Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Procès du putsch : "Que ferais-je seul de 22h à 7h dans un camp", s’interroge l’ancien bâtonnier, Mamadou Traoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 22 novembre 2018 à 13h18min
Procès du putsch :

Deuxième jour d’audition de l’ancien bâtonnier, Maître Mamadou Traoré, ce jeudi 22 novembre 2018 au tribunal militaire de Ouagadougou. Il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires. Il est défendu par deux anciens bâtonniers, Me Moussa Coulibaly du Niger et Me Patrice Monthé du Cameroun.

A l’ouverture de l’audience, le Parquet a procédé une fois de plus à la lecture des procès verbaux de certains officiers dont le médecin colonel-major Yonaba Saïdou qui a affirmé avoir vu l’ancien bâtonnier Mamadou Traoré au camp Naaba Koom au petit matin du 17 septembre 2015 aux environs de 7h.

A la barre, l’accusé n’a pas changé sa déposition : "J’ai eu la chance d’être soigné par le Colonel major Yonaba. Et je sais être reconnaissant. Mais que ferais-je seul de 22h à 7h dans un camp ? Où étais-je ? Dans un bureau de faction ? Ça pose un problème de logique. En terme plus courtois, le Colonel major Yonaba ne peut pas m’avoir vu le 17 matin au camp [...] Monsieur le Président, cette instruction est un peu torquemada. Chacun raconte ce qu’il veut pour sauver sa tête. Je ne peux pas rentrer dans le schéma mental des uns et des autres. Yonaba était accusé, mais il a bénéficié d’un non lieu et il est cité comme témoin par le parquet".

Selon le Bâtonnier, Moussa Coulibaly, les charges retenues contre Me Mamadou Traoré, sont aussi "infamantes, injustifiées et infondées". Et il martèlera au prétoire que son client dans cette affaire n’a joué que son rôle d’avocat. A sa suite, son collègue du Cameroun, le Bâtonnier Patrice MONTHE, dira qu’on apprend toujours plus en se rendant au tribunal qu’en allant sur la place du marché. Il a déploré le fait que le Parquet n’ait pas fait cas du memo annexé à la déclaration du Colonel major Yonaba Saïdou, memo qui ne fait aucune allusion au Bâtonnier Traoré.

"Dans certaines sociétés, des gens ne prennent aucune décision sans l’avis de leurs avocats. Je suis triste pour Me Mamadou, un homme d’honneur, qui fait honneur à ce pays, mais qui est traîné au banc de l’infamie pour n’avoir rien fait si ce n’est son métier. L’avocat n’est pas un marchand de tapis. On ne le paye pas, on l’honore", a déclaré Me Patrice MONTHE, conseil de l’accusé Me Mamadou Traoré.

Lefaso.net

P.-S.

Selon le Larousse, Tomás de Torquemada était un dominicain et inquisiteur espagnol du moyen âge qui publia en 1484 une Instruction qui servit de base au droit propre à l’Inquisition. Son nom est devenu synonyme d’intolérance.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés