Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Recherche scientifique et innovation : Les producteurs semenciers se partagent les expériences

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • DCPM/MESRSI • lundi 5 novembre 2018 à 11h15min
Recherche scientifique et innovation : Les producteurs semenciers se partagent les expériences

Le Secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et de l’innovation a effectué une visite commentée des parcelles de production semencières du Programme d’Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants pour l’Afrique Sub-saharienne (SAPEP). C’était le vendredi 25 octobre 2018 dans les localités de Bondonkouy et Ouakoye dans la boucle du Mouhoun.

Permettre aux producteurs des 12 provinces dans lesquelles intervient le projet SAPEP de mieux se familiariser en vue d’échanger et de se partager les expériences. Tel était l’objectif de la visite commentée des parcelles du projet SAPEP dans la Boucle du Mouhoun. A cet effet, chaque province a été représentée par deux producteurs semenciers et un responsable d’encadrement agricole.

La visite a commencé avec le site de production semencière de maïs du producteur Lamoussa TAMINI dans la commune de Bondoukuy. La parcelle de TAMINI a une superficie de 5 hectares et la variété de maïs utilisée est le FBC6. L’itinéraire technique de production ayant été respecté dans toutes les étapes de la production sur cette parcelle expérimentale, on estime déjà à 5 250 000 F CFA la vente prochaine du produit de cette parcelle. Les charges de la production, elles, sont évaluées à 1 246 000 F CFA. D’où une estimation en bénéfice d’environ 4 000 000 F CFA.

La seconde visite a concerné la parcelle de production semencière de 10 hectares de riz des producteurs Seydou BONZY et Dofini BONZY, située dans la commune de Ouarkoye. L’estimation de la vente du produit est de 17 500 000 F CFA contre une charge de 4 113 500. Soit un bénéfice estimatif d’environ 13 000 000 F CFA.

Selon ces producteurs semenciers les contraintes majeures rencontrées dans la mise en œuvre du projet sont entre autres, l’arrivée tardive des intrants, le manque de magasin de stockage et d’aire de séchage, l’accès difficiles aux engrais de bonne qualité sur le marché et les difficultés d’écoulement des productions. Ils ont néanmoins pris l’engagement d’étendre à d’autres spéculations la saison prochaine.

Au terme de chaque visite, les producteurs semenciers ont échangé sur les difficultés, les atouts et perspectives liés à la production de semences certifiées de qualité. Ainsi Mahamoudou TASSAMBEDO de la province de la Sissili s’est réjoui de la tenue de cette visite commentée. Pour lui, de nombreuses leçons ont été tirées de ces expériences. Il en veut pour preuve l’engouement des producteurs dans le travail, l’application de nouvelles techniques agricoles, le respect et le suivi de l’itinéraire technique indiqué par les encadreurs agricoles.

Le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, chargé de la Recherche Scientifique et de l’Innovation.

Monsieur Urbain Ibrahim COULDIATI, Dr Urbain COULIDIATI a salué l’esprit d’équipe des producteurs semenciers de la boucle du Mouhoun et a invité tous les acteurs à mieux s’organiser pour l’atteinte de l’objectif du projet qui est d’accroître la productivité agricole des petits exploitants. Il a, par ailleurs, rassuré les producteurs de la prise en compte de leurs préoccupations dans les différences composantes du projet.

Le coordonnateur du projet SAPEP, Dr Sibiri Jean-Baptiste TAONDA, a jugé ces expériences très édifiantes. Mieux, elles vont, de son point de vue, permettre d’approvisionner les autres producteurs de la localité en semences améliorées certifiées pour une meilleure productivité et d’améliorer de leur revenu.

Sur la question de l’écoulement des semences, Dr TAONDA dira que la production se fait, normalement, en fonction du besoin. Par ailleurs, en ce qui concerne la production alimentaire pour l’ensemble des consommateurs, des mesures seront prises pour faciliter l’approvisionnement des producteurs du domaine en semences de qualité, a-t-il rassuré.

Début octobre 2018, le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum MAIGA, a effectué, lui aussi, une visite des sites d’expérimentation de ce projet les localités de Nariou, Couksin et Saria, dans la région du Centre Ouest.

DCPM/MESRSI

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recherche scientifique : Le ministre Alkassoum Maïga dans les champs de l’INERA
Institut 2iE : Le Cercle des DRH s’informe sur le « Master international assainissement non-collectif »
Communication dans la promotion des bonnes pratiques culturales et agronomique du maïs au Burkina Faso : cas des producteurs de la province du Boulkiemdé
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
Les ambiguïtés de la politique de transport urbain à Ouagadougou : le cas des taxis verts
Institut des sciences et des sociétés : Une doctorante décortique l’institution chef de file de l’opposition
Soutenance de thèse unique : Mention très honorable pour le Dr Bazombié Yidain Jacob Daboué
ENAM : Huit opérateurs économiques reçoivent des toges de reconnaissance
Championnat international du débat francophone : Mathilde Zerbo félicitée par son établissement l’USTA
Communication et Journalisme : Tiga Cheick Hamed Sawadogo s’intéresse aux koglwéogo dans une recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés