Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 30 novembre 2018 à 23h50min
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !

Dans son rapport sur la gouvernance 2016, publié en octobre 2017, l’Autorité supérieure du contrôle d’Etat et de Lutte contre la corruption (ASCE-LC) avait relevé des irrégularités dans la gestion des ressources par les institutions publiques. Ledit document faisait ressortir que « 98% des irrégularités » provenaient de la présidence du Faso. Une information qui avait nourri de nombreux commentaires au sein de l’opinion (la présidence était perçue comme celle-là qui doit donner l’exemple en matière de bonne gouvernance). Une année après ce rapport, c’est avec une « surprise agréable » que l’institution de contrôle note une amélioration dans la gestion de cette institution. C’est ce que révèle le rapport 2017, rendu public ce vendredi 30 novembre 2018 à Ouagadougou.

« Sur une consommation totale de 7 535 034 074 F CFA, les consommations irrégulières (pièces justificatives irrégulières ou sans pièces justificatives) représentent 250 558 270 F CFA dont 245 875 770 proviennent de la présidence du Faso, soit 98,13% », avait présenté le rapport 2017 de l’ASCE-LC (http://lefaso.net/spip.php?article79988). Le département de Luc Marius Ibriga, qui avait constaté en 2015 que le carburant était devenu le « lieu de prédation » le plus élevé, recommandait l’élaboration des textes sur la gestion du carburant et des lubrifiants.

« Nous avons tiré la sonnette d’alarme. En 2016, il y avait eu une amélioration, mais on avait des acteurs qui ne respectaient toujours pas les règles. C’était le cas par exemple de la présidence du Faso », a rappelé le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga, avant d’annoncer qu’une année après, son institution note que les insuffisances sont prises en compte par la présidence du Faso.

« Vous vous rappelez qu’en 2016, l’audit de la présidence du Faso avait révélé une utilisation anarchique du carburant. Nous avons été agréablement surpris que la présidence du Faso soit la structure dans laquelle il y a des textes sur la gestion du carburant et la consommation du carburant y a véritablement diminué », confient les responsables de l’ASCE-LC.

Les équipes d’audit de l’ASCE-LC indiquent avoir noté une amélioration d’ensemble dans la gestion du carburant par les institutions. « Presque tous les acteurs ont au moins un texte qui réglemente l’utilisation du carburant », apprend M. Ibriga, souhaitant que le système soit encore parfait (car des possibilités de rétention ou de déperdition de carburant demeurent).

« Et nous avons vu à la présidence du Faso, quand nos auditeurs sont partis, l’administration disait qu’elle n’était pas prête pour qu’on fasse l’audit. Nous avons saisi le président du Faso, qui a intimé l’ordre à l’administration de se soumettre au contrôle. Cela veut dire que, de ce point de vue, la présidence du Faso est traitée de la même façon que les autres administrations de l’Etat », révèle Luc Marius Ibriga, qui rappelle au passage qu’une telle action n’était envisageable à une certaine époque. A en croire le contrôleur général d’Etat, au temps du président Compaoré, l’on s’était rendu compte que la présidence du Faso était en dehors de toute réglementation.

Au compteur des bons exemples, l’institution de Paul Kaba Thiéba, le Premier ministère. « Au niveau du Premier ministère, il n’y a pas de marchés irréguliers. C’est une réalité que nous pouvons vous donner », ont noté les auditeurs de l’ASCE-LC.

Ce qui fait dire à Luc Marius Ibriga que sur ce point précis (et de ce qui leur a été donné de constater), l’exemple est donné au plus haut niveau.

Cependant, ces notes de satisfaction n’ont pas caché le fait que la gestion 2017 des ministères et institutions auditées est caractérisée par une « dégradation des indicateurs » de bonne et saine gestion.

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Politique : « Un vrai militant doit savoir que se battre ne veut pas dire bander ses muscles. C’est dans la tête que ça se passe », Moussa Boly, 5e vice-président du MPP
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés