Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 13 décembre 2018 à 19h44min
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur

Le site touristique de Maasmè a abrité, du 29 novembre au 2 décembre 2018, la troisième édition du Salon du livre africain de Koudougou (SLAK). Organisé par l’Académie du livre, en collaboration avec la Fondation Rayimi, ce salon, initié par Tiraogo Ily, enseignant de son état, entend contribuer à la promotion des valeurs culturelles africaines à travers la littérature et le livre.

« J’ai l’habitude des salons du livre et de mes nombreux souvenirs, c’est bien la première fois que, loin des grandes salles, je participe à un Salon du livre sous des grands arbres ombragés très ouverts et en sus, au bord d’un cours d’eau qui nous berce en nous gardant le climat rafraîchissant et très agréable. Je me réjouis aussi que cela se passe à la chefferie traditionnelle de Issouka que je connais pour avoir participé ici même il y a longtemps à l’intronisation d’une femme cheffe traditionnelle, une première à ma connaissance en pays moagha. Je suis donc fière d’être présente à cette manifestation, ô combien importante et enrichissante », s’exclame l’auteur de « Mal de peau » et de « Si loin de ma vie », Monique Ilboudo. Elle est la première femme romancière du Burkina Faso. Elle est la marraine de ce Salon du livre africain de Koudougou (SLAK) qui venait d’ouvrir ses portes au public.

Faire découvrir et connaître les œuvres littéraires et les auteurs du Burkina Faso et de l’Afrique francophone, en sensibilisant la jeunesse à l’importance de l’écrit dans la conservation de nos valeurs et traditions face à la mutation de l’ordre social. Favoriser la rencontre, la mise en réseau, le partenariat entre tous les acteurs de l’univers du livre, dans la région du Centre-Ouest et au Burkina Faso ; et permettre aux plus jeunes de découvrir l’écrit, comme une voie libre et ouverte, qui favorise la créativité et le développement personnel.

Mettre enfin en lumière le lien entre le concept du développement personnel et les valeurs culturelles africaines telles que les contes, les adages, les proverbes… en encourageant et en stimulant la création littéraire au niveau de la jeunesse. Voilà les objectifs que ce Salon du livre s’est fixé.

La cérémonie d’ouverture est intervenue le jeudi 29 novembre 2018, sous la présidence du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, représenté par son directeur régional, Kadré Sawadogo ; avec pour marraine Monique Ilboudo ; et comme écrivain invité d’honneur, Jean Samuel Tiendrebeogo.

Quatre jours durant, ce salon a accueilli plus de 700 visiteurs parmi lesquels des élèves, des étudiants, des religieux, des travailleurs du public et privé, autour des diverses activités en lien avec un thème principal qui est « La lecture, un puissant complément d’éducation et de formation personnelle ». Une exposition d’œuvres littéraires et artistiques était présente dans douze stands dressés avec l’appui de plusieurs librairies et maisons d’édition venues de Ouagadougou et de Koudougou. Dans ces stands, on trouvait essentiellement des productions littéraires d’auteurs burkinabè.

Un panel a rassemblé les participants autour du thème du salon, à savoir « La littérature burkinabè, quelle approche pour rendre les œuvres disponibles et à prix concurrentiel ? ». Ce panel a été animé par des experts de l’enseignement secondaire et des professeurs de l’Université Norbert-Zongo. L’assistance a pu avoir l’avis de l’éditeur, de l’auteur et du lecteur. Trois approches différentes du même problème.

Les grands noms de la littérature burkinabè tels que Ansomwin Ignace Hien, Monique Ilboudo, Jean Samuel Tiendrebeogo, Dr Adamou Kantagba, Harouna Timothée Kaboré et Angelina Ki/Kankyono, ont animé, à côté du panel, un temps spécial de dédicace de leurs œuvres. Une conférence autour de l’importance de la lecture a été animée par le Pr Vincent Ouattara de l’Université Norbert-Zongo de Koudougou.

La participation des enfants a été effective et très animée à travers l’organisation d’un concours de lecture qui regroupait 35 élèves venant des établissements de la ville. Le jury, présidé par le chef traditionnel de Kabinoum, Naaba Saaga, enseignant à la retraire, a attentivement écouté la lecture et surtout la diction, l’articulation des enfants. La lauréate, Fortuné Yameogo, en classe de 4e au Lycée Schorge, a reçu un roman et toutes les félicitations.
« Quand je serai grande, je voudrais être une journaliste et écrivaine de nouvelles. Alors, je m’entraine souvent à lire à haute voix avec mes camarades », a-t-elle laissé entendre. Tous les participants ont reçu des primes d’encouragement et des attestations de participation.

Les organisateurs ont remercié toutes celles et ceux qui ont soutenu la tenue effective de ce salon, notamment le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, les Editions Jouvences en Suisse, Naaba Saaga 1er de Issouka. Ce dernier a félicité les organisateurs et renouvelé son engagement à toujours accueillir le salon dans sa cours. Cette 3e édition du SLAK a fermé ses portes sur une note de satisfaction et rendez a été pris pour la 4e édition qui se tiendra la dernière semaine d’octobre 2019.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tiraogo Patrick ILY
Chefferie de Issouka

Vos commentaires

  • Le 15 décembre 2018 à 14:55, par Jean Samuel Tiendrebeogo En réponse à : Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur

    Très bon article qui fait honneur aux hommes et femmes de lettre du Burkina Faso. Puisse le SLAK connaître un rayonnement national et international à la hauteur des attentes de son promoteur, M.Ily, et celles des écrivains et amoureux des lettres du Burkina et d’ailleurs. M. Ily, fière fils du Faso que mes vœux de réussite t’accompagne. A toi grande soeur Angelina, merci d’avoir partagé l’écrit. Merci au chef d’Issouka d’avoir prêté sa résidence pour l’organisation du salon et sa plume pour la publication de l’article.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mort de détenus à l’Unité anti-drogue : l’UNAPOL pointe du doigt les conditions de détention
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma
41e session des travaux du Cames à Bangui : « L’absence des Burkinabè plonge un peu plus les candidats dans l’inquiétude », soutient le professeur Albert Ouédraogo
Bobo-Dioulasso : « La rue du Black a cessé de vivre »
Save the children : 100 ans de combat pour la préservation des droits des enfants
Boulevard des Tansoba de Ouagadougou : Le président Roch Kaboré lance officiellement les travaux de réhabilitation
Prise en charge sanitaire des enfants de moins de 5 ans : L’ONG Terre des hommes lance la seconde phase du projet IeDA
Monde du travail : Les journalistes s’imprègnent des dispositifs de protection sociale au Burkina
Megamonde, le leader des deux roues au Burkina s’invite à la SIO 2019
Prix de l’excellence Sadate Bikienga : Les bacheliers du Kouritenga informés sur l’orientation universitaire
Village de Moutti (Oubritenga) : Les meilleurs élèves au CEP récompensés
Lutte anti-drogue : 11 personnes gardées à vue décédées (Procureur du Faso)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés