Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 29 novembre 2018 à 16h00min
Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

Les populations riveraines de la Mine d’or Semafo Wona (située dans la région de la Boucle du Mouhoun) ont manifesté ce jeudi 29 novembre 2018 pour exiger de la mine la concrétisation de ses promesses en termes de réalisations.

Chaude journée à la mine d’or Semafo de Wona ce jeudi 29 novembre 2018 entre populations et forces de sécurité. "Les CRS (compagnie républicaine de sécurité, ndlr) sont en train de gazer les manifestants", confie un travailleur de la mine qui a donné l’alerte.

Selon ses explications, les populations riveraines, lasses d’attendre la concrétisation des promesses faites par la mine en terme de réalisation, ont décidé de barrer tôt ce jeudi matin, l’accès à la mine. "Du coup, tout le monde est bloqué ; ceux qui devaient descendre ce matin comme ceux qui devaient monter sont bloqués, les bus sont garés ", décrit l’interlocuteur autour de 8h.

Toujours selon ses explications, les populations demandent depuis longtemps la construction de la route et l’électrification du village. A l’en croire, cette manifestation intervient après un ultimatum donné par les populations.

Selon des informations provenant de sources locales, malgré l’usage du gaz lacrymogène par les forces de sécurité, les populations sont restées "intransigeantes" dans leur détermination à barrer la voie d’accès à la mine, obligeant les responsables de la société à entrer en concertations avec les personnes-ressources des populations.

Au moment où nous actualisons ces informations à 12h30, les concertations étaient toujours en cours et les travailleurs bloqués au niveau des barrières érigées par les populations seraient toujours en attente de l’issue des échanges.

Nous y reviendrons.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 novembre 2018 à 12:06, par Wesh En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Trop c’est trop ! La société Semafo se foute des travailleurs ! Poussière à profusion et pas d’eaux potable routes électricité etc. Y a en marre !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 12:07, par Wesh En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Trop c’est trop ! La société Semafo se foute des travailleurs et villageois ! Poussière à profusion et pas d’eaux potable routes électricité etc. Y a en marre !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 14:07, par Dao Micailou En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    J s8 d wona nou vivon dan la merdre car la mine nou fatigue nos chef des village fon la corition au population j demande à tou les gens d bon humeur d nou aidé à sorti cê l burkina qi gagne ceci fait la paix la securité q nou cherchons tous

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 15:38, par Figo En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Si des accords ont été signés préalablement à l’installation de la mine, il appartenait aux autorités centrales de veille au respect des engagements. Si tel est le cas, on aura utiliser les moyens du Peuple pour réprimer ce même Peuple au lieu de protéger ses intérêts en veillant au bon déroulement des contrats. Mais on n’en sait rien d’abord. D’ici là, c’est sûr que les journalistes qui font un travail remarquable arriveront à obtenir une copie de l’accord. Et en ce moment, si la revendication est justifiée, ce n’est pas seulement la route d’accès à la mine qu’il faut leur barrer.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 15:53, par kikone En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    courage a vous vaillants combattant,seule la veille citoyenne pourra nous faire sortir du gouffre de la non consideration de nos mines au burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 16:13, par edyswan En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Vous savez ce qui m’énerve dans tout ça c’est le silence de nos autorités. Ce laxisme au sommet de l’état rend les villageois tristes en supportant le mépris des compagnies minières... Dans la boucle du Mouhoun 3 sociétés minières qui génère des milliards par mois et possède les routes sont les plus délabrés du Faso ! Vaillant villageois de la boucle du Mouhoun réveillez vous pour faire votre combat pour stopper ce asservissement impitoyable !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 17:01, par la patrie ou la mort nous vaincrons En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    notre gouvernement laisse les choses empirées et après c est pour envoyer les policiers gazer les pauvres population souvenez vous m^me le RSP n a pas puis reculer la population et Blaise comparé est parti un midi avec un si j avais su

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 17:22, par la loupe En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Bjr. Les propos tels que relatés je crois que la population est dans son droit de manifester. Il faut que nos gouvernants soient forts pour faire appliquer les textes et les accords aux multinationales qui, mal intentionnées veulent exploiter et narguer nos populations, se comporte toujours comme les colons. Le salut de ce régime va se jouer dans la restauration de la dignité des burkinabés non pas seulement à travers la valorisation du Faso-danfani. Bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 18:42, par Sorbonne En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Avant c’était l esclavage et les travaux forcés menés par les blancs et aujourd’hui même chose mais avec la complicité des gouvernants noirs.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 19:08, par Voltaïque indigné En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Que le webmaster m’autorise ce coup de gueule pour dire les choses sans langue de bois : dans un état voyou il ne peut y avoir que des populations voyous. Un pays qui déchire sa constitution pour la jeter à la poubelle ne doit pas s’offusquer que son peuple ne connaisse que la violence toujours la violence. L’ interlocuteur des populations c’est l’état et non le minier qui leur offre des emplois et les sort de la misère noir. Le bateau Burkina est en dérive et tangue au gré des humeurs des bandits de grands chemins qui ont pris conscience de la déliquescence de l’état qui n’existe plus, des syndicats gloutons et insatiables qui pensent que le Burkina ne se limite qu à 200.000 fonctionnaires et des hordes de population non éduquées qui ne connaissent que le rapport de force comme langage de communication. Pendant que les peuples civilisés résolvent leurs différents internes par le dialogue et la communication au Burkina c’est par la surenchère et la danse du scalpe des indiens. Tchru.....ce pays garibou des gariboux qui reçoit plus de 400 milliards de don par an soit une aumône de plus d’un milliards par jour et qui n’est pas conscient de sa descente en enfer : Laurent BADO avait vu juste nous sommes comme maudits. Le Burkina est devenu le pays de l’indignité des aigris qui arrosent le pays de leur aigreur et se comportent comme une horde de loup affamés. Nos ainés les voltaïque étaient quand même fiers dignes et civilisés malgré leur pauvreté financière qu’est ce qu’ils sont devenus ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 22:22, par Le Révo En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Cela fait 4ans ke je sers dans le village.C’est très triste.Pas de voix d’accès,eau,csps trè mal équipé,ocune réalisat@

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 09:06, par Un Burkinabê En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Webmaster pourquoi n’aviez vous pas publié mon post précédent ?
    S’il vous plaît les Sociétés Minières industrielles sont contrôlées par des ONG par rapport à leurs Responsabilités Sociales. Elles paient leurs impôts (1er contributeur dans l’économie nationale) et c’est à travers ces impôts que l’Etat doit construire les routes, les écoles, les csps, etc... Par contre c"est du devoir des sociétés minières de veuiller à arroser les routes empruntées continuellement par leurs bus pour minimiser l’effet de la poussière sur les populations riveraines. Est ce que Semafo Wona ne paie t-il pas ses impôts ? Alors l’Etat a le droit d’envoyer des CRS pour protéger Semafo contre des individus sur-excitées. Le Burkina Faso n’est pas un pays voyou !

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 10:33, par Thién En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Il ne s’agit pas ici de dire que SEMAFO paie les impôts ou pas !
    Je crois que l’Etat doit inverser le cahier de charges de ces sociétés !
    Il faut rendre obligatoire de goudronner toute route donnant directement à l’exploitation des mines avant tout début d’exploitation. Les coûts de ces routes doivent donc par la suite être déduits sur les impôts à payer par les miniers.
    Autrement dit, l’Etat va toujours être retard à cause du principe de l’unicité de caisse qui veut que les recettes de l’Etat fassent un tout pour couvrir les dépenses de l’Etat. Ici on devra faire une exception en affectant les recettes à des dépenses bien déterminées pour le bien de tous et surtout des régions où les minerais sont exploités et où il n’y a plus de route ! C’est le cas de Roxgold à Bagassi !

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 11:26, par Henriette kouassi En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Bonjour les braves populations de la Boucle du Mouhoun. Félicitations et encouragements à vous. Cela me rappelle la révolte Bwa de 1916.La révolution en Afrique doit venir des campagnes. Il faudrait des Mao pour chasser les prédateurs. Peuple des campagnes à vous la lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 11:27, par Henriette kouassi En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Bonjour les braves populations de la Boucle du Mouhoun. Félicitations et encouragements à vous. Cela me rappelle la révolte Bwa de 1916.La révolution en Afrique doit venir des campagnes. Il faudrait des Mao pour chasser les prédateurs. Peuple des campagnes à vous la lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 12:08, par Un Burkinabê En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    @ tous ceux ou celles qui incriminent les sociétés minières : je voudrais vous informer que l’or est une ressource naturelle non renouvelable. C’est à dire que une fois exploité il n’est plus possible de la regénérer. Il sera parti pour pour de bon ! Quand on parle de ressource naturelle d’un pays, ça veut dire que cette ressource appartient à toute la nation (générations actuelles et futures). C’est pourquoi son exploitation est régit par des lois supra-nationales et aussi nationales. Il faut être stupide pour ne pas comprendre que si exploiter industriellement une mine d’or était facile pourquoi n’avions nous pas une seule société burkinabê dans le domaine. Nos opérateurs économiques ne s’intéressent pas à l’or, idem pour notre Etat puisqu’il n’ya toujours pas de société minière étatique. Nos banques le sont de nom. Elles n’acceptent pas accompagner nos promoteurs de projets d’envergure internationale pendant que leurs semblables des pays occidentaux excèlent dans le financement de tels projets. Toutes les sociétés minières installées au Burkina ont été accompagnées par des banques de leurs pays. Aucune n’a financé la construction d’une mine sur fonds propres. Au lieu de nous en prendre aux sociétés minières qui sont installées ici et paient leurs impôts, forçons plutôt (lobbyisme) nos décideurs pour qu’ils inventent les conditions favorables pour la création d’entreprises minières burkinabê. J’espère m’avoir fait comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 12:57, par Noel Djam En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Je pense l principal acteur responsable de cette situation. C’est l’ETAT. L’ ETAT ne communique pas sur ses accords avec les sociétés minières. Les sociétés payent leurs taxes et c’est à l’ ETAT de reverser ces sommes à la communauté.}

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 14:36, par Un Burkinabê En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Je reviens à la charge.
    La proposition de internaute "Thièn" est une solution. Au Canada la loi dans certaine province (équivalent des Etats aux USA) permet aux sociétés minières d’investir dans des infrastructures (mais pas routières car de la responsabilité des Etats) et en déduire sur les impôts à payer. Comme dit les ressources naturelles non renouvelables d’un pays n’appartiennent pas aux communautés locales mais à la nation entière et surtout à toutes les générations. Notre Etat peut se tourner vers l’expertise nationale en matière de mine. Le Burkina en regorge beaucoup et selon des indiscrétions de très bons qui ont une réputation internationale au dessus de la moyenne. La diaspora burkinabê en matière de mine est très prisée. Seulement notre pays et en particulier nos décideurs n’en profitent seulement pas !

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 18:20, par Michel En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    C’est dommage les gens qui pointe du doigt sans savoir de quoi il s’agit. Les doléances on étais transmises et prises en compte dont quelques unes déjà réalisés, malheureusement on constate un manque de communication entre les autorités costumières, comme le Grand Imam de Wona, les adjoins au maire, et les groupe des jeunes qui manifestent, je comprend leur frustration quand sont mis a l’écart des négociations. d’autre part les travaux publiques c’est au gouvernement de les faire. Je sais que SEMAFO, par intermède de ça fondation à déjà abouti à pas mal des projets communautaires.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 19:34, par Le Révo En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    Semafo wona c’est triste. Des agents ki arrivent dans une école prendre des photos sans aviser le directeur.Ocun respect

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 21:24, par Un Burkinabê En réponse à : Mine d’or Semafo Wona : Échauffourées entre populations et forces de sécurité

    @ Le Revo : vous ne comprenez rien de l’industrie minière donc un ignorant. Pourquoi voulez vous que des sociètés étrangères se substituent à l’Etat Burkinabê en matière de réalisations d’infrastructures routières. Où mettez vous la souveraineté de l’Etat ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bolloré transport & Logistics expose son savoir-faire au salon international sur le coton et le textile
Echanges civilo-militaires : Le projet « Améliorer la collaboration entre les FDS et les communautés de Liptako Gourma » lancé
Initiative « Faisons un geste » : Plus de 23 millions de F CFA collectés au profit des déplacés internes
Péages : Les travailleurs en grève à partir du 27 février 2020
Burkina Faso : Un pays en panne de leaders ?
Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles-de-Gaulle : Le ministre de la Santé veut améliorer la qualité des soins
Polémique concernant l´affectation de policiers dans les ambassades : Le SAMAE contrattaque avec un droit de réponse
Corruption à la police municipale : Le Collectif des policiers municipaux fustige le rapport du REN-LAC
Région du Nord : Un centre de transit pour prendre en charge les enfants en situation de mobilité
Déplacés internes au mois de février 2020 : Une augmentation d’environ 24,72% par rapport à la situation du mois de janvier
Décès au Burkina Faso d’un militaire français de l’opération Barkhane
UNAPOL/ SAMAE : la guerre des syndicats est-elle ouverte ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés