Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Situation sécuritaire dans le Loroum : Les populations expriment leur ras-le-bol

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Yann Nikiema • mercredi 28 novembre 2018 à 00h39min
Situation sécuritaire dans le Loroum : Les populations expriment leur ras-le-bol

En vue de soutenir les Forces de défense et de sécurité (FDS) dans le combat contre le terrorisme et le banditisme, la coordination provinciale des Organisations de la société civile (OSC) du Loroum a organisé une marche, ce mardi 27 novembre 2018, à Titao. Les manifestants ont voulu ainsi exprimer leur ras-le-bol face à la situation sécuritaire précaire dans laquelle est plongée cette partie de la région du Nord.

De par sa proximité avec la République du Mali et la région du Sahel, la région du Nord vit une situation sécuritaire peu enviable. Les Forces de défense et de sécurité (FDS), toute l’administration publique ainsi que les populations civiles sont les cibles de sinistres individus prêts à tuer. La région a enregistré au total six attaques terroristes, d’octobre 2017 à octobre 2018.

Les populations gardent en mémoire l’attaque du commissariat de police de Sollé ; l’embuscade tendue aux policiers de Banh, Sollé et Koumbri ; l’attaque du collège d’enseignement général de Kaïn (Yatenga) et la récente explosion d’une mine artisanale sur l’axe Sollé-Titao, le 5 octobre 2018, qui a causé la mort de sept policiers. Face à cette situation qui a installé la psychose dans la province, des OSC se sont fait le devoir de réagir en organisant une marche dans les artères de la ville de Titao, afin d’interpeller les autorités pour une recherche de solutions urgentes.

La nécessité d’actions concrètes

De la Place de la nation de Titao, les manifestants ont convergé vers le commissariat de police puis vers le haut-commissariat où ils ont été reçus par la première responsable administrative de la province. Pancartes de fortune en main, sur lesquelles l’on pouvait lire « Soutien au FDS », « Non au terrorisme », « En avant pour une collaboration franche avec les FDS », « la réouverture des écoles est impérative », etc., les manifestants ont fait une escale au commissariat de police où ils ont été reçus par Saïdou Ouédraogo, adjoint du commissaire central. La minute de silence en mémoire aux policiers tués et la remise symbolique d’un soutien financier aux familles des disparus sont les actes forts qui ont marqué cette marche.

Dans les rangs des marcheurs, des voix s’élevaient pour déplorer la suspension des cours sur l’étendue du territoire provincial. « Depuis le 15 novembre, nous constatons et déplorons le non-fonctionnement du système éducatif dans tous ses ordres dans la province. Cette situation nous préoccupe beaucoup », s’insurge un groupe de jeunes collégiens.

Le chef de l’Etat interpellé

Les populations se disent convaincues que le président du Faso et son gouvernement peuvent faire mieux pour aider les habitants du Loroum. Pour ce faire, les manifestants, par la voix de leurs porte-parole Moussa Ouédraogo et Ilassa Ouédraogo, ont formulé des doléances aux autorités.

Les mécontents du jour demandent d’organiser permanemment des patrouilles mixtes dans la province, de renforcer conséquemment le personnel et l’équipement des FDS, de penser à la création d’une base militaire à Titao et d’un détachement dans le département de Sollé. Ils demandent en outre la réouverture de toutes les écoles dans un bref délai, l’amélioration de l’accessibilité de la province à travers la réhabilitation des routes départementales et le bitumage de la route Ouahigouya-Titao-Djibo.

Après avoir reçu le message des manifestants, Aïssata Angelina Traoré, haut-commissaire de la province du Loroum, a félicité les marcheurs pour cette initiative dont le but est de faire régner la paix et la quiétude dans la province.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés