Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Etienne Lankoandé (stagiaire) • jeudi 29 novembre 2018 à 00h26min
Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

Le Réseau National de Lutte Anti-corruption (REN-LAC), a animé une conférence de presse ce mercredi 28 novembre à son Siège à Ouagadougou. C’est à l’occasion du lancement de la 13ème édition des Journées Nationales de Refus de la Corruption (JNRC). Conférenciers, le Secrétaire exécutif du REN-LAC Dr Claude WETA, son adjoint Sagado NACANABO et Bruno KERE, le chargé des plaidoyers et du lobbying du REN-LAC.

A la faveur des Journées Nationales de Refus de la Corruption (JNRC) qui se tiendront du 1er au 10 décembre 2018, sous le thème : « La corruption dans le secteur de la santé : manifestations, impacts, responsabilités des gouvernants, rôle et place des populations dans la lutte », le Réseau National de Lutte Anti-corruption (REN-LAC), a animé une conférence de presse ce mercredi 28 novembre 2018 à son Siège à Ouagadougou. Pour mémoire, les JNRC s’inscrivent dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la lutte contre la corruption qui a lieu le 9 décembre de chaque année.

Ce n’est un secret pour personne, au Burkina Faso, l’état que l’on peut faire de la corruption dans les secteurs sociaux de base tels que l’éducation et la santé, est amer. En effet, des faits de rackets, subis par les populations de la part de certains acteurs de ces secteurs, sont quotidiennement rapportés. Dans le rapport 2017 du REN-LAC sur l’état de la corruption au Faso, le secteur de la Santé est classé 13ème rang des services publics les plus touchés par la corruption.

Le phénomène de la corruption dans ce domaine de la Santé est constaté surtout lors des consultations des patients, dans la gestion du matériel et des médicaments couverts par la gratuité. A cette situation, s’ajoute l’orientation de certains malades des structures publiques vers les centres de santé privés. Ce constat selon Bruno KERE, chargé des plaidoyers et du lobbying du REN-LAC, se justifie par le fait « qu’en 2015, le Burkina était dans une phase de transition et tous se méfiaient des pratiques malsaines qui pourraient par la suite avoir des retombées négatives sur leurs auteurs.

Ayant fait suite à un régime d’anciens dignitaires, la conséquence logique dans la mentalité de la plupart, fut que les mêmes pratiques pouvaient reprendre puisque ce sont les mêmes personnes ou presque les mêmes qui sont revenues au pouvoir ». D’où une recrudescence de cette pratique en 2017.

A ces pratiques s’ajoutent, la vente directe de produits par certains agents de la Santé, les surfacturations ou la vente de médicaments, l’utilisation des réactifs et du matériel du service public à des fins privées, par certains prestataires de soins dans les services de santé, etc.

Selon le Dr Claude WETA, Secrétaire exécutif du REN-LAC ‘‘les conséquences dans ce domaine ne doivent pas s’évaluer en termes de chiffres seulement, puisqu’il y a également des pertes en vie humaine et des répercutions sur la productivité économique.’’

En plaçant cette 13ème édition des JNRC sous le signe de la corruption dans le secteur de la Santé, le REN-LAC entend mettre au cœur des priorités de la lutte anti-corruption en 2019, le domaine de la Santé. Il invite particulièrement les acteurs des médias à porter davantage les projecteurs sur le secteur de la santé ; aux fins de susciter des débats autour de la question, pour dégager des recommandations et des perspectives.

A cet effet, il sera question essentiellement de journées de sensibilisation des populations sur les méfaits de la corruption et d’interpellation des pouvoirs publics pour la prise de mesures vigoureuses en vue de lutter plus efficacement contre le phénomène de la corruption dans le secteur de la Santé. 10 journées durant, des actions seront menées à Ouagadougou et dans les cinq régions qui abritent des Comités régionaux anti-corruption (CRAC).

A Ouagadougou, il y aura entre autres activités, un panel sur le thème « La corruption dans le secteur de la santé : manifestations, impacts, responsabilités des gouvernants, rôle et place des populations dans la lutte », le 4 décembre 2018, le lancement de la plateforme d’informations anti-corruption le 7 décembre 2018, des conférences publiques dans les écoles de santé, des animations de théâtres fora et d’émissions télé et radio. Toutes ces activités, selon le REN-LAC, « visent avant tout, à mettre les autorités et les acteurs du secteur de la santé face à leurs responsabilités, et à renforcer la prise de conscience au sein des populations, en suscitant en elles des initiatives citoyennes de lutte contre la corruption ».

Etienne LANKOANDE (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 novembre 2018 à 03:44, par Professeur En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    une réalité connue de tous.Je sais par exemple qu’au CHR de Tenkodogo,lorsque les appareils d’analyse des laboratoires privés tombent en panne,et même certains examens qu’ils ne peuvent pas réaliser,c’est au CHR qu’ils le font..Même les seringues sont revendues aux patients.Certains frais sont directement perçus au laboratoire sous le prétexte que ce sont les agents qui ont apporté leurs réactifs,l’hôpital n’en dispose pas.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 06:55, par Ho En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Vous avez tout dit sur la corruption au Ministère de la santé. Certains agents de santé vident les produits des centres de santé publique vers les services de santé privés ou les pharmacies ce qui entraîne comme conséquence des ruptures de produits dans les hôpitaux publics etc.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 07:49, par James En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    C’EST UNE TRISTE RÉALITÉ MAIS ON Y ARRIVERA SI TOUT VA BIEN ! CETTE FAUTE INCOMBE EN PARTIE AU GOUVERNEMENT.
    - MUNIR DES CAISSES DE CAMERA DE SURVEILLANCES SOPHISTIQUES
    - DISPOSER D’UN LOGICIEL ADÉQUAT POUR QU’A TOUTE MANIPULATION ILLÉGALE QUE CE LOGICIEL NE PERMETTE PAS CELA.
    QUOIQU’ON DISE OU QUOI QU’ON FASSE CERTAINS POUSSES PAR LEUR INTERET VOREUX PEUVENT SOIT UTILISER LEUR PROPRE MACHINE POUR TIRER LES TICKETS DE PAIEMENTS OU SOIT LE LOGICIEL INSTALLE N’EST PAS EXIGENT A L’ENREGISTREMENT DE TOUTE OPÉRATION AVANT UNE AUTRE OPÉRATION.
    - RECRUTER SI LES MOYENS LE PERMETTENT DES CAISSIERS(ères) DONT ILS AURONT LA RESPONSABILITÉ DE S’OCCUPER UNIQUEMENT DES RECETTES MÊME DANS TOUS LES CSPS LES PLUS RECULES CAR LES AGENTS DE SANTE FONT DEJA LEUR "DEALE" ENTRE EUX.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 08:26, par CMA Pissy En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Hé oui. À Pissy ces agents de santé qui exigent 3000 Frs des accompagnants des malades sans reçu ni rien sans qu’on ne sache pourquoi. Je connais deux personnes qui en ont été victimes. L’une a travers ses relations s’est fait rembourser tandis que l’autre non. Et ce dernier cas s’est déroulé en fin octobre. Voilà comment ça se passe. Au besoin je peux même donner les contacts de ces personnes pour être contactées.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 08:53, par Neekre En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Courage au RENLAC. Mais là ou je ne suis pas d’accord, c’est quand vous dites que la repression sera "mentale, morale et spirituelle". Si il n’y a pas de repression administrative et judiciaire, c’est un prêche dans le desert. Ceux qui font ces pratiques s’en fichent de la Morale ou de Dieu. Ils ne comprennent que le langage du baton. Et c’est pour cela que nous blamons l’etat qui fait la politique de l’autruche. Nous aussi, nous avons notre part de responsabilité : quand quelqu’un est pris en flagrant delit et que par hazard une decision tombe alors commencent les questions : pourquoi lui et pas les autres ? Comment il va nourrir sa famille ?........Vraiment compliqué cette histoire.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 09:36, par Yaméogo En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Vraiment une triste réalité. Le secteur de la santé est plus que corrompu. A koudougou, les médicaments destinés à la gratuité sont vendus par les agents de santé sans gêne. Certains agents dans les CSPS passent leur temps à racketter les populations. C’est l’argent du sang qui sera payé par leurs progénitures même si l’avenir de ces derniers est bien préparé. Tout se paie sur cette terre. De leur tombe ils verront ce qui va se passer sur terre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 11:09, par Ka En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Même en votant des millions de lois pour éradiquer la corruption au Burkina, ne servira à rien. Dans une république bananière comme le nôtre, la corruption est la force de toutes les lois. Qu’il soit au sein des CHU, CHR, CMA, tant que l’exemple ne vienne pas du ministre de la santé lui-même qui laisse les médecins se promener dans les cliniques privés et l’engraissent pour qu’il ferme les yeux de la corruption à ciel ouvert par l’ensemble des agents de la santé, personne ne peut éradiquer la corruption dans ce secteur. Vous perdez votre tempo, car, Il n’y a aucune volonté réelle d’y mettre fin à cette corruption a ciel ouvert dans ce secteur.

    Avec l’arrivé au pouvoir de Roch Kaboré, on a cru bêtement que ça allait changer, mais quand on regarde un peu, on voit que la corruption à ciel ouvert est plus pire. Et je vois qu’avec cette sortie du REN-LAC, ‘’’’c’est toujours la même chose depuis l’ère Compaoré, car, quand il s’agit de faire des déclarations ou prendre des résolutions grandioses et généreuses, notamment devant les médias, tout le monde est là, et y va de sa petite phrase choc. Mais quand il est question de mettre en avant la pratique pour sanctionner des personnes comme Guiro, il n’y a plus personne. En définitive, on en vient à se demander s’il ne s’agit pas d’une coquille vide créée uniquement dans le but de berner le monde ?

    Monsieur les responsables du REN-LAC, le problème est très simple : ‘’’il y a tellement de malversations dans l’entourage du pouvoir, et à tous les niveaux que personne n’agit avec la morale.’’’’ Quand le bon exemple viendra de haut, peut-être que ça changera. Mais pour cela, il faut sanctionner de manière sévère et juste a ceux qui, comme ancien ou nouveau ministre de la santé, qui s’enrichissent de manière illicite ou "borderline" aux yeux des agents de la santé qui font la même chose au près des pauvres malades.

    Pour moi ces journées du refus de la corruption, ne sont que des journées de distraction et du verbiage. Tant que les "élus" pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat en toute impunité, cette conception de corruption et ses conséquences néfastes perdureront.

    Répondre à ce message

    • Le 29 novembre 2018 à 15:17, par Akhenaton En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

      C’est clair et net. Le poisson pourri par la tête. Le mal vient du haut et c’est la preuve par l’exemple. Distraction et verbiage. Sous la révolution tout le monde marchait au pas se Tom Sank. Car lui même donnait l’exemple. Il n’est pas venu au pouvoir pour s’enrichir. Il est venu pour le bien de la masse. Mais j’ai tu as écoute dame Marshall non. Eh bien elle a tout dit. Ces gens la ne sont pas venus pour le peuple. Ils sont venus pour eux-mêmes. Hé oui. Alors pourquoi demander aux gens de serrer la ceinture tandis que mêmes ils se mettent a l’aise ? Pourtant, ici au Faso, personne n’a fait voeu de pauvreté. Alors. Moi j’avais espéré qu’avec l’arrivée de ces gars au pouvoir, on entrerait dans une autre ère. Hélas. Il y’a longtemps que j’ai arrêté de rêver. Ils sont venus déporter juste le système sur un autre terrain. Mais au Faso, avec cette génération le changement est quasi-impossible. Il y’a tellement de liens et d’agencement entre cette génération. Des jeux d’intérêt et des alliances matrimoniales insoupçonnés. X à marié la filiation de Y ou de Z. Que de la poudre aux yeux. Alors c’est pas demain la veille que le Faso va changer. D’ailleurs qulq’un disait que si Sankara revenait au pouvoir il ne ferai que quelques semaines car on allait finir avec lui rapidement. Tout est pourri et corrompu avec Papou 1er en tête...le Papou mouta mouta. Bonjour la gangrène devenue cancer.

      Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 16:32, par Neekre En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Yameogo, sois rassuré : on ne peut preparer l’avenir d’une progeniture avec l’argent de medicaments volés. C’est peine perdu. L’argent de medicaments volés , c’est dans la Bière , les Brochettes et la B..,.Pas plus.

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2018 à 18:00, par Ka En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Akhenaton je confirme : Tu as raison, la corruption au pays du valeureux Thomas Sankara est organisée comme suit : Par groupe familiale dont une personne est un décideur parmi nos décideurs. Elle est faite aussi par un groupe régional dont une personne est influant au sein du parti au pouvoir. Enfin comme tu l’as bien dit, ça se passe par des beaux en beaux, on fait tout pour qu’une fille du natif du premier Burkina ait un mari venu de quelque part, et voilà ce mari est propulser a un poste de responsabilité avec à la clé la corruption à ciel ouvert. Mon cher internaute de bonne foi, si l’Afrique est toujours a la traine et surtout à la remorque des pays dits développés, c’est a cause de la corruption à ciel ouvert. Il nous faut dans l’avenir des millions de Thomas Sankara pour que notre continent puisse se réveiller. Merci de lire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2018 à 08:25, par HUG En réponse à : Journées nationales du refus de la corruption : Le REN-LAC veut s’attaquer à la corruption dans le secteur de la santé

    Merci RENLAC car ce secteur est très pourri, certains agents agents de santé ont rangé dans l’éthique et la déontologie du corps. Moi même, j’ai maintes fois été victimes de l’escroquerie des agents de santé or ils ne sont pas les parents pauvres de la fonction publique. Par ailleurs, ils ont profité aussi de la largesse du pouvoir du MPP suite à leur grève de 3 jours sans service minimum donc pas question qu’ils continuent d’escroquer pou d’être absents à leur poste de travail pour se retrouver dans les cliniques. Mais RENLAC, il faut dénoncer seulement car ce pouvoir tremble devant certains syndicats. A coté des agents qui sucent les malades en les escroquant il y a par contre des agents de santé probe,honnête, et consciencieux dont le seul souci est le bien être des malades, à ceux là que DIEU les bénit à jamais

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
An 2 du décès de Salif Diallo : Le MPP se souvient de son ancien président
Décès du roi du Gulmu : Des explications sur les obsèques et les règles de succession
Syndicats du Burkina : Des « actions immédiates » de lutte actées
Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) : Une marche silencieuse pour réclamer l’autopsie des militants « assassinés » dans le Yagha
FIIJA 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina
Santé : « Tiétaa main tendue », une nouvelle association pour lutter contre le cancer
Décès de sa majesté le Kupiendieli : Les condoléances du gouvernement
Décès du Kupiendieli : Le CDP rend hommage à un un « grand homme politique »
Décès du roi du Gulmu : Le président du Faso salue la mémoire d’un « souverain écouté et respecté »
Compétition de plans d’affaires (COPA) : 98 jeunes du Centre-sud reçoivent leurs chèques
Burkina : « Les exécutions sommaires sont des germes d’une guerre civile », avertit le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré
Aicha Farida Ouédraogo, meilleure au Bac 2019 « Le secret de la réussite, c’est la rigueur et la discipline »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés