Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • DECLARATION • mardi 30 octobre 2018 à 00h53min
Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

Ceci est une déclaration de l’Union pour le Progrès et le changement à l’occasion de l’an IV de l’insurrection populaire au Burkina Faso.

Les 30 et 31 octobre 2018, notre pays commémore l’An IV de l’Insurrection Populaire, un événement dont la portée a dépassé de loin les frontières de notre pays.

En cette circonstance à la fois historique et douloureuse, l’Union pour le Progrès et le Changement rend un hommage mérité aux martyrs, et salue la bravoure de notre peuple et son attachement à la démocratie.

L’UPC a été un acteur de premier plan de l’Insurrection. A l’époque, notre parti, qui exerçait la fonction de Chef de file de l’Opposition Politique, à travers son Président, M. Zéphirin DIABRE, a su rassembler toute l’Opposition politique, les Organisations de la société civile et l’ensemble peuple burkinabè pour mener ce combat dans la paix et la non-violence, dans un esprit républicain.

Chemin faisant, il n’a même pas hésité à faire accueillir dans les rangs de l’Opposition, des opposants de dernière minute en rupture de ban avec le pouvoir en place, et dont certains étaient, peu avant, des concepteurs de la modification de l’article 37ou de fervents apôtres du sénat. En agissant de la sorte, l’UPC et son Président avaient jugé que le combat autour de la contradiction principale, à savoir celui du maintien ou la suppression de la limitation du mandat présidentiel, commandait de taire les contradictions secondaires, à savoir les différences d’idéologies ou d’intérêts politiques partisans.

C’est en mettant ainsi les intérêts de la Nation au-dessus de tout, que les forces de progrès coalisées ont pu, sous la direction du CFOP, mener à bout ce combat historique.

La principale victoire de l’Insurrection, c’est d’avoir montré que rien ne peut résister à un peuple déterminé.

Le souvenir de la victoire n’efface cependant pas celui de la grande tristesse engendrée par le sort subi par la trentaine de nos martyrs tombés au champ d’honneur, ni par celui des 300 et quelque blessés enregistrés.

Des patriotes sont morts ou ont été blessés parce que certains de ceux chargés du maintien de l’ordre ont délibérément fait usage de leurs armes à feu. D’autres dégâts collatéraux se sont ajoutés au tumulte, résultant de l’action de certaines officines politiques qui ont profité de l’événement pour régler des comptes personnels, notamment en commanditant l’incendie des maisons de leurs adversaires.

Quatre années après cette lutte héroïque du peuple, les Burkinabè attendent toujours justice pour l’ensemble des victimes, et une juste indemnisation des blessés et des ayants droits.

Les dossiers du coup d’Etat manqué de septembre 2015 (pourtant survenu presque un an après l’Insurrection) connaissent de nettes avancées sur le plan judicaire. Il faut s’en réjouir. Mais, concernant l’Insurrection, les familles et l’ensemble des Burkinabè attendent toujours de connaitre la vérité et de voir la justice rendue.

Comment comprendre un tel retard, quand on sait que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui étaient des forces politiques qui ont appelé à manifester, et doivent leur accession au sommet de l’Etat, au sacrifice de ces martyrs ? S’il ya bien des gens qui n’ont nullement besoin d’etre interpellés sur la question, ce sont eux !

Pour l’UPC, tous les auteurs d’exactions, quels que soient les camps auxquels ils appartiennent, doivent être poursuivis. C’est quand toute la vérité sera dite, et la justice rendue, que nous pourrons aller à la réconciliation nationale, une réconciliation sincère qui permettra au Burkina Faso de tourner ses pages noires et d’unir ses forces pour aller de l’avant.

Concitoyennes, concitoyens,

La célébration de ce quatrième anniversaire de notre Insurrection survient dans un contexte particulier.

Ce contexte est hélas dominé par la question sécuritaire. L’hydre terroriste, jusque-là inconnu des Burkinabè, s’est comme solidement installé chez nous. Le péril appelle à l’union sacrée des enfants de la patrie autour de nos forces de défense et de sécurité. L’UPC ne marchandera jamais cette solidarité.

Mais l’union sacrée n’empêchera pas notre parti de pointer du doigt les insuffisances de la politique sécuritaire menée par nos dirigeants, lesquelles insuffisances ont fini par livrer l’ensemble des régions à la guérilla des ennemis : mauvaise évaluation du risque réel , nominations de complaisance à la tête des départements de la sécurité et de la défense, improvisation, déplacement des priorités dans la dépense publique qui conduit à préférer offrir des véhicules de luxes aux ministres plutôt que d’équiper l’armée en matériel de combat, etc.

La vérité oblige à dire que jamais, sur le plan de la protection de l’intégrité territorial, aucun régime burkinabè n’a autant échoué.

La gouvernance servie par les insurgés de la dernière heure qui sont aujourd’hui aux commandes de l’Etat est aux antipodes des rêves qui ont nourri l’Insurrection.
La corruption a de beaux jours sous le régime du Président Roch KABORE. Le vote forcé de la loi sur les PPP/gré à gré a ouvert la caverne d’Ali Baba pour les barons du régime. Ainsi, des milliards sont pillés en catimini, en contrepartie de travaux bâclés. Et, ce sont des générations entières de Burkinabè qui en payeront le prix, quand le MPP et alliés auront fini de se jouer de notre pays.

A cela s’ajoute le pillage du foncier par les protégés du régime, qui volent au grand jour sous la couverture de la « promotion immobilière ». Maintenant qu’ils se sont suffisamment gavés et que la pression monte, surtout de la part de l’Opposition politique, le Gouvernement lève timidement la suspension des lotissements.
Le peuple s’est également soulevé en 2014 pour plus de liberté. Or de nos jours, le nombre de prisonniers d’opinion croit.

Les arrestations et incarcérations continuent sous le prétexte de « tentative déstabilisation », s’ajoutant aux nombreuses tentatives pour restreindre de fait les libertés syndicales. La « complotite » est même de retour. Comme ils l’ont fait par le passé, les dirigeants du MPP n’hésiteront pas un seul instant à concocter des complots imaginaires, pour se débarrasser de certains opposants dans la perspective des joutes électorales à venir.

Les jeunes et les femmes, pourtant moteurs de l’Insurrection, sont désillusionnés par ce pouvoir sans vision et sans initiative pour les sortir de l’ornière.
Notre économie est à terre. Le PNDES, dont le boubou de 18.000 milliards a été cousu en France, n’espère plus qu’une culotte raccommodée en Chine.

Sur le plan politique, la question de l’article 37 ne semble pas avoir prévenu le MPP et compagnie. En effet, les forts du moment, amnésiques des faits qui ont conduit à l’Insurrection, s’imaginent déjà dans un pouvoir de 50 ans, c’est-à-dire à vie. Ensuite, ils ont révisé le Code électoral pour s’assurer une mainmise sur le fichier électoral, donc un parfait contrôle des résultats de chaque élection. Cela porte atteinte au principe d’alternance, au même titre que la modification de l’article 37.

Et que dire de l’achat de députés et de conseillers municipaux par le régime du MPP ? En 2014, les Burkinabè s’en sont pris à des députés logés à l’hôtel Azalaï, parce qu’ils estimaient qu’ils ne devaient pas cautionner la modification de l’article 37. Moins de quatre ans après, des députés oublieux de ce signal fort, se vendent au pouvoir et trahissent ceux qui les ont mandatés.

Par ailleurs, plusieurs organisations de la société civile, parties prenantes de l’Insurrection, ont préféré monnayer leur engagement. Hier dénonciatrices des maux qui minent notre société, elles sont à présents aphones sur tout, sauf sur ce qui touche à leur pain.

Chers concitoyens,

L’état actuel de notre pays ne doit pas nous faire regretter d’avoir fait notre insurrection. Loin de là ! Nous ne sommes pas sortis dans la rue contre le sigle ou le logo d’un parti, encore moins contre des individus. Nous sommes sortis pour dénoncer une manière de gouverner, un système. Il se trouve malheureusement que les concepteurs et exécutants de ce système sont ceux-là que nous avons choisis pour présider à la destinée de notre pays. Nous leur avons remis un pays entier, ils s’apprêtent à nous retourner un pays en morceaux.

Ce n’est pas l’Insurrection qui a conduit notre pays dans sa situation actuelle. Ce sont les insurgés de la dernière heure à qui nous avons confié notre destin au lendemain de l’Insurrection qui ont conduit le pays dans cette impasse.
Ce qu’il nous faut donc regretter sincèrement et chercher à corriger, ce sont nos choix politiques. L’immense soif qui demeure en chacun de nous, c’est celle du vrai changement, d’alternative crédible. Travaillons à étancher cette soif à temps !

Que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso !

Pour le Bureau politique national de l’UPC,
Le Secrétaire général national

Rabi YAMEOGO

Vos commentaires

  • Le 29 octobre 2018 à 12:44, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Oui, UPC sans être de votre parti, je partage votre point de vue. Les choses qui ont amené les burkinabés a montré leurs poitrines nues et leurs mains en l’air face aux forces de l’ordre lors de l’insurrection populaire sont toujours là et même pire : L’injustice sociale, la corruption, les nominations de complaisance, le musèlement des syndicats, la restriction de la liberté d’expression, les arrestations sans jugement, les traitements injustes entre les travailleurs accentués, la modification unilatérale du code électoral...... Sur ce dernier point, il faut dire que c’est sous le règne du pouvoir du MPP et acolytes que ce code n’est pas consensuel. Mais il n’est jamais tard pour mieux. Ce que nous faisons c’est l’esprit de critique et non l’esprit critique.

    Répondre à ce message

    • Le 29 octobre 2018 à 13:10, par Kladjou En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      Désolé, de poser la question ; mais de quel pays parlez-vous comme cela ?

      Répondre à ce message

    • Le 29 octobre 2018 à 14:21, par Bigbalè En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      C’est triste ! Vous devez souffrir de ne pas être vous-mêmes

      Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 11:49, par PIONG YANG En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      ET POURTANT LES SALAIRES SONT AUGMENTES JUSQU’AU TRIPLES POUR CERTAINS ET RÉGULIÈREMENT PAYES, LES FONCTIONNAIRES JADIS CONTRACTUELS SONT TOUS FONCTIONNAIRES A VIS, LES FEMMES ACCOUCHENT GRATUITEMENT, LES ENFANTS DE BAS AGES ONT DES SOINS MINIMUM GRATUITS, LES ROUTES SONT BITUMES A BOBO, OUAGA, ET LES AUTRES PROVINCES, LES MATERNITÉS SONT CONSTRUITES DANS PLUS DE 200 VILLAGES, LES CSPS DANS PLUS DE 300 LOCALITÉS, LA FAMINES A ETE GÉREE AVEC HUMANISME ET SOUTIENT DE L’ÉTAT, L’ARMÉE EST DE MIEUX EN MIEUX ÉQUIPÉE, LES RECRUTEMENT DE FONCTIONNAIRES SE POURSUIT, DES ENSEIGNANTS BACHELIERS DE PLUS DE 4000 SONT RECRUTES, DES BUS A BOBO, DES USINES EN CHANTIER (SIMASSO, BIENTOT FASO FANI, PLANET JUS, ANACADIS, ETC) ETC ….ETC… ET TOUT CA DANS UN BURKINA EN GUERRE. QUANT MÊME !!
      HONTES AUX MALHONNÊTE INFÂMES ET SANS MÉMOIRES QUI POLLUENT A LONGUEUR DE JOURNÉE LES ESPOIRS DE NOS ENFANTS.
      COURAGE ET BRAVO MONSIEUR ROCK.

      Répondre à ce message

      • Le 31 octobre 2018 à 09:01, par Damis En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

        Je valide 100% ton écrit, M. PIONG YANG.
        Le véritable problème dans notre pays, c’est que la malhonnêteté est devenu la nourriture quotidienne de la plupart des burkinabè. C’est très regrettable de le constater mais Les vrais insurgés ne remettent pas actuellement en cause tous les acquis engrangés depuis la gouvernance de Rock KABORE, malgré le sabotage des actions gouvernementales (la propagande, terrorisme politicien fabriqué de toutes pièces à travers les forces du mal locales, avec le soutien des certains pays occidentaux et même avec le soutien de certains présidents africains…). Malheureusement, bon nombre de citoyens honnêtes ignorent cela, soit parce qu’ils ne sont pas informés soit ils sont embobinés par des personnes de mauvaise foi comme c’est le cas de ZEPH (vipère).
        Dans tous les cas, c’est après la gouvernance de Rock que les insurgés verront les avancés significatifs qu’ils pourront même comparer aux acquis de 4 années d’existence de la révolution populaire de 1983-1987, conduite par l’illustre Tom Sank.
        Ce que je demande aux honnêtes citoyens, c’est de continuer à implorer Dieu Tout Puissant afin qu’Il garde notre Faso sauf face à l’assassinat programmé de notre jeune démocratie, et qu’Il préserve nos dirigeants face aux ennemis déclarés du Burkina et de l’Afrique toute entière, qui ne cachent pas leur intention de conduire nos différents pays dans le gouffre.
        Que Dieu bénisse le Burkina Faso !
        La patrie ou la mort, nous vaincrons !

        Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 13:25, par TANGA En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    C’est maintenant que vous parlez de ceux qui sont tombés les 30 et 31 Octobre ?
    Comment voulez vous que les jugements commencent par les problèmes du coup d’état ? On saute du coq à l’âne et on dit avoir bien fait. C’est pendant la transition même qu’il fallait arrêter qui de droit pour parler des morts.
    Vous comprendrez que l’on n’a pas voulu laisser des gens qui étaient avec Blaise mais qui ont amplifier les problèmes en tuant la population. Ces gens là où sont ils ? Qui a tiré, qui avait donner l’ordre de tirer ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 13:28, par ib En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Dites moi svp c’est quel UPC qui a pondu ces critiques, ce n’est pas celui de Zeph j’espère

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 13:29, par Django En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Il ne reste plus que les insurgés de premiers ordre en l’occurrence l’UPC fasse sa propre insurrection pour tout résoudre en un clin d’euil. En attendant la prière a fait des effets. Éboulement à l’est. Plus de 100 terroristes sous TERRE.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 13:58, par VERITE 2020 En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    NOTRE EGO VA NOUS DÉTRUIRE A JAMAIS. NOUS RAMENONS TOUJOURS LES CHOSES A NOTRE PROPRE PERSONNE.COMMENT POUVONS SE DÉVELOPPER DANS CET ETAT D’ESPRIT. C’EST TOUJOURS GRACE A MA PERSONNE SANS QUOI TOUT IRA MAL.QUE DIEU APAISE LE CŒUR DE CES POLITICIENS AFIN QUE NOUS PUSSIONS VIVRE DANS LA PAIX.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:07, par YAAM SOBA En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    La performance du MPP à ce jour, a malheureusement déçu les insurgés qui croyaient au changement.
    Tout porte à croire que le MPP a divorcé avec l’esprit de l’insurrection.
    Déjà au moment de sa formation, et tout au long de sa marche vers le pouvoir, le MPP a utilisé les mêmes vieilles ficelles longtemps décriées de notre vie politique. Arrivé au pouvoir, il est resté en collusion avec les mêmes forces économiques et sociales d’hier.
    Comme par le passé, les marchés sont « offerts » aux opérateurs économiques proches des ténors du MPP. Ce fut le cas avec les récents marchés du ministère des infrastructures relatifs aux réfections des voies non bitumées, qui ont donné l’occasion
    d’une distribution de contrats faramineux à des entrepreneurs connus pour avoir financé la campagne du MPP. Toute chose qui atteste qu’on ne peut pas compter sur ce régime pour avoir la transparence dans les passations des marchés publics, ni des avancées dans la lutte contre la corruption, la mal-gouvernance et l’impunité. Bref, les dirigeants de ce nouveau régime n’ont ni les moyens, ni la volonté de se défaire des pratiques décriées de l’ancien régime dont ils furent les principaux animateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:11, par vision jeunesse En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    hé vous êtes tous des insurgés de la dernière minute. Ce n’est pas un individu ou un parti politique qui est père de l’insurrection. Bande de gros ventre. Vous les politiciens si vous ne savez pas comment battre vos campagnes alors faites comme ADAMA DAÏKO. Reprenez votre ancien chemin de vie. On dirait vous vous croyez les plus intelligents de ce pays ? héiiiii dè go out and see. 1 ,2,3 MPP UPC en saman fou. Ara woorou banda !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:16, par Y En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Qui a appelé les gens contre le pouvoir du cdp ? C est lui ! Qui est encore assis avec le cdp ? C est encore lui ! Et bien si ce n est pas un traitre, ça y ressemble.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:18, par Tambi En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Chers insurgés ! Le MPP n’a aucun intérêt à faire la lumière sur des crimes dont lui-même connaît les secrets. Pourquoi ferait-il du jugement de ces crimes une priorité, puisqu’en la matière il n’y a pas seulement les coupables, il y a aussi les complices qui sont inculpables. Les ténors du MPP peuvent-ils montrer "patte blanche" ? Le pouvoir MPP est au pied du mur où il tarde à révéler ses qualités de maçon d’une justice indépendante.
    En effet, comment sauver des chefs d’orchestre des évènements d’octobre 2014 restés fidèles au régime du Président Kaboré pendant que ceux du coup d’État raté du Général Diendéré, doivent payer ? Nos dirigeants, durant deux ans de pouvoir, sont restés coincés entre des privations de liberté aux uns et des libérations provisoires aux autres, sonnant comme une conspiration insidieuse pour ridiculiser l’Institution judiciaire. Les Burkinabé ont vécu ces deuxdans du pouvoir MPP comme un déni de justice ou plutôt le début d’une justice sélective pour laquelle on lève l’immunité des uns, on épingle
    d’autres par des enquêtes parlementaires, alors que certains qui ont exercé dans les mêmes conditions narguent le peuple. Là où elle n’est pas sélective, notre nouvelle justice apparaît asymétrique selon les types de citoyens. Et c’est regrettable pour nous qui sommes sortis les 30 & 31 octobre non pas seulement pour combattre la modification de l’article 37, mais aussi de mettre fin à l’injustice du régime Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:23, par Nikiema En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Je suis militant de l’UPC. J’ai toujours fait des marches pacifiques depuis 2013 avec mon leader Zephirin Diabré. On n’a jamais brulé de pneus, ni casser des infrastructures publiques.
    Et je puis vous assurer que c’est quand le MPP est venu au CFOP que la violence a débuté. Ce sont eux qui avaient les adresses des députés du CDP. Ce sont eux qui ont brûlé les domiciles des membres du CDP. Ce sont eux qui ont envoyé des milices pendant l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:33, par Pol En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Comment peut-on faire une insurrection et vouloir le Changement avec ceux là même qui étaient les artisans de la mal gouvernance du régime Compaoré ? L’erreur des burkinabé est d’avoir accepté le mea culpa de Roch et ses camarades. La corruption, la politisation de l’administration, les détournements de fonds publics, le zèle, l’arrogance, les arrestations arbitraires, l’injustice sont des maux qui sont toujours d’actualité sous le règne du MPP (ancien CDP). Donc l’insurrection n’a servi à rien si c’était pour retourner à la case départ.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:34, par sidwaya Gomis En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Clair, précis et surtout IRRÉFUTABLE : oui, ce sont les "insurgés de la 25ème heure" qui non seulement sont en train de tirer profit de l’insurrection mais veulent remettre en cause les acquis de l’insurrection pour le peuple.

    Le fait d’avoir rallier les insurgés à la dernière heure était en fait un repositionnement stratégique pour éviter d’être balayé par l’insurrection au même titre que Blaise Compaoré qu’ils ont aidé durant 26 ans à assoir et à consolider sa dictature.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:35, par Pifo En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Je suis de plus en plus stupéfait des sorties de l’upc. Ceux qui dirigent le pays ont été élus.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 14:36, par Ferkêbougou En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Deux années et demi ont suffi pour se rendre à l’évidence que face aux différents questionnements et défis post-insurrectionnel, le MPP n’était pas la solution. L’accentuation de la pauvreté par une dégradation du pouvoir d’achat est une triste réalité dans notre pays. La pauvreté a même atteint des proportions inquiétantes. Un burkinabé sur trois mange à peine une fois par jour, et les prix des produits de première nécessité (riz, sucre, huile, carburant) restent hors de portée de la grande majorité des populations. Le panier de la ménagère s’amenuise et la mévente se généralise dans nos marchés. La
    coalition contre la vie chère a constaté que plus de « l’arrivée du MPP au pouvoir, la situation sociale des populations n’a guère connu d’amélioration » et au bout de deux années de gestion, elle a empiré. La majeure partie de la population est condamnée à mettre au point des stratégies de survie. On se rappelle cependant que le MPP a fait de Roch Marc Christian KABORE son candidat qui devait être la réponse aux problèmes du pays. On est donc en droit de se demander si la Réponse elle-même ne constitue pas un problème, ou mieux, si elle n’est pas le problème ?!.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:00, par UPC 88888 En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    C’EST DOMMAGE QUE LES INSURGÉS DES PREMIÈRES HEURES N’ONT PAS ÉTÉ ELUS PAR LES INSURGÉS EUX MÊMES . UPC DONNE MOI UNE RÉPONSE A CA . SINON VOUS E DIREZ QUE LES ELECTIONS ONT TRUQUES. J’AI L’IMPRESSION QU’IL MANQUE D’ASSURANCE DANS LE GROUPE UPC. JE CRAINS FORT A DES DÉPARTS AU SEIN DU PARTI SURTOUT PAS DES MOINDRES..

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:10, par Tchin Tchin Moussa En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Ce sentiment d’échec du MPP n’est pas une vue de l’UPC tout seule. Il est aussi partagé par les leaders de la majorité dont plusieurs n’ont pas hésité à tirer publiquement la sonnette d’alarme, et même à prédire une nouvelle insurrection si rien n’est fait.
    L’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, de par la profondeur de son inspiration pour de nouvelles valeurs ou le retour aux valeurs qui étaient celles de notre corpus social ancestral est une déception. Rien n’a changé !
    Là où les burkinabè attendaient une action énergique et vertueuse, ils sont servis avec une gouvernance chaotique, largement marquée par l’absence d’une vision claire au départ et par une préparation insuffisante aux responsabilités où ces dirigeants ont été hissés. En 2 ans, le MPP n’a fait que briller par le tâtonnement, l’amateurisme et la navigation à vue. La réalité se constate sur le terrain !

    Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 16:50, par ELKABOR En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      Soutien total. Nous semblons avoir troqué la Peste contre le Choléra ! Regardez le départ, à peine arrivé au pouvoir on accorde des avantages salariaux extraordinaires aux magistrats. Certainement pour détourner leur regard des casseroles traînées par les nouveaux venus ! Un gouvernement de parents amis et connaissances, certains sont des camarades de godet à qui il fallait coûte que coûte faire la place : Comment pouvons nous nous en sortir avec une telle mentalité de vouloir arranger forcément ses proches ? Déception de déception Karissa !!!

      Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:10, par TRAORE En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Tout cela n’est que politique. Même si votre UPC était au pouvoir croyez-vous qu’il changerait quelque chose de fondamentale ? Arrêtez de vomir vos salades. Les actions du MPP sont louables n’en déplaise à ceux qui se sentent morveux.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:13, par Soutongnooma En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    La plus grande tragédie de la vie n’est pas la mort mais c’est ce qui meurt en nous tandis que nous vivons disait NORMAN COUSSISE,juste vous dire mr rabi que vos propos sont décevant et vous excité la jeunesse a une perpétuel insurrection et a travers vos dire:L’UPC a été un acteur de premier plan de l’Insurrection. A l’époque, notre parti, qui exerçait la fonction de Chef de file de l’Opposition Politique, à travers son Président, M. Zéphirin DIABRE, a su rassembler toute l’Opposition politique, les Organisations de la société civile et l’ensemble peuple burkinabè pour mener ce combat dans la paix et la non-violence, dans un esprit républicain.cela prouve votre arrogance et prouve encore ce que le MPP dit sur l’UPC (vous revendiquez a chaque fois être l’auteur de l’insurrection)et c’est dommage je vous le dire clairement l’ UPC ne vas jamais être le leader du pays avec des hommes qui critique et n’apporte pas solution de plus par vos multiples marche freine l’essor du pays,j’ai fois au président kaboré et c’est allié qui eux ont une pensée qui nous rappel BENJAMIN FRANKLIN:si la passion vous animes laissé la raison tenir les reines

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:15, par Camarade Fousseni En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Ceux qui commentent pour critiquer la déclaration de l’UPC. De grâce veuillez apporter des arguments au lieu de vous jeter dans la délation et le suivisme bovin.
    Qu’est-ce qui a changé depuis l’insurrection avec le MPP au pouvoir ? Tous les maux que nous avons décrié sous le régime Compaoré , la corruption et l’impunité persistent. Ni l’indignité, le clanisme, le clientélisme, le
    népotisme, l’affairisme, la corruption, ni l’arrogance érigés en système de valeurs par ces cerveaux du régime Compaoré (Roch Salif Simon) n’ont disparu.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:17, par le russe En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    si les insurgés de 25 eme heures ont pris le pouvoir devant vous c’est que vous ne vallez rien alllez y , travailler au lieu de s’appitoyer sur ce qui est passé, 2020 n’est pas loin

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:21, par Diaspo premier En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    La morosité économique et financière, les remous sociaux, la désintégration du système éducatif, la débâcle de l’enseignement supérieur, le chômage aux trousses de la jeunesse, les violences en politique dans les mairies, le tout couronné par un niveau d’insécurité jamais égalé, une incompétence criarde, qui conduit au massacre de nos soldats, autant d’indicateurs qui convainquent que le MPP (insurgés de la dernière heure) a conduit le pays dans l’impasse
    Le peuple a besoin d’un sursaut d’orgueil et c’est la responsabilité historique de l’UPC politique de le lui inspirer.

    DIASPO Ier, militant convaincu de l’Union pour le Progrès et le Changement

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:30, par Veritas En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    M. Zéphirin a peut-être une mémoire courte, il a oublié qu’il avait dit à Blaise de rectifier son discours pour pouvoir rester et ce sont les autres opposants qui lui ont dit de rectifier rapidement ce qu’il a dit. Chose faite. C’est bel et bien Zéphirin et ses acolytes qui sont des insurgés de la dernière heure.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 15:48, par coalusion En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Il n’y a pas eu des insurgés de dernières mais au contraire si Bilaise kouassi avait changé de position comme eux nous ne serions pas là. Assumons nos responsabilités. Nous avons tous posé acte ensemble. Travaillons à rester ensemble car ensemble nous ferons des merveilles.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 16:03, par l’Homme de reo En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Les gars ; dites à ZEPH de laisser son gros gros français car 2020 n’est plus loin. La vérité se trouve dans les Urnes. Le pouvoir ne se trouve pas sur internet ou dans les conférences de Presse. C’est nous qui avons chassé BLAISE ; c’est encor nous qui avons voté ROCK mettre labàs .. Point BARRR ! En 2020 on va lui donner un dernier mandat qui prendra fin en 2025. Et si tu es malin il faut te taire et regarder seulement tu peux avoir la chance d’être elu. Mais à force de vouloir toujours beaucoup parler tu es entrain de te révéler..t’enfoncer et ca commence à irriter et décourager ceux qui comptaient sur toi après le départ le ROCK en 2025. Puisque dans l’arène politique Burkinabé aujourd’hui ; après ROCK ; les têtes qui peuvent le succéder pour le moment c’est bien toi ZEPH. Oui du MPP au CDP .. L’unir/PS..PAREN..NTD jusqu’au FASO Gauchement je ne vois pas. En tout cas tu as une chance de briguer la magistrature suprême. Mais tu parle trop..mon esclave. Garde le Mythe du silence au tour de toi ; c’est ça aussi un vrai leader ..et tu verras la suite. CORDIALEMENT depuis mon reo natal !!

    Répondre à ce message

    • Le 29 octobre 2018 à 17:11, par YAAM SOBA En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      En voilà des réactions partisanes sans arguments. En 3 ans qu’est ce que votre Roch a pu apporter de bon au Burkina ? Le pays est dans une insécurité grandissante, l’économie bat de l’aile, aucune création de richesses internes, les hôpitaux manquent de tout, les fonctionnaires sont en grèves permanentes, les bailleurs de fonds ont fuit le pays... Et dans tout ça vous dites que Roch sera élu en 2020. Même ceux de la majorité critiquent la gestion chaotique de votre Roch, notamment le professeur Laurent Bado qui dit qu’en 2020 il ne restera que des ruines au Burkina.
      Récemment des diplomates européens de haut rang ont affirmé que"ROCH est incapable de relever le défi sécuritaire".
      Continuez de vous flatter. Il y’a du piment dans vos yeux et puis vous voulez forcer pour faire des clins d’oeil ? 2020 vous serez surpris !

      Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 11:03, par nekrenoma En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      L’homme de Reo, il faut remarquer une chose : en Afrique, ce ne sont jamais les bonnes personnes qui sont élues par les urnes. Pourquoi, parce qu’ils volent les élections. Et voilà pourquoi, une fois qu’ils sont au pouvoir, ils ne peuvent rien faire. Quand on gagne le pouvoir par le vol, on ne peut rien faire. C’est ce qui arrive au MPP.
      Je ne suis pas de l’UPC, je suis apolitique. Néanmoins, le développement du Burkina est ma préoccupation.Car c’est mon pays et j’y vis. L’analyse de l’UPC est très juste. Difficile de critiquer cette analyse. Le MPP avait des chantiers à faire avec la conquête du pouvoir :

      1) Refaire l’Unité Nationale et apaiser les coeurs pour une mobilisation citoyenne : au contraire, c’est toujours la division pour régner, l’insécurité qui a gagné le Burkina, comme jamais le Pays n’a été agressé.
      2) Revoir la gestion de la politique sanitaire au Burkina, pour que les gens aient les meilleurs soins et que les médecins ne quittent plus les hôpitaux publiques pour aller vers les cliniques qu’ils ont créées. Rien ! Ils ont déclaré la gratuité des soins pour les moins de 5 ans, une mesure internationale existant dans les pays africains et que Blaise aussi cherchait à faire
      3) Améliorer le climat des affaires et booster l’économie : en lieu et place, des enquêtes parlementaires sur le foncier, les mines, dont les résultats ont été utilisés pour quémander des parts individuels. Une exploitation insidieuse des PPP pour s’octroyer des marchés gré à gré et voler de l’argent pour préparer les élections de 2020. une économie moreuse et un refroidissement desaffairesdû à l’insécurité
      4) L’éducation : proposer des curricula dont la finalité visera l’adaptation des diplômes au bénéfice du Burkina et de son rayonnement dans la sous région et à l’internationale : rien. Tout reste encore à faire. Construire des écoles, réformer le système éducatif et faire en sorte que l’homme burkinabé ait une bonne éducation. Cette orientation basique , qui vise à former l’homme qui doit être au coeur du changement nécessaire , n’a pas été prise. On tatonne toujours
      5) Dynamiser la culture burkinabé : Rien. A part s’enquiquiner avec les chefs traditionnels et les religieux, ce qui n’est pas moderne et rassembleur, mais une utilisation politicienne et opportuniste de la culture du Burkina pour des fins politiques. depuis notre indépendance, Maurice avait tenté de ne pas exploiter la chefferie traditionnelle, Lamizana est resté neutre, Sankara en visionnaire l’a relégué dans les profondeurs de l’histoire car étant des forces retrogrades et anti développement (comme les français l’ont fait en 1879 à la révolution), Blaise a réhabilité la chefferie qu’il utilise pour instrumentaliser la population. Ce que dit le Chef, tout le monde suit. Or cela est contre la démocratie qui veut que chaque citoyen se détermine en fonction de ses aspirations et de sa vision du développement incarnée parles programmes des partis politiques. La dernière déclaration des chefs traditionnels est là pour attester comment Roch leur fait allégeance.

      Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 16:44, par M.Kouka En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Zeph ne devrait pas parler d’insurges de derniere minute parce qu’a son arrivee sur le terrain de la lutte il y avait Me Sankara qui a tenu la flamme de l’opposition plusieurs annees durant et au risque de sa vie. Insurge = Insurge. Et puis, je ne pense pas qu’il y a plus de pauvrete au Burkina qu’avant mais bien le contraire. C’est plutot le vent de la repartition juste et equitable qui souffle et qui fait bien peur a ceux/celles qui pillaient facilement le bien commun. Encourageons cela. Et tant qu’il ya du pain pour tout le monde, le beurre viendra bientot et pour tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 16:59, par Nabiga En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Il faut que les uns et les autres comprennent que l’insurrection n’a pas été faite contre le CDP mais plutôt contre la révision de l’article 37.
    Cordialement !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 17:05, par Le fils du pauvre En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Moi, je pense que notre environnement sociopolitique doit pouvoir tirer trois (03) grands enseignements à travers notre insurrection. Primo, le pouvoir du MPP : je ne suis ni MPPiste, ni UPCiste, ni d’aucune OSC ; mais ROCK doit savoir qu’il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir ou de changer de fusil d’épaule. Car, les mêmes causes peuvent produire les mêmes effets dans les mêmes conditions. Secundo, l’opposition politique : même dans son rôle républicain, l’opposition doit faire preuve de lucidité et d’objectivité dans ses démarches et actions tout en se rappelant que "c’est tour à tour chez le coiffeur", comprenez par là que c’est l’opposition qui devient demain parti au pouvoir, et vice versa. Tertio, les OSC : elles qui oscillent et vacillent selon les opportunités du moment, sachent que le citoyen lamda est en passe de les considérer comme pires que les partis politiques, et non des défenseurs de la cause juste !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 17:44, par moro En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Je pense que le rôle d’un parti politique c’est aussi l’éducation des masses, pour cela il faut toujours restituer la vérité des faits en des circonstances pareils. Nos lecteurs étant majoritairement des jeunes, ils ont besoins des analyses assez juste. l’anniversaire de cette période assez triste de notre pays ne doit as être utiliser pour des règlements de comptes politiques. Pour l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, l’UPC n’a pas plus de mérite que le simple citoyen qui a participé d’une manière ou d’une autre à l’avènement de la démocratie.
    Pour couper court, l’insurrection a duré deux jours (30 et 31) et personne n’est arrivé en retard donc pas d’insurgés de première ou de la vingt cinquième heure. Prions Dieu pour le repos de âmes des martyrs et aussi pour que le Burkina Faso ne connaissent plus des périodes aussi sombres dans l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 18:04, par triste En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Blanc bonnet, bonnet blanc ! l’UPC n’a pas plus contribué aux insurgés de la 25ème heure comme le MPP pour la chute de Blaise. Soyez sérieux et évitez de réécrire l’histoire. C’est plutôt la jeunesse qui a bouter dehors Blaise et ses sbires. Tout le monde a contribué et personne ne peut s’attribuer la victoire à la place du Peuple burkinabè. 4 ans après, nous sommes toujours à la case départ. Pas une nouvelle tête intègre qui émerge dans le sérail politique. Le sankarisme s’est perdu en s’alliant avec le MPP ! Nous sommes toujours dans une transition des plus médiocres. Bientôt, les Zeph, Rock auront atteint les 70 ans. A quand des quadragénaires intègres pour diriger ce pays ? Je ne pense pas que la jeunesse attendra même 10 ans pour balayer ce beau monde si rien ne change sur le fond (pauvreté, gabégie, corruption, intégrité, justice...). A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 18:20, par Kô-tigui En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Bonsoir

    Mon cher Rabi, l’UPC n’est pas moins de la 25è heure que vous. Si c’est pour parler de l’insurrection, ayez la décence de le rendre à maitre Bénéwendé S. Sankara.
    Et en plus, si vous êtes aussi bon que ça, attendez l’heure du bilan, c’est à dire les élections prochaines, c’est déjà arrivé, c’est en 2020.
    En ce moment, on va se savoir et gare à vous si vous ne remportez pas les élections ;
    Et malgré le fait que Roch soit venu après, il a battu Zeph à plate couture, et il l’a reconnu. Le problème est où si le peuple a confié sa gestion à ce dernier.
    C’est Roch qui a crée l’insécurité au Burkina ? C’est votre concubine de CDP avec à sa tête Kouassi né Compaoré qui a pactisé avec le diable ici, et toi Zeph, sans répère, tu marches avec tes ennemis d’hier en faisant brandir sur des banderoles pour rappeler cet assassin !

    Si c’est pas être assoiffé de pouvoir, ça y ressemble, et là, tu as encore beaucoup à faire pour diriger ce pays avec des sorties aussi hasardeuses.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 18:41, par Patinda En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    On vous a dit de venir rester et gouverner en groupe d’insurger. Vous avez préférer vous ranger du côté de ceux que vous avez chasser. Maintenant vous voulez quoi encore ? Pour ce qui concerne la situation sécuritaire, il est fort à parier que les dirigeants sont à des longueurs d’avance que le citoyen lambda. Peut être que Zeph lui même peut justifier aisément cette situation, lui qui est économiste et qui connait la structure des budgets des pays en développement. Des états dépendants, qui n’ont pas les mains libres pour faire de leur trésorerie ce qu’ils veulent selon leur priorité (notamment s’équiper en armement) mais selon les priorités des partenaires et surtout de la France qui tient à vendre ses services. Si vous refusez, on coupe le robinet et ce sera pire que maintenant. Je ne sais pas. Mais voyons plus loin. Peut être que nous comprendrons mieux notre situation sécuritaire actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 20:15, par Batin En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Les commentateurs s’échauffent ! On sent que tous sont des politiciens !
    Ce qui est certain, nous n’avons pas la PAIX au Burkina.
    Que ceux qui ont le Pouvoir nous montrent de quoi ils sont capables en progégeant efficacement le Burkina Faso.
    Le reste, c’est nous qui allons décider en 2020 !
    Tônd Nina pukamê !

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 20:19, par Dedegueba Sanon En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Une "sortie politique ", travestissant l’histoire pour se positionner en légitime défenseur du peuple. Telle est la lecture que je fais de ce post. C’est toutefois de bonne guerre car nous avons des raisons de ne pas être satisfait de la gouvernance du MPP. Mais qu’esperons nous réellement de ce pouvoir ? Pas grand’chose en vérité, mais le MPP au pouvoir était le compromis obligatoire pour bouter Blaise et sa clique dehors. Dire des Roch qu’ils sont des insurgés de la 25 ieme heure c’est vrai, mais sans leur renfort il n’y aurait pas eu insurrection. Les têtes pensantes de l’UPC ont oublié que Zeph avait presque eu le pouvoir, mais il a " mouillé " en prétextant qu’il était "républicain",conséquence c’est la pauvre Sarah qui s’était retrouvée malgré elle à la télé pour faire une déclaration. Lorsque vous voulez faire l’histoire dites tout. Et dire tout c’est aussi reconnaître que le MPP et l’UPC ont pour matrice le CDP. Vous êtes justes des ramifications du CDP, et en vérité vous partagez la même manière de gérer car formatés par un seul chef, qui eut juste le malheur de mal gérer sa succession.
    Aujourd’hui l’UPC et le CDP sont réunis pour combattre le MPP, demain si l’UPC est au pouvoir le CDP et le MPP se retrouveront aussi pour contrer les actions de l’UPC. Et si c’est par malheur suprême le CDP, revenait au pouvoir l’insurrection aurait été une farce historique.
    Nous les insurgés qui n’avions jamais "manger " avec des fourchettes longues ou courtes avec le diable, croyez vous que nous faisons une différence entre vous ? Pour nous UPC=CDP=MPP=ABC, donc faites votre politique en faisant semblant de vous tirer dessus, la prochaine insurrection sera une insurrection de balayage et de renouvellement total de cette racaille politique qui nous entube depuis 27ans.
    Comme le disait un internaute en absolu, vous êtes tous complices ou responsables de ce que nous vivons actuellement pour avoir accompagné Blaise dans son long règne. D’ailleurs nous comprenons très bien que tout le monde n’a pas intérêt que toute la vérité soit dite.Blaise en tant que chef à dû assumer plein de bêtises de ses convives que vous êtes tous autant que vous êtes.Car si Blaise se mettait à vraiment dire tout ce qu’il sait ??? Je suis persuadé que tout ne venait pas de lui...
    Cessez donc de nous distraire. Tchrrrr.

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2018 à 23:42, par mytibketa En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    j’ai l’impression que la fin du film insurrection est passé au traverss de la gorge de Mr DIABRE. En effet le scénario tel que écrit par lui faisait de lui le Bravo qui à la fin du film se voyait au bas mot premier ministre d’un gouvernement d’union national avec ministre d"etat sans portefeuille Hermane Yaméogo. Mais il oublie n’a pas voulu de ce scénario avait son deuxième mais corrigé ou apparaissent plusieurs bravos.Vous voyez il n’y avait que le MPP pour récupérer l’insurrection elle même ainsi que ses acquis.Donc il faut reconnaître que Diabré a mal manoeuvré Il s’attendait a paraître comme un messi que tout le monde réclamera..Tes maîtres en politique t’ont laissé faire la partie ou tu ne risquais rien pour ensuite achever l’oeuvre .A cette allure aucune chance pour 2020 et même 2025.Votre collusion avec le cdp finira par se savoir. Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 02:14, par Lasso En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Avec ce régime actuel tous les espoirs populaires sont morts et enterrés. Dans deux ans le peuple sera en divagation dans les ruines des promesses de l’insurrection populaire.
    Le MPP a conduit notre pays dans la lamentation et la désolation.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 02:17, par Insurgé Original En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    L ’ex-Premier ministre de la transition, Yacouba Isaac Zida se lâche dans son premier livre intitulé « Je sais qui je suis ».

    Quelques extraits

    Dans la première semaine de novembre 2014 alors que nous étions en pleine période de rédaction de la charte de la transition, et que je venais de rentrer très tardivement une nuit, j’ai reçu le président Roch Kaboré à mon domicile au « Conseil » et je me souviens lui avoir dit ceci :

    « Monsieur le président du MPP, à la lecture que je fais de la situation nationale, vous êtes tout prêt de devenir le futur président du Faso. Pour notre part, nous allons nous investir par tous les moyens pour que le choix des Burkinabè se fasse à travers des élections libres et transparentes. Je payerai le prix qu’il faut pour que cet objectif soit atteint. La seule chose que je vous demanderai, c’est de travailler à l’unité et à la cohésion nationale. Vous ne pourrez pas bâtir notre pays si la fracture sociale née de l’insurrection populaire demeure ».

    J’ignorais totalement que je m’adressais à quelqu’un dont la préoccupation était certes de devenir le prochain président du Faso, mais sans pour autant avoir l’ambition de construire notre pays dans la cohésion de toutes ses filles et tous ses fils.

    Comme la majorité de mes compatriotes, j’avais cru en ce mea culpa que Roch avait fait à la place de la Révolution, ce haut lieu de la lutte de notre peuple. Comment deviner à l’époque que dans cet homme il y a une telle personnalité dépendante, pour ne pas dire un manque total de personnalité qui se révèlerait quelque temps seulement après sa prise de fonction à la magistrature suprême et compromettrait dangereusement l’avenir de notre nation ?

    On dit souvent que le pouvoir ne vous rend ni arrogant ni orgueilleux, mais il ne fait que révéler ces traits de caractère qui sommeillent en vous. Le pouvoir tout comme la richesse révélera toujours aux hommes votre vraie nature.

    Quelqu’un définissait le méchant comme celui qui a un cerveau d’enfant avec des membres d’adulte. Il dispose en effet la capacité de faire mal sans pour autant discerner quand, pourquoi contre qui et comment user de ce pouvoir. Il devient alors un danger non seulement pour les autres, mais également pour lui-même…

    …Vous ne pouvez pas changer votre nature, dès que vous avez hérité du pouvoir, votre vraie nature s’est révélée. Je savais que le régime MPP ne mettrait pas beaucoup de temps à sortir son vrai visage. Personnellement, je vous connais, mais la majorité du peuple ignore que tout ce qu’il reprochait au pouvoir Compaoré, vous en étiez les stratèges et les principaux auteurs.

    Le verdict du temps étant imparable, il finira bien par révéler ce que vous êtes réellement à la face de tous. Peut-être connaissez-vous cette histoire du chat qui s’est rendu au Hadj. A son retour, il a invité tous les animaux pour la cérémonie du « doua ». Les souris qui ont également reçu l’invitation hésitaient à s’y rendre. Le chat leur fit dire qu’elles n’avaient rien à craindre de lui, puisque l’une des prescriptions du Hadj était que chacun devrait changer de régime alimentaire.

    Donc ce faisant, lui, le chat ne mangeait plus de souris. Les souris crûrent au chat sur parole et se rendirent nombreuses à la cérémonie qui se termina par une partie de chasse et un véritable massacre des souris. La morale de l’histoire c’est que « chasser le naturel, il revient toujours au galop », c’est ce qui adviendrait avec le pouvoir du MPP. Si vous êtes voleur, menteur ou criminel, le temps nous le dira, car il révèle toujours votre vraie nature. Vous aviez tenu des discours aux relents révolutionnaires ou vous avez même cité Thomas Sankara que vous aviez assassiné à cause de ces mêmes convictions. Vous aviez magnifié Norbert Zongo que vous avez fait assassiner pour ses critiques à l’endroit du pouvoir du CDP dont vous étiez président. Mais, tout ceci n’était qu’une ruse pour emporter l’adhésion populaire. Une chose importante que vous ignorez cependant, c’est que vous n’êtes pas maître du temps. Seul Dieu est maître des temps et lui seul dispose des circonstances. Si j’ai écrit ce livre en toute sérénité, c’est que ce qui vous attend est inévitable et doit servir à enseigner nos enfants et les générations futures.

    Votre attitude, votre histoire, et votre fin doivent servir à quelque chose, à éclairer le comportement de ces milliers de jeunes Burkinabè et Africains qui choisiront de faire de la politique. Ils doivent une fois pour tout savoir que l’on s’engage dans la politique avec le désir de servir son pays, et sa communauté, il s’agit là d’un sacerdoce.

    Extrait du Livre : « Je sais qui je suis » de Yacouba Isaac Zida

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 08:45, par L’homme de reo En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Zeph est aigri. Et a cette tu risque de sortir goitre avant 2020. Voila pourquoi en son temps Salif diallo t’avait propose’ a la mouvance et tu as refuse’..tu as prefere’ alle’ tasseoir avec l’enemin commun. Sache que y’a eu des opposants avant toi.. et apres toi il y’en aura toujours. En attendant cest Rock qui est aux affaires.

    Répondre à ce message

    • Le 30 octobre 2018 à 08:59, par YAAM SOBA En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

      Zephirin DIABRE est un leader ! Il n’est pas un suiviste qui est à la recherche de postes nominatifs ! D’ailleurs il est en parfaite santé pour suivre un groupe de maladifs ! Que vous le vouliez ou pas, DIABRE sera au pouvoir en 2020 ! Raison pour laquelle le MPP n’arrive plus à dormir dès que DIABRE gesticule !

      Répondre à ce message

      • Le 30 octobre 2018 à 11:56, par pluvio En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

        Mon cher
        Mais comment lui Zeph, Insurgé de la première heure a été battu ?
        Tu seras encore et même pour longtemps encore, surpris !

        Répondre à ce message

      • Le 30 octobre 2018 à 12:05, par Razambia En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

        Yam soba tu as fini par te devoiler,un suiviste upc.Ce qui n est pas forcement negatif.Mais si tu veux prend date car Zeph s ecarte chaque jour du chemin qui mene a Kossyam.Ce n est pas tes incantations ou proclamatioons qui vont l y mener.Sauf la violence peut amener Zeph au pouvoir et je doute fort que ce soit ce que nous voulons pour notre pays.Raisonnons toujours.S il ya election aujourdhui Zeph ne peut etre au meilleur des cas que troisieme.Cela est simple comme mathematique(33 deputes-14 depute-directeur de campagne)on devient plus faible.Si tu as vu une bonification rationnelle de l upc fait moi cas.Roch est loin d etre un bon president mais il a une machine electorale mieux rodee.Dans une analyse serieuse on doit pouvoir faire la difference entre notre desir et la realite.Kadre Desire peut battre Roch s il enleve le nom de B Compaore dans son affaire.Quant aux faiblesses objectives de Edie on aura l occasion de revenir.

        Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 11:25, par wilfried koudraogo KABORE En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    L UPC DOIT FAIRE LE PLEIN DE SON GENIE POLITIQUE EN ADMINISTRANT DANS LES REGLES DE L ART LES COMMUNES QU ELLES A EN CHARGE PAR LE FAIT DU SUFFRAGE UNIVERSEL. LA CREDIBILITE DE L upc ne se decretera pas. sachant que le tout est toujours en dessus des parties. LE PEUPLE BURKINABE A TOUJOURS RAISON DE CHOISIR CE QU IL A CHOISIT. IL RESTE MAITRE DU JEU . LIBRE A LUI DE REMETTRE LES AFFAIRES CEMOB OU AUTRES PRIVATISATIONS DES ENTREPRISES PUBLIQUES DES ANNEES 1990. TOUS LES ANCIENS CADRES DE L ODP/MT, CDP . AU BURKINA L HOMME RESTE LA SOMME DE TOUTE SON HISTOIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 12:03, par LE RUSSE En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    Diabre me fait pitié ,donc pour toi c’est toi ou rien ,pourquoi as-tu attendu maintenant pour te plaindre ? Si toi tu es un myope politique laissent ceux qui voit loin avancer ; tempi pour les canards boiteux.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2018 à 20:08, par nz En réponse à : Burkina Faso : Les insurgés de la dernière heure ont conduit le pays dans l’impasse, selon l’UPC

    J’ai l’impression que l’UPC donne l’occasion à certains de se défouler. Il n’y a qu’à regarder le nombre de réactions à chaque sortie ou article sur l’UPC.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Le changement profond n’est pas l’option de tous les Burkinabè », dixit Dr Abdoul Karim Saidou (politologue et enseignant-chercheur)
Commémoration du 5e anniversaire de la Journée d’hommage aux martyrs : Le message du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Nous devons plus que jamais refuser toute forme de soumission d’où qu’elle vienne », déclare la Majorité présidentielle
Cinquième anniversaire de l’insurrection populaire : « L’insurrection a été une grande leçon de démocratie et un exemple pour les futures générations » , déclare le MPP
An V de l’insurrection populaire : Des OSC dénoncent la « systématisation de la corruption, de la fraude, des détournements de deniers publics
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés