Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement.» Carl Gustav Jung

Administration territoriale : Le Burkina valide son rapport d’études sur le cadre légal de la gestion des frontières

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Etienne Lankoandé (stagiaire) • mercredi 5 décembre 2018 à 10h00min
Administration territoriale : Le Burkina valide son rapport d’études sur le cadre légal de la gestion des frontières

Le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a organisé, ce vendredi 30 novembre 2018, la cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation du rapport d’études sur le cadre légal de la gestion des frontières au Burkina Faso. Ladite étude a été initiée depuis 2015 avec l’appui de l’Union européenne et de la République fédérale d’Allemagne.

Entouré par six pays, le Burkina Faso se situe au cœur de l’Afrique de l’Ouest. Il est membre d’un espace communautaire (l’UEMOA) qui suppose une libre circulation des personnes et des biens.

Sa position géographique dans cet espace favorise les migrations et les échanges commerciaux transfrontaliers, qui sont des sources de revenus importantes pour le pays. Mais ils sont également un facteur de risque en termes de sécurité, notamment dans les espaces frontaliers avec le Mali et le Niger, qui sont des pays qui connaissent des situations d’instabilité.

Les longues frontières du pays, partiellement délimitées et mal contrôlées, n’offrent qu’une protection réduite à la population. Conséquence, la criminalité et le terrorisme se répandent facilement dans les régions frontalières. Dans ces régions reculées, les services publics tels que l’eau, l’éducation et les soins médicaux font largement défaut.

Les conditions de vie sont souvent peu favorables et les perspectives de développement faibles. Ce qui contraint un grand nombre de personnes à émigrer vers les villes ou les pays voisins. Les groupes violents, ainsi que les trafiquants de stupéfiants, d’armes et d’êtres humains, peuvent, dans ces conditions, étendre leur contrôle sur les régions frontalières et menacer la stabilité du pays.

Tout en profitant du fait que la faiblesse des conditions de vie et l’insuffisance des structures érodent la confiance que la population peut avoir vis-à-vis de l’Etat, ces groupes attirent aussi les habitants de ces régions en leur proposant des revenus qui, certes, sont illégaux, mais constituent souvent un moyen de gagner leur subsistance.

Les forces de défense et de sécurité, qui luttent au quotidien contre cette force du mal, ne sont pas suffisamment formées et équipées pour enrayer le fléau. Pour le président du conseil régional de Dori, Hamidou Dicko, « le problème ne réside pas au niveau des populations des zones frontalières du pays, mais plutôt dans les textes qui régissent la vie dans ces zones ».

Le Burkina Faso a réagi à ces défis que pose la protection de ses frontières avec le Mali et le Niger. Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation rappelle que « avec l’appui du GIZ et dans le cadre du Programme frontière de l’Union africaine (PFUA), le gouvernement a élaboré une Stratégie nationale de gestion des frontières (SNGF) en 2015, ainsi qu’un Programme d’appui à la gestion intégrée des frontières (PAGIF) dont la mise en œuvre sera assurée par le Programme gestion intégrée des espaces frontaliers au Burkina Faso (ProGEF) ».

En rappel, la GIZ est une organisation du gouvernement de la République fédérale d’Allemagne qui accompagne 130 Etats à travers le monde, dont le Burkina Faso. « Pour réussir la mise œuvre du PAGIF, le ProGEF a entrepris de réaliser une étude sur l’état des lieux du cadre légal de la gestion des frontières au Burkina Faso », déclare Stéphane Voss, conseiller technique principal du ProGEF. Il ajoute que « nous mobilisons différents acteurs sur les aspects de la gestion des frontières dans une approche intégrée, afin d’améliorer les conditions de vie, de sécurité et de stabilité des populations dans les espaces frontaliers ».

Les financements pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale de gestion des frontières émanent du Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique, ainsi que du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères.

Grâce à leur soutien, une étude sur l’état des lieux du cadre légal de la gestion des frontières au Burkina Faso a été initiée et menée par une équipe de consultants recrutée à cet effet. Cette équipe a produit un rapport qui propose un cadre aussi légal de gestion optimale des frontières au Burkina Faso, après une large consultation des conventions et textes de loi nationaux, régionaux et continentaux qui régissent le milieu des espaces frontaliers.

« Le présent atelier, qui réunit l’ensemble des acteurs frontaliers que sont les gouverneurs et les premiers responsables des conseillers régionaux et municipaux, a pour objectif la validation de ce rapport d’étude sur le cadre légal de la gestion des frontières au Burkina Faso », a confié le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Etienne Lankoandé (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Evaluation des acquis scolaires au Burkina : Les apprenants ont des performances moyennes
Epargne voyage Air Burkina : Rendre le voyage aérien accessible à tous
Fonction publique : « Tôt ou tard, il y aura une situation de saturation », prévient le gouvernement
Choc entre tradition et religion à Loropéni : Surmonter les divergences par le dialogue et l’acceptation de l’autre
Promotion du civisme et prévention des conflits : Le NDI satisfait de ses actions
Permanence syndicale : La comparution de Bassolma Bazié servira-t-elle de leçon ?
Réduction des inégalités : « Au Burkina, 20% des plus aisé-e-s concentrent 44% des revenus », alertent les OSC
Situation humanitaire au Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes à la date du 8 septembre
Projet de réduction des pertes post-récoltes : Un bilan satisfaisant après sept ans de mise en œuvre
Prévention des maladies chroniques : Une série musicale pour sensibiliser le public
Seconde trajectoire du leadership au Burkina Faso : Des organisations paysannes renforcent leurs capacités
Ouagadougou : Le Maire lance un appel à l’endroit de 32 femmes à venir récupérer leurs kits de culture maraîchère
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés