Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Douanes du Burkina et du Ghana : Vers l’opérationnalisation du système de déclaration anticipée au port de Téma

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo • mardi 16 octobre 2018 à 22h57min
Douanes du Burkina et du Ghana : Vers l’opérationnalisation du système de déclaration anticipée au port de Téma

Courant janvier 2019, les administrations douanières du Ghana et du Burkina auront la possibilité de dédouaner, par anticipation, les marchandises à destination du Burkina Faso. En attendant donc l’opérationnalisation du système de déclaration anticipée au port de Téma, la Direction générale des douanes du Burkina a tenu, ce mardi 16 octobre 2018, une rencontre d’échanges et de sensibilisation avec ses différents partenaires.

Cette nouvelle procédure que le directeur général des douanes, Adama Sawadogo, qualifie de « révolutionnaire », se fera à partir d’une plateforme électronique. « Dès qu’un Burkinabè aura des marchandises au port de Téma, il y aura des échanges d’informations entre les douanes ghanéenne et burkinabè qui seront installées à Téma ; ce qui nous permettra de prendre correctement en charge les marchandises qui sont arrivées au port de Téma, à destination du Burkina Faso », a expliqué Adama Sawadogo.

Aussi, le directeur général de la douane rassure que le travail se fera sans d’énormes changements. La seule différence, dit-il, c’est que « les droits et taxes seront payés avant que le container ne quitte le port de Téma ». A travers cette nouvelle procédure, le responsable des douanes du Burkina soutient qu’il s’agit de faire face aux difficultés que rencontrent les administrations douanières du Ghana et du Burkina, en l’occurrence la fraude.

A titre d’exemple, il confie : « Il y a quelques opérateurs économiques qui se permettent de mettre des marchandises en transit à destination du Burkina via le port de Téma et qui n’arrivent jamais au Burkina. Les marchandises restent sur le territoire ghanéen ; pourtant, le transit, c’est bien le transport d’une marchandise d’un point A à un point B du territoire, en suspension des droits et taxes et des mesures de prohibition. Finalement, il ne va pas payer les droits et taxes au Ghana puisqu’il est resté en cours de route ».

Si de telles pratiques remettent en cause la mobilisation optimale des recettes au profit des différents budgets, Adama Sawadogo affirme que cette réforme permettra aux administrations des deux pays de renforcer leur collaboration et de lutter plus efficacement contre la fraude. Un autre avantage de cette nouvelle procédure, selon Adama Sawadogo, c’est que les opérateurs économiques qui pratiquent un commerce licite pourront entrer en possession de leurs marchandises dans des délais très réduits.

Comme toute nouvelle mesure…

En attendant l’effectivité de cette mesure, certains acteurs ont émis des craintes. C’est le cas de Justin Bapina, chargé de la mobilisation des relations publiques et de la formation professionnelle du Syndicat national des transitaires du Burkina (SYNATRAB). Si les avantages de la nouvelle plateforme ont été présentés au cours cette rencontre, Justin Bapina dit craindre une réduction du personnel au niveau de la chaîne, notamment les déclarants en douane. « Dakola, qui était un bureau très incontournable, va certainement être réduit à un degré minima et ce sera déplorable pour beaucoup de personnes qui vivaient de ça », a-t-il noté.

Du côté de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), les acteurs du privé ont plutôt porté leurs préoccupations sur les conditions de passage portuaires, les conditions de passage aux frontières, le sort des commissionnaires en douane agréés. A ce propos, le directeur général adjoint de la CCI-BF, en charge des infrastructures et du développement durable, Emmanuel Yoda, a indiqué que son institution va porter les préoccupations du secteur privé dans le cadre d’un comité qui a été mis en place.

Dans la même veine, Adama Sawadogo soutient que chaque pays va mettre en place un comité qui sera chargé de réfléchir aux prérequis nécessaires à mettre en œuvre avant janvier 2019. « Après cette rencontre, chacun ira relever ses préoccupations et nous verrons les solutions qu’il faut mettre en œuvre pour avancer rapidement », a signifié le directeur général des douanes, soulignant qu’il s’agira de faire en sorte que tous les acteurs du public et du privé puissent trouver leur compte dans ce qui sera fait.

« Toutes les banques seront associées »

Pour un début, le payement des frais se fera via une banque panafricaine, Ecobank, présente dans l’espace CEDEAO. « Nous avons mis en place un système d’appui aux gouvernements d’Etats africains pour les accompagner dans leurs efforts de digitalisation des services publics. C’est dans ce cadre que nous avons inscrit ce projet qui est d’accompagner la douane burkinabè dans ses relations avec la douane ghanéenne, qui est aussi intégré dans notre projet d’E-gouvernement », a indiqué Ida Toé, responsable de la banque de transaction à Ecobank Burkina.

Toutefois, le directeur général des douanes du Burkina a souhaité que la possibilité soit offerte aux autres banques d’intégrer la plateforme dès le départ. Sur ce point, la représentante de Ecobank a affirmé que cette préoccupation sera prise en compte dans la suite des travaux. « La plateforme qui sera utilisée permet l’intégration de toutes les banques de la place », a rassuré madame Toé.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Session 2019 du Forum politique de haut niveau (FPHN) sur le développement durable 2019, du Conseil Economique et Social des Nations Unies(ECOSOC)
20ème conférence des agents comptables : Pour une meilleure mobilisation des ressources financières de l’Etat
Exploitation minière artisanale : 600 millions de F CFA de la France pour promouvoir les bonnes pratiques
3e édition du forum national de l’économie informelle : Rendez-vous du 18 au 20 juillet à Ouagadougou
20ème conférence des agents comptables : Le nouveau code des impôts en question
« Eco » : Alassane Ouattara ne veut pas de rupture brutale avec le trésor français
Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle
Commerce au Burkina : Les acteurs dénoncent une concurrence déloyale
Zone de libre échange continentale africaine : Une concrétisation d’une vision des pères fondateurs de l’UA selon le président du Faso
Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution
Employabilité des jeunes diplômés : La Société Générale Burkina Faso noue un partenariat avec trois écoles supérieures de formation
INFINITE : la carte hors-pair de Société Générale Burkina Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés