Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Semaine nationale de la culture : Des recommandations fortes pour redynamiser l’événement

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Haoua Touré • lundi 8 octobre 2018 à 01h14min
Semaine nationale de la culture : Des recommandations fortes pour redynamiser l’événement

Le Ministère de la Culture et du Tourisme a organisé du 04 au 05 Octobre 2018 à Bobo, un atelier sur les Etats Généraux de la Semaine nationale de la culture (SNC). Les participants ont formulé des recommandations fortes en vue de redynamiser cette biennale de la culture burkinabè. C’est le ministre de la culture, des arts et du tourisme Abdoul Karim Sango qui a présidé cérémonie.

Après 35 ans d’existence et la tenue de 19 éditions, le ministre en charge de la culture Abdoul Karim Sango veut donner un nouveau souffle à la Semaine Nationale de la Culture (SNC). C’est dans cet objectif que son département a organisé, du 04 au 05 Octobre 2018, un atelier sur les Etats Généraux de la SNC. Cet atelier qui a réuni une centaine d’acteurs du monde culturel vise à donner une nouvelle vision à la SNC.

Au premier jour des travaux, le ministre de la culture Abdoul Karim Sango a rappelé que ces Etats Généraux sont la matérialisation d’un engagement qu’il a pris lors de la 19e édition 2018 qui s’est tenue à Bobo-Dioulasso. C’est également un engagement soutenu par l’ensemble du gouvernement et le président du Faso, a-t-il ajouté. Car, après 35 ans, il était important de faire une sorte de bilan critique sur le contenu et la forme de la SNC.

35 ans après, le Burkina a changé et la SNC aussi doit changer pour s’adapter au contexte nouveau. Cependant, le ministre Sango a tenu à rassurer les participants qu’il n’aura aucun parti pris ni sur le contenu ni sur la forme du débat. « C’est à vous d’interroger tous ces aspects et de trouver ensemble les meilleures formules. Si nous ne sommes pas capables de faire mieux en termes de contenu et de forme, autant maintenir l’ancien modèle.
Mais si nous en sommes là, ce serait un échec pour nous tous. J’ai la conviction que si les débats sont menés franchement, de façon ouverte, directe, au terme de ces deux jours nous sortirons avec des propositions concrètes qui vont permettre de faire rayonner non seulement la SNC mais aussi faire rayonner la culture du Burkina Faso », avait-il lancé aux participants.

Les travaux organisés en commissions et en plénière ont porté principalement sur les missions, les objectifs, le positionnement et le statut de la SNC. Au terme de la rencontre, les participants ont formulé quelques recommandations. Il s’agit, entre autres de : l’amélioration du cachet et les conditions d’hébergement des artistes, la fusion entre la SNC et la maison de la Culture, la réintroduction des danses d’inspiration traditionnelles dans les compétitions, la prise d’une résolution par l’administration d’assurer la promotion et la consommation des productions culturelles artistiques et littéraires dans tous les espaces publics…

Vincent-Sedogo-rapporteur

Ainsi, au sortir des deux jours d’échanges, le ministre Abdoul Karim Sango s’est estimé positivement impressionné par l’intérêt et l’importance des travaux en dépit des avis divergents. Aussi, reste-t-il convaincu que la SNC trouvera enfin un nouvel élan d’orientation dynamique capable de s’adapter aux mutations diverses de l’époque et qui sera au service des acteurs culturels. Pour cela il rassure que l’administration culturelle jouera sa partition afin que les conclusions pertinentes auxquelles sont parvenus les participants puissent connaitre un début d’application d’ici à la prochaine édition de la SNC en 2020.

Pour donner de l’éclat à la cérémonie le musicien Madou Koné auteur de la célèbre chanson sur la Semaine nationale de la culture en 1990 avec pour refrain ‘’où vas-tu mon ami, je m’en vais à Bobo à la fête de la culture…’’ a réveillé les souvenirs en chantant cette chanson. La salle dans laquelle s’est déroulé l’atelier porte également le nom du chanteur.

Fini donc l’atelier sur les états généraux de la SNC.

[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
15è édition de Ciné droit libre : « Nous travaillons avec une démocratie égarée et avariée qui nous vient directement de l’Europe », Dr Boubacar Ly
Musique : Le Juvénat garçons Saint-Camille dédicace « Je t’ai choisi 3 »
Politiques culturelles au Burkina : L’association Citoyen du renouveau fait le diagnostic
11 décembre à Tenkodogo : des artistes de la région produisent un clip
Cinéma : Rencontre avec Viviane Yanogo, Soutigui du public burkinabè, édition 2019
2e édition du Carrefour gospel : Une soirée de rencontre inter-générationnelle de la musique chrétienne
15e édition de Ciné droit libre : Questionnements autour de la démocratie
Musique burkinabè : Nathanaël Minoungou veut bâtir la "Maison du possible"
1re édition des Yilsomyan Awards : Alain Gires, sacré Yilsomyan d’or
Musique : Le chanteur Oum’c présente « Bema », son troisième album
Musique burkinabè : Rapaogwende Abel signe un nouvel opus baptisé « L’homme intègre »
Musique : A la rencontre de Nourat, l’artiste qui chante « Burkina Soldats »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés