Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Coopération ivoiro-burkinabè : Les deux ministres des Affaires étrangères se concertent sur la question du Mont Péko

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mardi 23 octobre 2018 à 17h45min
Coopération ivoiro-burkinabè : Les deux ministres des Affaires étrangères se concertent sur la question du Mont Péko

Les ministres en charge des Affaires étrangères du Burkina et de la Côte d’Ivoire se sont réunis ce lundi, 22 octobre 2018 à Ouagadougou, autour de la question du Mont Péko, précisément le recensement des ex-occupants de cette forêt classée ivoirienne. A l’issue des travaux qui se sont déroulés au ministère des Affaires étrangères, les délégations sont allées faire le point de leurs échanges au président du Faso, Roch Kaboré.

Cette préoccupation du Mont Péko s’inscrit dans les accords du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre les deux pays (http://lefaso.net/spip.php?page=web-tv-video&id_article=78368&rubrique62). Selon le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh, qui s’adressait à la presse à leur sortie d’audience, il s’est agi de faire, au président du Faso, le point des travaux qui ont globalement planché sur la mise en œuvre des accords du 7e TAC.

A l’en croire, le TAC est devenu un outil de coopération exemplaire dans la sous-région, et le comité de suivi se rencontre périodiquement pour faire le point. « La séance de travail de ce matin est une réunion de préparation de celle du comité de suivi du TAC qui doit préparer la 8e édition à Ouagadougou (en juillet 2019, ndlr). Cette réunion du comité de suivi doit se tenir à la fin du premier trimestre de l’année 2019 », a dévoilé le ministre Amon-Tanoh.
Sur la question précise du Mont Péko, le patron de la diplomatie ivoirienne a déclaré qu’il y a eu un accord entre les parties, qui consiste d’abord à recenser les populations concernées et, ensuite, à prendre des dispositions idoines.

Le ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry, a, quant à lui, informé que la Côte d’Ivoire, qui va présider le Conseil de sécurité des Nations-Unies en décembre 2018, a adressé au Burkina, une invitation à un débat de haut niveau sur la sécurité en Afrique. Le Burkina a demandé à ce que la Côte d’Ivoire et les autres membres du Conseil de sécurité apportent leur soutien au combat contre l’insécurité dans la sous-région, soutient le ministre Barry.

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro : « Le peuple cubain est fier de l’héritage laissé par le leader de la révolution cubaine »
Question de protocole : Pourquoi il ne faut pas appeler les députés burkinabè « Honorables » !
Coopération : Le président du Faso en Guinée Conakry les 8 et 9 août
Traités de l’Union africaine : Un projet pour aller vite dans la ratification et la domestication
Coopération : Quels sont les intérêts pour la Chine dans le rétablissement diplomatique avec le Burkina Faso ?
VIIIème Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) : « L’exploitation clandestine » des mines préoccupe les deux pays
Traité d’amitié et de coopération (TAC) 2019 : Le président Alassane Ouattara élevé à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle
VIIIème Traité d’amitié et de coopération (TAC) : De plain-pied dans les travaux, en attendant la conférence au sommet des Chefs d’Etat
Burkina - France : « Pour moi, le premier intérêt français au Burkina Faso, c’est que le Burkina Faso soit stable », Xavier Lapeyre de Cabanes, ambassadeur de France au Burkina
Nations-Unies : La Burkinabè Rosine Coulibaly nommée représentante spéciale pour la Guinée-Bissau
Décentralisation : Les expériences suisse et allemande inspirent les Burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés