Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

Procès du putsch manqué : Quand Damiss s’offusque des « élucubrations d’avocats aux abois »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Tiga Cheick Sawadogo • lundi 15 octobre 2018 à 23h45min
Procès du putsch manqué : Quand Damiss s’offusque des « élucubrations d’avocats aux abois »

L’audition de Adama Ouédraogo dit Damiss s’est poursuivie ce 15 octobre 2018. Comme la semaine dernière, l’interrogatoire de l’accusé a souvent frôlé le pugilat verbal avec les avocats de la partie civile. « Exemple d’un criminel irrépenti », lanceront les auxiliaires de justice ; « Elucubrations d’avocats aux abois », répliquera le journaliste.

L’audition du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss n’est pas passée inaperçue la semaine dernière. « Si vous me poussez à bout, je vais dire des choses et certains vont quitter le pays », avait lâché le chef de desk politique de l’Observateur Paalga à l’époque du coup d’Etat, en septembre 2015. Le désormais directeur de publication du journal « Le Dossier » avait également laissé entendre que Me Guy Hervé Kam a perçu 100 millions de F CFA de la part de l’ancien Premier ministre Yacouba Isaac Zida.

La suite de sa comparution, ce 15 octobre, n’a véritablement pas apporté d’éléments nouveaux. Damiss est resté sur sa position : c’est dans le cadre de son métier qu’il s’est retrouvé, la nuit du 16 septembre 2015, au camp Naba Koom, le quartier général du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). D’ailleurs, a-t-il poursuivi, ce n’était pas la première fois pour lui. Lors de la mutinerie de 2011, il y était, toujours à la quête de l’information.

Mais pour le parquet et la partie civile, dans une situation de coup d’Etat, le RSP ne pouvait pas l’accepter dans ses locaux, s’il n’y avait pas un minimum de confiance. Certes, l’accusé a reconnu que quelques jours avant le putsch, il avait rencontré le général Gilbert Diendéré, dans le cadre de la sortie de son livre.

Pourtant, lors des auditions, le général a fait savoir qu’il avait demandé à Damiss de recenser les manquements politiques de la Transition en cours, ce qui a permis de peaufiner la première déclaration du CND (Conseil national de la démocratie). Pour les avocats de l’accusé, le communiqué ne saurait être l’élément capital du coup d’Etat. Mieux, Damiss soutient que les griefs politiques contre la Transition étaient connus de tous ; le général n’avait donc pas besoin d’une aide quelconque pour les recenser.

Sentant alors l’accusé campé sur la position, Me Guy Hervé Kam, avocat de la partie civile, lâchera qu’il est « l’exemple type d’un criminel irrépenti (sic) ».

Le commerçant qui voulait offrir des motos aux journalistes

Me Guy Hervé Kam a apporté un élément nouveau dans l’audition de Adama Ouédraogo. Il note que Damiss a voulu racheter les motos incendiées par les éléments du RSP à la radio Oméga, pendant le coup d’Etat. « Là où il se cache, c’est là-bas je dors », introduit-il, avant d’expliquer que c’est un commerçant qui avait plutôt voulu offrir de nouvelles motos aux journalistes dont les montures étaient parties en fumée.

Ce commerçant, a-t-il poursuivi, bénéficiait de couvertures médiatiques de la part des journalistes et, en retour, il leur faisait des cadeaux en nature et en espèces. Damiss a précisé avoir appelé les journalistes en question qui n’y ont pas trouvé d’inconvénients. C’est plutôt le fondateur de la radio Oméga qui a estimé que ses employés ne verraient pas d’un bon œil que le dédommagement vienne d’une personne extérieure au service. Du coup, ce projet est resté lettre morte.

« Mais qui est cet homme d’affaires ? », ont insisté les avocats de la partie civile, pour qui Damiss devrait le citer, ne serait-ce que pour sa propre défense et pour que « le débat soit clair ». L’accusé n’en dira pas plus. Néanmoins, Me Guy Hervé Kam poursuivra en ajoutant que le projet d’achat des motos calcinées répondait juste à un objectif : faire disparaître les preuves matérielles du passage des éléments du RSP à la radio Oméga.
« D’ailleurs, pourquoi cette gentillesse sélective de l’homme d’affaires à l’égard des journalistes de la radio Oméga qui n’ont pas été les seuls à subir la furie de certains éléments du RSP ? », demandera la partie civile qui a fait un tir groupé pour la comparution du mystérieux homme d’affaires.

Les insistances des avocats, Damiss les qualifiera « d’élucubrations d’avocats aux abois ». Le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, lui demande de la tempérance dans ses propos. Il s’en excuse.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés