mieux que qui dans cette histoire de l’UPC ? Contraindre des frondeurs à ne pas utiliser le sigle d’un parti et refuser de les exclure de ce parti pour des calculs mafieux. Eux aussi estiment qu’ils ne se sentent pas dans le grand groupe UPC mais refusent de démissionner pour des raisons similaires à celles sous-entendues avancées par le premier groupe. Pathétique, la politique au Burkina Faso !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2018 à 10:08, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Il y a des confusions dans les interventions de certains internautes. Le CDP n’a pas intégré le parti de Zeph. Il fait parti du CFOP que tout parti d’opposition peut en faire la demande et y intégrer. C’est la règle normale. A l’Assemblée Nationale, le CDP est bien représenté et il ne vient à l’idée de personne de boycotter l’hémicycle parce que les députés du CDP y siègent. Il ne faut pas se tromper de combat. C’est précisément ceux qui occupent présentement le sommet du MPP qui ont conduit le CDP de Blaise COMPAORE au chaos avant de prendre le large. Toute chose étant égale par ailleurs, si nous n’acceptons pas le CDP au CFOP, ayons également le courage de demander au Président de l’Assemblée Nationale de les virer de l’hémicycle. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire..

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2018 à 11:18, par Ibrahim YOUGBARE En réponse à : Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"

    Etant donner qu’ils ont ete voter sous la banniere de l’upc alors il devrait pkus avoir le titre de depute mais comme cs le burkina faso tout est permi koi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Protection sociale : Le Conseil national tient sa 7e session
Dialogue politique au Burkina : L’opposition félicite l’attitude de la majorité
Commune de La-Toedin : La cohésion sociale et l’excellence, une quête du conseil municipal
Stabilité nationale : « C’est ensemble que nous allons arriver à bon port », exalte Simon Compaoré
Dialogue politique national : Le Code électoral sera "révisé à minima" avant les élections de 2020
Etat de santé du Général Djibrill Bassolé : L’opposition requiert la diligence des plus hautes autorités
Politique : Le MPP /Gourcy se dit prêt pour 2020
Groupe parlementaire CDP : « L’Assemblée nationale a de sérieuses difficultés ».
Burkina Faso : « Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable », le devoir de mémoire du journaliste Dieudonné Soubéaga
Mort de 11 personnes en garde à vue : Le CFOP exige des « sanctions exemplaires »
Burkina : Le gouvernement annonce une enquête administrative après le décès de 11 personnes placées en garde à vue
Affaire 11 décédés en garde à vue : L’UPC exige lumière et justice
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés